08/07/2013

Maison de la Gestapo: Une première victoire

A force de perspicacité et de persuasion, politiques et journalistes qui jusque-là restaient très perplexes sur le devenir de ce lieu de mémoire semblent nous donner raison.

2013-07-07_14h29_13.png

L'indépendant, hier

Sans vouloir polémiquer, juste en disant notre vérité, je voudrais vous informer de ceci: Nous avons contacté trois importantes associations d'anciens combattants de Carcassonne. La première, nous a dit poliment qu'elle ne voulait pas s'engager et que ce n'était pas sa mission. La seconde, nous a renvoyé vers la troisième qui, est pour la destruction car, je cite: "Ce n'est pas après 70 ans qu'il faut s'en occuper". A ce compte là, qu'ont fait les associations d'anciens combattants pendant tout ce temps? Au final, le président nous a raccroché au nez.

Chacun sait ici que je respecte au plus haut point, les anciens combattants pour ce qu'ils ont réalisés. Toutefois, ce sont eux qui ont décidé de ne plus s'arrêter à la stèle du Quai Riquet pour les commémorations de la libération de Carcassonne, chaque 20 août. Depuis 5 ans, il n'y a même plus de dépôt de gerbe pour les 20 victimes civiles, ayant la mention "Mort pour la France".

Se sont-ils préoccupés de savoir où est passée l'urne contenant de la terre de Büchenwald, qui se trouvait au pied du monument à la résistance, square Gambetta? Elle a disparu et personne ne sait où elle se trouve désormais.

Je comprends que l'âge avancé de ses membres ne leur donne plus guère la force pour tout cela. Malgré tout, pensent-ils qu'il suffira de quelques porte-drapeaux et d'une gerbe chaque année sur une stèle pour informer les jeunes générations sur les dangers de cette idéologie barbare? Bientôt, elles ne seront plus fleuries et leurs noms gravés dans la pierre vont subir l'érosion du temps.

Alors messieurs, mesdames, vous avez défendu les valeurs de liberté. Ne gardez pas cette fierté égoïstement pour vous car, après vous le déluge. Transmettez-nous le témoin afin que nous puissions être désignés comme les héritiers de votre action de bravoure. L'avenir c'est nous, ce n'est plus vous. S'il est indispensable que l'on vous demande votre avis sur la conservation de cette maison, il ne pourra être le seul à faire valoir.

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

bah, s'ils sont démotivés tanpis... à eux d'assumer s'ils sont montrés du doigt...
d'autres ne sont absolument pas démotivés, et portent haut les couleurs de la mémoire, c'est l'essentiel !!!
Merci encore Monsieur Andrieu !

Écrit par : Namimuxu | 08/07/2013

d'autant plus que les rangs des anciens combattants 1939-1945, malheureusement s'éclairci.

A ce jour, les associations des anciens combattants comprennent plus, des vétérants de la guerre d'Algérie

Écrit par : jpp | 08/07/2013

Voilà comment la mémoire s'use pour finir en lambeaux et tomber dans l'oubli.
Il faut préserver les Lieux Témoins de l'Histoire !
En hommage à tous ces hommes et femmes qui ont soufferts et sont morts.
Pour ne jamais oublier les ravages d'une telle idéologie qui pointe son nez, ci et là, actuellement.

Écrit par : Brigitte | 08/07/2013

mais ces gens qui ont vecu ce que nous fabulons n'ont ils pas raisons de vouloir "passer a autre chose?doit on forcement garder toutes les ruines du passe sous les yeux pour pouvoir s"en souvenir? les jeunes generations vont elles passer devant celles ci de la maniere qu'il vous plairer de le faire?peut etre ces anciens ont ils choisient la voie de la sagesse, pourquoi seraient ils montrer du doigts?pour avoir survecu a une periode que vous vous figurer dans de vieilles ruines?le vrai hommage serait de construire le futur de maniere saine, ou du moins d'essayer.pendant que vous vous focalisez sur le passe, combien d'horreur sont d'actualitées, en train de se former, combien de peuples assassinés; loin des yeux, loin du coeur? alors oui, sauvons les vieilles pierres, mais n'oublions pas de nettoyer les bases de celles de demain

Écrit par : lala | 08/07/2013

peut etre le present manque a ce point de sens que l'on se jette dans le passe, se figurant ainsi qu'il se passe quelque chose d'important dans nos petites vies....les commentaires me laissent dubitative....

Écrit par : lala | 08/07/2013

Le présent ne manque pas de sens quand on voit ces groupuscules, de plus en plus nombreux au fil des décennies, qui véhiculent cette idéologie nauséabonde.

Écrit par : Brigitte | 08/07/2013

Non! je suis tout à fait de l'avis de Martial Andrieu, il faut qu'un lieu de mémoire reste pour les futures générations. Il n'y a qu'à voir les jeunes s'intéresser au passé de leur grand-parents, chercher à comprendre certaines choses qui leur échappent et surtout de voir tous ces milliers de personnes visiter tous les lieux de souffrance , que ce soit les villages incendiés par l'occupant, ou que ce soit Verdun, ou les camps de concentrations que certaines écoles font voir aux enfants. Tout cela ne fera pas oublier en ravivant leur mémoire que des héros sont morts pour que nous vivions en démocratie et tranquille.

Écrit par : Reynes Antonia | 08/07/2013

Je vous suis complètement et j'ajouterai que la mémoire préservée est un élément fondateur pour construire le futur de manière saine.

Écrit par : Brigitte | 08/07/2013

je suis d'accord, je le suis moins quand il s'agit de dire que les anciens combattants ne se preoccupent pas du probleme. eux ont vecus tout cela dans leurs chairs, ils n'ont pas a prouver leur interets. ils ont peut etre aussi compris depuis plus longtemps que nous que la memoire ne se resume pas a un caillou, qu'il s'agit d'education plutot que de lieux qui ne voudront plus rien dire dans 200 ans.La memoire, c'est avant tout dans la tete. quelqu'un se souvient il de la place ou a ete fait le premier feu humain?ca n'empeche aucun de nous d'etre civilisé. je respecte enormement ceux qui sont probablement enterrés au fond de ce jardin, ceux qui ont soufferts entres ces murs, ceux qui se sont retrouvés en position de devoir etre heroique, de devoir survivre, je ne pense pas que ce lieu soit habitable en raison de tout son passé, mais une plaque sur un mur n'est accessible qu'a celui qui sait la lire, c'est aux parents, a la communaute de faire en sorte que la tolerance et la paix soit une valeur commune.et pas seulement en france.

Écrit par : lala | 08/07/2013

je vois que rien n'a changé dans les rangs de cette valeureuse institution .... je vous en ai déjà parlé ... ils n'ont jamais été très violents dans l'action .... mon père avait à plusieurs reprises voulu rendre sa carte de l'ACPG
l'affaire qui nous occupe concerne des civils !!!!ils ne feront rien pour vous soutenir !

Écrit par : chantal | 08/07/2013

Lala: Je vous remercie d'apporter une opinion un peu différente à celle défendue sur ce blog, cela fait avancer le débat.
Je vais une fois par an à Oradour sur Glane, village martyr dans lequel ont été massacrés près de 700 personnes (femmes, enfants, hommes et vieillards) par la division Das Reich commandée par le général Hanz Lammerding. Ce dernier est mort dans son lit en 1971, sans regrets. Un défilé d'anciens SS l'a même accompagné à sa dernière demeure. Heinz Barth, officier de cette division, accusé d'avoir participer au massacre en ayant fusillé 15 personnes, a été condamné en 1983 alors qu'il touchait une pension d'ancien combattant en Allemagne.
Dans cette compagnie SS, il y avait aussi des alsaciens appelés "les malgré-nous" dont un seul s'était engagé volontairement. En 1952, un procès eut lieu dans lequel ils ont été les seuls à comparaître. Condamnés une première fois, ils ont été ensuite amnistiés.
Les victimes ont laissé des orphelins, des familles sans maisons condamnées à vivre dans des baraquements avant que le nouveau village ne soit reconstruit un peu plus loin. Elles ont tout perdu!
Aujourd'hui, il ne reste plus que trois témoins directs sortis indemnes des granges brûlées et de la mitraille. Ils n'ont jamais obtenu le repenti de l'Allemagne et madame Merkel, n'est jamais venue à Oradour.
Le procès des malgré-nous a été aussi celui de la France et au nom de l'unité nationale, il fallut apaiser les protestations des alsaciens contraints d'obéir aux SS.
On décida de suite après la fin du conflit de garder les ruines du village. Elle sont classées comme Monument historique. La tempête de 1999 leur a fait beaucoup de mal et demain, il ne restera plus que l'église incendiée. Fallait-il détruire les ruines? Une stèle et une conférence ne remplaceront jamais ce que je ressens à chaque fois que je pénètre dans le vieux Oradour.
A ce sujet, en 2004 Vincent Reynouard a été condamné par le tribunal de Limoges pour négationnisme. Il avait écrit dans un livre que les SS étaient innocents des crimes commis à Oradour.
Je vous laisse méditer sur cet exemple, mais il y en a d'autres comme celui des pendus de Tulle.
Je ne sais pas si l'on voudra débloquer des fonds pour retaper la maison de l'avenue Roosevelt. La décision ne m'appartient pas. Ce que je sais et dont je suis persuadé, c'est que si je n'avais pas alerté sur cette destruction programmé en douce, les carcassonnais auraient été tenus dans l'ignorance de son passé. Ma vraie victoire, elle est là et j'en suis fier.

Écrit par : Martial Andrieu | 08/07/2013

et vous pouvez vous feliciter, car peu de personne savaient avant vos articles l'histoire de cette maison, il etait donc important d'en parler je pense et de dire ce qui s'y etait passe, c'est d'ailleur un regal de vous lire, point de vue culturel.merci encore

Écrit par : lala | 08/07/2013

tout est dit dans ce blog je me ferais l'écho de tous:merci monsieur Andrieu pour votre patriotisme et votre ténacité grace a vous la mémoire de nos héros ne tombera pas dans l'oubli vous etes d'une générosité exceptionnelle et j'apprends beaucoup sur ma chère ville natale ........

Écrit par : constance pressoirs | 20/07/2013

Les commentaires sont fermés.