28/06/2013

Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo

"Dans son libre “Llibre d’exilis (3)”, le Minorquin Josep Portella Coll recueille un extrait du témoignage de Miguel Amantegui, résistant espagnol, arrêté à Carcassonne le 25 mai 1944 avec 11autres compagnons, parmi lesquels Gabriel Mascaró, Pedro Almagro, Francisco Rovira, Pierre Terrades, Antonio Mari Font, Vicente Miralles, Soriano, Juan López, ainsi que Mercedes Núñez, ma mère. Sept d’entre eux témoigneront au procès Bach. Amantegui relate la torture infligée par René Bach et ses collaborateurs à la Maison de la Gestapo, route de Toulouse : Amantegui es negà a cooperar i va ser torturat per un grup de soldats menats per Bach. … (Pablo Iglesias Nunez)

Témoignage en espagnol

“Con una cuerda me ataron los pies y me colgaron en el techo. La cabeza la tenía hacia abajo y, a unos centímetros, situaron una tina de agua. No sé cuántos me pegaron, ni que tiempo estuvieron haciéndolo. El tiempo se pierde y los golpes duelen debido a la insensibilidad del mismo dolor. La boca la tenía reseca pero no me daban agua. Yo veía la tina muy cerca de mis labios, pero no podía hacer nada. Se paseaban por la habitación con alimentos y se burlaba de mí. Después de estas torturas psicológicas venia la tanda de golpes. Mi rostro estaba casi desfigurado. La espalda era negra. Un hematoma enorme me cubría todo el cuerpo. Ellos se cansaron de pegarme y con el sadismo peculiar de los nazis, me dijeron que me iban a fusilar allí mismo. Trajeron unas frazadas para limpiar pisos y hermetiza- ron aún más el local. Me ordenaron ponerme de pie y pegarme a la pared. Como cinco de la Gestapo rastrillaron sus metralletas y me apuntaron al pecho. Yo los miré con dignidad. Cuando uno sabe que lo van a matar lo menos que puede ser es digno ante la muerte. No podía darles a ellos el gusto de que me vieran morir con miedo. Me sobrepuse al dolor del cuerpo y a esa sensación rara que uno siente cuando va a perder la vida. De mi boca sangrante salió una sonrisa de victoria, no de vencido. Mientras, ellos, a la voz imperativa de apunten, levantaron sus armas que yo vi como cinco enormes agujeros redondos”…

Traduction française de Montsé Obrados

" Avec une corde, ils m'ont attaché les pieds et m'ont accroché au plafond. La tête vers le bas, à quelques centimètres, ils ont mis une baignoire remplie d'eau. Je ne sais pas combien m'ont cogné, ni combien de temps ils l'ont fait. La notion de temps est perdue et les coups endommâgent, étant donné l'insensibilité, la même douleur. La bouche était dessèchée mais ils ne me donnaient pas d'eau. Je voyais la baignoire très près de mes lèvres, mais ne pouvais rien faire. Ils se déplaçaient dans la chambre avec des aliments et il se moquaient de moi.
Après ces tortures psychologiques, venaient le tour des coups. Ma face était presque défigurée. Le dos était noir. Un hématome énorme me couvrait tout le corps. Ils étaient fatigués de me cogner et avec le sadisme particulier des nazis, m'ont dit qu'ils allaient me fusiller sur place. Ils ont apporté des couvertures servant à nettoyer les étages et ainsi rendre le local plus hermétique. Ils m'ont ordonné de me mettre debout et me coller à la paroi. Quand cinq de la Gestapo ont râtelé leurs mitraillettes et m' ont mis en joue. Je les ai regardés avec dignité. Quand un sait qu'on va le tuer le moins qu'il peut faire c'est rester digne. De ma bouche sanglante est sorti un sourire de victoire, non de vaincu. Quand eux, d'une voix impérative ont levé leurs armes, j'ai vu cinq trous énormes ronds >>

 

Miguel Amantegui parviendra à s’échapper du train qui les conduisait en déportation début juin 1944.

Commentaires

Et dire que j 'ai foulé le jardin , l 'orangeraie , deambulé dans cette maison , sans savoir ce qui s 'etait passé , , j 'ai même executé quelques travaux minimes .quand j 'y pense j'en ai le frisson ... avoir pietiné des tombes ...!! sans savoir ...! En effet on ne peut pas ignorer l'histoire de cette maison et des gens qui y sont passé . Lorsque l 'on va executer des travaux faire des fouilles , on va mettre a nu des ossements , on va violer des sepultures ..!!

Écrit par : loupia | 28/06/2013

C'est pire qu'un assassinat. Infliger de tels supplices! Ces tortionnaires n'étaient plus des hommes pour faire subir de tels sévices à leurs semblables. Cette maison DOIT perdurer pour nous rappeler que ça a existé. Ne jamais oublier! Ne rayons pas de l'histoire ce témoin qui a connu tant d'horreurs.

