02/07/2013

Gualdo, l'amuseur de la Trivalle

J'étais bien trop petit pour avoir connu Gualdo mais j'en ai toujours entendu parlé autour de moi comme si: "longtemps, longtemps après que les poètes ont disparu leurs chansons courent encore dans les rues..." Et quelle chanson, puisqu'il s'agit de l'hymne de tout un quartier fier autrefois de sa diversité sociale et ethnique! Oui, "Aquela Trivala" a été écrite et chantée par Gualdo sur l'air de "Beaux soirs d'Espagne". Ne pouvait-il pas en être autrement quand on sait que notre héros était né aux pays des castagnettes et du Xérès ?

430492359.jpg

Ubaldo Moyano dit Gualdo, était né en 1914 à La Séco dans la province de Valladolid. A l'âge de dix ans, il débarque de son Espagne natale avec ses parents au pied de la cité à la Trivalle. Le quartier est constitué essentiellement de pauvres hères qui travaillent la vigne. Certes des français, mais aussi des espagnols qui sont venus chercher meilleure fortune dans notre pays et des Gitans qui vivent du chiffon. Toute cette misère cosmopolite génère une fraternité, bien éloignée de l'opulence égoiste dans laquelle nous vivons aujourd'hui. Là, point de racisme ! Les "Baraquets" (espagnols) que l'on surnomme ainsi en raison de leur goût prononcé pour le haricot plat, baragouinent un langage mêlé d'espagnol, de catalan et d'occitan. Les Gitans, quant à eux, habitent à l'entrée de la rue de la Gaffe et possèdent leur langue et une façon bien particulière de vivre en société. Le soir, les communautés animent le café Roldan pendant que les plus anciens restent devant leurs portes à bavarder. Parmi tous ces gens, un homme sort de l'ordinaire, c'est Gualdo ! Il a un sens inné de la farce, de la fête et de la mise en scène.
Il travaille d'abord comme maçon mais une grave maladie lui interdit à l'avenir tout travail pénible. Il se tourne alors vers la cordonnerie qu'il apprend chez Martin au 8 de la rue Trivalle. Grâce à ça, il va suivre tous les match de l'ASC car il sera sollicité pour réparer les crampons des rugbymen qui en feront leur mascotte.
Gualdo va devenir au fil des ans l'amuseur public, une espèce de clown dont le but sera de donner de la joie autour de lui. Il a quitté notre monde à l'âge de 63 ans et est inhumé au cimetière La Conte de Carcassonne. Seuls ceux qui l'ont cotoyé, pourront mieux que moi vous le décrire.
 
Source
 
Gualdo, le troubadour de la Trivalle / R. Gougaud
 
_______________________________
 
© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

En 1961/62 jeune ouvrier d'une entreprise de bâtiment , je l'ai côtoyé à la construction du lycée technique(futur Jules FIL). Il n'était plus "Zapatero".
Deux anecdotes que j'avais raconté à RAMON
Pour coller les plinthes à ras du sol,sa souplesse et sa petite taille lui permettait de ne pas se baisser,ni de plier les jambes.
Excellent imitateur (Luis MARIANO,plus toutes les vedettes de cette époque,plus les animaux). Il avait réveillé en pleine nuit, et fait courir dans les vignes toute une "colle" de vendangeurs en imitant les pleurs d'un bébé.

Écrit par : jacques blanco | 02/07/2013

@ Jacques Blanco : Quelle belle anecdote!
Faites un petit "recueil" de toutes celles-ci, je pense que l'on ne devrait pas s'ennuyer car vos connaissances doivent être "riches" sur le sujet.
Merci!!!
Vous m'avez beaucoup amusée......

Écrit par : LE GOASTELLER Marie-Thérèse | 02/07/2013

gualdo je ne l'ai pas connu mais il y avait une chanson sur lui que ma soeur et moi chantions souvent la chanson des" baraquets "aussi j'étais jeune mais je ne savais pas que c'étaient des espagnols ."a la trivalla quel poulit quartier y a que des gitanes et des barraquets " comme nous la chantions ma soeur et moi ...suis bien aise de savoir qui il était .merci MARTIAL et merci JACQUES BLANCO

Écrit par : constance pressoirs | 02/07/2013

Un livret ecrit par Raymond Gougaud "Le troubadour de la Trivalle" retrace la vie de ce trivalhenc. (ponthil figures carcassonnaises 1991 , imprimerie tinena Quillan)

Écrit par : loupia | 02/07/2013

Gualdo (mauvaise prononciation de Ubaldo) habitait au 44 Rt de Narbonne (actuelle Av Leclerc) au dessus de l'ancien café ? (si quelqu'un se rappelle le nom,je suis preneur).En face les petites sœurs des pauvres.
RAMON a aussi écrit un travail identique sur TCHIN BOUM BOUM.
IL préparait avec jean jacques Courtial un travail sur St Colombe, pierrot la ficelle,et Rosine,mais à cette époque nous n'avions pas assez de renseignements,et malheureusement RAYMOND nous a quitté trop tôt.

Écrit par : jacques blanco | 02/07/2013

Je suis arrivée en 1955 dans le quartier, je n'ai aucun souvenir du café, je me souviens du grainetier et marchand de charbon ( famille Guiraud ) en face les petites soeurs des pauvres, Gualdo était un ami de mes parents, espagnol comme mon père, il fut le témoin de leur mariage, quand j'étais gamine il venait à la maison, bien sur nous connaissions ses imitations et aussi sa souplesse pour faire le grand écart... je me renseigne pou le café.. quel bonheur ce blog

Écrit par : Lilou | 06/07/2013

J'ai l'impression de reconnaître R Chesa sur la photo à droite de Gualdo, qui peux me dire.

Écrit par : Lilou | 06/07/2013

Jacques,

Ou peut-on ce procurer, les notes ou le recueil fait par RAMON sur TCHIM-BOUM-BOUM ?
Je te remercie par avance de ta réponse.

Écrit par : Pierre-Baptiste | 07/07/2013

Merci de rappeler Gualdo à notre mémoire ! La Trivalle a bien changé mais c'est quand même "un polit quartièr" . Une plaque devrait bientôt commémorer notre "troubadour", en septembre sans doute...

Écrit par : Mirelha | 02/07/2013

le chésa qui figure sr la photo est daniel frère de raymond qui est décédé bien longtemps avant son frère

Écrit par : viginier | 15/09/2013

L'inauguration de la plaque à la mémoire de Gualdo (samedi 14/09) vous est contée sur de site : http://www.echodesmattes.com

Bonne visite !

Écrit par : Mirelha | 16/09/2013

En quelle année est mort Gualdo ??il est né en 1914 et mort à 63 ans donc 1977 ??sur la plaque commémorative
il est inscrit mort en 1975 ??ou est l'erreur ?

Écrit par : Paco | 21/10/2013

Je vais ce jour au cimetière.... je trouverais peut-être la solution.... à mon avis il y'a une erreur..

Écrit par : lilou | 24/10/2013

Salut , Gualdo en arrivant en France n'était pas maçon mais cordonnier , il a ensuite fait de la maçonnerie et a fini sa vie en retournant à la cordonnerie . ( il était le
témoin de mariage de mes parents ,et les documents
attestent de sa profession .
Je n'ai toujours pas la réponse sur la date de sa mort
1975 ou 1977 ?

Écrit par : Lapeña Paco | 25/11/2013

martial la chanson de la triviale n as pas été écrite par Gualdo) mais chanter par lui
elle a été écrite par un citadin Cassignol le frère de charlotte qui vendais la dépêche sur la place du château actuellement un vendeur de glace.ce cassignol était militaire

Écrit par : decaud | 18/02/2018

Les commentaires sont fermés.