05/09/2018

Avis important aux lecteurs de ce blog !

Bonjour à vous tous,

Ce blog ouvert en 2010 par Martial Andrieu s'appelait à l'origine "Histoires de Carcassonne". En 2013, il prit le nom de "Musique et patrimoine de Carcassonne", hébergé gracieusement par le journal l'Indépendant. Ce dernier fermant son serveur en octobre 2018, nous sommes obligés de migrer vers une plate-forme payante qui, heureusement, nous permet de conserver l'intégralité de nos archives. Elles sont constituées de près d'un millier d'articles de toute nature sur l'histoire, le patrimoine et la musique de Carcassonne. Vous pouvez continuer à les consulter gratuitement, malgré l'abonnement annuel dont nous devons nous acquitter. Sachez que l'auteur de ce blog ne touche pas un centime de publicité et que le travail qu'il vous livre ici est uniquement motivé par la passion et l'amour de Carcassonne. Je sais, c'est vieux jeu...

Concrètement, ceux qui sont inscrits à la Newsletter continueront de la recevoir via le nouveau blog. Ceux qui ne sont pas inscrits doivent dès à présent mettre l'adresse ci-desous à leurs favoris. Les nouveaux articles sont dès aujourd'hui publiés sur le nouveau blog. L'ancien sera supprimé dans un mois.

http://musiqueetpatrimoinedecarcassonne.blogspirit.com

 

Martial Andrieu

31/08/2018

Le chic gourmand remplace l'ancien Hôtel des voyageurs sur l'allée d'Iéna

 L'hôtel des voyageurs, situé allée d'Iéna en face de la place Davilla, avait été vendu aux enchères avec l'ensemble de son mobilier en 2010. Sa plaque en émail n'était plus là et seul le nom subsistait encore. La société Eyraud qui le gérait depuis 1988 restait le dernier propriétaire de cet établissement. L'allée d'Iéna était autrefois la zone industrielle de Carcassonne. Des usines, des fonderies avec leur cheminées donnaient à ce quartier un aspect industriel qui a aujourd'hui complètement disparu. L'hôtel des voyageurs avait son utilité tant que les représentants ou industriels de passage cherchaient dans le coin, un endroit pour passer la nuit.

3939328919.jpg

Au numéro 37, l'hôtel des voyageurs vers 1930 propriété de P. Quellos

1653154749.png

L'hôtel des voyageurs en 2010 après sa fermeture

Il était resté dans cet état pendant huit ans, sans repreneurs... Depuis quelques semaines, le restaurant "Le chic gourmand" vient de s'implanter dans les anciens locaux de l'hôtel. 

Chic.jpg

Comme vous pouvez le voir sur cette photographie, la façade n'a pas été beaucoup modifiée. Elle a même subi une belle cure de rajeunissement et donne un peu de lustre à cette artère si encombrée de voitures.

Chic 2.jpg

L'intérieur du nouveau restaurant 

Le chic gourmand

41, allée d'Iéna

https://www.lechicgourmand.com

___________________________________

Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

07/08/2018

Le monument funéraire du compositeur Jacques Charpentier à Carcassonne

Il y a maintenant un an et presque deux mois, disparaissait le compositeur Jacques Charpentier (1933-2017). Cet homme d'une grande valeur intellectuelle et musicale avait choisi de résider à Carcassonne où il s'était établi au cours des années 1960. Au n°5 de la rue Trencavel, il composa la majeure partie de ses œuvres, dont son opéra en langue occitane : "Beatris de Planissolas". Délaissant l'infernale Cité médiévale et son flot de touristes, il avait pris pour asile un appartement situé à proximité de la place Carnot. C'est là qu'il finit ses jours après avoir consacré toute sa vie à la musique.

IMG_20180806_093946.jpg

Jacques Charpentier repose au cimetière "La conte" à Carcassonne (Carré 32B, Emplacement 152). Depuis quelques jours, un monument funéraire digne de ce qu'il fut, rappelle son souvenir. 

IMG_20180806_094010.jpg

Ce buste fut taillé par Robert Zilch de Reichenstein alors que le musicien n'avait que dix-huit ans. Pour l'anecdote, le célèbre sculpteur et le père de Jacques Charpentier s'étaient trouvés ensemble dans un camp de prisonniers durant la Seconde guerre mondiale. L'artiste à qui l'on doit trois des quatorze médaillons de la Faculté de médecine de Paris, promit de faire le buste de Jacques, si son père et lui revenaient vivants d'Allemagne. Cette sculpture resta longtemps dans le jardin du n°5 de la rue Trencavel, mais aujourd'hui elle a trouvé sa juste place au-dessus de son modèle.

Jacques-Charpentier.jpg

© Christophe Guibbaud / ABACAPRESS

Jacques Charpentier devant le Palais Royal à Paris

Dans notre ville où l'on célèbre plus facilement la mémoire des joueurs de rugby que celle des musiciens,  espérons que le choix d'être inhumé à Carcassonne ne sera pas pour cette illustre personne, un enterrement de seconde classe pour sa musique. Le cas de Paul Lacombe est sur ce point assez éloquent...

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

01/06/2018

"Les bourdes de Carcassonne": une spécialité bien locale...

Connaissez-vous "les bourdes de Carcassonne" ? Nous ne vous en donnerons pas ici la recette car nous n'en disposons pas ; seuls les grands maîtres confiseurs de l'Aude la gardent précieusement entre leurs mains expertes.

bourdes.jpg

Détourné d'une image empruntée à studionegre.com

Comprenez-les ! Il s'agit d'un savoir faire de plusieurs décennies issu d'une transmission essentiellement orale. "Les bourdes de Carcassonne" ne se vendent pas ; elles s'émancipent avec l'argent public.

Concours de la Bourde d'or

Prix "Hors catégorie"

convergence-lr-672-m.jpg

En bordure de la rivière Aude et en dessous du quartier des Capucins, s'est construit tout récemment dans une zone jamais épargnée par les caprices de la crue de l'Aude, une résidence H.L.M. Nous n'allons pas citer le maître confiseur - grand bailleur social devant l'éternel - afin qu'on ne puisse pas nous accuser de partialité dans l'attribution des prix. Sur cette grande parcelle se trouvaient les terrains Delteil, c'est ainsi qu'on les nommait. En effet, l'ancien propriétaire y faisait du maraîchage pour sa clinique du Bastion. Ses héritiers vendirent ensuite les terrains à la ville de Carcassonne jusqu'à ce que celle-ci décide de s'en dessaisir. Ainsi en allait-il des terrains d'Emile Delteil, chirurgien bien connu à Carcassonne, patron d'une clinique et accessoirement "Capitaine Simoun" dans la Résistance. Une fois la résidence édifiée, il fallut bien lui donner un nom. Nos confiseurs exprimèrent alors tout leur talent, car ils choisirent bien le nom d'un Delteil pour rappeler sans doute l'histoire du lieu. Le problème c'est qu'ils ne prirent pas le bon... La résidence porte celui de Joseph Delteil, le célèbre poète de Pieusse. 

Prix du public

halle.jpg

© Claude Boyer / L'Indépendant

Il y a bientôt un an la Halle aux sports, construite elle aussi sur les terrains d'Emile Delteil, était inaugurée en grandes pompes. Quelques mois auparavant, l'exécutif de la confiserie du Conseil départemental avait lancé une consultation auprès des écoles de la ville afin d'attribuer un nom à ce nouveau gymnase. On leur demanda de choisir entre quatre sportives dont aucune n'avait d'attaches à Carcassonne. J'avais à cette époque montré ma désapprobation sur ce blog et sur Facebook que l'on ne choisisse pas des personnalités féminines de notre ville. J'avais avancé le nom de Madame Eychenne qui s'était dépensé sans compter pour la Carcassonnaise gymnastique. On balaya d'un revers de main cette proposition. La Halle sport porte donc le nom de Nicole Abar, footballeuse toulousaine et militante féministe. Nos maîtres confiseurs, sans doute chagrinés par le couac né sur les réseaux sociaux, décidèrent in-extremis de donner finalement le nom de salle à Annette Eychenne. Votre serviteur peut légitiment s'en féliciter, surtout qu'il en est - mais on s'en gardera de la dire - le précurseur.

laude boyer.jpg

© Claude Boyer / L'Indépendant

Pourquoi donc, me direz-vous, faudrait-il donner le prix du public à cette bourde ? J'y viens... D'après une source bien informée, Madame Eychenne aurait été invitée à l'inauguration par un bristol envoyé trois jours seulement avant l'évènement. Prévenue trop tard, elle se serait trouvée en voyage ce jour-là et n'aurait donc pas pu s'y rendre. Effectivement, je l'ai cherchée en vain sur les photographies officielles publiées sur le site du Conseil des maîtres confiseurs du département.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

26/05/2018

La préfecture de l'Aude donne elle aussi sa liste des 23 sélectionnés...

Après Didier Deschamps la semaine dernière, on apprend hier dans la presse locale que la Préfecture de l'Aude a elle aussi dressé une liste de 23 sélectionnés. Rassurez-vous, il ne s'agit pas là d'un stage préliminaire avant une grande compétition. Tout simplement d'attribuer vingt-trois portraits d'illustres Audois, à la galerie précédent l'entrée vers le bureau du préfet. L'affaire fut tellement sérieuse et secrète qu'il nous est impossible de dire le noms des personnes ayant finalisé la sélection. La chose est maintenant entendue, les plus grands illustres du département siègent à la préfecture. Enfin, d'après ceux qui les ont choisis...

legende_dame_carcas.jpg

Dame Carcas

Ermessande de Carcassonne

Ramon de Miraval

Jean-François de la Rocque de Roberval

Françoise de Cézelly

Nicolas Pavillon

Pierre Louis Reich de Pennautier

Marie-Claire de Catellan

Jacques Gamelin

Fabre d'Eglantine

Dominique Ramel-Nogaret

André Chénier

Armand Barbès

Achille Mir

Charles Cros

Marcellin Albert

Ernest Ferroul

Marie Petiet

Paul Sabatier

Albert Sarraut

Joe Bousquet

Charles Trenet

Raymond Courrière

 On va nous dire qu'il était très difficile de dresser une liste avec si peu de noms. Certes... Mais pourquoi s'est-on arrêté à vingt-trois ? Peut-être est-ce le nombre de cantons de l'Aude. Non, ils sont trente-cinq !   D'après le préfet : "Nous l'avons voulu équilibré sur le plan des territoires, des époques. Nous avons souhaité aussi qu'il y ait des femmes."  Malgré cela, il n'y a pas de représentante féminine pour le XXe siècle et on est loin de la parité.

Le parterre d'invités était essentiellement du paysage politique départemental ; il ont dû être comblés. C'est bien là que le bât blesse... Il n'y a que d'anciens militants socialistes dans cette liste politique : Armand Barbès, Albert Sarraut, Ernest Ferroul, Achille Mir, Marcellin Albert et Raymond Courrière. Où est donc l'équilibre que l'on nous vend ? Fallait-il absolument mettre les deux fers de lance de la contestation du midi viticole de 1907, quand un seul aurait suffit à dégager une autre place ? Albert Sarraut, député Radical-Socialiste de l'Aude, ayant voté en 1940 les pleins pouvoirs au maréchal Pétain avait-il sa place, quand aucun Résistant comme Jean Bringer ne figure dans cette liste ? Et Raymond Courrière... On aurait plus apprécié d'y voir le socialiste Francis Vals, député-maire de Narbone et Président du Comité départemental de Libération. Un vrai Résistant, qui plus est, issu d'une famille modeste ! Ou encore, Vitalis Cros, préfet et ancien maire de Villeneuve-Minervois, d'obédience gaulliste. Et pourquoi pas Raymond Chésa, premier député européen de l'Aude ? Pourquoi pas le communiste Félix Roquefort, député de l'Aude et Résistant ?

Pour le côté historique, on aura choisi une héroïne qui n'a jamais existé : Dame Carcas. En revanche, toujours pas de place dans notre histoire pour le jeune Raymond-Roger Trencavel qui lutta contre Simon de Montfort, à l'intérieur de la Cité. Doit-on évoquer l'absence des compositeurs de musique, comme le Narbonnais Joseph Cassanéa de Mondonville ou le Carcassonnais, Paul Lacombe ? Ce dernier, membre de l'Institut de France et co-fondateur de la Société Nationale de Musique en 1871 avec Bizet et Massenet. Quant au milieu sportif... Il brille par son absence.

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

26/02/2018

Les collections et curiosités de Carcassonne s'exposent au Musée des Beaux-arts

Depuis l'ouverture de ce blog nous n'avons cessé d'appeler de nos vœux un inventaire et l'exposition des objets contenus dans les réserves du Musée des Beaux-arts. Il n'est jamais trop tard pour bien faire et sur ce point, remercions tous ceux qui viennent de répondre favorablement à notre longue attente. Le Musée des Beaux-arts vient d'inaugurer une exposition qui durera jusqu'au 19 mai 2018. Certains de ces objets proviennent de la mission d'évangélisation menée par le chanoine Verguet chez les indigènes.

Affiche.jpg

Je n'ai pas pu m'y rendre pour l'instant, mais j'ai obtenu des photographies. A défaut de musée archéologique, Carcassonne a trouvé le moyen de sortir de l'oubli pour un temps, quelques trésors qui sont l'objet - pour la plupart d'entre-eux - de dons provenant des membres de la Société des Arts et des Sciences de Carcassonne. Cette illustre société, fondée au milieu du XIXe siècle, a pris aujourd'hui le nom d'Académie.

28504609_1695452017183386_978067040_o.jpg

Entrée de l'exposition 

28381669_1695430877185500_1397632478_n.jpg

Casque Ottoman

28461512_1695447487183839_904533598_o.jpg

Bimbeloterie du bagne.

Noix de coco sculptée en poire à poudre (XIXe siècle)

tete.jpg

Tête réduite de Jivaro (XIXe siècle)

ville basse.jpg

Les armes de la ville basse (XIVe siècle)

salle 2.jpg

Une des salles de l'exposition

Catalogue.jpg

Du 23 février au 19 mai
Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h
Le premier dimanche du mois de 14h30 à 17h30.
Entrée libre

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018