27/04/2017

Sortie d'un livre sur le hameau de Villalbe

J'ai l'honneur de vous présenter mon dernier livre : Villalbe, un hameau de Carcassonne. Cet ouvrage, fruit d'un travail de recherches de quatre années, évoque l'histoire Villalbe depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. Plusieurs chapitres sont également consacrés à la vie sociale de ses habitants, à travers les associations et les festivités d'autrefois. Vous y retrouverez des personnes et des souvenirs, grâce aux nombreuses photographies qu'il contient.

Capture d’écran 2017-04-27 à 14.04.29.png

Ce livre sera disponible dès le 9 mai. Si vous souhaitez un ou plusieurs exemplaires, je vous invite à m'adresser un mail à cette adresse :

andrieu-martial@wanadoo.fr

Je vous dirai alors comment procéder

Villalbe, un hameau de Carcassonne

160 pages 

15 €

___________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

05/04/2017

Anniversaire du blog "Musique et patrimoine de Carcassonne"

Le 5 avril 2013, après avoir clôturé l'ancien blog "Histoires de Carcassonne" en raison des attaques calomnieuses dont il était l'objet, naissait "Musique et patrimoine de Carcassonne". C'est donc le quatrième anniversaire des chroniques consacrées à l'histoire de notre belle ville. Nous ne retracerons pas le chemin parcouru, chacun le connaît au travers des actions qui ont été menées et des articles rédigés. Je voudrais vous remercier pour votre fidélité. Si je ne peux pas voir s'afficher sur vos visages la satisfaction que vous procure la lecture quotidienne du blog, ni recueillir physiquement vos témoignages de gratitude, j'ai conscience de l'intérêt qu'il suscite chez vous. N'oubliez pas quelques fois de poster un commentaire, c'est le seul carburant qui encourage cette machine à poursuivre son action.

cake-topper-joyeux-anniversaire.jpg

20/10/2016

Mort, comme un lundi à Carcassonne...

A Carcassonne, on connaît la chanson sur le bout des doigts... Les commerçants se plaignent toujours sans jamais regarder au final ce qui ne fonctionnerait pas dans leur comportement. C'est-à-dire, les bases du commerces ; à savoir, un sourire et un bonjour. Si autrefois ces qualités indispensables suffisaient, il n'en est pas de même aujourd'hui avec la concurrence d'internet et des grandes franchises dans les zones commerciales. Le premier reste ouvert 24h/24 et 7j/7 et le second, le dimanche et les jours fériés. Pendant ce temps, nos chers commerçants du centre-ville continuent à laisser leurs rideaux baissés le lundi, soit deux jours consécutifs. On peut toujours s'en prendre au mauvais temps, à la mairie ou au bon Dieu pour pester contre la baisse du chiffre d'affaire, mais il serait temps de se remettre en question. Non ? Or, il semblerait qu'à l'exception de quelques indépendants comme la Maison de la presse, les autres restent enfermés dans leurs certitudes d'un autre âge ; celui où le défaut de concurrence leur permettait de pratiquer des prix abusifs, de faire la tronche au client et de rester fermer le lundi. Oh ! certes, nous ne généralisons pas mais quand même, c'est du vécu. 

Capture d’écran 2016-10-20 à 14.13.59.png

Un lundi à Carcassonne

Pour tenter de convaincre que rien ne change à Carcassonne - dans l'état d'esprit des commerçants - nous avons décidé de retranscrire ci-dessous un article publié par La Dépêche du Midi en février 1993.

"Le lundi, Carcassonne n'offre pas son meilleur visage. Rues désertes, rideaux de fer, magasins baissés. Le passant... passe son chemin, trop heureux de retrouver plus vite son doux foyer. 

Ville morte ou simplement endormie ? Ville, c'est sûr, où il ne fait pas bon se transformer en consommateur. "Difficile de chiffrer le nombre de commerces ouverts toute l'année le lundi, reconnaît André Breffeil, coprésident de l'Union des commerçants. Sans trop se tromper, on peut avancer un pourcentage proche de zéro." Simple constant, sans amertume. Car la prise conscience est, tout de même, là. Bien sûr, le métier est prenant et l'on travaille beaucoup, poursuit André Breffeil. Cependant, cette période difficile devrait inciter un plus grand nombre à faire des efforts. Une animation cohérente de la ville doit passer par une ouverture maximum, tous les lundis après-midi (au moins) et entre midi et deux heures, durant les périodes fortes (fêtes, mois d'été...). Sinon, le serpent se mort la queue : moins de magasins ouverts égale moins de clients égale moins de magasins ouverts. Comment s'étonner alors que beaucoup s'évadent le lundi vers Toulouse et Montpellier pour faire leurs achats ?

Aujourd'hui, outre les épiceries et autres boulangeries, seul Monoprix et quelques enseignes nationales de prêt-à-porter s'offrent au client le premier jour de la semaine. Une situation qui agace prodigieusement Maryline Palacio, patronne de Mamona, l'immanquable bazar de la rue Clémenceau. "Je trouve inadmissible qu'un boutique soit fermée deux jours de suite. C'est franchement anticommercial. Carcassonne n'est quand même pas un village ! J'entends régulièrement des clients se plaindre et me dire : "Y a rien d'ouvert". De mon côté, ce jour est en général très bon. J'ai moins de monde mais j'effectue de meilleures ventes.

mme-bastouil-mise-sur-les-lotos_204262_516x343.jpg

© L'indépendant / Claude Boyer

Nathalie Bastouil de la Maison de la presse, ne ferme son magasin que le dimanche après-midi. Et ne déteste pas le tintement du tiroir-caisse, le lundi soir, au fond de la rue piétonne. "Les touristes - ou les nouveaux arrivants - s'étonnent souvent auprès de nous de voir tant de boutique fermées, explique t-elle. Or, je crois qu'après le week-end, il y a une réelle envie de renouer avec la ville, de s'informer et de dépenser quelques sous."

Source

La dépêche / Février 1993

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

13/09/2016

Sauvez la Maison des Jeunes et de la Culture de Carcassonne !

L'association de la MJC voit le jour en 1955. A cette époque, elle compte 300 adhérents environ qui participent à douze activités. Les ateliers ne vont cesser de se multiplier et de se diversifier pour atteindre le nombre de trente-six. 

13396638_1107059552689305_124766950_o.jpg

Emplacement de l'ancienne MJC, rue du 4 septembre 

Elle s'installe d'abord dans les locaux de l'ancienne Chambre d'agriculture, puis dans la rue du 4 septembre avant de déménager le 7 octobre 1978 dans l'ancien Petit lycée - 91 rue Aimé Ramond. L'inauguration se fit en présence d'une délégation Bavaroise venue d'Eggenfelden (Ville jumelée avec Carcassonne). Le coût total des travaux : 2 951 585 francs. Subvention de l'état à hauteur de 35%.

Capture d’écran 2016-09-13 à 11.03.39.png

La MJC depuis 1978

En mai 1979, la ville procède à un aménagement décoratif. 300 arbres et arbustes seront plantés au milieu du gazon pour un coût total de 14 650 francs.

situation-financiere-tendue-a-la-mjc_691586_516x332.jpg

 En 1983, 1200 personnes possèdent la carte de la MJC, mais le nombre des Carcassonnais à profiter des activités est beaucoup plus important, notamment par l'intermédiaire des spectacles. Toutes les catégories d'âges et toutes les couches sociales se retrouvent rue Aimé Ramond.

Pour animer une telle entreprise du temps libre, deux permanents, une secrétaire et plus de 100 animateurs bénévoles sont à pied d'oeuvre tous les jours (sauf le dimanche). Originalité de la MJC, l'existence en son sein, d'un conseil d'animation qui se réunissait régulièrement et qui permettait à tous les responsables de mieux se connaître et d'imaginer des animations en commun. Ceci évitait tout cloisonnement au sein de chaque atelier.

La présence d'un Centre International de Séjour dans le même bâtiment, donnait encore une autre dimension à la MJC. Réservé aux groupes, qu'ils soient d'études, de loisirs ou sportifs, le CIS disposait de 60 lits en 1983. Il était complémentaire de l'Auberge de Jeunesse située dans la Cité. En 1978, le CIS comptabilisait 2800 nuitées ; quatre ans plus tard, ce chiffre passait à 5600.

Le conseil d'administration de la MJC en 1983 comptait 31 membres : André Bastien (président), Georges Saury (Vice-président), Joseph Brisot (Secrétaire), Louis Fermandez (Trésorier). Deux permanents, pris en charge en grande partie par la mairie, étaient Yves Larregola et Michèle Guitard. Renée Saint-Loup s'occupait du secrétariat comme employée communale.

