22/09/2017

La visite de S.A.R Monseigneur le duc d'Angoulême, neveu de Louis XVIII

Privé de courrier de Paris entre le 29 mars et le 19 avril 1814, le département de l'Aude se trouva dans une situation politique difficile. Nul avis de ce qui s'était passé dans la capitale ; l'information ne circulait que par voie publique. La ville de Narbonne était devenue le quartier général du maréchal duc d'Albuféra et de son armée. Après le maréchal duc de Dalmatie s'était retiré à Castelnaudary avec ses troupes. Une proclamation adressée par le maréchal Suchet à ses soldats, le 18 avril, un ordre du jour donné le lendemain par le maréchal Soult, manifestèrent leur adhésion au rétablissement de S.M le roi Louis XVIII sur le trône des Capétiens. Le 20 avril, toutes les autorités, tous les fonctionnaires de Carcassonne se réunirent pour exprimer le même sentiment. Par un mouvement spontané toute la ville fut illuminée. L'avènement de Louis XVIII le 6 avril mettait fin au règne de l'empereur Napoléon Ier. Cette information mettra deux semaines à arriver à Carcassonne.

Louis_Antoine_d'Artois.jpg

Louis-Antoine d'Artois, duc d'Angoulême

(1775-1844)

Informé que Mgr le duc d'Angoulême devait se rendre de Bordeaux à Toulouse, le préfet de l'Aude s'empressa d'aller dans cette dernière ville, afin de présenter à S.A.R l'hommage de son respect et de sa fidélité. Il fut suivi de plusieurs membres du Conseil général et des conseillers municipaux des villes du département. Le Baron Trouvé, préfet de l'Aude sous le Second Empire et dont l'épouse avait été reçue par Joséphine en 1811 au château de la Malmaison, ne mit pas beaucoup de temps à tourner sa veste.

Le prince arriva le 27 avril 1814 et ce jour-là, le préfet de l'Aude eut l'honneur de dîner avec S.G Lord Wellington. Admis le lendemain avec les députations à l'audience du prince, le préfet lui adressa le discours suivant :

J'ai l'honneur de présenter à Vôtre Altesse Royale, les députations du Conseil général et des conseils municipaux des villes du département de l'Aude. Nos vœux les plus ardents, le besoin de nos cœurs sont aussi de posséder un prince si cher à tous les Français ; n'osant encore, malgré la proximité de Toulouse, nous livrer à cette flatteuse espérance, nous venons déposer aux pieds de V.A.R l'expression de notre joie, l'hommage de notre respect et de notre fidélité. Oui, Monseigneur, tous mes administrés ont vu, avec autant d'attendrissement que d'enthousiasme, les descendants de Saint-Louis remonter au trône de leurs ancêtres, à ce trône illustre par la bonté paternelle de Louis XIII, par la loyauté chevaleresque de François Ier, par l'héroïque et touchante popularité de Henri IV. 

Au milieu de la grande réconciliation de tous les peuples qui ne rivalisent plus que d'amour pour la paix et pour le bonheur du monde, qu'il m'est doux, Monseigneur, d'être auprès de V.A.R, l'interprète des sentiments d'une nombreuse et intéressante population, heureux moi-même, si l'époux de l'auguste fille de Louis XVI daigne agréer le serment que je fais de servir avec un dévouement sans bornes S.M le roi Louis XVIII et la famille des Bourbons.

Gérard_-_Louis_XVIII_of_France_in_Coronation_Robes.jpg

Louis XVIII

MM. Pech-Palajanel, maire de Carcassonne, et Galabert, maire de Castelnaudary, eurent l'honneur de complimenter aussi S.A.R qui témoigna sa satisfaction pour les sentiments qu'on venait de lui exprimer, et promit d'en rendre compte au roi. Le lendemain, le préfet fut informé que Mgr duc d'Angoulême était disposé à venir dans le département de l'Aude pour y passer la revue des armées. Le soir, au cercle du prince, il en obtint la certitude de S.A.R elle-même.

Le 3 mai 1814, le duc d'Angoulême arriva à une heure de l'après-midi à Castelnaudary, accompagné seulement de MM. le duc de Guiche et le vicomte d'Escars, ses aides-de-camp. Il trouva les maréchaux Suchet et Soult, passa les troupes en revue et fut complimentés par les autorités. A une lieue de la ville, il rejoignit le préfet avec la garde d'honneur à cheval. Celui-ci s'adressa au prince :

Les vœux du département de l'Aude sont comblés. V.A.R nous accorde une faveur à laquelle nous aspirions. Depuis près de 40 ans, ce pays n'avait été visité par aucun membre de la famille régnante ; aucun ne s'était arrêté dans la ville de Carcassonne, depuis le séjour que daigna y faire l'auguste prince qui, par de si longues et si rudes épreuves, mûri dans l'art de gouverner, promet à la France un règne de paix, de justice et de bonheur. 

Le bonheur ! Déjà votre présence en est le gage ; elle est l'aurore des jours fortunés qui vont prospères, longtemps négligés, et dont V.A.R vient réparer l'abandon. Monseigneur, le département de l'Aude vous offre une physionomie particulière et peut-être unique en France. Il n'a point été ensanglanté par les fureurs de l'anarchie ; il n'a point été la proie des ressentiments, des réactions et de, vengeances ; il était impatient de faire éclater son respect, sa fidélité, son amour pour la famille des Bourbons. Si la ville de Castelnaudary a jouit la première de la vue d'un prince qui fait l'espoir, qui fera les délices de la patrie, les villes de Carcassonne et de Narbonne brûlent aussi de partager cette heureuse jouissance et de prouver leur enthousiasme et leur dévouement à V.A.R et au souterrain que la main de la providence a replacé sur le trône de Saint-Louis et de Henri IV.

