05/09/2018

Avis important aux lecteurs de ce blog !

Bonjour à vous tous,

Ce blog ouvert en 2010 par Martial Andrieu s'appelait à l'origine "Histoires de Carcassonne". En 2013, il prit le nom de "Musique et patrimoine de Carcassonne", hébergé gracieusement par le journal l'Indépendant. Ce dernier fermant son serveur en octobre 2018, nous sommes obligés de migrer vers une plate-forme payante qui, heureusement, nous permet de conserver l'intégralité de nos archives. Elles sont constituées de près d'un millier d'articles de toute nature sur l'histoire, le patrimoine et la musique de Carcassonne. Vous pouvez continuer à les consulter gratuitement, malgré l'abonnement annuel dont nous devons nous acquitter. Sachez que l'auteur de ce blog ne touche pas un centime de publicité et que le travail qu'il vous livre ici est uniquement motivé par la passion et l'amour de Carcassonne. Je sais, c'est vieux jeu...

Concrètement, ceux qui sont inscrits à la Newsletter continueront de la recevoir via le nouveau blog. Ceux qui ne sont pas inscrits doivent dès à présent mettre l'adresse ci-desous à leurs favoris. Les nouveaux articles sont dès aujourd'hui publiés sur le nouveau blog. L'ancien sera supprimé dans un mois.

http://musiqueetpatrimoinedecarcassonne.blogspirit.com

 

Martial Andrieu

01/09/2018

Cette Carcassonnaise qui fut l'épouse de l'humoriste Pierre Dac

Nous sommes à Paris en 1934 et dans les coulisses du Théâtre de la caricature, la comédienne Dinah Gervyl de son vrai nom Raymonde Faure, fait la connaissance du Roi des loufoques. C'est un véritable coup de foudre ! Les deux amants ne se quitteront plus, alors même que Pierre Dac a épousé une espagnole revêche, Marie-Thérèse Lopez, le 8 janvier 1929. Raymonde Faure a quitté Carcassonne où elle est née le 10 juillet 1909 au 17 rue Courtejaire, pour tenter sa chance dans la capitale. Elle est la fille de Charles Benjamin Faure (employé de commerce) et de Rose Ourtal. Dinah Gervyl fait du cabaret et se fait remarquer par la critique dans le spectacle "Le roi du sex-appeal" en 1936 au théâtre Dejazet. Sa plastique retient toutes les attentions... Avec son amant, elle enchaîne les succès avec "La lune rousse" qu'elle interprète à ses côtés.

5dc9169a365a4fc9ff5c25da65195fd0.jpg

© Pinterest

La mère de la comédienne, née Rose Ourtal en 1886 à Carcassonne, avait épousée en seconde noces en 1918, Paul Schouver. Ce dernier, chef de bataillon au 31e Régiment d'Infanterie de Bègles trouva la mort en 1930. Rose Schouver quitte alors Carcassonne et s'installe à Toulouse en faisant l'acquisition du Cristal Palace, à l'angle du boulevard de Strasbourg et de la place Jeanne d'Arc.

IVR73_99311313NUCAB_P.jpg

Le Cristal Palace vers 1930

Lorsque la Seconde guerre mondiale éclate, l'humoriste André Isaac alias Pierre Dac se réfugie en Zone libre dans le sud de la France. Sa compagne qu'il n'a pas encore épousée, reste à Paris. Il effectue plusieurs tournées de son spectacle dans différentes villes. A Nice, le 17 avril 1941 il se risque à une improvisation qui se moque de l'invasion de Mussolini et qui fait plier de rire la salle. Les autorités de Vichy finissent pas censurer Pierre Dac et à le condamner à 100 francs d'amende. Dégoûté par l'ampleur que prend la tournure des évènements en France, il décide de chercher à passer en Espagne pour rejoindre la France libre en Angleterre. Aidé par sa belle-mère Rose Schouver, il réussit à contacter le réseau de résistants Berteaux qui se retrouve au Cristal Palace. Dans ce groupe, il y a notamment Jean Cassou. Rose Schouver alias Ourtal, fait partie du réseau de renseignements Béryl. Dac parvient à franchir les Pyrénées mais se fait arrêter le 16 novembre 1941. Il est incarcéré à la Carcel Modelo de Barcelone avant d'être remis aux autorités françaises. Jugé par le tribunal de Perpignan à un mois des prison seulement et 100 francs d'amende, il est enfermé à la prison de la ville. Un mois plus tard, le 26 mars 1942 avec 433,10 francs en poche, il rejoint sa belle-mère à Toulouse au Cristal Palace. Pierre Dac compte toujours rejoindre l'Angleterre par l'Espagne, mais les Allemands envahissent la zone sud en novembre 1942. L'affaire devient plus dangereuse pour cet homme de confession juive qui va devoir se planquer entre Toulouse et Perpignan, en cherchant des points de chute.

Capture d’écran 2018-09-01 à 12.57.48.png

© ECMF

Dinah Gervyl, alias Raymond Faure

Dans un courrier du 20 décembre 1944 servant de témoignage au profit d'un Carcassonnais condamné par la Cour du justice pour collaboration, Rose Schouver apporte des éléments à décharge en sa faveur. Nous apprenons que ce boulanger de la rue Barbès avait logé Pierre Dac chez lui. Il semblerait que cette famille - membre du Groupe Collaboration - qui devait avoir un lien de parenté avec les Ourtal ou les Faure, a usé de son influence idéologique pour abriter Pierre Dac.

Dac casqué.jpg

Pierre Dac finira par réussir à rejoindre Londres où il deviendra à la BBC, la voix de la France contre les discours haineux de Philippe Henriot : "Radio-Paris ment, Radio-Paris est Allemand !" Dans la capitale, Dinah ne se sent plus de joie : "Il a réussi, il a réussi" clame t-elle. Le 6 octobre 1944, elle finira par épouser son héros et restera avec lui jusqu'à sa mort en 1975. La comédienne Carcassonnaise mourra le 16 décembre 1977 et est inhumée à Clichy-la-Garenne (92).

1457678436.png

Si vous passez à Toulouse, 42 Bd de Strasbourg : Le Cristal Palace...

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

 

31/08/2018

Le chic gourmand remplace l'ancien Hôtel des voyageurs sur l'allée d'Iéna

 L'hôtel des voyageurs, situé allée d'Iéna en face de la place Davilla, avait été vendu aux enchères avec l'ensemble de son mobilier en 2010. Sa plaque en émail n'était plus là et seul le nom subsistait encore. La société Eyraud qui le gérait depuis 1988 restait le dernier propriétaire de cet établissement. L'allée d'Iéna était autrefois la zone industrielle de Carcassonne. Des usines, des fonderies avec leur cheminées donnaient à ce quartier un aspect industriel qui a aujourd'hui complètement disparu. L'hôtel des voyageurs avait son utilité tant que les représentants ou industriels de passage cherchaient dans le coin, un endroit pour passer la nuit.

3939328919.jpg

Au numéro 37, l'hôtel des voyageurs vers 1930 propriété de P. Quellos

1653154749.png

L'hôtel des voyageurs en 2010 après sa fermeture

Il était resté dans cet état pendant huit ans, sans repreneurs... Depuis quelques semaines, le restaurant "Le chic gourmand" vient de s'implanter dans les anciens locaux de l'hôtel. 

Chic.jpg

Comme vous pouvez le voir sur cette photographie, la façade n'a pas été beaucoup modifiée. Elle a même subi une belle cure de rajeunissement et donne un peu de lustre à cette artère si encombrée de voitures.

Chic 2.jpg

L'intérieur du nouveau restaurant 

Le chic gourmand

41, allée d'Iéna

https://www.lechicgourmand.com

___________________________________

Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

29/08/2018

De l'ancien café Sallen à la Bulle, rue Barbacane

Au mois de février 1966, Albert Sallen surnommé Bébert fait l'acquisition de l'ancien café Azéma (Chez Paulin) situé rue Barbacane. A cette époque, le café Calmet placé entre les deux ponts (Vieux et Neuf) vient d'être rasé. On y fera la place Gaston Jourdanne avec son parking faisant face à l'actuel Centre des Impôts. Bébert est un étranger dans ce quartier, puisqu'il vient de la route de Toulouse, mais son passé de marchand de volailles l'avait fait connaître dans toute la ville. Outre les lotos de fin d'années qui sont toujours complets, le café Sallen se fait une réputation en raison de la qualité de la volaille préparée et surtout, du filet de bœuf aux cèpes que le patron cuisine mieux que personne. Les habitués ne s'y trompent pas : Georges Bès, Jeannot Canal, les frères Cano, les frères Chésa, les frères Franck, Rouby, Momon Sautel, Delampie, Vaissière, etc.

Sallen.jpg

© Bruno Courrière

Albert Sallen et son chien Porthos

 Au mois de mai, c'était la fête de la Barbacane. Il n'était pas question de manger autre chose que des escargots que l'on dégustait chez Bébert, évidemment. Après le tour de l'âne organisée par Gaby Fort, les tournées se faisaient chez Sallen. Le chef d'orchestre était aux fourneaux mais ses aides servaient en salle : Dany, Paulette et Geneviève. Dans le jardin à l'arrière du café, les Italiens jouaient aux boules confectionnées à partir de bois et de terre cuite. Doit-on évoquer les parties de cartes et comment on refaisait le monde devant l'établissement attablé avec un petit Pernod ?