La MJC en soins palliatifs

La MJC de Carcassonne ne va pas bien financièrement, c'est le moins que l'on puisse dire. La situation serait telle - d'après les journaux locaux - que la structure associative jouerait sa survie. La ville de Carcassonne et la Communauté d'agglomération ont considérablement réduit la voilure budgétaire qui était dévolue à la MJC - une perte sèche de 90 000 €. Le Centre International de Séjour qui faisait entrer de l'argent dans les caisses a fermé. Comment vit une association ? Avec des subventions et des adhérents ! Faute de subventions, elle doit trouver d'autres sources de financement pour ne pas mourir. La MJC n'a pas eu d'autres choix que d'augmenter les cotisations de plus de 50 %. Voilà une situation quasi intenable... Pourtant, elle n'a plus le choix ; elle doit faire croître considérablement le nombre des adhésions.

Nous ne rentrerons pas dans des considérations d'ordre politique sur les orientations de la ville en matière culturelle. Toutefois, constatons simplement qu'elle a mis un coup de sécateur aux subventions en direction des associations culturelles et populaires. S'il est vrai que le budget de la commune n'est pas un puits sans fond et que la gestion associative doit être rigoureuse (La MJC est déficitaire), on se demande ce que l'on souhaite préserver. Dans une France fracturée par la misère et le chômage, les MJC sont encore un facteur de lien social, populaire et laïc. Un enfant occupé par cette association, aura moins de change d'aller vandaliser le mobilier urbain, par exemple. On ferait l'économie de la videosurveillance, si on ouvrait les théâtres, les bibliothèques et les musées. Aujourd'hui, la politique économique détruit tout ce que Malraux avait mis en place : les conservatoires, les centres culturels, les orchestres nationaux, etc... L'état veut des gens qui consomment, pas des gens qui pensent - c'est bien trop dangereux. 

 En ce début de mois de septembre, où les parents sont en recherche d'activités pour occuper intelligemment leurs enfants en dehors de l'école, la MJC propose de multiples ateliers. Dans quelques mois, la clé sera peut-être sous la porte et six salariés dans la charrette iront grossir les listes de Pôle emploi. Une première en France. Carcassonne rentrera t-elle dans l'histoire, avec un petit h ?

http://www.mjc-carca.org

______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

11:21 Publié dans Actualités | Tags : mjc | Lien permanent | Commentaires (5)

04/09/2016

Trois bâtiments de notre patrimoine vont être classés !

C'est avec une joie non dissimulée que j'ai le plaisir de vous annoncer que la ville de Carcassonne vient d'obtenir le classement de trois immeubles à l'inventaire des monuments historiques. Ceux qui suivent fidèlement ce blog savent que pour l'un d'entre eux, nous n'avons pas ménagé notre peine pour le faire connaître du grand public et attirer l'attention des élus sur son état. C'est le but de nos articles qui n'ont pas d'autres prétentions que d'alerter, de sauvegarder ou de valoriser. Nous fournissons également des renseignements et des documents aux administrations, même si nous ne nous en vantons pas. 

Capture d’écran 2016-09-04 à 10.02.57.png

Les services du patrimoine nous ont cordialement transmis le document officiel ci-dessus qui officialise le classement du Groupe scolaire Jean Jaurès, des Bains-douche et du Palais de la Micheline.

Capture d’écran 2016-09-04 à 10.06.23.png

L'école Jean Jaurès fut inaugurée par Gaston Doumergue - Président de la République - au mois de juillet 1928, lors des Fêtes du bimillénaire de la Cité. 

4096324610.jpg

Comme nous l'indiquions dans un article paru la semaine dernière, les Bains-douches de Carcassonne ont été construits en 1911 par l'architecte Léon Vassas. Ils se trouvent dans la rue de Lorraine.

ce-batiment-est-desormais-propriete-de-foncalieu_802608_516x343.jpg

Le Palais de la Micheline, communément appelé par les vieux Carcassonnais "Or-Kina Sabatier", se trouve sur l'avenue du général Leclerc. Il était au début du XXe siècle la vitrine de la distillerie de Michel Sabatier. Ce bâtiment est le plus extraordinaire témoin de l'architecture Art nouveau, que nous ayons à Carcassonne. A l'intérieur, la salle des fêtes est un petit bijou. Il vient d'être acquis par la société des vins Foncalieu ; un retour aux sources en quelque sorte.

1906909809.jpg

En 2013, Vincent Cassagnaud - architecte en chef des Bâtiments de France - avait émis le souhait que ce bâtiment fût classé. Aujourd'hui, c'est donc chose faite et c'est un beau cadeau d'adieu qu'il laisse à la ville de Carcassonne. Le nom de M. Cassagnaud est à inscrire en tête de ceux qui ont fait avancer considérablement la connaissance et la préservation de notre patrimoine communal. Saluons aussi le travail des services de l'urbanisme et du patrimoine, des élus qui ont travaillé sur ces dossiers.