Cent coups de canons annoncèrent l'arrivée de S.A.R. Elle monta à cheval et traversa, ayant a ses côtés MM. les maréchaux Soult et Suchet, les lignes de troupes qui bordaient son passage, et qui défilèrent devant elle aux cris de "Vive le Roi !". Le maire à la tête du conseil municipal, attendait le prince à la porte dite de Toulouse (place Davilla) ; il le complimenta, lui remit les clefs de la ville, lui offrit un dais, que S.A.R refusa. Son entrée dans Carcassonne se fit à cheval ; elle fut signalée par des acclamations à chaque pas. Un arc de triomphe avait été élevé, toutes les rues, toutes les maisons étaient décorées de tapisseries, de drapeaux blancs et de guirlandes ; toutes les fenêtres étaient remplies de dames élégantes ; de toutes parts, on entendait les applaudissements et les mêmes cris longtemps prolongés de Vive le Roi, vive le duc d'Angoulême. La garde royale l'escorta et la garde nationale à pied formait la haie.

C'est ainsi que S.A.R fut conduite à l'hôtel de la préfecture, préparé pour le recevoir. Au haut de l'escalier, la fille du préfet, à la tête des demoiselles de la ville, toutes vêtues de blanc, s'avança un bouquet de lys à la main. Le prince admit toutes les députations qui se présentèrent, et fut conduit dans le même appartement qu'avait occupé, en 1777, Le frère de Louis XVI (Louis XVIII). Après le souper, S.A.R voulut bien honorer de sa présence le bal qui était préparé à l'hôtel de ville. Le lendemain à cinq heures et demi du matin, le prince se rendit à la cathédrale  ; le clergé l'attendait à la porte avec un dais, sous lequel il fut conduit à un prie-dieu. La messe fut célébrée par M. de Laporte, évêque de Carcassonne. Le prince partit ensuite pour Narbonne avec le maréchal duc d'Albuféra.

trouvé.jpg

© Musée des beaux-arts de Carcassonne

Claude-Joseph Trouvé, par Roque fils

En janvier 1815, le Baron Trouvé et son épouse sont présentés au roi et à la famille royale. Au mois de mars, retour de Napoléon de l'île de d'Elbe ; le préfet Trouvé s'entretient avec Fouché, chef de la police. Après le Cent jours mettant définitivement fin à la tentative de retour de Napoléon, le préfet est admis à Saint-Denis le 8 juillet 1814 et renvoyé à Carcassonne. Le 15 novembre 1815, le duc et la duchesse d'Angoulême font un nouveau séjour à Carcassonne et dormiront à la préfecture. Le baron Trouvé sera destitué par ordonnance royale le 5 septembre 1816.

Sources

Description générale et statistique du département de l'Aude / Baron Trouvé / 1818

Souvenirs d'un octogénaire / Baron Trouvé

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

21/09/2017

Les souvenirs du quartier de cavalerie du 17e régiment de dragons (Caserne Laperrine)

Aujourd'hui, les Carcassonnais manifestent leur attachement aux marsouins du 3e Régiment d'Infanterie de Marine, comme ils le firent hier avec le 5e régiment de hussards, le 7e régiment de chasseurs à cheval et les 17e et 19e régiment de dragons. On ne peut tous les énumérer, mais juste mettre l'accent sur la tradition et l'histoire de notre ville de garnison. Jusqu'à la veille de la Grande guerre, Carcassonne avait été une place forte de la cavalerie française. Comme de nos jours, les militaires après leurs manœuvres sur le champ de tir de Romieu et leurs défilés sur les boulevards, participaient à la vie économique de la ville. Ce sont ces souvenirs que nous avons retrouvés dans un article de presse des années 1960, dans lequel l'architecte Raymond Esparseil raconte ce Carcassonne du XIXe siècle. Le fils de Marius Esparseil - inventeur de la mine de Salsigne - a construit l'actuel Théâtre municipal en 1935.

17e dragons carcassonne copie.jpg

© Martial Andrieu

Les cavaliers du 17e dragons dans la caserne Laperrine

Nous sommes arrivés au régiment peu après que Courteline (Georges Courtine, auteur dramatique. NDLR) eût terminé le sien, également dans la cavalerie, c’est-à-dire que nous avons connu tout ce qu’il a raconté et dont la tradition n’était pas encore perdue.
Si nous n’avons pas été les témoins de son fameux motif de punition donné par un adjudant à un bleu, qui, du troisième étage du quartier avait pris le soleil dans une glace pour le projeter violemment dans la figure de cet adjudant, nous en avons vu passer d’analogues, comme les deux jours de consigne avec le motif suivant : « A ri au nez de ce brigadier qui lui tournait le dos ».
Nous avons vu comme Courteline les prisonniers et les consignés se lever avant le réveil pour aller casser la glace des abreuvoirs dans lesquels les jeunes cavaliers devaient aller tremper leurs fesses en descendant de cheval tous ensemble et au commandement. Remède souverain, parait-il, pour préserver leurs postérieurs des écorchures si douloureuses lorsqu’elles sont à vif et lorsque l’on trotte à cheval sans étriers.

19e Dragons.jpg

© Martial Andrieu

Le 19e dragons à l'abreuvoir

La carrière des dragons était le lieu de rendez-vous de tous les Carcassonnais amateurs de haute voltige. Ils venaient admirer les exercices de voltige auxquels on nous astreignait. On était arrivé à nous faire exécuter des numéros de cirque auprès desquels ceux que l’on voit maintenant, ne sont rien. Pendant que nous voltigions, le 15e de ligne s’exerçait de son côté à des numéros de souplesse, où le bâton, la boxe et le chausson étaient surtout enseignés. Dans notre enfance, cela se passait boulevard Marcou, et nous y assistions avant notre entrée en classe au lycée.