La bulle (mache).jpg

© Alain Machelidon

Albert Sallen vendra en 1976 son café pour des raisons de santé. La discothèque La Bulle a succédé au Café Sallen dans lequel retentissait la musique de José Marson et la voix d'un certain Gualdo. Luc Raucoules transforma le vieux bistrot en boite avant de le céder à André Garcia en 1981.

Capture d’écran 2018-08-29 à 11.04.14.png

© Google maps

Le Jardin d'été occupe les lieux

Le poète avait écrit que "les feuilles mortes se ramassent à la pelle", nous avons donc essayé d'en attraper quelques une au vol avant que "la nuit noire de l'oubli" ne fasse son œuvre.

Source

La dépêche / 14 novembre 1992

Une histoire de photographies / Martial Andrieu / Tome 3

__________________________________

 © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

26/08/2018

Le pavage de la rue Cros-Mayrevieille dans la Cité de Carcassonne

Autrefois, la rue Cros-Mayrevieille n'était les jours de pluie qu'un ruissellement de boues et de saletés transporté en bas de la Porte Narbonnaise. Ceux qui ne voulaient pas se salir devait tenir le haut du pavé, d'où l'expression passée dans le langage commun. Celle-ci définit aujourd'hui plus largement une personne qui se démarque par son statut social : on dit qu'elle tient le haut du pavé. Dans cette cité médiévale, on peut également battre le pavé depuis 1975, c'est-à-dire errer sans but dans les rues. Il est vrai que l'enfer est pavé de bonnes intentions... 

Pavage Rue Cité en 1975.jpg

© Antoine Courrière / L'Indépendant

Nous ne saurions vous dire si les rues de la Cité étaient pavées au Moyen-âge. Cependant, nous savons que la rue Cros-Mayrevieille ne l'était visiblement pas avant le mois de février 1975. A cette époque où il fait un froid de canard quand le vent s'engouffre par la Porte Narbonnaise, des ouvriers s'activaient à la pose de pavés. Leur patron, âgé de 75 ans, courbait échine et confiait au journal l'Indépendant : "Le mal de reins ? Connais pas !" Autres mœurs, autres temps... Le journaliste n'épargne pas les boutiquiers de la Cité qui pourront profiter de ce beau pavage :

" Aujourd'hui, c'est elle qui souffre (La Cité) sous les coups du progrès. Violée par le long défilé des moteurs à explosion et souillée par le toc de certaines boutiques qui n'hésitent pas à y exposer des petites Tour Eiffel, des Vierges de Lourdes et autres laideurs de plastique. Dégradée par des fils électriques, on pourrait la comparer à un personnage du Moyen-âge fumant une cigarette et portant cravate, montre magnétique et chaussettes en nylon."

Capture d’écran 2018-08-26 à 11.43.42.png

Lorsque désormais vos pieds battront le pavé à cet endroit, ayez une pensée émue pour ce vieil artisan qui les a posés 43 ans plus tôt. 

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

11:48 Publié dans La Cité | Tags : pavage | Lien permanent | Commentaires (1)

15/08/2018

Remonter le cours de l'histoire Carcassonnaise avec la photographie numérique...

Place Davilla.jpg

Place Davilla au lendemain de la Libération de Carcassonne

(24 août 1944)

Rue de la gare.jpg

Défilé du maquis de Gaja-la-Selve dans Carcassonne

(25 août 1944)

Carcassonne. Place Carnot.jpg

Défilé des maquisards place Carnot pour la Libération 

(25 août 1944)

Square Gambetta copie.jpg

Le square Gambetta rasé sur ordre des Allemands

(24 août 1944)

Square Gambetta.jpg

L'entrée de l'avenue Arthur Mullot à la Libération

(24 août 1944)

Chalabre.jpg

Les soldats Allemands à l'entrée de Chalabre

(Circa 1943)

Porte d'Aude.jpg

La porte d'Aude murée par les Allemands

(21 août 1944)

Hôtel de la Cité.jpg

Les officiers Allemands devant l'Hôtel de la Cité

(Circa 1942)

Allamans porte narbonnaise.jpg

Soldats Allemands devant la Porte Narbonaise

(Circa 1944)

Toutes ces montages photographiques ont été réalisés par l'auteur de ce blog avec des archives provenant de ADA 11 (Collection Chanoine Sarraute 1,4,5,7 et 9), David Mallen (6), Sylvain le Noach (8) et Marc Belli (2 et 3). Les photos actuelles ont été prises sur Google maps où il a fallu choisir le bon angle et les replacer à l'endroit exact. L'objectif est de prendre conscience de l'histoire en noir et blanc que l'on n'a pas vécue, avec la réalité d'aujourd'hui.

Il vous est conseillé de regarder ces photos depuis un ordinateur pour une meilleure définition.

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018