Écrit par : Brigitte | 28/06/2013

Pas 11 autres,mais 20 autres.
Au nom de la mémoire, et de la vérité,il faut ajouter les noms des autres compagnons de la 5eme Brigade de guérilleros déportés ou abattus eux aussi,et non nommés.
Jésus RIOS
Salvador CABRERA
Pedro GARCIA
Jésus FERRER
Tomas MARTIN
Miguel GARNER
Enrique UBINA
Francisco RUIZ SIERRA,alias "josé Ballester"
Stanislas RUBIES PAYAS
Juan TORRES
Pedro SANCHEZ
Julian cuesta GONZALES

SOURCE: La résistance audoise tome 2
Lucien MAURY: pages 128/129

Écrit par : jacques blanco | 28/06/2013

Je n'oublie personne, je sais bien que mon témoignage ne cite que les 11 résistants arrêtés par la Gestapo le 25 mai 1944 et qui ont été torturés dans la Maison de la Gestapo de la route de Toulouse. Certains de la liste que vous mentionnez ont également été torturés à la Maison de la Gestapo, mais à des dates différentes. D'autres ont été exécutés par Bach et ses collaborateurs sans passer par la Maison de la Gestapo.
Je ne prétends pas faire l'historique de la 5ème Brigade des Guérilleros Espagnols du Département de l'Aude. Je m'en tiens simplement au sujet de la Maison de la Gestapo, route de Toulouse, lieu de mémoire de tous les résistants de la région et qu'il faut défendre comme tel en apportant chacun les arguments relatifs à ce lieu de mémoire.
Pablo Iglesias Núñez

Écrit par : Pablo Iglesias Nuñez | 28/06/2013

Alors où on en est?

Est-ce que Carcassonne est en train de perdre son âme?

Le respect de l'histoire et de la mémoire est un fondement à toute démocratie .
Une fois ,il m'avait été fait le récit des déboires d'un maire après le transport d'une statue de Marianne qui avait été amenée sur le fronton de l'école d'un village de l' Aude. Une corde terminée par un nœud coulant enserrant le cou de la statue avait servi à la soulever et la positionner. Les villageois n'ont jamais pardonné au maire de l’époque de n'avoir pas été respectueux dans son maniement parce qu’elle était le symbole de la république.
Mais je suis certaine que le maire de Carcassonne avec son conseil municipal et même les ensembles des élus de l' Agglo ne tomberont pas dans ces travers.

Écrit par : Marie | 29/06/2013

Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne, ¿Puedes explicarnos màs?, me resulta insterense esta post. Saludos.

Écrit par : Eficiencia energetica | 12/07/2013

Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne , es adictivo, desde que os recibo no puedo parar de mirar todas vuestras sugerencias y me alegra cuando recibo uno más, sois lo mejor en español, me encata vuestra presentación y el curre que hay detrás. Un beso y abrazo,GRACIAS POR VUESTRO TRABAJO, nos alegrais la vida.

Écrit par : plegado chapa | 13/07/2013

Muchas gracias para vuestros comentarios.

Écrit par : Martial andrieu | 13/07/2013

He leido Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne con mucho interes y me ha parecido interesente ademas de bien redactado. No dejeis de cuidar esta web es bueno.

Écrit par : alojamiento rural terres ebre | 15/07/2013

Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne , es interesante, desde que os recibo no puedo parar de mirar todas vuestras sugerencias y me alegra cuando recibo uno más, sois lo mejor en español, me encata vuestra presentación y el curre que hay detrás. Un beso y abrazo,GRACIAS POR VUESTRO TRABAJO, nos alegrais la vida.

Écrit par : sillas y mesas hosteleria | 15/07/2013

Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne Gracias por compartir con todos nosotros toda esta practica información. Con estos granitos de arena hacemos màs grande la montaña Internet. Enhorabuena por este blog.

Écrit par : muebles hosteleria | 15/07/2013

Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne, me ha parecido muy revelador, me hubiera gustado que fuese más extenso pero ya saeis si lo bueno es breve es dos veces bueno. Enhorabuena por vuestra web. Besotes.

Écrit par : psicologo oviedo | 15/07/2013

He leido Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne con mucho interes y me ha parecido interesente ademas de facil de leer. No dejeis de cuidar este blog es buena. reparaciones del hogar

Écrit par : reparaciones del hogar | 22/07/2013

Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne Os adrezco el compartir con todos nosotros toda esta interesante información. Con estos granitos de arena hacemos màs grande la montaña Internet. Enhorabuena por este blog.

Écrit par : Eficiencia energetica | 25/07/2013

He leido Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo : Musique et patrimoine de Carcassonne con mucho interes y me ha parecido util ademas de bien redactado. No dejeis de cuidar este blog es muy bueno.

Écrit par : alojamiento rural la rioja | 09/08/2013

Les commentaires sont fermés.