Capture d’écran 2017-09-21 à 08.37.22.png

© Martial Andrieu

La voltige devant le manège du quartier de cavalerie


Cet enseignement, qui ne se pratique plus, était pourtant très utile, non seulement en matière d’assouplissement, mais aussi dans la vie, ainsi que je vais en donner la preuve. Un mouvement du chausson consistait à se recevoir sur une main et un pied, et à lancer l’autre sur la figure de celui qui était derrière vous.
Un de nos anciens de l’infanterie rentrait chez lui à Perpignan, dans la nuit, le long du quai conduisant à l’île Saint-Louis, lorsqu’il s’aperçut qu’un individu le suivait et se rapprochait de lui insensiblement, avec des intentions nullement catholiques, lorsqu’il fut assez rapproché, notre ami lui fit le coup du chausson en lui envoyant à l’envers un magistral coup de pied dans l’estomac. Il poussa un cri en tombant en arrière, pendant que notre ami se sauvait à toutes jambes.

Capture d’écran 2017-09-21 à 08.45.20.png

L'hôtel Dieu rasé en 1977 (parking du Dôme)

Ces classes de régiment se passaient à l’époque précédant Combes, l’irréligieux, avec le général de Galifet, ministre de la guerre, vieille baderne, bien que profondément catholique.
C’est pourquoi il existait à, ce moment une émulation religieuse extraordinaire de tous les grades. Chaque dimanche, le général de Benoist de Cavalerie en activité à Carcassonne, donnait l’exemple en assistant en uniforme avec beaucoup d’officiers et de sous-officiers à la messe dans la chapelle de l’hôpital. Cet hôpital était alors dirigé par des sœurs de charité. Il y avait une ancienne cantatrice, sœur Saint-Vincent de Paul, qui avait une très belle voix. Elle chantait à l’orgue pendant la messe de onze heures. La supérieure était très riche, elle avait proposé à la municipalité d’aménager à ses frais, un jardin devant la chapelle. Il fallait pour cela changer de place les poids publics, ce que la municipalité refusa.

dragons.jpg

© Martial Andrieu

Dragon du 19e régiment

L’armée française, après la défaite (Guerre de 1870. NDLR), s’est reconstituée insensiblement jusqu’en 1889. Il y avait en outre les bataillons scolaires ; ils étaient commandés par un gradé de l’armée de 1870 qui était également au lycée et aux Ecoles Normales. Le bataillon du lycée était composé des classes supérieures, également celui de l’Ecole Normale de garçons, avec tambours et clairons. Il avait beaucoup de succès lorsqu’on le faisait manœuvrer en ville. Il était doté du fusil Gras et de la baïonnette. Il participait à toutes les prises d’armes ainsi qu’à la revue du 14 juillet.
Ceux qui préparaient Saint-Cyr dans les classes supérieures allaient monter à cheval dans le manège du quartier de la Cavalerie. Lorsque le jeudi et le dimanche on se rassemblait dans la cour du petit lycée pour aller en promenade, le professeur de gymnastique était là pour nous apprendre le défilé et la formation par quatre.
La marche au pas était exigée tant que nous traversions la ville. Le fourniment des anciens bataillons scolaires serait entreposé dans les greniers de l’Ecole Normale de garçons.

Capture d’écran 2017-09-21 à 08.44.30.png

© Martial Andrieu

A droite, la carrière des Dragons

La carrière des Dragons servait de rendez-vous pour les rassemblements de fêtes. Les masques et les chars du carnaval s’y réunissaient avant d’aller en cavalcade, au milieu de confettis, accompagner le bœuf gras enrubanné jusqu’à Charlemagne qui était le terminus de toutes les fêtes de cet ordre.
Le grand manège, le petit n’existant pas, servait de salle de bal, de fêtes et de banquets après la démolition de l’église des Cordeliers. Les ministres venaient y discuter de la politique après un bon déjeuner. Nous y avons vu Pelletan, Poincaré, Bourgeois, les Sarraut, etc. Carcassonne, patrie des Sarraut et par là même, berceau du parti Radical, était choisi de préférence par les chefs de parti politique pour s’y combattre à coups de discours. Marty, Carcassonnais, ministre des Travaux publics ; Gauthier, Audois, ministre de la Marine, faisaient partie des orateurs que les Carcassonnais ont applaudis.
Mais avec de si nombreux rassemblements politiques, la carrière et le manège étaient aussi utilisés pour de nombreuses fêtes des régiments. Ils se préparaient à l’avance pour les fêtes de Saint-Georges. Concours hippiques, carrousel, exercices de voltige, danseurs de cordes, clowns, etc.

19e Dragons 4.jpg

© Martial Andrieu

La vie de Carcassonne était très belle avec le régiment de cavalerie. Nous avions à faire à un colonel très cocardier. Il était aussi très religieux, imité en cela, par presque tous les officiers.
Il n’admettait pas qu’un sous-officier sortit en ville sans qu’il fût en tenue de fantaisie. C’est pourquoi il nommait de préférence des jeunes gens fortunés qui, tout en ayant de l’éducation, pouvaient se payer des tenues seyantes. On ne s’en privait pas : drap noir d’officier, pantalon rouge en drap satin, crinière de casque en cheveux de femme, chaussures élégantes à éperons mouchetés, etc.
Cet assortiment, on le comprend, servait d’attrait aux jolies personnes fréquentant le régiment.
Du reste, contrairement, à ce qui se passait dans l’infanterie, en dehors du service, le sous-officier de cavalerie, à cause de son éducation, était cordialement fréquenté par son officier, et, bien qu’avec une discipline de fer dont les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent avoir qu’un bien faible idée, les relations d’inférieurs à supérieurs étaient toujours aussi respectueuses dans le service qu’amicales en dehors du service.
Il me souvient qu’au cours de manœuvres de division de 1898, étant porte-fanion du général, j’étais tenue de rester dans son entourage, au milieu de ses officiers d’état-major. Il ne faisait aucune distinction entre ses officiers et moi, lorsqu’il fallait, en plein bataille, aller porter un ordre ou modifier, un mouvement de troupe. Ses officiers de même, m’ont accueilli comme si j’étais l’un d’eux.

