18/04/2017

Un trésor archéologique massacré sous le square Gambetta en 2006

Le projet de construction d'un parking souterrain de 400 places en lieu et place du square Gambetta avait engagé en 2005, la réalisation de sondages préventifs dirigés par l'INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives). Les historiens locaux connaissaient l'existence sur le site d'un ancien couvent de Franciscains, élevé sur décision de St-Louis après la destruction de celui se trouvant au pied de la cité. Les premières pierres seront posées dans la seconde moitié du XIIIe siècle, mais il faudra attendre la fin du XIVe siècle et le début du XVe pour voir le cloître et la dernière aile des bâtiments conventuels achevés. Les guerres de religion auront raison des bâtiments et les frères se réfugieront à l'intérieur des remparts entourant la nouvelle ville. Ils garderont tout de même leurs terres en jardins sur lesquels on aménagera à la fin du XIXe siècle le square Sainte-Cécile, baptisé ensuite du nom de Gambetta.

Square Gambetta 2004.jpg

Les fouilles préventives menées par Agnès Bergeret débutèrent fin octobre 2006 pour une durée légale de trois mois. Sur les 5500 m2, l'ensemble monastique a été dégagé en collaboration les entreprises du chantier sur une superficie de 3000 m2. C'est le plus important jamais observé en Languedoc-Roussillon, mais la prescription scientifique a concerné seulement quatre zones sur 900 m2. Nous savons que le couvent s'étend plus au sud, au delà du square et empiète sur l'entrée de l'avenue A. Mullot.

2637816555.jpg

© INRAP

A trois mètres en dessous du niveau de la chaussée, les fouilles ont mis en évidence les soubassements d'un cloître, des sépultures et une partie de l'église. Cette dernière n'a pas pu être dégagée, car elle s'étend hors des limites du site de fouilles. Au total, ce sont 93 individus qui ont été inhumés dans différentes parties. Parmi elles, six sépultures dans l'angle sud-ouest du terrain, et un caveau dans la galerie de circulation orientale du cloître où furent dégagés 25 individus.

759155032.jpg

Les carcassonnais furent invités à se rendre sur le site le 15 février 2007, où une visite leur fut faite par les agents de l'INRAP. Après quoi, les bulldozers écrasèrent cet ensemble archéologique de premier plan. Reste à savoir si le parking en béton armé qui a pris sa place, résistera dans les dix siècles à venir. A titre personnel, je trouve lamentable que l'on ait pas encore pensé à placer un panneau ou une plaque pour rappeler l'emplacement de ce couvent. Ne serait-ce pas la moindre des choses ?

fouilles3.jpg

Une vue de l'ensemble du site archéologique

fouilles.jpg

Sur ce cliché, des sépultures inhumées depuis le moyen-âge.

fouilles4.jpg

De ce trésor archéologique, il en restera rien ! Après les fouilles préventives, les bulldozers ont fait leur oeuvre ; l'ensemble des fondations du couvent et de l'église sont passées au pilon pour servir d'agrégats. La terre, elle, a servi pour créer un jardin d'enfant dans Carcassonne. Les promesses de la municipalité de l'époque, de conserver une partie de ces trésors en les mettant sous plexiglas dans le futur parking souterrain n'a pas été tenue. On aurait pu, comme cela s'est fait ailleurs, dessiner sur les dalles en surface le plan de ce couvent pour le matérialiser aux yeux du public. Aujourd'hui, les carcassonnais ignorent encore son existence.

gambetta square.jpg

Le square Gambetta en 2008... Depuis 2015, un nouvel aménagement de surface a rendu de la verdure à cet immonde glacis. Toutefois, où sont passés les vestiges archéologiques et les squelettes ? Personne n'a l'air à Carcassonne de s'en soucier, mais c'est Carcassonne. A Narbonne (Sous-préfecture), le Musée régional archéologique est actuellement en construction et sera achevé en 2019...

Mis à jour le 18 avril 2017

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

Les pierres tombales ont été enlevées par des engins mécaniques, c'était effrayant ! Je me demande ce qu'elles sont devenues....
Ces fouilles étaient une occasion pour la Bastide de préserver des vestiges médiévaux tout à fait exceptionnels qui auraient sans aucun doute donné aux touristes qui visitent la Cité, l'envie de passer un des ponts sur Aude....
Mais un parking, c'est tellement mieux !!!!
Pauvre Square Gambetta, pauvres vestiges du couvent des franciscains, sacrifiés eux aussi pour le business !

Écrit par : Fabienne | 01/06/2013

Merci pour ce billet. Encore une découverte pour moi: le précédent nom du square. Je l'ignorais.
Détruire un beau jardin, massacrer un morceau de l'Histoire!
Que répondre à ça ? Mon intelligence doit faire défaut pour arriver à comprendre une telle décision !!!
Certains tueraient père et mère pour atteindre leurs ambitions, voilà à quoi ça me fait penser.
Etait-ce vraiment la seule solution pour des places de parking ? Je crois bien qu'il y a 3 parkings souterrains dans la ville. Quel est le taux de remplissage ?

Écrit par : Brigitte | 01/06/2013

Je connais à présent, le récit complet de la destruction du square Gambetta et des découvertes archéologiques.
Mais comment a-t-on pu laisser détruire un tel patrimoine ?
Cela fait partie de l'histoire de la Ville de Carcassonne.
Je suis encore plus révoltée, un vrai massacre! Et le mot n'est pas trop "fort".
Même si les nouvelles sont tristes, merci à vous Mr ANDRIEU de nous en faire part pour qu'à l'avenir ne se reproduise plus ce genre de "procédé" scandaleux.

Écrit par : LE GOASTELLER Marie-Thérèse | 01/06/2013

Martial,
Les commentaires precedents,devraient te motiver,pour nous faire en plusieurs fois l'histoire de ce square depuis le 13 siécle.
Grace à Henri ALAUX et Alfred RAUCOULES(dont tu posséde les travaux),nous le connaissons mieux.
Que pense les autres lecteurs de ton blog,(allez y poussez).

Écrit par : jacques blanco | 01/06/2013

Vous avez raison Jacques.
Martial nous permet d'être moins ignorants et nous apporte souvent des réponses que, par paresse ou pris par notre quotidien, on néglige d'aller chercher.
Il éveille toujours plus notre curiosité et motive notre envie d'en savoir plus: partager, poser des questions aux anciens, aller farfouiller deci delà, se remémorer le passé pas si lointain ou mieux connaître un passé plus éloigné.

Écrit par : Brigitte | 01/06/2013

allez y poussez poussez les enfants de l'AS allez y poussez poussez les enfants de l'ASC !!!!
Martial, Jacques ..... je pousse !

Écrit par : chantal | 01/06/2013

@Jacques BLANCO : ce blog est hyper instructif, il révèle la face "cachée" de toute une "histoire que l'on a amputée" au détriment "de l'argent" et de constructions inutiles......
Mille fois merci à Mr ANDRIEU (et oui encore) de nous en faire connaître le côté "dérangeant" pour certains mais REALISTE pour les lecteurs de ce blog qui chaque jour, découvrons avec joie (les retrouvailles) et aussi avec tristesse certaines disparitions d'objets appartenant au patrimoine de la ville de Carcassonne.............mais comme un "coup de baguette magique", un miracle "refait surface".....SUPER CONTINUEZ!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : LE GOASTELLER Marie-Thérèse | 01/06/2013

De la place au charbon, au square Sainte-Cecile, dédié aux arts , écrin pour le Musée, dessiné par les frères Buhler, qui ont réalisé les grands parcs de Lyon, Bordeaux Béziers. Il y a déjà toute une histoire.
Du couvent des cordeliers dont on savait l'existence , l'emplacement , l'importance matérielle avec son faubourg, le rôle dans l'histoire de l'inquisition avec la présence de Bernard Délicieux, et dans l'histoire de la ville , il y a encore toute une histoire.
De la méchante fouille qui aurait pu révéler beaucoup plus, à l'absence de surveillance des travaux il y a toute une histoire.
Enfin une nouvelle histoire urbaine de la ville s'est écrite par la mise en place d'une grande esplanade sans lien avec la ville, la disparition du continu des boulevards et un irrespect des niveaux de sol.
Mais n'est pas pas urbaniste qui veut .

Écrit par : Marie | 02/06/2013

je ne sais pas si les décision sont prises par un seul homme à Carcassonne,
ou bien, il doit y avoir plusieurs personnes qui auront ce massacre sur la conscience...

il étonnant que durant ces années 2000, des destructions comme celle-ci soit encore possible...

je reste perplexe, sur l'effacement de ce site archéologique... pourquoi ?

dans les années 1970, il y eu le même cas
à Toulouse, place du Capitole, concernant l'une des principale porte de la ville gallo romaine. Les camions ont emporté les restes de ce monument exceptionnel par lequel passa le taureau qui tirait Saint Saturnin, 1er évêque catho. de la ville.
Les archéo. de l'époque courraient derrière les camions, sans grand succès.

OUI, mais c'était dans les années 1970.

Les restes du château des comtes de Toulouse se trouvent sous le palais de justice et visible au grand public, car tous les moyens ont été mis en oeuvre pour les préserver.

Oui, mais c'était dans les années 2000.

Nous devons laisser le patrimoine aux futures générations.

Bernard est une nouvelle fois effacé de l'histoire....

Écrit par : jpp | 02/06/2013

Quel gâchis ! encore une fois Carcassonne est perdante , ils auraient pu faire quelque chose de sympa en conservant ce trésor archéologique , gambetta est vraiment impersonnelle aujourd'hui . Quel manque d'imagination de la part de la Mairie !

Écrit par : sylvie | 18/04/2017

Bien la preuve que la Cité mise à part (car elle, au moins, rapporte de l'argent...) la ville se moque éperdument de tout le reste. Une irresponsabilité qui un jour finira bien pas se payer.

Écrit par : Christian Viguié | 19/04/2017

et pourtant ,on pense encore attirer les touristes dans la ville basse --- mais avec quoi ,bon sang ?? rien à voir à part des vitrines désertes - bientot des façades de couleur !!! mais quelle valeur ?? et les toits qui tombent en ruines --- et toutes ces quilles comme des parcs à moutons --- c'est quoi ? c'est de l'art contemporain peut etre ??? je m'interroge et ne comprend pas tout !

Écrit par : marcelle | 19/04/2017

Que dire de plus , tu l'as dit et c'est malheureusement archi vrai , c'est Carcassonne !!!
Ville de campagne triste et grise qui n'a JAMAIS su mettre en valeur son patrimoine, qui n'a jamais su organiser avec brio une manifestation ( 14 juillet anarchie des parkings sauvages autour de la cité, 2 heures d'embouteillage après le feu minimum , police complètement dépassée ) ....... c'est vraiment dommage , moi qui suis Carcassonnais je suis dégoûté,et peu fier , d'une ville qui pourrait pourtant être Unique .Gens de pouvoir allez voir ailleurs ce qui ce passe , à Limoux et ses Toques et Clochers , à Narbonne avec ses ronds point fleuris , son espace liberté, ses halles vivantes etc etc .........merci pour vos articles

Écrit par : Joye Christophe | 21/04/2017

Les commentaires sont fermés.