14/01/2017

La saga des clubs musicaux Carcassonnais du Congo au Conti

Tout commence au 12 rue de l'Aigle d'or à la fin du XIXe siècle avec le Café-Restaurant Lambert-Burniquel. A cette époque, Carcassonne comptait près de 100 établissements de ce type. Entre les deux guerres, le café change de propriétaire ; il passe successivement de Sentanac à Lagarde jusqu'à la Libération.

Sentenac (2).jpg

Le Congo

En 1945, deux associés Rigail et Bouisset transforment l'établissement en cabaret et lui donnent le nom de la colonie dans laquelle ils ont fait fortune. Le cabaret est ainsi baptisé: "Le Congo". Jusqu'en 1955, les plus grands jazzman de l'époque y viendront faire le "boeuf" avec de jeunes instrumentistes carcassonnais issus du "Hot Club de jazz"

014.JPG

Pierre Alay, André Delmas et Raymond Buisan

La devanture du Congo était faite de banbous et l'intérieur avait une décoration très africaine.

Jenny Alpha au Congo. Carcassonne Fev 1948.jpg

Jenny Alpha (1910-2010), chanteuse et comédienne réunionnaise, en février 1948 au Congo. Elle est accompagnée par Loulou Boyer (piano), Teddy Rambaud alias André Delmas (contrebasse), Claude Alay (clarinette) et André Malacan (batterie), tous musiciens carcassonnais.

Reportage Johny Hess copie.jpg

Le chanteur Johnny Hess (1915-1983), inventeur du style musical Zazou au Congo. On lui doit la chacun populaire "Je suis swing". A ses côtés, la chanteuse française Anne Chapelle. On vit aussi des musiciens de jazz célèbres comme James Moody, Georges Arvanitas, Mezz Mezzrow, Guy Lafitte, Marcel Zanini, etc...

hess_johnny_je_suis_swing.jpg

https://www.youtube.com/watch?v=Ht4hGxczUZo

Il y eu aussi la grande époque de Robert Chaliès qui vit défiler au Congo, Eddy Barclay au piano et Henri Salvador à la guitare. Notons également le passage de Jacques Brel, Mouloudjy, Johnny Hallyday, etc...

img107.jpg

Une soirée au Congo avec Jean Pidoux (clarinette), André Malacan (trompette), Jean Osmont (saxophone), Loulou Boyer (piano).

Le Club

Le Club.jpg

"Le club" va succéder dans les années 50 au "Congo" après son rachat par René Guardiola. On y fera toujours du jazz avec Titi Laffargue et Roger Alonso, entre autres.

img117.jpg

René Guardiola et Marius Laffargue (Contrebasse)

Le Club rue de l-Aigle d-or ann-es 70 001.jpg

Le club, version pattes d'éph', dans les années 70. Derrière le comptoir, Albert (serveur) et René Guardiola (patron). Avec le sandwich, Roselyne Cros que je remercie pour sa photo.

Le Conti

526x297-bDO.jpg

Pour connaître le Conti dans sa configuration actuelle, il faudra attendre la reprise de l'établissement par Manuel Pena. Ce dernier travaillait au Grand café Continental en face la gare, qui appartenait à Pierre Pavanetto. En 1992, cet établissement est vendu à une célèbre chaîne de Fast Food et Manuel, comme d'autres carcassonnais, devient orphelin de son Conti. Il achète alors, rue de l'Aigle d'or ce qui était devenu la discothèque "Le club" ainsi qu'une partie du mobilier du Grand Café Continental et lui donne le nom de: "Le Conti". Tous les carcassonnais l'appelleront familièrement en souvenir de Pavenetto "Le petit Conti".

1168634984.JPG

L'établissement aujourd'hui est la propriété de Frédéric Seguy, depuis 2002. Au premier étage dans les années 1990, il y avait une belle salle de billard et une excellente convivialité créée par les frères Pena.

conti.jpg

Le Conti en 2017 fait toujours danser la jeunesse Carcassonnaise.

https://www.facebook.com/Clubbing-Le-Conti-828122317282913/

_____________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017

Commentaires

durant mon adolescence , on passait devant le Congo avec envie -mais on n'osait pas rentrer car c'était pour les "grands "on se contentait du Paichérou - c'était pas si mal d'ailleurs -
une belle page de la vie carcassonnaise -

Écrit par : marcelle | 14/01/2017

Ce fameux Congo! A la réputation un peu sulfureuse ( Comme le pensait les " bonnes gens " d'après tonton Georges ). Je me souviens très bien de Jean Osmont et de sa fille. Ils avaient un magasin de cuir et bagages entre la pharmacie et la mairie. Jean Osmont était un musicien hors pair !

Écrit par : Charles | 14/01/2017

Pensaient...

Écrit par : Charles | 14/01/2017

vous oubliez l episode ou c est CLAUDE PAVANETTO ,frere de PIERRE qui le tient, annees 64,65,66 ???? je ne suis pas tout a fait sur des dates...

Écrit par : LHEZ jp | 14/01/2017

Les dates sont certainement juste puisque je crois qu'il avait cet établissement lorsqu'il a eu son accident en février 66, si vous avez des infos sur lui, des photos.... je suis preneuse!

Écrit par : Laurence | 04/03/2017

Les commentaires sont fermés.