Quartier de Cavalerie. caserne.jpg

© Martial Andrieu

Intérieur du quartier de cavalerie

C’était l’époque des bals de la préfecture que chaque préfet donnait plusieurs fois. Il s’y déroulait un certain faste rappelant l’éblouissement des fêtes d’autrefois ayant illuminé Carcassonne d’une ère de splendeur. Les grandes familles, les officiers, les chefs de service de toutes les administrations, y étaient invités avec les chefs d’industrie ou les gros propriétaires. Ces bals si distingués étaient l’objet de toutes les conversations et l’on s’y préparait longtemps à l’avance.

Bien que l’on dansât les vieilles danses et surtout la valse, il commençait à se parler des danses nouvelles : « C’est la danse nouvelle, Mademoiselle », commençait-on à chanter. Et en fait se fut le Cake-walk qui fit son apparition en premier lieu.

Je n’étais plus au service militaire et je m’exerçais à le danser avec ma cavalière (qui vit encore), quinze jours à l’avance, pour l’un de ces bals. Malheureusement, le jour du bal, je me trouvais sous-officier de dragon appelé à faire une période militaire. C’était une catastrophe, car en raison de la rareté des danseurs connaissant le Cake-walk, le coup de la surprise était manqué.
Néanmoins, me rappelant l’amicale fréquentation des officiers pour les sous-off d’autrefois, je suis allé demander au colonel de mon régiment où j’accomplissais cette période, l’autorisation d’assister à ce bal. Celui-ci, suivant la tradition qui n’était encore pas répandue. « Avec plaisir maréchal des logis, me répondit-il, je suis enchanté que l’un de mes sous-officiers aille au bal de la préfecture.
C’est alors que pour la première fois a été dansé le Cake-walk à Carcassonne, ce qui m’a valu des officiers assistant au bal, que je connaissais, une série de quolibets qui ont été répétés le lendemain par mes camarades.

Historique du 19e régiment de Dragons

Ce régiment fut formé en 1793 (décret du 27 février) avec le dépôt de volontaires à cheval réunis à Angers sous les ordres du général Leygonnier. Il prit part aux campagnes de la Première République etc de l'Empire et se distingua en maintes occasions et notamment : 

Armée de Moselle, de Rhin et Moselle, d'Allemagne 1794-1797

Armée d'Italie 1798-1799 (Porto-Fermo et la Trebbia)

Le 19e Dragons culbuta un corps de cavalerie napolitaine fort de 1500 chevaux. Pendant cette charge, le général Casabianca s'étant trouvé enveloppé par l'ennemi, fut dégagé par le maréchal des logis Martin qui reçut le brevet de sous-lieutenant en récompense de sa belle conduite.

A la Grande Armée 1805-1807 (Elchingen, Austerlitz, Iéna, Lubeck, Bohrungen et Friedland)

A l'Armée d'Espagne et du Portugal 1808-1813 (La Corogne, Braga, d'Oporto, de Las Rosas, Vitoria)

A la Grande Armée 1813-1814 (Dresde, Leipzig, Dantzig, Saint-Dizier, Brienne, La Rhotière)

Ce régiment fut licencié le 14 septembre 1815. Il ne fut reconstitué qu'en 1874 et formé par le 8e Chevaux-légers lanciers, lequel créé le 18 juin 1811.

21762455_10213526377381482_545022737066413233_o.jpg

© Martial Andrieu

Le 19e régiment de Dragons au quartier de cavalerie

Ci-dessus, l'intérieur de la caserne Laperrine. Les écuries à l'arrière de la cour seront détruites après la Grande guerre et on élèvera un nouveau bâtiment à deux étages.

Sources

Raymond Esparseil / L'Indépendant / 1960

Notes, photos et synthèse / Martial Andrieu

_____________________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

20/09/2017

Cette chapelle du XIIIe siècle rasée à proximité de la Cité

On ne connaissait pas bien la date précise de la construction de la chapelle de Sainte-Croix, même si l'architecture du chœur permettait de penser qu'elle avait dû être érigée au XIIIe siècle. Sa voûte, ses nervures, ses culs-de-lampe décorés de feuillage ne laissaient sur ce point guère planer de doute. L'oratoire sur lequel elle avait été bâtie en bordure du chemin de Palajanel, servait de chapelle annexe à l'église Saint-Michel, aujourd'hui disparue, du diocèse de Saint-Nazaire et Saint-Celse. Les habitants de l'ancien quartier Saint-Michel et Fontgrande y venaient assister à l'office dominical. En période rogations, ils y priaient pour obtenir les grâces du ciel sur les récoltes. Au cours des siècles, le lieu avait subit des transformations dans le but de l'agrandir. Cet oratoire était le dernier vestige d'un faubourg dense autour de Fontgrande. Ses habitants payèrent chèrement leur attachement 

3240082193.jpg

© SESA

En 1858, un article de presse alerte les lecteurs sur la ruine de la chapelle de Sainte-Croix. Il serait vraiment dommage qu'elle disparaisse. A Carcassonne, les vieilles pierres des anciens lieux de culte n'ont jamais suscitées d'émotion chez les élus. Quatre ans plus tard, un petit encart dans le journal évoque la disparition de plusieurs pierres sculptées de cet édifice classé par les beaux-arts. L'œuvre des pilleurs s'est effectuée loin des préoccupations quotidiennes de la municipalité. Il est à parier que ces pierres soient allées rejoindre la propriété d'un particulier, après celle d'un antiquaire recéleur.

P1070651.jpg

© Midi-Libre

La pierre taillée volée en 1962

 Faute d'entretien et menaçant de ruine, le sort municipal réservé en 1966 à la chapelle du XIIIe siècle, fut la destruction pure et simple. Bien entendu, il est inutile de demander où sont passées les pierres de taille. Au mieux chez un particulier, au pire dans une carrière.

