27/01/2017

La chapelle de Sainte-Croix, à jamais disparue

 Hélas, trois fois hélas, il ne reste rien de la Chapelle de Sainte-Croix car selon des témoins, son état de délabrement menaçait la sécurité des visiteurs et on entreprit de la détruire en 1966. C'était une époque où l'on ne se préoccupait pas de la restauration du patrimoine ; il faut reconnaître avec justesse que sur ce point les temps des choses ont évolué. En compensation, dans les années 60-70 quelques hommes avec peu de moyens ont mené un travail formidable d'inventaire pour tenter de sauver ce qui pouvait l'être. Ce fut le cas d'Antoine Labarre (1910-1995), artisan de la sauvegarde du petit patrimoine carcassonnais, dont on ne parle plus maintenant mais à qui nous devons beaucoup. Parmi ses sauvetages, il faut compter la pose de la statue "La France blessée" dans le cimetière St-Michel après 40 années d'oubli dans un entrepôt municipal.

img251.jpg

Sur cette photographie prise d'avion en 1928 (collection Martial Andrieu), j'ai réussi à retrouver la chapelle de Sainte-Croix au bout du chemin du même nom. Bâtie vers le XIVe-XVe siècle, l'édifice se trouvait selon l'abbé Sabarthès (Dictionnaire topographique de l'Aude/ pp.376) sur l'ancienne route de Carcassonne à Lagrasse et à l'intersection de deux chemins, l'un allant à Palajanel, l'autre à Cazaban.

img249.jpg

A l'aide d'un puissant scanner j'ai agrandi cette partie de la photo, bien plus petite qu'un timbre poste. On obtient une image, certes de médiocre qualité, mais qui prouve qu'en 1928 la chapelle était encore debout.

patrimoine

© SESA

Plan en coupe de la chapelle Sainte-Croix détruite en 1966

patrimoine

Aquarelle de Mme P. Andrieu peinte en 1925

patrimoine

La chapelle en 1966

patrimoine

Le chevet

P1040148.JPG

 Antoine Labarre et Albert Blanc décidèrent avec l'aide de la municipalité en 1972, de matérialiser l'emplacement de l'ancien édifice religieux par une croix.

P1040149.JPG

La croix est ainsi scellée sur une ancienne borne d'octroi qui matérialisait l'entrée de Carcassonne. Elle se trouvait près de l'actuel stade Mazet, sur la route de Limoux.

P1040150.JPG

Une plaque en marbre blanc rappelle l'emplacement de la chapelle. Sur l'ancienne borne d'octroi, on été gravés les initiales d'Antoine Labarre et d'Albert Blanc avec la date de 1972.

Si vous souhaitez vous rendre sur place, longez le mur du cimetière de la Cité à partir de la porte Narbonnaise. Prenez ensuite le première chemin à gauche, il se nomme Sainte-Croix. Un kilomètre après, vous arriverez à l'ancienne chapelle de Sainte-Croix.

Documentation

Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude

Mise à jour Janvier 2017

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017

Commentaires

Mr Antoine LABARRE était menuisier,son frére ferronnier d'où leur surnom (la barre de bois, la barre de fer).
Antoine est devenue policier au commissariat de Carcassonne,étant trop brave pour être répressif,il avait la fonction de "facteur".C'est lui qui portait les convocations.(Souvenir désagréable,mes parents ont été avertis et convoqués par ce moyen(et par Antoine) pour une bêtise de jeunesse que j'avais commis.
Toujours souriant,poli,discret,trés bon dessinateur,il a reconstitué d'aprés des éléments écrits,des sites de Carcassonne.
Nous devons beaucoup à cet autodidacte dont les travaux ,servent aux chercheurs et historiens actuels,il fut l'un des premiers à décrire et expliquer dans le détail le reservoir du 17 eme de la porte de toulouse(Place Davilla)
Le dimanche avec son ami Mr HUBERT ils suivaient les laboureurs afin d'étudier les pierres qui étaient soulevés par le soc de la charrue.
L'info de la borne d'octroi RT DE LIMOUX ,est de Mr HUBERT

Écrit par : jacques blanco | 11/06/2013

Merci pour cet hommage à un homme discret et attachant, qui avait la passion de l'histoire de Carcassonne et de ses alentours. Il a laissé beaucoup d'écrits sur ses recherches avec de nombreuses illustrations .

Écrit par : mamichou | 12/06/2013

J'ai découvert l'existence de cette chapelle il y a moins de 2 ans alors que je faisais des recherches aux Archives sur tout autre chose.... Il y a aux Archives des articles de presse évoquant cette église, sa destruction etc..... Heureusement, il y a les Archives ! Merci pour cet article qui fait revivre l'espace d'un instant ce patrimoine sacrifié...

Écrit par : Fabienne | 11/06/2013

merci pour cette publication qui rend ommage a mon grand pere antoine labarre

Écrit par : bernard patrice | 11/06/2013

Encore une découverte pour moi. Merci.

Écrit par : Brigitte | 11/06/2013

Je suis la fille de Mr LABARRE Antoine et je lis avec intérêt tous les articles que vous publiez dans votre blog sur CARCASSONNE et ses alenrtours.

Je suis flattée tout comme mon frère Louis de voir que vous mettez en valeur la passion de papa sur tout ce qu'il a pu écrire sur ses recherches, d'autant plus qu'en
plus d'être érudit historiquement, il était très connu sur CARCASSONNE et apprécié pour son caractère sociable et aimable. Lorsqu'on le rencontrait au hasard d'une rue en policier sur son vélo portant les plis, avec son sourire jovial.

Personnellement, j'avais commencé de publier sur un BLOG 2 articles relatifs à Jeanne d'ARC et Jean d'AULON, et le château de CAUDEVAL qui était la propriété de son écuyer et d'où est native notre grand-mère maternelle, écrits de sa main sur ses cahiers que je possède.

Par manque de temps car j'ai d'autres passions, j'ai arrêté de recopier ses articles, me demandant si je ne ferais pas mieux de les faire publier dans un petit recueil. A ce jour, je ne l'ai pas fait , me contentant seulement de fournir ses notes historiques ; fruit de ses recherches aux communes m'ayant demandé des renseignements sur la leur.

Mon frère compte vous adresser une photo de notre père et je vous remercie de le mettre à l'honneur en faisant revivre son souvenir par ses écrits personnels en votre possession.

sa fille BERNARD Anne-Marie née LABARRE

Écrit par : BERNARD | 11/06/2013

J'ai bien connu la chapelle Ste Croix avant sa démolition ; ma grand-mère m'y amenait souvent en promenade et me parlait des cérémonies qui s'y étaient déroulées. La chapelle était en mauvais état mais sa porte était encore en place. J'ai pu la voir se délabrer progressivement dans les années 50 sans que personne ne s'y intéresse et sans que l'on n'y fasse aucun travaux. Autrefois, des processions s'y faisaient depuis la Cité et le curé de St Nazaire y célébrait l'office puis ce fut l'abandon. Il n'y avait jamais aucun visiteur dans ce coin isolé de campagne. Le soit-disant risque qu'elle présentait pour les personnes n'a été qu'un prétexte pour la démolir et élargir le passage à la croisée des chemins.

Écrit par : Matthieu | 12/06/2013

Un plan relevé par M. Labarre et la reproduction d'une aquarelle de Mme Andrieu peuvent être vus à l'adresse :
http://www.sesa-aude.com/spip.php?article366

Écrit par : Michel Prun | 12/06/2013

Je remercie la SESA et M. Prun pour cette communication

Écrit par : Martial Andrieu | 12/06/2013

Est ce la chapelle tout pres rue de Fer et tout pres du B&B Dochavert?

Écrit par : Huylebroeck - De Schutter | 27/01/2017

A Madame Anne-Marie Labarre-Bernard : Merci pour votre commentaire sur l'article de Mathias, et j'ose insister pour que vous preniez la decision de faire éditer les dessins, photos, et textes de votre père. Je sais que l'edition de textes anciens, qu'il faut recopier et mettre en page, ainsi que le scanning de photos et graphiques fera un supplement de travail. Mais quelle joie et quelle fierté lorsque vous en viendrez a bout. Croyez que nous serons nombreux a suivre votre travail de pres, et à vous encourager le plus possible.

Écrit par : Lise | 27/01/2017

Les commentaires sont fermés.