Ci-dessous l'un de nos articles 

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive...

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine /2016

19/08/2016

La dyslexie des transcripteurs du cadastre Carcassonnais

Nous pourrions continuer à nous amuser autour des plaques de rues de cette bonne ville de Carcassonne, tant les coquilles sont nombreuses et variées. Pour s'en dédouaner chaque nouvelle municipalité qui a eu à affronter la critique a cherché à botter en touche : "Ce n'est pas nous, c'était déjà là avant". Comme chaque enfant pris le doigt dans le pot de confiture... Sauf que là, il ne s'agit pas d'enfantillages mais de respect pour les personnages de l'histoire de France, auxquels on doit rendre l'hommage qu'ils méritent. Dans un article publié hier, un journal local relate la communication de la mairie selon laquelle l'ensemble des erreurs va être corrigé. Reprenant le sempiternel refrain "elles étaient là, avant nous", le responsable explique qu'une commission extra-municipale d'historiens et de passionnés, va être mise en place pour pallier désormais à toutes ces erreurs. Là, on voudrait bien sourire mais cette personne ignore que cette commission existe déjà - sûrement parce qu'elle ne se réunit jamais. Sous la municipalité précédente, Madame Martinez - 1ère adjointe - présidait ce cénacle chargé d'attribuer les nouveaux noms de rues et d'en modifier les erreurs. On comptait déjà dans ses rangs MM. Marquié et Bonnet - deux érudits incontestés. Il semblerait que l'efficacité des réunions n'ait pas permis de transformer sur le terrain, les bourdes inscrites sur les panneaux. Pourquoi ? La réponse se trouve dans l'article d'hier. Le responsable explique que c'est le service technique - pas le service culturel, ni du patrimoine - qui s'occupe des modifications et des remplacements des plaques. Autant demander à mon boucher de faire vêler les vaches ! Je rappelle que est "Carcassonne, ville d'art et d'histoire" et "Patrimoine mondial". Ajouterions- nous le label "Ville d'improvisations" ?

13925004_10209771508272101_1612523246626305430_n.jpg

Les services municipaux font plus de shopping dans les Galeries Lafayette, que d'histoire avec le Marquis de la Fayette. Quant à la particule, elle ne prend jamais de majuscule. 

13903287_10209709223795028_5520546408673630391_n.jpg

Jacques Offenbach devenu subitement suédois fait un come-back, mais c'est loin d'être comme Bach. Dans cette rue, j'avais fait changer les plaques en 2012. Une seule résiste encore, juste pour se démarquer ou pour rappeler le peu de sérieux de nos communaux.

Capture d’écran 2016-08-19 à 09.46.43.png

Je me suis amusé à faire le tour du quartier - je suis taquin. A des endroits, la rue Beethoven est seulement indiquée par des numéros. Je croyais que c'était les numéros de ses symphonies... Non, c'est pour faciliter la vie du facteur.

Le cadastre

Au service du cadastre Carcassonnais, on doit recevoir la charge en héritage depuis des décennies. Comment expliquer alors qu'ils soient tous atteints par une dyslexie aigüe ? Nous avons observé que de très nombreux noms de quartiers ont été modifiés en dépit de toute recherche historique. Cela ne tient qu'à une lettre, mais qui change radicalement l'histoire locale. Plaignons les chercheurs lorsqu'ils doivent analyser et confronter les plans anciens avec ceux d'aujourd'hui...

Quelques exemples

La FerraNdière est devenue La FerraUdière

(Zone du côté de Salvaza)

CucurLis est devenu CucurNis

(Route de Toulouse)

Le domaine de MoUreau devient MoReau

(Route de Berriac)

St-Jean de BrucaFel devient St-Jean de BrucaTel

(A Grazailles)

Le chemin de MaleLait devient MaTelait

(A Villalbe)

GrazailleS devient Grazaille

Le GPS

Autre inconvénient - non sans conséquences - les GPS perdent la boussole. Par exemple, à Villalbe... La rue Joseph Comes (1893-1979) - un ancien conseiller municipal du hameau - prend le prénom de Jean. Pourquoi ? Sur la plaque, il est inscrit J. Comes. La ville ne savait plus si c'était Jean, Joseph ou peut-être encore Josabeth. Au petit bonheur, on a opté par Jean. Manqué ! 

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016