3836297378.jpg

© SESA

Au début de l'année 1972, un comité du souvenir est constitué par les commandants Béteille et Adroit ainsi que MM. Decaud, Sourou et Sarraute. A l'endroit où se trouvait la chapelle, une stèle enfouie dans la terre est dégagée et redressée. Elle va servir de socle à l'érection d'une croix matérialisant l'emplacement de l'ancien édifice. MM. Antoine Labarre et Albert Blanc, membres du comité et de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude sont à la manœuvre. La chapelle rasée avait fait place à un dépotoir et ces messieurs obtinrent l'autorisation municipale d'y installer la croix.

croix.jpg

Antoine Labarre et Albert Blanc

 Après une messe dite à la basilique Saint-Nazaire, l'inauguration devait avoir lieu le 19 novembre 1972 en présence de l'abbé Mazières, vicaire général représentant Mgr l'évêque ; le commandant Phillipot (3e RPIMA), le commandant Campredon (Souvenir français), M. Pech de Laclause (SESA), M. Georges Cotte (Président de la Société des arts et des sciences de Carcassonne) et des membres du comité. L'abbé Mazières procéda à la bénédiction de la croix :

"Je voudrais me situer dans la lignée de tous ceux qui sont venus ici bénir et prier."

1652826354.jpg

© Martial Andrieu

La croix et son socle de nos jours

Cette chapelle accueillit une grand-messe du chapitre cathédral en 1707. En 1754, Guillaume de Bellegarde, vicaire général, y fit une visite. A la Révolution, elle fut vendue à Pierre Routier pour 1250 livres le 13 fructidor de l'an XII.

2764607782.jpg

On doit beaucoup à Antoine Labarre et à Albert Blanc. Puisse cet article réhabiliter leur mémoire auprès de ceux qui les ont oubliés. C'était une époque, hélas défunte, où des citoyens tentaient de sauver le patrimoine au plus près du terrain.

____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

19/09/2017

Faut-il supprimer le blog "Musique et patrimoine de Carcassonne" ?

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire les articles de ce blog. Je vous en remercie, cela prouve - s'il le fallait - que la qualité et la richesse des sujets abordés donne du crédit à ce site. Cela pourrait suffire à satisfaire l'auteur de ces chroniques, si l'insertion d'une publicité venait d'une certaine façon rémunérer le temps passé à effectuer toutes ces recherches. Ou bien, si elle remboursait les frais de déplacements aux archives de l'Aude, les documents et photos acquis chez les bouquinistes. Ou encore, si cette satisfaction était décuplée par le fait que les collectivités locales fassent participer cet auteur à leurs projets ; après tout ne viennent-elles pas chercher ici gratuitement des informations ?

Ou, si les lecteurs assidus de ce blog laissaient de temps à autre, un commentaire bienveillant à l'endroit du bénévole. Car il s'agit là d'une passion sans but lucratif ; le partage motive la publication du blog. Qu'est-ce donc le partage ? C'est l'antithèse de l'égoïsme qui veut l'on garde ses recherches pour soi, afin de les éditer dans un livre vendu en librairie. Vous remarquerez que sur ce point, il faudrait une encyclopédie en plusieurs tomes pour publier les articles de "Musique et patrimoine de Carcassonne". Impossible de se lancer seul dans l'aventure, le coût ne couvrirait pas le prix de ces ouvrages. Contrairement à des chanceux, "Musique et patrimoine" n'a jamais bénéficié d'une subvention pour ses livres. C'est le prix de la liberté et de l'indépendance... Elle me coûte cher !  

Alors, on me dit : "Tu ne peux pas arrêter, cela te manquerait". C'est vrai ! En revanche, je peux fort bien continuer à rédiger des articles sans les publier. Juste, les inventorier et ensuite les déposer aux archives départementales. C'est aussi, une façon de partager son savoir. Mes propos peuvent être mal compris, aussi je vais tâcher d'ajouter un argument. Chaque ligne que j'écris sur ce blog chaque jour est autant de kilomètres qui me rapprochent de Carcassonne et de ma famille, car je vis à 350 km. Si j'étais là-bas, la satisfaction de croiser un lecteur dans la rue me félicitant pour mon travail serait amplement suffisante. C'est pour cela qu'il m'arrive de vous demander de vous exprimer sur ce blog et parfois d'y glisser un mot aimable. Voyez, dimanche dernier, j'ai passé toute ma journée à traiter le sujet du massacre des protestants à Carcassonne en 1562. Certes, cela m'apporte énormément du point de vue intellectuel mais mon plaisir c'est de vous le faire partager. 

Considérant que j'en ai fait énormément pour Carcassonne depuis 2010, entre mes combats (Pétition sur la cité, Maison de la Gestapo, croix volée, etc, etc.), mes livres (9 en sept années), mes articles... Dois-je mériter autant de silence au sein des administrations, de la presse locale, de ce blog ? Plus largement, dois-je considérer que dans ce monde mercantile et déshumanisé par l'appât du gain, il n'y a plus de place pour le partage et la reconnaissance de celui-ci ? 

Merci pour votre attention

Martial Andrieu

17/09/2017

Le massacre des protestants à Carcassonne et à Limoux en 1562

Le 15 décembre 1561 - soit un mois avant l’édit royal de janvier 1562 autorisant les protestants à s’assembler pour leur culte dans les faubourgs des villes et des campagnes - Carcassonne et sa région vont être le théâtre d’affrontements sanglants. Nous allons confronter les différentes versions et surtout celle rapportée par le R.P Bouges d’après les archives de l’hôtel de ville de Carcassonne ; elle semble comporter des erreurs dans les dates et un récit éloigné de la version officielle conservée aux archives du Gard sous le titre suivant : « Remontrances et doléances des églises réformées des villes du diocèse de Carcassonne, baillées aux états tenus à Montpellier le 10 mai 1563. » Le Révérend Père Bouges se conforme à la Lettre des Consuls de l’an 1572 au Père Séraphin Cabally, général des Frères prêcheurs. Selon lui, elle « fait encore mieux le détail » sur ce qui arriva « dans la nuit du 15 décembre 1560. » On est en droit de donner davantage de crédit à une version rédigée un an et demi après les faits, plutôt qu’à celle relatée dix années après, comportant une erreur dans la date. C’est pourtant celle-ci que l’on retrouve dans « Histoire du Languedoc » et par voie de conséquence dans le Cartulaire de Mahul.

Massacre-Saint-Barthelemy-24-aout-1572-Illustration-Belles-images-histoire-H-Geron-A-Rossignol-Vers-1950-Collection-Privee_0_1400_978.jpg

© la-croix.com

Que s’est-il passé dans la nuit du 15 au 15 décembre 1561 ?

D’après Bouges, quelques jeunes Religionnaires (protestants) échaudés par le vin et encouragés par leurs ministres, s’en prirent à une image de la vierge qui trônait dans une niche devant le portail de l’église Saint-Michel. Ils la traînèrent ignominieusement dans toutes les rues de la ville, répétant à haute voix des blasphèmes. Ils avaient prévu de la mettre en pièces, mais avec le jour la laissèrent dans le ruisseau au milieu des immondices. Guillaume Besse dans « Histoires des antiquités de Carcassonne » paru en 1660, indique qu’elle avait été jetée dans la fontaine du Juge-Mage. On ne sait d’où il tient pareille référence.
L’histoire ecclésiastique de Théodore de Bèze (Livre X) nous donne une autre lecture des évènements et la confrontation de faits est fort intéressante… Si les protestants ne s’étaient pas défendus, ils seraient tous passés par l’épée. Les adversaires des Huguenots auraient incité les moines et les prêtres, soutenus par les magistrats et les officiers, usant d’inventions pour empêcher les fidèles dans leurs offices, pour les tuer et les massacrer. Pour y parvenir, dans la nuit du 16 décembre 1561 ils firent porter une image de ce qu’ils appellent Notre-Dame de l’église Saint-Michel à la rue du Majour (actuelle, rue de Verdun), devant la maison de Ramond de Poix, bourgeois, qu’ils soupçonnaient d’être de l’église réformée.

niche-vierge-vide-5.jpg

Le R.P Bouges raconte que les premiers catholiques qui virent cette image dans cet état en avertirent les Consuls. A son tour, celui-ci en avisa le Vicaire général qui ordonna des prières publiques et une procession. Une partie de la population avec zèle prit les armes, tua huit « hérétiques » et pilla les maisons. Certains d’entre-eux ne durent leur salut qu’à « la charité de plusieurs catholiques » qui les avaient caché dans leurs maisons.

Au levé du jour - selon la version officielle du 10 mai 1563 - les magistrats, consuls et une partie de la population de Carcassonne qui avait prémédité cette action, chercha à la faire savoir en faisant sonne le Tocsin et toutes les cloches de la ville. Ceci afin de faire grandir la colère du peuple. Ils contraignirent chacun à fermer boutique et à venir en procession. On ferma les portes de la ville pour que personne ne puisse en sortir et on accusa les Huguenots d’avoir détérioré l’image de la vierge. Sans prendre la peine de le vérifier, la maison du sieur Poix fut saccagée - les vitres et les portes brisées, le vin répandu à terre, les papiers et les livres dispersés. Poursuivant leur furie, conduits par le bourreau de la ville aux maisons Guille, Maigre et André Couinctes (Marchands) et Pie (libraire), elles furent saccagées. Pierre Bonnet, Guiraud Bertrand et Guillaume Saval et cinq autres qui n’étaient pas de la religion, s’y opposèrent. Ils furent massacrés. Ni les magistrats, ni les Consuls ne firent même semblant de vouloir arrêter cette tuerie. Peu de jours après, la furie s’étant calmée, les Huguenots s’en plaignirent aux magistrats. Ils auraient recours au roi, si la justice n’était pas rendue. Les coupables furent arrêtés et condamnés à la question, mais firent appel auprès de la cour du Parlement de Toulouse où les juges complaisants les renvoyèrent vers l’évêque de Carcassonne. Monseigneur François 1er de Faucon, faisant fi de ses obligations, les envoya aux juges présidiaux de Béziers où ils furent remis en liberté. Les criminels allaient encore faire parler d’eux dans les mois qui suivirent…


Le 1er mars 1562, le massacre de Vassy, dans lequel 50 huguenots furent tués et 150 blessés, allait donner des ailes aux adversaires de la nouvelle religion. Outre les massacres de Castelnaudary, le 15 mars 1562 la ville de Carcassonne allait se distinguer de la pire des manières.

remparts.jpg

Rempart de la ville basse, au bastion Montmorency

Le 15 mars 1562, le R.P Bouges indique que les Huguenots se rendirent dans les faubourgs pour entendre le prêche de leur ministre (Vigneaux, selon Mahul). A leur retour, ils trouvèrent les portes de la ville fermées et ne purent y rentrer. Ceci, toujours d’après Bouges, parce que les Huguenots avaient l’intention de prendre la ville et qu’il attendaient du secours pour cette expédition. Les deux jours suivant, ils essayèrent d’entrer par la force mais ne le purent pas. Voyant qu’ils allaient mettre le feu au faubourgs, les catholiques leur tirèrent dessus et nombreux furent tués.
Sur ce point, la version de 1563 est relativement différente… L’évêque de Carcassonne, oncle de François de Lasset et de Jéhan de Lasset, empêcha la volonté royale promulguée par l’édit de janvier 1562. Les fidèles qui s’étaient rendus dans les faubourgs pour suivre l’office, trouvèrent à leur retour les portes fermées. Ils durent s’en retourner accompagnés par des jets de pierre, lancés par-dessus les murailles. Plusieurs furent blessés. Ceci est attesté par Ramond le Roux, Juge-Mage, qu’ils trouvèrent au faubourg et au Logis de la poste. Sans magistrats, ni officier, il ne put être d’un grand secours. Les fidèles s’armèrent de bâtons pour se défendre au cas où, et attendirent que les magistrats et consuls voulurent obéir à l’Edit du roi. Au lieu de cela, la situation allait empirer…

Le 19 mars 1562, la population contraignit les fidèles à quitter la ville au coup d’arquebuses et d’artillerie. Les maisons furent pillées et saccagées ; trois fidèles périrent dans leurs habitations. Bouges indique qu’une fois chassés de la ville, il fut ordonné que tous les ans une procession générale se rende à l’église des Augustins à la chapelle de St-Joseph. Ceci pour rendre grâce à Dieu de les avoir débarrassé des Calvinistes. Ce 19 mars était la fête de Saint-Joseph. Quant à l’église des Augustins, elle se trouvait en haut de la rue de Verdun.

limoux.jpg

Limoux

Les huguenots se réfugièrent à Limoux, où, d’après Bouges, la ville fut soumise aux Calvinistes le 17 avril 1562. Un grand nombre de ses habitants catholiques y seraient morts après s’être réfugiés dans l’église. Le sieur de Pomas alla chercher de l’aide et délivra ceux qui s’étaient déjà livrés aux crimes contre les protestants. Au cours de leurs expéditions, Jacques Sabatier fut égorgé avec son fils et trois ou quatre autres protestants (La France protestante. Vol 9). Aidés par le sieur de Mirepoix, l’artillerie et le régiment de Lupian, les catholiques réussirent à enfoncer le siège de Limoux, non sans une résistance farouche. Vigneaux, le prêcheur huguenot, fut tué.

cahors.jpg

Massacre contre les protestants de Cahors en 1561


L’acte officiel de 1563 fait état d’exactions terribles. Limoux fut pillée et saccagée, les femmes et les filles violées et ravies, sous la conduite du Sieur de Mirepoix, Sénéchal de Carcassonne et maréchal de la foi.
Eugène Haag dans la France protestante, relate le pillage des maison de Monterat, Bernard Ithier et Pech. Lugua habitant de Conques fut assassiné de la manière suivante : « Amené prisonnier à Carcassonne, il fut assommé dans les faubourgs à coups de pierres, avec telle cruauté qu’après sa mort ils lui coupèrent encore les oreilles et le nez et lui arrachèrent les yeux de la tête. » (Histoire ecclésiastique / Théodore de Bèze).
Après les exécutions sommaires vinrent les assassinats juridiques ordonnés par une commission du parlement de Toulouse qui appela 59 Huguenots de Carcassonne à comparaître. Selon Bouges, Jehan de More, Rhedon seigneur de Gasparols et François Geoffroy, natif de Mazamet, furent condamnés à être traînés sur une claie, tirée à quatre chevaux. Raymond de Saix, Paul de Saint Cyran et François des Maisons à être rompus vifs. Ceci pour avoir participé à la profanation de la vierge de l’église Saint-Michel. Nulle part dans les autres sources, ceci n’est indiqué.
Dans la France protestante, des cinquante-neuf individus seuls cinq furent pendus. Théodore de Bèze rappelle que le sieur de Mirepoix introduit des étrangers espagnols dans le royaume, obligeant les fidèles protestants à abandonner leur patrie avec femmes et enfants, pour échapper à la mort.

Le 3 octobre 1562, le sieur du Villa, gentilhomme paisible, accusé d’avoir été au faubourgs de la ville basse avec ceux de la religion, ayant corcelet et pistole (ce qui était faux) et trahi par ses parents, se constitua prisonnier pour se justifier. Sans être entendu, ni défendu, il fut condamné à être décapité en dehors de la ville au lieu-dit Le Pradet. Une autre version dit qu’il s’agit de Barthélémy du Ferrier, sieur du Villa, condamné à mort par contumace 1567. Une fois rentré à Carcassonne, il fut décapité sans autre forme de procès. Son fils jura de le venger sur les habitants de Carcassonne. Il le fit en se liguant en 1587 avec les Huguenots lors qu’il était gouverneur de Brugairolles.

huguenots.jpg

© Cath.ch

Huguenots en exil en Suisse

Voici donc un récit que j’ai pris soin de rendre le plus intelligible possible, afin que chacun puisse se faire une opinion sur la foi de plusieurs versions. Cet épisode trop méconnu n’est pas sans rappeler les massacres des catholiques contre les cathares, jugés eux aussi comme hérétiques. Vingt ans avant la Saint-Barthélémy de triste mémoire à Paris, Carcassonne s’écharpait dans un bain de sang. L’Edit de Nantes apaisa pour un temps les guerres de religion, mais sa révocation par Louis XIV souffla sur des braises encore fumantes. Les protestants furent déportés en 1687 vers les colonies d’Amérique et certains moururent lors de la traversée. D’autres, condamnés à être traînés sur la claie ou déterrés et jetés à la voirie. Ce que l’on ne dit c’est que la Cité servit entre 1705 et 1713 de prison pour les filles protestantes, originaires des Cévennes. On ne connaît pas bien leur nombre, mais le pasteur Antoine Court évoque le chiffre de 250. Joseph Poux dans son ouvrage « La cité de Carcassonne. Le déclin », tempère ce nombre par le manque de place dans le château comtal.

Sources

Histoire ecclésiastique et civile de Carcassonne / R.P Bouges /1746

Bulletin de la Société d'Histoire du protestantisme français / 1858

Histoire ecclésiastique / Théodore de Bèze / Livre X

La France protestante / Eugène Haag / 1848

Cartulaire de Mahul

Recherches, notes et synthèses / Martial Andrieu

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

18:01 Publié dans Evènements | Tags : huguenots | Lien permanent | Commentaires (8)

16/09/2017

Les cafés de Carcassonne au temps des Années folles (suite)

Hier, nous avons vu une première partie de ces anciens cafés des Années folles. Nous poursuivons aujourd'hui en tenant de les compléter en sachant que leur nombre ne nous permettra pas d'évoquer le souvenir de tous.

Café Maymou.jpg

Le café de la terrasse vers 1920

Ancien café Maymou puis Grilhot, le café de la terrasse était aux mains d'André Semba en 1921. De nombreux cercles y avaient élu domicile au premier étage de l'établissement : Cercle des fonctionnaires, des sports-club et du Vélo-Club Carcassonnais. Les cavaliers du 19e régiment de dragons s'installaient sur la vaste terrasse, pendant que la société musicale de la ville y donnait quelques aubades. Aujourd'hui, l'établissement est partagé en deux parties. La première est occupée par le café Formule 1 et l'autre, par la Brasserie 4 temps de Franck Putelat.

Cafe La Rotonde en 1910.jpg

La Rotonde, boulevard Omer Sarraut

Le café de la Rotonde avait dans les années 20 pour propriétaire L. Puel. Au tout début du XXe siècle, il s'appelait Café Castéras. Idéalement placé à l'angle de la rue de la gare, le Grand café Continental lui faisait face. C'était le rendez-vous des courtiers en vins. Aujourd'hui encore, la Rotonde avec ses garçons en gilet noir et nœud papillon maintient la tradition d'un service de qualité.

Café des colonies (2).JPG

Le café des Colonies, Bd Jean Jaurès

Déjà en 1897, le Café des colonies figurait sur les annuaires de l'époque comme un établissement de premier ordre entièrement restauré en neuf. François Lassere, le propriétaire, avait entièrement transformé cet affenage pour les chevaux en café. A la belle saison, il proposait des glaces et des sorbets et la vente de la bière Müller dont il était le dépositaire exclusif. Le seul établissement ouvert la nuit jusqu'au passage des rapides. En 1921, Antoine Mialhe en était le propriétaire. C'est aujourd'hui, la Brasserie du Palais.

Café du musée (2).jpg

Le café du musée, Bd Camille Pelletan

Ce café comme son nom l'indique se trouvait à côté du Musée des beaux-arts. A l'époque du cinéma muet, l'établissement était connu pour ses projections d'après-souper. On étendait un drap blanc et le public regardait le film depuis la terrasse. Ceux qui ne voulaient pas payer se tenaient de l'autre côté et avec un miroir lisaient les sous-titres. Il connut de nombreux propriétaires dont MM. Mialhe, Emile Solé et François Galinier en 1928. Le charme ne pouvant durer à Carcassonne, il a été rasé en 1952. L'année suivante, la trésorerie générale à l'architecture stalinienne prit sa place.

café du nord.jpg

Le café du Nord

Situé à l'angle de la rue de la Digue, le café du Nord s'opposait au café du Midi. Au début du XXe siècle, son propriétaire est Léon Bourniquel qui participa en 1907, à la création du syndicat des limonadiers. En 1921, M. Ancely prit sa suite. La famille Mouton resta longtemps aux commandes, au moins jusque dans les années 1980. C'est aujourd'hui la brasserie du Dôme.

4104279361.jpg

Le café de la Comédie

 Cet établissement faisait également restaurant et proposait des chambres. En 1970, Gérard Baux qui avait fait ses premières armes au café Bristol chez Sartore, acheta le café de la Comédie à Mme Panisse. Ce fut toujours le rendez-vous des artistes en tournée à Carcassonne : Moustaki, Becaud, Brel, etc.

Machine à café. 1904.jpg

La machine à café expresso de 1911 inventée par les frères Grouard à Paris. Elle fonctionna jusqu'en 1970 dans le café de la Comédie et s'y trouve toujours.

Capture d’écran 2017-09-16 à 14.55.43.png

Le café des deux gares, bd Joffre

Situé à l'angle des avenues Foch et Joffre, cet établissement portait ce nom en raison de la proximité des gares des chemins de fer et des tramways de l'Aude. Entre les deux guerres, il fut tenu par M. Almayrac et était le siège de l'ASC. Il prit ensuite le nom de Café Bristol et connut notamment la famille Sartore aux commandes. Dans les années 1950, une rotonde fut construire au-dessus de la terrasse.

2470735826.jpg

La construction de la rotonde au premier étage

3025693634.jpg

Le café Français, place Davilla

Situé dans l'immeuble Tomey, il était la propriété de M. Flanzy au début du XXe siècle. Dans les années 1920, ce fut le café Cathary. L'établissement disparut au cours des années 1980.

Capture d’écran 2017-09-16 à 15.11.13.png

Le café des Familles

A l'angle des rues Tourtel et Antoine Marty, on voit encore sur la façade un vestige de la Belle époque : Café Raynaud. Là, se tenait le café des Familles tenu par M. Courtieu en 1921. Quand à la fin des années 1980 il ferma ses portes, une agence bancaires prit sa place. Aujourd'hui, c'est un restaurant asiatique.

Nous ne pouvions évoquer la mémoire de tous les cafés des années 1920. Vous trouverez ci-dessous une liste de ceux figurant dans l'annuaire de l'époque. Si vous avez des photographies de ces établissements dans vos tiroirs, n'hésitez pas à me contacter : andrieu-martial@wanadoo.fr

Café du commerce (Arquès), bd Omer Sarraut ; Café Minervois (Asset), route minervoise ; Azéma, rte de Narbonne ; Balmigère, 2 rte minervoise ; Buffet de la gare (Benoît) ; Béziat, rue Trivalle ; Bover, rue du marché ; Café Denis, rte de Montréal ; Café d'été, 33 rte de Limoux ; Café de l'Industrie, rue de la rivière ; Café de Paris (Théron), rte de Toulouse ; Cavilhé, rue Dugommier ; Cazanave, rue Barbacane ; Coste, avenue Arthur Mullot ; Fabre, Bd de Varsovie ; Ferrand, rue Alba ; Gasc, square Gambetta ; Café Voltaire (Gentil), Bd Barbès ; Café parisien (Gougaud), 47 rue Aimé Ramond ; Lasserre, 41 rte de Toulouse ; Loustau, café du pont d'Artigues ; Marty, rte de Montréal ; Pagès, Café de l'abattoir ; Café du Luxembourg (Plauzolles), place de Gaulle ; Puel, rue Barbacane ; Rigaud, rue Alba ; Rumeau, rue des Arts ; Rouzaud, place Davilla ; Café Montagne, square Gambetta ; Vidal, place de Gaulle ; Café de l'opéra, 3 rue Courtejaire.

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017