15/11/2013

André Coumes, chef FFI

4266058395.jpg

André Coumes (1914-1974), chef départemental-adjoint FFI aux côtés de Jean Bringer, fut connu dans la résistance sous pseudonyme de Capitaine Cabot. Il commence son action au sein de l'usine de la mine de Salsigne avec Félix Roquefort, et recrute des ouvriers pour mener la lutte. Son engagement est déterminant puisqu'il forme et anime des équipes de sabotages des voies ferrées, réseaux électriques et téléphoniques. Le 24 juillet 1944, soit quatre jours après l'attaque par les allemands du corps franc de la montagne noire, Bringer, Roquefort et Coumes rendirent visite à Armagnac et ses hommes. Le 8 août, le maquis était décimé à Trassanel et les blessés achevés par l'ennemi dans une grotte près du village. D'après les renseignements que Coumes et Roquefort auraient livrés après guerre à leurs proches, se serait le Baron D, habitant Carcassonne, qui aurait dénoncé les maquisards. André Coumes sera obsèques de Jean Bringer et portera le cercueil de son compagnon de la libération. Le 21 décembre 1944, le général Zeller remet le drapeau du 81e régiment d'infanterie nouvellement constitué, sur la place d'armes de Carcassonne. Il est placé sous les ordres de Gilbert de Chambrun et de son adjoint le Lieutenant-colonel Bousquet. Le 81e cantonna à proximité du camp de Valdahon (Doubs). Dix jours après, il fait mouvement vers le Rhin où il participa avec le 80e aux combats sur le front d'Alsace. Le 1er avril, il pénètre en Allemagne. Le Capitaine André Coumes appartient au 2e bataillon.

Voici la liste du 81e RI

Etat-major: Commandants David, Bonfils, Girvès, Georges (Morguleff), Capitaine Aribaud, Lieutenant Delanchy

1er bataillon: Capitaine Franck (Maury), Capitaine Martinet, Lieutenant Fontrouge

2e bataillon: Commandant Allaux, Capitaines Coumes, Lovichi, Lieutenant Joly

3e bataillon: Commandants Meyer, Fournier, Capitaine Delmas, Lieutenant Chevalier

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

encore un résistant a ne pas oublier dans le devoir de mémoire c'est fou le nombre qu'ils étaient a défendre la FRANCE que d'exemples de courage et d'abnégation...
merci ....

Écrit par : constance pressoirs | 15/11/2013

Répondre à ce commentaire

La création officielle du 81e régiment d'infanterie intervient le 16 décembre 1944 à Carcassonne. Au 1er janvier 1945, ce régiment compte 2 216 hommes. Selon le Service historique de la Défense, le 81e RI provient de la réunion du bataillon Picaussel, du bataillon de Rodez, du 5e bataillon de l'Aveyron, du bataillon Janvier, du bataillon de volontaires de l'Hérault, du bataillon Myriel (Aude) et du 2e bataillon de marche de l'Aude. Le Commandant Meyer dit Jean Louis (du maquis Jean Robert Faïta) sera le chef du 3ème bataillon dit Bataillon Myriel (en mémoire à Jean Bringer dit Myriel) formé par les maquis FTP de l’Aude, dont précisément le Lieutenant Chevallier qui commanda la 9ème compagnie, lui aussi du maquis Jean Robert Faïta, mon grand-père maternel. Orthographié Chevallier (avec 2 L) le surnom de maquisard qu’il choisit, de son vrai nom Emile Lavigne, est simplement le nom de jeune fille de sa femme chérie. Voici un très beau site internet de mémoire et en souvenir de ceux du Maquis FTP Jean Robert Faïta dans la Haute Vallée de l’Aude, près de Salvezines : http://maquisftp-jeanrobert-faita.org/maquis/paroles/chevallier-emile-lavigne

Écrit par : Jeff de Miailhe | 15/11/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire