27/06/2013

Le palais de la Micheline se refait une beauté

P1100157.JPG

L'ancien Palais de la Micheline, somptueuse vitrine architecturale de la distillerie de Michel Sabatier, se refait une beauté. Le bâtiment Art-nouveau vient d'être acquis. Après que l'on ait supprimé le local de la station service Mobil, on redécouvre le lustre de ce bel édifice unique à Carcassonne.

20130624_181106.jpg

Un permis, afin de refaire la toiture de la marquise sur le devant de la bâtisse, avait été déposé au service de l'urbanisme de la mairie. Suivi de près par madame Rivel, adjointe au patrimoine, ce dossier semble porter ses fruits. L'Architecte des bâtiments de France a même proposé un classement, dont nous espérons qu'il ira à son terme.

P1010412.jpg

Sur cette photographie que j'ai prise il y a un an, on s'aperçoit de l'état de la toiture. On dirait une tolle ondulée qui ne semble pas d'origine, mais je ne m'avance pas.

20130624_181035.jpg

Les travaux vont bon train et nous verrons au final, la matière retenue pour la couverture. L'essentiel est une fois encore à la préservation de ce splendide témoin architectural du début du XXe siècle. (photo: J. Blanco)

P1010851.JPG

Au premier étage, la salle des fêtes est des plus somptueuses. Elle a gardé tout le cachet de la Belle époque, qui fut également le nom d'un restaurant à cet endroit dans les années 70. Françoise Sawas y tint également son école de danse au milieu des années 80.

plafond.jpg

Le plafond sans son lustre, hélas

statue.jpg

Une statue, dans le style de Mucha

cheminée.jpg

La cheminée et les miroirs

(Photos: Caroline Sawas)

Il serait intéressant de connaître le nom de l'architecte et du décorateur. Là, peut-être un appel à nos historiens locaux pourrait répondre à cette interrogation.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

tout ce que je puis dire c'est que l'intérieur est très beau et que la façade mérite d'être refaite dans le même style pour une utilisation noble .......

Écrit par : constance pressoirs | 27/06/2013

Répondre à ce commentaire

j'ai eu droit a des cours de danses il y a belle lurette a cet endroit, par madame caut, si je me souvient bien.chouette souvenir

Écrit par : lala | 27/06/2013

Répondre à ce commentaire

Le toit est plat,ou presque,je ne voit aucun tuyaux de descentes des eaux pluviales.
Une possibilité serait que un caisson en zing invisible avant la démolition,récupére ces eaux,et quelles s'évacuent par l'intérieur des poteaux(supports) creux et en fonte,qui auraient alors une double fonction.
Si j'ai le temps avant mon départ en vacances j'irai"escournifler",car ce type de savoir faire avait cours au 19 siecle.
A noter que en 128 ans le poids de la neige ne la jamais écroulé,à l'inverse de nos toitures actuelles.

Écrit par : jacques blanco | 27/06/2013

Répondre à ce commentaire

Je me suis à nouveau rendu sur place, il semblerait que les poutrelles transversales,en plus de supporter le toit contenaient(on en voit sur la photo) un petit caisson en zing qui emmenait les eaux dans le caisson principal,parallèle au bâtiment.La partie du toit de la bâtisse côté route se déversait dans le premier caisson.
Ensuite ( voir le commentaire précédent) des buses en grés(sans doute) dirigeaient ces eaux en dessous dans la rue Michel SABATIER.

Écrit par : jacques blanco | 28/06/2013

Répondre à ce commentaire

@ Jacques Blanco : encore un petit tour (si vous avez le temps) pour nous décrire les avancées des travaux qui, je l'espère, seront à la hauteur de cette belle demeure.
Magnifique (dommage que le lustre ait "disparu").
Merci à vous.

Écrit par : LE GOASTELLER Marie-Thérèse | 29/06/2013

Écrire un commentaire