05/08/2013

La salle des fêtes de l'Or-Kina Sabatier vaut-elle de l'or?

20130624_181035.jpg

L'ancien Palais de la Micheline érigé à la fin du XIXe siècle dans le pur style Art-nouveau en bordure de la route de Narbonne, n'a pas encore révélé tous ses secrets. Nous savons qu'il a été construit pour accueillir les bureaux de la distillerie Sabatier et les fêtes données par son propriétaire dans la salle du premier étage. La structure métallique supportant le toit sur le devant de la bâtisse, est constituée par des centaines de rivets tout comme les constructions de Gustave Eiffel.

P1100157.JPG

Le Palais de la Micheline au début du XXe siècle

Le nouveau propriétaire, sur les conseils de l'Architecte des Bâtiments de France, a entrepris de renover à l'identique cette partie. L'anciennne toiture a été déposée; l'artisan qui est en charge de la remise en état semble convaincu qu'elle n'était pas d'origine. Depuis de nombreuses années, la terre et les fientes de pigeons s'étaient accumulées dans les gouttières rendant impossible l'évacuation des eaux pluviales. Il est prévu de la remplacer par une structure en acier, harmonieuse et dans le style de l'époque 1900. Contrairement à ce que j'ai pu entendre comme potins, le propriétaire veut redonner l'éclat d'autrefois à cet ensemble unique de l'Art-nouveau dans Carcassonne.

IMG_2359.JPG

La salle des fêtes du Palais de la Micheline

Absolument unique à Carcassonne, la salle des fêtes est une merveille des arts décoratifs de la fin du XIXe siècle. Ce qui m'a tout de suite interpellé c'est de connaître le nom du décorateur. Là, tout de suite, Alfons Mucha m'est venu à l'esprit en observant les peintures et le style des statues. Je ne me permettrais pas de l'affirmer, mais il faudrait dépêcher un expert sur place pour authentifier. Il me semble totalement illusoire d'effectuer une recherche aux archives du département.

Pourquoi Alfons Mucha?

mucha.jpg

Alfons Maria Mucha (1860-1939), est un affichiste et peintre Tchèque. Dès 1887, il s'établit à Paris et participe à l'Exposition Universelle de 1889. Son style est reconnaissable entre tous. Il réalise vers 1894 des affiches de théâtre pour Sarah Bernhardt, à partir de modèles qu'il croque dans son atelier.

MuchaFouquet3.jpg

Alfons Mucha a décoré en 1901, la bijouterie Fouquet. Démontée, elle est actuellement visible au musée Carnavalet à Paris.

Quels liens avec Michel Sabatier?

Michel Sabatier1.jpg

Le fondateur de la distillerie était aussi un mécène à l'avant-garde de l'art. Il l'a utilisé pour vanter ses produits sous toutes ses formes: Harmonie de la Micheline, affiches, éventails, partitions de musique, disques en cire... Sabatier a participé aux Expositions universelles et ses liqueurs y ont été plusieurs fois primées. Nous savons également à travers les collections qu'il a fait appel aux meilleurs publicitaires pour réaliser les affiches de ses breuvages. La distillerie de l'Or-Kina était connue jusqu'à Paris et l'on retrouvait ses productions à la terrasse des cafés. Sabatier aurait très bien pu faire appel à Mucha entre 1889 et 1900 pour décorer son palais. Au delà de toutes ses suppositions, c'est la comparaison du style de Mucha avec la décoration de la salle qui doit nous éveiller.

Comparaisons de styles

modele.jpg

Mucha dessinait ses affiches à partir de modèles dont il nous a légué des photographies.

mucha_250.jpg

Affiche Mucha

statue.jpg

Statue dans la salle des fêtes de l'Or-Kina

L'orientalisme était à la mode à la fin du XIXe siècle. On le retrouve également en musiquedans divers opéras français comme Les pêcheurs de perles (G. Bizet) ou Lakmé (Léo Delibes), dont l'action se situe à Ceylan. On distingue chez Mucha ces femmes aux positions lassives vêtues de grands drapés, entourées de fleurs plus ou moins exotiques.

single-mucha-wns.jpg

Eléments décoratifs du style Mucha, ces courbes bien pleines symbolisant les mèches des cheveux de ses modèles.

IMG_2357.JPG

Si ce n'est pas Mucha, le décorateur s'en est fortement inspiré à Carcassonne

La comparaison mise à mal

La comparaison s'arrête là car pour le reste de la salle, il n'y a rien d'autre qui puisse nous ramener à Mucha.

IMG_2348.JPG

Le buste de Michel Sabatier. La lyre symbolise sa passion pour la musique à travers l'harmonie qu'il avait créée avec son frère Jacques au sein de son établissement. Ce dernier jouait du violoncelle dans l'orchestre des Concerts symphoniques, dirigés par Michel Mir. Un autre industriel en était le président; il s'agissait de Philippe Lauth, patron d'une brasserie sur le boulevard Omer Sarraut.

IMG_2352.JPG

Sur le piédestal... Ici, la date de la sculpture avec le nom du patron représenté en lion prêt à tout dévorer.

IMG_2347.JPG

Dans un cadre une angelot disperse des pétales de fleurs sous le regard de Michel Sabatier, représenté d'une manière théâtrale. Ceci évoque sûrement les nombreuses oeuvres de mécénat du patron en direction des fêtes culturelles de Carcassonne.

IMG_2346.JPG

Au plafond, 1885 avec les initiales entrelacées de Michel Sabatier pourraient commémorer l'année de fondation de l'entreprise.

IMG_2360.JPG

Dans le recoin d'une pièce annexe, on aperçoit deux angelots tenant Euterpe avec sa lyre. Il s'agit de la muse de la musique. Sur la partie supérieure, Michel Sabatier apparaît sous les traîts d'un masque  de la comedia dell'arte.

Dans cette salle des fêtes, c'est toute la vie industrielle de Michel Sabatier qui est symbolisée. Une ode à l'art sous toutes ses formes. Un endroit unique qui vaut de l'or et que l'on devrait faire expertiser par des historiens de l'art en vue de son classement à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Enfin, si Carcassonne s'y interesse... car je crains qu'une Bodega n'y soit installée pendant la prochaine Féria. Ce ne serait vraiment pas en adéquation avec un tel lieu !

_________________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

Toujours aussi enrichissant de vous lire.

Merci.

Écrit par : Brigitte | 05/08/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour toutes ces recherches.

Écrit par : Christine | 05/08/2013

Répondre à ce commentaire

Un plaisir de remonter le temps avec vous, en espérant que l'esprit du lieux soit préservé !

Écrit par : Daniel | 05/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bravo pour cet article. Carcassonne doit sauvegarder ce bâtiment et ses joyaux et le rendre lieu public.

Écrit par : Daniele | 05/08/2013

Répondre à ce commentaire

Une bodega dans la grande salle de Sabatier, effectivement au minimum inspirée par Mucha ! Mais où s'arrêteront ces gens, dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils n'ont de l'intérêt de la culture qu'un aperçu lointain... et qui peut-être croient que Mucha était un peintre local, immigré espagnol si ça se trouve ! De Mucha à macho ? Et avec ça, qu'est-ce qu'on vous sert ? Une corrida, peut-être ? Quelle tristesse...

Écrit par : ARNAUD | 05/08/2013

Répondre à ce commentaire

comme tout cela est riche de culture je ne connaissais pas mucha Carcassonne regorge de trésors que j'espère on ne laissera pas dans l'oubli merci monsieur Andrieu je ne me lasse pas de vous lire.....

Écrit par : constance pressoirs | 05/08/2013

Répondre à ce commentaire

Que de souvenirs.... j'ai loué ce bâtiment pendant 10 ans
ou j'ai installé mon ECOLE DE DANSE,
Ce fut un plaisir de donner des cours dans ce lieu,....
merci Martial de faire revivre ce lieu

Écrit par : BOUICHET SAWAS | 06/08/2013

Répondre à ce commentaire

Attention, il y a bodega et bodega. Ayant été un participant de longue date de la feria de Nîmes, on y trouve les bodegas de rue où la sangria coule à flot, et à l'autre coté du prisme social, on a les bodegas privées où la tenue est plus dans le costard-cravate et la robe de soirée, que le bermuda et le tee-shirt "I Love Feria" !!

Écrit par : Stéphane | 06/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bodega privée ou pas et comme liminaire pour la renaissance de ce lieu, il y a bien d'autres moyens de lui faire de la pub, et surtout bien d'autres endroits sur Carca pour les bodegas même privées. Espérons que ces normes qui soi-disant nous asphyxient, empêchent la tenue d'une de ces soirées dans un tel lieu ! Encore merci Mr Andrieu pour ce nouvel épisode

Écrit par : Ghislain | 07/08/2013

Répondre à ce commentaire

pourquoi ne pas en faire un musée art déco

Écrit par : alary | 08/08/2013

Répondre à ce commentaire

:)))oui oui oui je m'en souviens!!!!

Écrit par : lala | 03/09/2016

Répondre à ce commentaire

Encore une fois, merci pour tous vos articles qui montrent tout l'attachement que vous avez pour Carcassonne. Je vois que celui ci date de 2013, pouvez vous nous dire ce qu'est devenu ce si beau bâtiment ?

Écrit par : Noé Armelle | 03/09/2016

Répondre à ce commentaire

Effectivement ce bâtiment ,route de Narbonne ne passe pas inaperçu,le restaurer sera une bonne chose,mais si Les Vignerons de Foncalieu ont racheté ce bâtiment ,c'est évidemment pour en faire une vitrine pour leur produit au pied de la cité et non pour en faire un musée.Rentabilité oblige les travaux seront fait pour donner du lustre et du fonctionnel à ce lieu mais pas plus.Quand à revoir une bodega en ce lieu comme tous les ans(cela faisait des recettes pour le club taurin) j'en suis moins sur,car même ce parking privé que affectionnait les touristes et autres est appelé a devenir vraiment privé et sans doute clôturé au seul usage du magasin de vins à venir et sans doute un restaurant avec.Mais avec le temps je pense que ce lieu une fois réhabilité est appelé a voir d'autres orientations commerciales.L'avenir le dira car maintenant qu'il est classé,on ne peut plus faire n'importe quoi en travaux et les coûts vont être multipliés par 4 ou 5 ce qui va changer la donne.

Écrit par : louis | 04/09/2016

Répondre à ce commentaire

super ! s'il est restauré et ses trésors préservés. Cela me fait mal au coeur chaque fois que je vais au festival de la Cité je passe devant et bien triste constatation de son état.

Écrit par : Riviere Blanchard | 15/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire