07/06/2013

Une croix discoïdale retrouvée à Villalbe

Le plus ancien des compoix du hameau de Villalbe disponible aux archives départementales de l'Aude, date de 1714. Très précis pour l'époque, ce plan nous apprend beaucoup de choses sur la configuration de Villalbe haute au début du XVIIIe siècle. Cependant, le dessin d'une croix de forme discoïdale au bout du chemin de la procession des rogations (actuelle petite côte du foyer), a attiré ma curiosité. Ce type de croix ne matérialise pas une sépulture mais le passage d'une procession. On en trouve une de similaire du XIIIe siècle à Fanjeaux. Les rogations précédaient de trois jours, l'ascension. Les fidèles observaient alors un jeûne et les prêtres bénissaient les cultures. Je me suis mis alors à rechercher cette croix, car peut-être pensais-je qu'elle était encore là... enfouie. J'ai trouvé sur le talus à gauche bordant le chemin qui monte au foyer, sortant du sol et cachée par une sapinette, un vestige en granit. J'ai creusé pour trouver sa base et j'ai découvert son socle. Je vous laisse aprécier mes conclusions...

2030369617.jpg

Le compoix de 1714 du hameau de Villalbe

915945555.JPG

Le chemin de la procession des rogations et au bout, la croix.

425765085.JPG

Le dessin de la croix de forme discoïdale

264895520.jpg

Le vestige en granit trouvé sur le talus. On remarque à gauche le bras avec une courbure. Sa partie jumelle a droite, a été cassée.

877806900.jpg

Le socle après avoir été dégagé de la terre et des feuilles qui le recouvrait

232835314.jpg

La partie inférieure de la croix reconstituée selon mon hypothèse

452588807.jpg

La croix discoïdale du XIIIe siècle de Fanjeaux (Aude). Celle de Villalbe devait être plus petite. Selon les anciens du hameau, elle était encore là au moment de la construction du foyer de Villalbe. Ce seraient les engins de chantier qui l'auraient en partie détruite.
______________________________________
 
© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

 

Commentaires

si elle a été casse au cours de ce siècle lors d'un chantier peut être que les fragment sont a proximité

Écrit par : seb | 07/06/2013

J'ai la même pensée que "seb".
Mais je suppose que des "fouilles" ont été faites aux alentours ou peut-être la partie manquante se trouve en décoration dans un "jardin" du village.
Votre blog "va réveiller les consciences" et elle va refaire enfin "surface"!

Écrit par : LE GOASTELLER Marie-Thérèse | 07/06/2013

quel dommage quelle soit abimée que de trésors encore vous reste - t-il a découvrir !! c'est passionnant je suis friande de toutes vos découvertes ....peut etre que les morceaux de la croix sont enfouis pas loin de la mais dans quel état????......MERCI mARTIAL

Écrit par : constance pressoirs | 07/06/2013

la question qu'il faudrait se poser, est : pourquoi fut elle placée à cet endroit ?

Écrit par : JPP | 07/06/2013

ces stèles pouvaient également servir de délimitation de territoire, dans ce cas diificile d'en savoir plus, vu l'état de délabrement et l'absence de représentation du chef

Écrit par : JPP | 07/06/2013

quelques références.

« Les stèles discoïdales du département de l'Aude une collection mise à jour ». Marquet Florian. Archéologie en Languedoc, 2004. Vol. N° 28, pages 53 à 71.
Lattes. ISSN 0221-4792
« À la suite d'un travail universitaire, une étude sur les stèles discoïdales du pays d'Aude a été menée, ce qui a permis d'établir un nouveau catalogue complétant celui établi par Pierre Ucla en 1979. Lors de la publication de ce remarquable travail ce dernier avait comptabilisé 175 de ces monuments funéraires, typiques du sud de la France. Aujourd'hui, ce nombre peut être augmenté et passer à 220 pièces. Il est, bien sûr, loin d'être définitif et au cours de ma recherche il a souvent été fait allusion à des pièces n'ayant pas encore été répertoriées. Il restera donc, pour les années à venir, encore à enregistrer de nouvelles découvertes et le catalogue pourra, du moins je le souhaite, s'enrichir de nouvelles références ».

« Signalisations de sépultures et stèles discoïdales : Ve-XIXe siècles ». Actes des journées de Carcassonne, 4-5-6 septembre 1987. Baudreu, Dominique. Centre d'archéologie médiéval du Languedoc, 1990. 240 p.
ISBN : 2950432107

« Contribution à l'étude des stèles discoïdales du Languedoc ». Ucla, Pierre. Archéologie du Midi médiéval, 1983. p. 69-92

Écrit par : JPP | 07/06/2013

Les commentaires sont fermés.