24/12/2013

Lettre autographe de Maurice Sarraut, sénateur de l'Aude

Maurice_Sarraut_1914.jpg

Maurice Sarraut (1869-1943) fut d'abord un homme politique, membre du Parti Radical Socialiste, élu comme sénateur de l'Aude entre 1913 et 1932. Il démissionnera pour devenir le propriétaire du quotiden La Dépêche. Après l'armistice de 1940, il approuve le gouvernement de Vichy et soutien Pétain. Ce n'est qu'en 1943 qu'il prendra ses distances avec Laval; au moment de la création de la Milice. Il sera assassiné le 2 décembre 1943 par des Miliciens. Il repose au cimetière Saint-Vincent de Carcassonne.

Lettre du 2 septembre 1894

Mon cher Alboize,

Je suis désolé et vexé à la fois du facheux effet produit sur l'organisme délicat de mon bon ami Édouard par le climat de Carcassonne, ma seconde patrie. J'imagine que sa maladie n'offre aucun caractère de gravité et je souhaite de mon tout coeur que la mer répare promptement la santé ébranlée de notre cher gamin. Oserai-je vous demander, en grâce, de ne pas dire, à votre retour ici, que Carcassonne l'ût rendu malade?

Je me suis imposé la tâche ardue de réhabiliter, dans l'esprit de ceux qui m'entourent, notre ville d'origine; Nadaud (1) l'a ridiculisée. Mais le ridicule, ce n'est rien. Quantité de gens– voire du meileur monde– s'en accomodent au point de le considérer comme une des conditions nécessaires de l'existence. mais cumuler le ridicule et l'odieux, c'est vraiment trop; que voulez-vous répondre aux malveillants qui nous diront: "Carcassonne est non seulement la ville la plus bête de France, mais encore la plus pernicieuse. On y attrape les fièvres, la jaunisse, etc..." Hélas! nous ne pourrons que rougir– silencieusement!

Épargnez-nous ce nouvel avatar.

Je regretterai infiniment de ne pas vous voir, à mon arrivée à Carcassonne: Je me proposais de passer, en votre agréable compagnie, quelques bonnes heures dans l'atelier de Laugé (2). Enfin! l'important est qu'Édouard guérisse vite. Nous aurons tout le temps de causer impressionisme cet hiver à Paris.

Je vois Raynaud assez souvent; il m'a fait l'amitié de donner le service le service de l'artiste, pas la 2e représentation de Sereno Torelli, à la Comédie Française. Vous voyez que, même pendant votre absence, je trouve le moyen d'être votre obligé!

Présentez, je vous prie, à madame Alboize mes respectueuses amitiés et embrassez mon ami Édouard– j'y tiens– L'air salin le remettra vite, sans doute.

Croyez-moi votre bien dévoué, Maurice Sarraut.

Le bonjour à Laugé et à notre ennemi intime A. Rouquet (3)

lettre sarraut.jpg

(1) Gustave Nadaud (1820-1893), auteur de la chanson "Carcassonne" dans laquelle est tirée la célèbre phrase "Il ne faut pas mourir, sans avoir vu Carcassonne". Cette chanson sera reprise par Georges Brassens

(2) Achille Laugé (1861-1944), peintre pointilliste né à Arzens (Aude). Un musée est consacré à ces oeuvres à Limoux.

(3) Achille Rouquet (1851-1928), félibre, graveur et fondateur de "La revue méridionale". On lui doit le premier embrasement de la Cité de Carcassonne.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

23/12/2013

Massacre du Quai Riquet (20 août 1944): des visages sur des noms oubliés

Peut-être est-il inutile de rappeler que le 20 août 1944, l'armée allemande en déroute à fait exécuter 21 otages (sans compter Noël Ramond, fusillé devant son domicile) sous le pont de chemin de fer du Quai Riquet.

418013594.JPG

Petit à petit notre travail consiste à tenter de retrouver les visages de ces pauvres malheureux dont la faute, fut de se trouver là au mauvais moment. Après Noël Ramond, nous vous proposons de rendre hommage à Roger Carreras et à Raymond Chassaing.

Roger Carreras

carreras.jpg

Roger Carreras avait 21 ans, ce triste 20 août 1944. Il était né à Mazamet le 26 octobre 1923 de Carreras Diego et de Pérez Juliano Joséfa. Il habitait le quartier de Grazailles dans la Villa Anne-Élisabeth et exerçait la profession de mineur de fond.

Raymond Chassaing

chassaing.jpg

Raymond Chassaing avait 23 ans, ce triste 20 août 1944. Il était né le 2 novembre 1921 à Clermont-Dessous (Lot et Garonne) de Victorien Chassaing et de Valérie Cambon. Il habitait 19 route de Toulouse où il exerçait la profession de Chargeur PTT.

1199176610.JPG

La plaque aux martyrs du Quai Riquet à l'entrée du pont de chemin de fer, en direction de la rue Buffon.

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

19/12/2013

Un aviateur dans la crypte de la basilique St-Nazaire...

Notre ami Philippe Decaux, patron du bar le Sénéchal, m'a conté une petite histoire... Une année, il fait la connaissance à la cité d'un touriste américain qui cherche à se rendre à la basilique. Jusque là rien de bien étonnant. Sauf que cet homme est un aviateur de l'armée américaine qui va lui raconter une bien belle histoire... Nous sommes en 1944 et la cité est occupée par l'armée allemande, quand un soldat US, Sully H. de Fontaine, parachuté début février à Dijon se présente au curé Pierre Pont. Ce dernier va alors le cacher dans la crypte de la basilique sous le choeur, le temps qu'il puisse s'enfuir.

crypte.jpg

La crypte sous le choeur de la basilque St-Nazaire

Il réussira quelque jours après à rejoindre Pamiers, grâce à des passeurs. Ce touriste est donc bien Sully H. de Fontaine qui 50 ans après retournait à Carcassonne.

4113630386.jpg

Les deux hommes se sont liés d'amitié et en 2001, le Colonel Sully H. de Fontaine reçut la médaille de la ville de Carcassonne.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2011

17/12/2013

Quand la rue de gare devint piétonne...

Au mois de janvier 1978, les travaux engagés par la municipalité d'Antoine Gayraud dans la rue de la gare commençaient... Cette artère si fréquentée dans un axe allant du portail des Jacobins à la gare SNCF, allait devenir entièrement piétonne. Une révolution pour l'époque qui suscita bien des émois de la part des commerçants qui d'abord, ne virent pas tout ceci d'un bon oeil.

3048926412.jpg

Ces photos prises pendant les travaux vont nous permettre de jeter un regard nostalgique, sur tous ces commerces disparus du paysage carcassonnais. La parfumerie Véronique semble aujourd'hui faire de la résistance au milieu des enseignes franchisées.

4061828636.jpg

A droite: les chaussures André sont devenues une parfumerie. On aperçoit la mercerie "Midinette" qui n'existe plus. Tout comme à ses côtés, la droguerie "Bugnard" qui est aujourd'hui l'enseigne de vêtements Blue Box.

3480928172.jpg

Sur la droite: le magasin de chapeau "Alexandra" c'est maintenant "Jennyfer", Servez-vous, la parfulerie "Plaire", Le studio photo "Marié", Les cars "Boudier".

Sur la gauche: La boutique "Serra", Eram, les cours de judo de M. Andrieu, Danjou et enfin, un marchand d'ustensiles pour la cuisine occupé maintenant par "Pimkie".

2103075772.jpg

En remontant vers la place Carnot, "la chausseria" et "Bidule" le marchand de disques.

1077561868.jpg

Au premier plan à gauche: un bijoutier, les cars "Bourdier", le studio photo "Marié", la parfumerie "Plaire", "Servez-vous" (actuel Bar 66), "Alexandra", "la chausseria", "Bidule", un magasin d'électroménager (angle de la rue de l'Aigle d'or) qui devint ensuite "la carterie" puis maintenant "La mie caline).

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

14/12/2013

Helmut Thomas, résistant allemand antinazi

L'histoire ne peut se contenter de préjugés quand elle doit examiner avec justesse les responsabilités à l'intérieur d'un conflit comme celui de la Seconde guerre mondiale. La facilité serait de désigner les coupables par rapport à leur nationalité ou leurs fréquentations. Ce n'est pas si simple! Durant l'épuration qui suivit la libération de la France, la précipitation des hommes à traquer coûte que coûte les collaborateurs à fait envoyer des innocents devant un peloton. Au même moment, certains parmi les plus impliqués ont pu fuir et ont bénéficié de la mansuétude des tribunaux des années 50. Là, où les chefs de centaine de la milice française, par exemple, seraient passés par les armes dès la libération; ils ont profité dix ans après, de jugements rendus par une justice professionnelle les condamnant seulement à de la prison. D'ailleurs, si nous lisons les compte-rendus nous nous apercevons qu'ils ne firent jamais totalement leur peine. Que dire également des anciens fonctionnaires de l'Etat français qui se sont retrouvés à des places de ministres, comme Maurice Papon. Les lettres de délation qui avaient fait envoyer des français en déportation, juste par vengeance ou inimitié de voisinage, ont perduré après la libération mais dans le sens contraire. Ainsi, désignait-on ceux qui avaient soi-disant collaboré en encourageant les délateurs. Bien entendu, il ne faut pas nier les vraies responsabilités et ne comptez pas sur moi pour les occulter. Cependant, suite aux commentaires postés sur ce blog après mon article sur Jean Bringer, il est de mon devoir d'apporter une autre réflexion.

Les allemands étaient-ils tous nazis?

Hitler a été porté au pouvoir par les urnes et non par un coup d'état. Les causes sont multiples, mais la principale que l'on ferait bien de ne pas l'oublier dans la crise économique qui nous secoue actuellement: Une monnaie qui ne valait plus rien, un taux de chômage très élevé, une hausse des prix. A cela il faut ajouter, l'humiliation de la défaite de 1918 et la poussée du sentiment national. Le populisme hitlérien est arrivé au pouvoir en jouant sur les peurs et en désignant les coupables: les juifs. Dans la population allemande, certains avaient compris que la traque des juifs désignés comme étrangers et apatrides, n'était pas dirigée pour des raisons économiques mais idéologiques. A ce titre, Mein Kampf (Mon combat) écrit par Hitler depuis sa prison après son coup d'état manqué est des plus révélateurs. La race pure aryenne doit s'imposer comme supérieure à toutes les autres. Méfions-nous de ceux qui utilisent les circonstances économiques en désignant l'étranger comme coupable de ces maux, ils pourrait bien s'y cacher d'autres raisons bien moins avouables...

Les résistants en allemagne

La rose blanche, mouvement d'étudiants allemands, a résisté au pouvoir nazi en 1942. Ils ont été arrêtés et guillotinés.

2338791975.jpg

Sophie Scholl (1921-1943), guillotinée avec son frère Hans.

Les résistants allemands dans l'Aude

1449472334.jpg

Ce jeune soldat allemand avait été incorporé de force dans la Wehrmacht, après avoir fait partie des Brigades Internationales pendant la guerre civile espagnole. Il déserte en 1943 et rejoint les combattants du maquis Faïta (Francs tireurs et partisans) situé à Salvezines dans la Haute-vallée de l'Aude. Parmi eux il va mener des actions non contre son pays, l'Allemagne, mais contre une idéologie qu'il ne peut pas soutenir.

4228145193.jpg

Fanion du maquis Faïta

2561187091.jpg

Le maquis Faïta à Buc en 1943

2563226189.jpg

Stèle au Col de la Flotte

Le 27 juillet 1944, les troupes allemandes envoient 300 hommes pour débusquer le maquis Faïta près de Chalabre. Au Col de la flotte, entre Courtauly et Sonnac, ils interceptent un camion du maquis et tuent Louis Bages, André Laffon et Paul Vernières. A Courtauly, vers la ferme du Planquet, Fernand Trétal et Thomas Helmut sont capturés. Ils transportaient des courroies provenant du sabotage d'une batteuse. Ils seront exécutés d'une balle dans la tête.

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

 

13/12/2013

Henri Alaux (1929-2003), historien passionné

L'association des Amis de la ville et de la cité appuyée par Claude Marquié, a obtenu en 2011 de la municipalité de baptiser le chemin allant à la propriété de "La Caramagne" du nom d'Henri Alaux. Il semblerait que depuis ce temps rien n'est bougé. Cet homme passionné a voué toute sa vie, en dehors de ses obligations professionnelles, à la connaissance et à la défense du patrimoine carcassonnais. A l'instar de Claude Marquié ou de Jean-Louis Bonnet, il faisait partie des sociétés dites "savantes" de la ville dans lesquelles on peut encore consulter un grand nombre de ses études. Il m'est bien entendu difficile de rendre ici hommage à cet historien que je n'ai pas eu le plaisir de rencontrer, mais la lecture de ses ouvrages en disent bien assez sur le sérieux de ses recherches. Que serait mon blog sans l'héritage d'Henri Alaux et de tant d'autres, passés et présents? Nous ne sommes propriétaires de rien, sinon responsables de la transmission d'un témoin dont le poids de l'héritage nous engage et nous oblige. Alors, chapeau M. Alaux et de tout coeur merci!

2407374909.jpg

Henri Alaux est né à Lézignan le 28 avril 1929 et a fait toute sa carrière professionnelle à la Société de transport de force puis à l'EDF (on pourra lire son excellent livre: De la lumière et des hommes... en pays d'Aude). Au fil des années, il va s'imposer comme un grand érudit de l'histoire locale et à ce titre, participera à la commission extra-municipale de communication. Il rédigera des articles sur l'histoire de Carcassonne dans le magazine municipal "Carcassonne, ta ville", jusqu'à son décès survenu trop tôt. A partir de ces chroniques, il publiera en 2002 "Quartiers et faubourgs au fil du temps" (Lion's Club). Il ne s'agit pas d'un coup d'essai, car il avait déjà sorti un ouvrage en collaboration avec René Nelli en 1980: "Carcassonne d'heureuse rencontre" (Edisud). Henri Alaux est décédé à Carcassonne le 5 février 2003 et nous laisse un imposant héritage comme: Un fonds aux archives départementales et un mini musée dans les locaux d'EDF.

2885303975.JPG

Le caveau où est inhumé Henri Alaux, à Trèbes. (Photo:J. Blanco)

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013