31/10/2013

Henri Daraud, facteur de pianos

La récente fermeture du magasin "Piano Porchez" dans la rue A. Tomey, a sonné le glas du métier de facteur-accordeur de piano dans notre ville. A la fin du XIXe siècle, ils étaient trois à Carcassonne (Gillon, Cauvet et Barbot). Au milieu du XXe, ce fut Henri Daraud (rue Courtejaire) puis Jean-Jacques Trinques (Pianos Porchez) et dans une moindre mesure Claude Serrano (Claude musique, Bd Omer Sarraut), M. Reta (SOS musique, Allée d'Iéna). Il ne s'agit pas de vendre seulement des instruments, faut-il encore avoir été formé pour les réparer et les accorder sans l'aide d'un diapason numérique comme beaucoup aujourd'hui. Un vrai accordeur dispose uniquement d'une clé et de son oreille pour ajuster les cordes du piano à la bonne fréquence. C'est ce qui s'appelle avoir l'oreille absolue; ce qui permet de chanter par exemple un la, sans avoir eu aucune référence harmonique auparavant. Il faut 1h à 1h30 à un accordeur pour équilibrer harmoniquement un piano (75 euros en moyenne) et 3h à un bricoleur qui vous prendra bien plus cher. Ne faites pas accorder vos pianos en cadre bois, cela ne sert à rien! Il y avait autrefois des écoles comme des pianos Pleyel ou Erard qui formaient en 10 ans des facteurs-accordeurs, mais ce temps est révolu... Aujourd'hui la dernière manufacture de pianos se trouve à Alès (Gard), ce sont les pianos Rameau, mais pour combien de temps? Rameau possède l'ancienne marque française Pleyel. Sachez donc que si vous achetez Rameau ou Pleyel, vous faciliterez la production française sérieusement concurrencée par les pianos chinois ou coréens.

85375997.JPG

Henri Daraud s'installe comme facteur-accordeur de piano dans la rue A. Ramond (en face Stanislas) où il a son atelier. Le magasin de vente ouvert en 1955, se trouvait à l'angle des rues Ramond et Courtejaire. On y trouvait des partitions et divers autres instruments de musique. Henri Daraud qui était diplômé de chez Erard et Gaveau, était très demandé par tous les artistes qui se produisaient dans le sud de la France. Il est décédé en 1989 et sa fille a repris à sa suite le magasin, pour assurer la vente de disques jusqu'en 2000.

994541338.jpg

Une séance de dédicaces chez Daraud, où sont passés de nombreux artistes. Jean-François Daraud est ainsi tombé tout petit dans ce milieu artistique qui fait de lui, le carcassonnais détenteur du plus beau carnet d'adresse d'artistes. C'est lui et J-J Trinques qui ont fondé le musée du piano à Limoux, que la ville de Carcassonne n'a pas souhaité accueuillir à l'époque. Une exposition d'anciens instruments, unique en Europe.
 
A lire:
 
Le piano Pleyel d'un millénaire à l'autre (J-J Trinques / Editions L'Harmattan / 2003)
 
_________________________________
 
© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

Martial,parle nous du" sauvetage" du piano de la famille Follet en 1942,dans la maison"dite de la gestapo",grâce à Henri Daraud.

Écrit par : jacques blanco | 31/10/2013

oui qu'est-il advenu du piano sauvé de la maison de la gestapo?

Écrit par : constance pressoirsl | 31/10/2013

76 bis rue A. RAmon j'y ai habité longtemps

M. Daraud y avait son atelier mais lorsqu'il avait trop de pianos il en laissait dans les couloirs, en attente de réparations.


quand j'ai entamé l'étude du piano pour mes 12 ans je n'avais pas d'instrument à moi; le soir après l'école
j'allais avec une chaise et ma tatie qui tenait une lampe de poche pour éclairer la partition m’entraîner sur ces pianos; avec l'"accord" si j'ose dire de M. Daraud !

pour moi c'était magnifique et pourtant ils étaient en mauvais état

celui qui dédicace c'est Henri Gougaud!

a bientot

Écrit par : gougaud | 31/10/2013

je ne me souviens pas que tu aies consacré un article à Maitre Tournier: organiste à la cathédrale, compositeur, accordeur

son parcours, ses études à Paris ses professeurs réputés

sont un beau chemin de vie artistique et de vie tout court.

mais peut être ai je zappé?

Écrit par : gougaud | 31/10/2013

Constance,puisque Martial ne te répond pas,je vais essayer
Source:Henri Ormieres.
Afin de protéger ce piano,Henri Daraud a fait un faux certificat de location,qui lui a permit de le récupérer,de le mettre en lieu sur, ce qui a sans doute permis aux vrais proprios,de le retrouver à la libé.
Source:Blanco
La livraison a été faite par un Facteur,mais pas par les PTT.

Écrit par : jacques blanco | 31/10/2013

Ouille ! J'imagine la sacoche ! Renforcée... !o)

Écrit par : jean-marie detrey | 02/11/2013

Martial,
Sur la photo, je reconnais derriere et debout Mm Daraud,il me semble que celui qui dédicasse c'est Henri Gougaud,du temps ou lui et moi avions du poil sur la"cabessa"."Putain" Martial tu me "fout" des coups de vieux.

Écrit par : jacques blanco | 31/10/2013

Les commentaires sont fermés.