01/03/2017

Les "Jazz Landers"

Le vieux Hot club carcassonnais fondé avant guerre par Jean Osmont sommeillait depuis trop longtemps, quand cinq cinglés de swing fondèrent les "Jazz Landers": Roger Alonso (Saxophone), Michel Sauret (Trombone), Robert Rivals (Contrebasse), André Malacan (Trompette), Jean-Pierre Carayol (Batterie). Parmi eux, seul le Dr Malacan avait connu les grandes heures du Hot club dont il fut une des chevilles ouvrières, au temps du cabaret "Le congo" dans la rue de l'Aigle d'or. L'amalgame entre l'héritage New Orleans et le Be-bop de Charlie Parker allait donner au groupe loin des querelles passées, un formidable élan d'amitié et de respect mutuel.

1375522047.jpg

Les "Jazz Landers" se revendiquèrent comme des ruraux, provinciaux occitans comme le mot anglais "Lander" semble le signifier. Le jazz qui est né dans les champs de coton de la Louisiane ne saurait les contredire. C'est un art musical populaire dont l'essence est le swing, rythme ternaire sur lequel s'articule autour d'un thème de départ, l'imagination mélodique (Chorus) de l'instrumentiste. Contrairement à la musique classique où tout est écrit à l'avance, là, souvent les meilleurs jazzmen ne savaient pas lire la musique. Mais quel feu d'artifice mélodique, rythmique et harmonique !

1652956973.jpg

Les répétitions se tenaient à Villalbe dans la grange de Michel Sauret, agriculteur le jour et bluesman la nuit. Le hameau de Carcassonne aurait-il pu avoir le même destin que le festival "Jazz in Marciac"? Qui sait... le jazz n'a pas besoin de salles rutilantes pour s'exprimer. Ainsi nous retrouverons nos amis au café de la Comédie tous les mois à partir du début des années 1970. L'établissement géré par Gérard Baux en face du théâtre municipal fera ses choux gras à chaque concert. Imaginez, 200 personnes coincées sur des chaises, tables ou parterre essayant de se balancer sur "Tiger Rag", "Muskat Rumble" ou "Nuages" de Django Reinhardt. Il y avait aussi des compositions personnelles comme "Alonso Blues" de l'excellent Roger au sax soprano. Un soir se joignit à eux dans un boeuf endiablé, l'ami René Coll qui passait par là.
 
 
Photo 1: Guy Lafitte, Roger Alonso, André Malacan
Photo 2: Michel Sauret, Guy Lafitte, André Malacan, Roger Alonso
 
Merci beaucoup à Roger Alonso d'avoir mis ses souvenirs à ma disposition
 
_________________________________
 
© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017 

Commentaires

Le docteur Malacan, pratiquait et habitait Chalabre, il répétait au second, et une fois par semaine à Carcas.
Il était bon docteur, mais préférait la trompette ou les fouilles.
Sa fille est toujours dans le village, ou il n'a jamais joué.
Fournié

Écrit par : Fournié | 03/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire