01/07/2013

Lettre ouverte d'Annie Bonet à Jean-Claude Pérez

"J’ai été scandalisée d’apprendre que vos services ont délivré un permis de construire, entraînant la démolition de la maison qui a abrité le siège de la Gestapo, entre 1942 et 1944. Cette décision m’a profondément choquée. Carcassonnaise et fille de républicains espagnols, j’ai œuvré au sein de l’Association F.R.E.39 (dissoute en 2008) à l’érection d’un Mémorial aux réfugiés républicains espagnols civils décédés à Carcassonne au moment de la Retirada. Ce Mémorial a été inauguré en février 2004 au cimetière La Conte. Vous comprendrez donc mon intérêt lorsque j’ai su que des résistants français et d’autres nationalités, dont des espagnols, ayant pris l’engagement de combattre l‘occupant nazi ont souffert dans leur chair en ce sinistre lieu. Je me suis intéressée à cette histoire et c’est ainsi que j’ai appris qu’à la libération, Carcassonne a été l’une des rares villes en France à faire un grand procès de la collaboration. Il s’agit du procès Bach, célébré aux Assises de Carcassonne du 26 au 28 juillet 1945 (voir archives du « Midi Libre » des 27, 28 et 30 juillet 1945), dont les actes judiciaires renferment les dépositions de 27 témoins, nombre d’entre eux, torturés dans cette maison de la Gestapo, au 67 route de Toulouse. Il est regrettable que ces archives détaillées, classées « sensibles », ne puissent être connues du grand public aujourd’hui. Lorsque ce sera le cas, Monsieur le député-maire, il serait ennuyeux pour vous d’avoir des regrets. Comment peut-on effacer de la sorte la mémoire de ces hommes et de ces femmes qui ont été torturés dans ces lieux et envoyés ensuite dans les camps de la mort, dont très peu ont pu revenir. Dans le contexte que nous connaissons de résurgence de l’extrême droite, nous avons tous un devoir de mémoire envers celles et ceux qui ont combattu le fascisme au péril de leur vie et ont permis que nous vivions aujourd’hui dans une société démocratique. Je considère comme un affront fait aux valeurs de notre République, toute atteinte à un symbole permettant de remémorer notre passé pour les nouvelles générations. Monsieur le député-maire, je vous serai reconnaissante si vous pouviez faire annuler de manière définitive cette décision honteuse, permettant ainsi la préservation de ce lieu, afin que la mémoire de nos résistants ne soit pas bafouée. Dans l’attente, je vous prie de croire, Monsieur le député-maire, en l’assurance de mes sincères salutations."

Annie Bonet

Commentaires

Lourd héritage que la destruction de ce lieu que feront porter à leur descendance les initiateurs de cette action !

Écrit par : Brigitte | 01/07/2013

Puisse votre démarche aboutir !

En parallèle le 28 juin une commémoration avait lieu (cf Midi Libre) et on peut y lire :
.... Occasion pour le président du conseil général de l'Aude, André Viola, d'insister, à l'égard des jeunes générations présentes, sur la nécessité de perpétuer la flamme de la Résistance. Un devoir...

Devoir de mémoire.... :-(

Écrit par : Namimuxu | 01/07/2013

oui, il est urgent de faire marche arrière pour ne pas salir la mémoire de nos résistants torturés et morts pour la france .belle lettre de madame Annie Bonet

Écrit par : constance pressoirs | 02/07/2013

Les commentaires sont fermés.