28/06/2013

Lettre ouverte à Jean-Claude Pérez, député-maire de Carcassonne

 Monsieur le député-maire,

Vous avez récemment délivré un permis de construire à la société Habitat Audois afin de permettre l’édification d’un immeuble de 40 logements, au 67 de l’avenue Franklin Roosevelt.  Cette décision va entraîner la destruction d’une maison de 1885, occupée par les services de la Gestapo de 1942 à 1944. Dans un courrier en date du 19 août 2009, l’Architecte des bâtiments de France M. Huertas donnait à la Direction Régionale des Affaires Culturelles son aval afin d’inscrire ce lieu à l’inventaire des Monuments historiques, comme lieu de mémoire de la résistance à la barbarie nazie. Qu’a- t-on fait  de cette prescription ? De nombreux courriers et témoignages signés sont arrivés jusqu’à moi, dont un indique la possibilité d’un charnier dans le parc puisqu’un jardinier aurait été engagé pour la réaliser la basse besogne des bourreaux. En cette maison, Mercédès Nunez Targa, secrétaire du poète espagnol Pablo Néruda, a été torturée et envoyée à Ravensbrück. Je joins à l’envoi le message de son fils Pablo Iglesias Nunez.

A titre personnel, monsieur le député-maire, bien que n’ayant aucun mandat pour cela, ni légitimité mis-à-part mon amour pour l’histoire de notre ville, je vous demanderais de bien vouloir sursoir à cette destruction. Réunissez une commission d’experts composée d’historiens, de témoins et d’anciens résistants afin de définir le bien fondé de votre décision. Avant que les coups de pelles n’interviennent, procédez à un sondage du terrain pour vous assurer qu’il n’y a pas de corps enterrés.

Au nom de la mémoire et de l’idée que nous nous faisons tout deux des valeurs de la République, il serait grave de laisser cette mémoire s’effacer pour un parking.

Dans l’attente, je prie d’agréer, monsieur le député-maire, l’expression de mes sentiments distingués

Martial Andrieu

Commentaires

Pétition à envisager non ? Qu'en pensez-vous ?

Écrit par : Namimuxu | 28/06/2013

Répondre à ce commentaire

oui pour la petition

Écrit par : bary myriam | 28/06/2013

Tout à fait d'accord !!

Écrit par : Stéphane | 29/06/2013

une pétition pour préserve l histoire j en suis

Écrit par : marcello | 29/06/2013

En l'état actuel des choses, je ne souhaite pas lancer à nouveau une pétition. Je m'explique:
Quelle crédibilité aurai-je à initier une nouvelle pétition après celle de la Cité?
Qui va la signer? Les carcassonnais malgré leur approbation ne le feront pas. Ils n'apposeront pas leurs noms contre une décision du maire. D'autres, n'en ont que faire de cette maison. Ils préfèrent la plage ou aller écouter les concerts du festival en ce moment.
Les opposants à la majorité actuelle vont sortir du bois par pur opportunisme à 9 mois des municipales et nous serons récupérés.
Je souhaite jouer sur les valeurs et sur la morale qui me semblent une bien mauvaise publicité à ceux qui s'en réclamant, la bafouent allègrement quand cela les arrange.
Je mets les élus devant leurs responsabilités devant l'histoire en informant au maximum les carcassonnais sur cette maison. Que dira t-on d'eux en mars 2014, quand ils se présenteront avec des valeurs qu'ils auront purement et simplement foulées du pied?
En revanche, si nous voulions faire suspendre les travaux par le droit, il faudrait ester devant le Tribunal administratif. Or, il n'y a pas d'association de défense du patrimoine à Carcassonne et les autres (AAVC, SESA, Arts et Sciences) n'ont pas manifesté le souhait d'entrer dans la danse. Comme d'ailleurs et c'est plus étonnant les associations d'anciens combattants, de résistants, de fils et filles de déportés.
Pourquoi? Je me rends compte que les témoignages que je reçois évoquent majoritairement des guérilleros espagnols venus résister aux côtés des français, torturés à cet endroit. Cela pourrait expliquer qu'on ne se soit jusque-là jamais soucié de ces disparus. Ils pourraient être enterrés là.
La valeur d'un espagnol combattant pour la France libre a et avait peut-être moins d'importance que celle des français, eux-mêmes...
En ce qui me concerne, je ne le crois pas.
J'invite les carcassonnais qui maintenant sont au courant à prendre leurs responsabilités. Vous habitez dans cette ville, vous y payez les impôts. Je vous ai montré la voie avec la pétition sur la cité; il vous appartient de vous mobiliser pour défendre la mémoire et le patrimoine.
J'ai écrit à M. le maire, j'attendrai sa réponse. Vous pouvez, lui écrire à titre personnel. S'il reçoit 300 lettres, il commencera à réfléchir car cela fait au moins 600 électeurs potentiels.

Écrit par : Martial Andrieu | 29/06/2013

Répondre à ce commentaire

Je comprends votre avis sur une éventuelle pétition et l'écho qu'elle n'aurait peut-être pas...
Ne pas baisser les bras, et prendre la plume pour "le" mettre devant cette aberration.

Écrit par : Namimuxu | 29/06/2013

Je suis d'accord pour la "non pétition car rien à voir avec la Cité".
Mais les Carcassonnais devraient un peu plus bouger et montrer leur attachement dans le soutien de la non démollition de cette maison pour le respect des
résistants!
Les résistants ont eu le "courage de subir la torture" pour que nous puissions tous vivre libres.
Un courrier à votre Maire pour que ces résistants vivent également en "paix", ne pensez-vous pas que ce serait déjà leur rendre "UN GRAND HOMMAGE"!.Merci

Écrit par : LE GOASTELLER Marie-Thérèse | 29/06/2013

Bravo Monsieur Andrieu pour votre combat encore une fois salutaire pour notre ville!

Je ne m'exprime pas davantage pour éviter toute récupération politique.

Cordialement
Édouard JORDAN

Écrit par : Edouard JORDAN | 30/06/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire