30/08/2013

Le pavillon Tivoli

Sur le boulevard Omer Sarraut arrêtez-vous en face du Pavillon Tivoli et admirez sa belle architecture. De lui, nous ne savons que trop peu de choses, même si certains s'aventurent à le décrire comme l'ancien pavillon de chasse d'un roi de France. La pavillon tire son nom du faubourg du Tivoli sur lequel il est implanté depuis au moins le XVIIIe siècle, selon certains. L'historien Claude Marquié penche plutôt pour le XIXe siècle. Essayons de dresser un état des lieux de ce petit joyaux carcassonnais...

2054986133.JPG

La cour du pavillon vue du boulevard

1037886277.JPG

La frise sous les balustres du premier étage

2196528420.JPG

Adossé à l'hôtel Terminus, un balcon avec ses ferrures et toujours la même frise au dessus. Ce balcon a un jumeau qui se trouve à l'autre extrémité formant le corps du bâtiment.

12372725.JPG

Je vous livre hélas un exemple de cette ville où l'on a, pendant des lustres, fait n'importe quoi. Comment a t-on pu laisser construire ce cube en béton qui abrite aujourd'hui un magasin de jeux videos? C'est vrai qu'il fait très XVIIIe siècle, non? Cette verrue immonde casse toute la perspective du bâtiment et nous attendons fermement sa destruction prochaine.

4039854007.jpg

Allez ouste, du balais!

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

Il y avait un cabinet de radiologie, selon mes souvenirs, n'est-ce pas ?
Et en face, un pâtissier qui m'a fait découvrir les St-Honoré !!!

Écrit par : Stéphane | 30/08/2013

Répondre à ce commentaire

Du temps du radiologue le docteur Marty, il y avait encore la pièce d'eau au milieu de la cour,disparue à l'arrivée du docteur Bouyges dans les années 1980 et la création d'un parking, oui!nous ne savons plus marcher, ni pédaler.
Sur l'autre partie qui a longtemps appartenue au docteur Lauze, la verrue était déjà en place dans les années 1950 époque où les règles d'urbanisme n'étaient pas ce quelles sont devenues. C'était les Ets Anduze(accessoires auto) qui occupaient les lieux.
A savoir que à l'origine il n'y avait pas de séparation ,les deux cours,et les deux bâtisses formaient le même ensemble.
Que dire des toitures qui encore dans les années 1960 étaient en vrai ardoise(j'ai travaillé dessus en qualité d'ouvrier couvreur) .Actuellement ,c'est noir oui mais ! c'est du synthétique (en fait du pétrole).
A demain!

Écrit par : jacques blanco | 30/08/2013

Répondre à ce commentaire

Si mes souvenirs sont exacts, il y avait adossé au terminus, entre 60 et 70, Monsieur Nunez qui faisait de la reéducation, quelqu'un s'en souvient-il?

Écrit par : mamichou | 30/08/2013

Répondre à ce commentaire

monsieur Nunez ce n'était pas le père d'Annette Nunez?habitant au planol?
mon dieu que de richesses je découvre sur ma ville mais il n'est pas trop tard heureusement il fautdire que j'en suis partie a vingt ans a l'age ou l'on ne fait pas attention a ces choses la
merci monsieur blanco merci monsieur Andrieu

Écrit par : constance pressoirs | 30/08/2013

Répondre à ce commentaire

Constance,et mamichou,

Ce pourrait être Gaby Nunez,ancien boxeur et entraineur,ancien soigneur de l'ASC des années 50/60 (reconnaissable à son béret et sa blouse blanche),ancien policier( reconnaissable à son bâton blanc),et surtout un des témoins indirect de la fusillade du quai Riquet.
Reconvertie à la retraite en kiné,mieux en "coaching"comme on dit maintenant.
Toujours à Vélosolex quoi que nous étions tous à "bécane",ou à Solex.

Écrit par : jacques blanco | 30/08/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire