07/08/2018

Le monument funéraire du compositeur Jacques Charpentier à Carcassonne

Il y a maintenant un an et presque deux mois, disparaissait le compositeur Jacques Charpentier (1933-2017). Cet homme d'une grande valeur intellectuelle et musicale avait choisi de résider à Carcassonne où il s'était établi au cours des années 1960. Au n°5 de la rue Trencavel, il composa la majeure partie de ses œuvres, dont son opéra en langue occitane : "Beatris de Planissolas". Délaissant l'infernale Cité médiévale et son flot de touristes, il avait pris pour asile un appartement situé à proximité de la place Carnot. C'est là qu'il finit ses jours après avoir consacré toute sa vie à la musique.

IMG_20180806_093946.jpg

Jacques Charpentier repose au cimetière "La conte" à Carcassonne (Carré 32B, Emplacement 152). Depuis quelques jours, un monument funéraire digne de ce qu'il fut, rappelle son souvenir. 

IMG_20180806_094010.jpg

Ce buste fut taillé par Robert Zilch de Reichenstein alors que le musicien n'avait que dix-huit ans. Pour l'anecdote, le célèbre sculpteur et le père de Jacques Charpentier s'étaient trouvés ensemble dans un camp de prisonniers durant la Seconde guerre mondiale. L'artiste à qui l'on doit trois des quatorze médaillons de la Faculté de médecine de Paris, promit de faire le buste de Jacques, si son père et lui revenaient vivants d'Allemagne. Cette sculpture resta longtemps dans le jardin du n°5 de la rue Trencavel, mais aujourd'hui elle a trouvé sa juste place au-dessus de son modèle.

Jacques-Charpentier.jpg

© Christophe Guibbaud / ABACAPRESS

Jacques Charpentier devant le Palais Royal à Paris

Dans notre ville où l'on célèbre plus facilement la mémoire des joueurs de rugby que celle des musiciens,  espérons que le choix d'être inhumé à Carcassonne ne sera pas pour cette illustre personne, un enterrement de seconde classe pour sa musique. Le cas de Paul Lacombe est sur ce point assez éloquent...

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

01/06/2018

"Les bourdes de Carcassonne": une spécialité bien locale...

Connaissez-vous "les bourdes de Carcassonne" ? Nous ne vous en donnerons pas ici la recette car nous n'en disposons pas ; seuls les grands maîtres confiseurs de l'Aude la gardent précieusement entre leurs mains expertes.

bourdes.jpg

Détourné d'une image empruntée à studionegre.com

Comprenez-les ! Il s'agit d'un savoir faire de plusieurs décennies issu d'une transmission essentiellement orale. "Les bourdes de Carcassonne" ne se vendent pas ; elles s'émancipent avec l'argent public.

Concours de la Bourde d'or

Prix "Hors catégorie"

convergence-lr-672-m.jpg

En bordure de la rivière Aude et en dessous du quartier des Capucins, s'est construit tout récemment dans une zone jamais épargnée par les caprices de la crue de l'Aude, une résidence H.L.M. Nous n'allons pas citer le maître confiseur - grand bailleur social devant l'éternel - afin qu'on ne puisse pas nous accuser de partialité dans l'attribution des prix. Sur cette grande parcelle se trouvaient les terrains Delteil, c'est ainsi qu'on les nommait. En effet, l'ancien propriétaire y faisait du maraîchage pour sa clinique du Bastion. Ses héritiers vendirent ensuite les terrains à la ville de Carcassonne jusqu'à ce que celle-ci décide de s'en dessaisir. Ainsi en allait-il des terrains d'Emile Delteil, chirurgien bien connu à Carcassonne, patron d'une clinique et accessoirement "Capitaine Simoun" dans la Résistance. Une fois la résidence édifiée, il fallut bien lui donner un nom. Nos confiseurs exprimèrent alors tout leur talent, car ils choisirent bien le nom d'un Delteil pour rappeler sans doute l'histoire du lieu. Le problème c'est qu'ils ne prirent pas le bon... La résidence porte celui de Joseph Delteil, le célèbre poète de Pieusse. 

Prix du public

halle.jpg

© Claude Boyer / L'Indépendant

Il y a bientôt un an la Halle aux sports, construite elle aussi sur les terrains d'Emile Delteil, était inaugurée en grandes pompes. Quelques mois auparavant, l'exécutif de la confiserie du Conseil départemental avait lancé une consultation auprès des écoles de la ville afin d'attribuer un nom à ce nouveau gymnase. On leur demanda de choisir entre quatre sportives dont aucune n'avait d'attaches à Carcassonne. J'avais à cette époque montré ma désapprobation sur ce blog et sur Facebook que l'on ne choisisse pas des personnalités féminines de notre ville. J'avais avancé le nom de Madame Eychenne qui s'était dépensé sans compter pour la Carcassonnaise gymnastique. On balaya d'un revers de main cette proposition. La Halle sport porte donc le nom de Nicole Abar, footballeuse toulousaine et militante féministe. Nos maîtres confiseurs, sans doute chagrinés par le couac né sur les réseaux sociaux, décidèrent in-extremis de donner finalement le nom de salle à Annette Eychenne. Votre serviteur peut légitiment s'en féliciter, surtout qu'il en est - mais on s'en gardera de la dire - le précurseur.

laude boyer.jpg

© Claude Boyer / L'Indépendant

Pourquoi donc, me direz-vous, faudrait-il donner le prix du public à cette bourde ? J'y viens... D'après une source bien informée, Madame Eychenne aurait été invitée à l'inauguration par un bristol envoyé trois jours seulement avant l'évènement. Prévenue trop tard, elle se serait trouvée en voyage ce jour-là et n'aurait donc pas pu s'y rendre. Effectivement, je l'ai cherchée en vain sur les photographies officielles publiées sur le site du Conseil des maîtres confiseurs du département.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

26/05/2018

La préfecture de l'Aude donne elle aussi sa liste des 23 sélectionnés...

Après Didier Deschamps la semaine dernière, on apprend hier dans la presse locale que la Préfecture de l'Aude a elle aussi dressé une liste de 23 sélectionnés. Rassurez-vous, il ne s'agit pas là d'un stage préliminaire avant une grande compétition. Tout simplement d'attribuer vingt-trois portraits d'illustres Audois, à la galerie précédent l'entrée vers le bureau du préfet. L'affaire fut tellement sérieuse et secrète qu'il nous est impossible de dire le noms des personnes ayant finalisé la sélection. La chose est maintenant entendue, les plus grands illustres du département siègent à la préfecture. Enfin, d'après ceux qui les ont choisis...

legende_dame_carcas.jpg

Dame Carcas

Ermessande de Carcassonne

Ramon de Miraval

Jean-François de la Rocque de Roberval

Françoise de Cézelly

Nicolas Pavillon

Pierre Louis Reich de Pennautier

Marie-Claire de Catellan

Jacques Gamelin

Fabre d'Eglantine

Dominique Ramel-Nogaret

André Chénier

Armand Barbès

Achille Mir

Charles Cros

Marcellin Albert

Ernest Ferroul

Marie Petiet

Paul Sabatier

Albert Sarraut

Joe Bousquet

Charles Trenet

Raymond Courrière

 On va nous dire qu'il était très difficile de dresser une liste avec si peu de noms. Certes... Mais pourquoi s'est-on arrêté à vingt-trois ? Peut-être est-ce le nombre de cantons de l'Aude. Non, ils sont trente-cinq !   D'après le préfet : "Nous l'avons voulu équilibré sur le plan des territoires, des époques. Nous avons souhaité aussi qu'il y ait des femmes."  Malgré cela, il n'y a pas de représentante féminine pour le XXe siècle et on est loin de la parité.

Le parterre d'invités était essentiellement du paysage politique départemental ; il ont dû être comblés. C'est bien là que le bât blesse... Il n'y a que d'anciens militants socialistes dans cette liste politique : Armand Barbès, Albert Sarraut, Ernest Ferroul, Achille Mir, Marcellin Albert et Raymond Courrière. Où est donc l'équilibre que l'on nous vend ? Fallait-il absolument mettre les deux fers de lance de la contestation du midi viticole de 1907, quand un seul aurait suffit à dégager une autre place ? Albert Sarraut, député Radical-Socialiste de l'Aude, ayant voté en 1940 les pleins pouvoirs au maréchal Pétain avait-il sa place, quand aucun Résistant comme Jean Bringer ne figure dans cette liste ? Et Raymond Courrière... On aurait plus apprécié d'y voir le socialiste Francis Vals, député-maire de Narbone et Président du Comité départemental de Libération. Un vrai Résistant, qui plus est, issu d'une famille modeste ! Ou encore, Vitalis Cros, préfet et ancien maire de Villeneuve-Minervois, d'obédience gaulliste. Et pourquoi pas Raymond Chésa, premier député européen de l'Aude ? Pourquoi pas le communiste Félix Roquefort, député de l'Aude et Résistant ?

Pour le côté historique, on aura choisi une héroïne qui n'a jamais existé : Dame Carcas. En revanche, toujours pas de place dans notre histoire pour le jeune Raymond-Roger Trencavel qui lutta contre Simon de Montfort, à l'intérieur de la Cité. Doit-on évoquer l'absence des compositeurs de musique, comme le Narbonnais Joseph Cassanéa de Mondonville ou le Carcassonnais, Paul Lacombe ? Ce dernier, membre de l'Institut de France et co-fondateur de la Société Nationale de Musique en 1871 avec Bizet et Massenet. Quant au milieu sportif... Il brille par son absence.

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

26/02/2018

Les collections et curiosités de Carcassonne s'exposent au Musée des Beaux-arts

Depuis l'ouverture de ce blog nous n'avons cessé d'appeler de nos vœux un inventaire et l'exposition des objets contenus dans les réserves du Musée des Beaux-arts. Il n'est jamais trop tard pour bien faire et sur ce point, remercions tous ceux qui viennent de répondre favorablement à notre longue attente. Le Musée des Beaux-arts vient d'inaugurer une exposition qui durera jusqu'au 19 mai 2018. Certains de ces objets proviennent de la mission d'évangélisation menée par le chanoine Verguet chez les indigènes.

Affiche.jpg

Je n'ai pas pu m'y rendre pour l'instant, mais j'ai obtenu des photographies. A défaut de musée archéologique, Carcassonne a trouvé le moyen de sortir de l'oubli pour un temps, quelques trésors qui sont l'objet - pour la plupart d'entre-eux - de dons provenant des membres de la Société des Arts et des Sciences de Carcassonne. Cette illustre société, fondée au milieu du XIXe siècle, a pris aujourd'hui le nom d'Académie.

28504609_1695452017183386_978067040_o.jpg

Entrée de l'exposition 

28381669_1695430877185500_1397632478_n.jpg

Casque Ottoman

28461512_1695447487183839_904533598_o.jpg

Bimbeloterie du bagne.

Noix de coco sculptée en poire à poudre (XIXe siècle)

tete.jpg

Tête réduite de Jivaro (XIXe siècle)

ville basse.jpg

Les armes de la ville basse (XIVe siècle)

salle 2.jpg

Une des salles de l'exposition

Catalogue.jpg

Du 23 février au 19 mai
Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h
Le premier dimanche du mois de 14h30 à 17h30.
Entrée libre

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

07/10/2017

Le nouveau parvis de la cathédrale Saint-Michel ne fera pas l'unanimité !

Tout a débuté il y a bientôt dix ans avec le plan de relance de Nicolas Sarkozy, dont les bâtiments classés Monuments historiques ont largement bénéficié. Carcassonne obtenait de la part de l'état, la restauration de la cathédrale Saint-Michel : réfection des toitures et des gargouilles, remplacement des pierres défectueuses. Le Grand orgue de Cavaillé-Coll entièrement révisé par le facteur Nicolas Toussaint a été béni par Monseigneur Planet, évêque de Carcassonne, le dimanche 24 septembre 2017. Quelle émotion que d'entendre pour la première fois résonner tous les timbres de ce merveilleux instrument ! Citons à ce titre l'excellent organiste Florent Mamet pour sa virtuosité.

cathedrale-saint-michel.jpg

Depuis ce temps donc, notre joyau de l'art religieux Languedocien fait sa toilette. Ce chantier s'achèvera dans quelques semaines, avec l'inauguration d'un parvis devant l'entrée Est de la vieille dame. De mémoire, il n'y a jamais eu de parvis devant notre cathédrale, pas plus d'ailleurs qu'il y en a eu au Moyen-âge devant Notre-Dame de Paris. Quand on a déjà un joli square gazonné devant pour admirer la façade, a t-on besoin d'un parvis bétonné ? Là, est toute la question surtout lorsqu'on ne peut raser les immeubles autour pour offrir davantage de dégagement. Eh ! bien. Il semble que l'architecte des bâtiments de France et ses collègues du ministère de la culture aient vu les choses différemment.

lustres.jpg

Les nouveaux lustres financés, choisis et placés par l'Etat dans la cathédrale

N'excluons pas sûrement quelques édiles de notre bonne ville qui ont dû participer à cette commission. Ont-il entrepris des recherches sur l'origine de la construction de ce square, bientôt transformé en parvis ? Si seulement, ils avaient eu l'heureuse initiative de nous le demander...

sap01_mh013667_p.jpg

© Ministère de la culture

Jusqu'à la première moitié du XXe siècle, le square faisant face à la cathédrale n'existait pas. Sur son emplacement s'élevaient des maisons d'habitation et la rue de la lune permettait de passer du boulevard Barbès à la rue Voltaire. Après la Grande Guerre, tout ceci fut rasé et resta en terrain vague. Il ne restait que les murs qui l'entouraient. Sur le boulevard Barbès, des baraques de photographes et de marchands s'adossaient à ce mur.

mieusement.jpg

© Ministère de la culture 

Chantier de restauration de la cathédrale en 1884

A l'occasion d'une grande fête commémorative, le 14 septembre 1919 à 9 heures sont dévoilées et inaugurées les plaques de marbre portant le nom des soldats de Carcassonne tués à l'ennemi, disparus ou morts sous les drapeaux en 1914-1918. Cette cérémonie à l'initiative du conseil municipal dirigé par M. Faucilhon (maire) se déroule dans la grande salle de la mairie. Ces plaques de marbre ont été démontées lors de la destruction de l'hôtel de ville au milieu des années 30. Nous parlons ici de celui qui se trouvait jusqu'en 1933 sur l'emplacement de celui que l'on nomme maintenant "Ancienne mairie". Quand il fut détruit, on décida de fixer ces dalles comportant les noms des poilus décédés au combat, contre le mur du square faisant face à la cathédrale. Elles s'y trouvent toujours avec le nom de mon grand-père... Il n'y a pas si longtemps, ce jardin fut baptisé "Square de l'armistice de 14-18 et de la capitulation nazie".

3569607556.jpg

Les enfants de Carcassonne "Morts pour la France"

En 1948, le futur square n'était donc qu'un terrain vague et les murs enserrant la cathédrale ne permettaient pas d'admirer le porche d'entrée, ni la façade. 

89251533.jpg

© Martial Andrieu

Le terrain vague et la rue de la Lune vers 1945

Le 22 juin 1949 vers 11h45, le maire Philippe Soum donna symboliquement le premier coup de pioche afin d'abattre les murs enserrant la cathédrale. Ce projet avait échoué depuis près d'un siècle ; c'était au moment où Viollet-le-duc achevait le gros œuvre de la restauration de la cathédrale Saint-Michel. Là, l'ensemble des parties prenantes se sont entendues : M. Naudet (Architecte en chef des Monuments historiques), M. L'Archiprêtre, M. Soum (Maire de Carcassonne). M. Bourely, architecte des Monuments historiques, adressa à la Commission, un rapport qui reçut un avis favorable.

Il y a un projet beaucoup plus simple que ceux de Viollet-le-duc et Saulnier. Il consiste à abattre les murs entourant la cathédrale, sauf la partie subsistante des anciens remparts, notamment les murs de l'enclos appartenant aux Beaux-arts qui autorisent la ville à construire sur son emplacement et celui de la rue de la lune, un square qui réunirait le boulevard Barbès et la rue Voltaire. Ce projet revaloriserait un quartier de la ville. Saint-Michel n'a pas de porte... La porte était anciennement placée au nord (pour éviter le vent de cers). Elle a été murée par le Chapitre au début du XIXe siècle. La petite porte près de la tour n'est pas suffisante pour les cérémonies, notamment les sépultures. Quant à celle qui a été percée provisoirement par Viollet-le-duc en attendant un grand porche trop fastueux, ayons le courage de la regarder et d'avouer qu'elle ne ferait pas de réclame à un garage ou à une usine. Une table de communion cache de sa lourde masse, les cérémonies du chœur à un bon quart de l'assistance. La direction des Beaux-arts approuve totalement la réouverture de la porte du nord avec le déplacement de la chaire qui en est la conséquence, l'aménagement de la Sainte-Table, la construction à l'ouest d'une porte décente. Qui finance ?" (La Républicain / 25 octobre 1949)

parvis 2.jpg

© L'indépendant

Le conseil municipal valide la construction du square le 3 novembre 1950. Les travaux débuteront en mars 1951. Peu à peu cet espace s'ornera des vestiges d'une fenêtre de la maison Grassialo et de la statue de Jeanne d'arc.

Le nouveau parvis

Comme nous l'écrivons en début d'article, la transformation d'un square verdoyant en parvis bitumé n'est pas du goût de tout le monde. Pour le moment, on s'exprime à voix basse mais nous n'avons rencontré personne pour sauter de joie.

parvis

Un aspect du chantier ce samedi

Imaginez aujourd'hui, un espace bétonné au centre et un rétrécissement latéral supporté par des blocs de béton qui devraient accueillir des végétaux. C'est le parti pris de nos grands penseurs, alors même que la municipalité manifeste sa volonté de revenir au végétal. Deux exemples : le square Gambetta, le Jardin de la poste et le futur square Chénier.

Jeanne d'Arc privée de parvis ?

Selon les informations que nous avons recueillies auprès de la cathédrale Saint-Michel, la statue de Jeanne d'Arc sera mise dans le jardin du Chapitre. C'est-à-dire derrière le chevet de la cathédrale, là où personne ne la verra à côté de la Croix de mission. Cette statue avait été acquise par le chanoine Combes et placée dans une fenêtre donnant sur le boulevard Barbès, depuis l'actuel lycée privée St-François. C'est en 1972 qu'elle fut mise dans le square de la cathédrale, avec la plaque des réfugiés d'Alsace-Lorraine. Sera t-elle restaurée ?

Parvis.jpg

Jeanne d'Arc autrefois dans le square

Il se dit que le choix de pousser la fille de Lorraine à l'écart du parvis, serait dicté par la volonté d'exclure de sa vénération, les processions patriotiques du Front National. Mais chut... c'est pas correct de le dire. Barbès peu trembler à deux pas de là, car les vénérations communistes... Nous qui ne vénérons que le patrimoine, sommes marris.

Sources

Léon Riba / Carcassonne. Ses places, ses rues / 1951

Le Républicain / Octobre 1949

Programme des fêtes de l'armistice / 1919

Recherches, notes et synthèses / Martial Andrieu

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

12:09 Publié dans Actualités | Tags : parvis | Lien permanent | Commentaires (6)

30/06/2017

Simone Veil s'était réfugiée près de Carcassonne en juin 1940

Depuis ce matin, les hommages se multiplient après l'annonce du décès de Madame Simone Veil, ancienne ministre de la santé et Présidente du parlement européen. Tout le monde sait bien qu'avant la loi sur l'Interruption Volontaire de Grossesse qu'elle défendit à l'Assemblée Nationale, les femmes n'avaient que des aiguilles à tricoter à s'introduire dans le vagin pour stopper une maternité non désirée. Que beaucoup d'entre elles mouraient d'hémorragies. Que les faiseuses d'anges passaient devant les tribunaux et que certaines étaient même guillotinées. Que d'autres plus fortunées, allaient se faire avorter dans des pays où la pratique était légalisée. Que la majorité des filles mères gardaient leur enfant en l'abandonnant devant les églises ou les maternités, ou bien étaient mises à la rue par leurs familles, se considérant déshonorées. Madame Veil mit ainsi fin à bien des drames sanitaires et sociaux, non sans créer un vif émoi dans les milieux conservateurs et religieux.

000_arp1857238.jpg

Simone Veil née Jacob arrêtée à Nice par la Gestapo en raison de sa religion juive, sera envoyée à Auschwitz avec sa mère et sa sœur. Son père et son frère, dans un camp en Estonie. Seule la jeune Simone et sa sœur reviendront vivantes de cet enfer. Dans une interview accordée au Mémorial de la Shoah, Simone Veil raconte pendant près de trois heures ce passé qui la tourmente. Nous avons relevé le passage concernant son séjour près de Carcassonne.

8.jpg

Le 10 juin 1940, l'Italie de Mussolini déclare la guerre à la France. A Nice où vivent les Jacob, le père de Simone est un homme posé et clairvoyant. Il n'a qu'une peur ; c'est qu'une fois l'armistice signée, les Italiens ne revendiquent l'ancien comté de Nice et éventuellement la Savoie. "Mes enfants Italiens ? Jamais ! s'exclame t-il." Pensant les protéger de ce péril, il les envoient par le train rejoindre ses oncles et tantes. Ces derniers ayant fui Paris depuis l'invasion de la France par les troupes Allemandes, s'étaient réfugiés dans un village à côté de Carcassonne. Dans les souvenirs de Simone Veil, elle arrive le 15 ou 16 juin 1940 dans cet hôtel près de Carcassonne. Là, pendant trois ou quatre jours, elle vit entassée avec ses oncles et ses tantes. Les gens déracinés pleuraient et l'angoisse se faisait encore plus vive. C'était un lieu où se trouvaient beaucoup de réfugiés Belges. L'atmosphère pesante contrastait avec le bel été chaud qui s'annonçait. Finalement, la crainte d'une séparation encore plus longue avec ses parents amena les oncles et tantes à la renvoyer à Nice. Le téléphone fonctionnait encore... Eux, souhaitaient trouver le moyen de rejoindre l'Angleterre. Simone avec sa sœur et son frère rentra sur la côte d'azur où un effroyable destin l'attendait avec sa famille.

Peut-être ne saurons-nous jamais dans l'hôtel de quel village, Simone Veil a séjourné. Je pencherais pour Bram, qui fut un lieu de rassemblement important pour les réfugiés de Belgique à cette époque. 

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017