31/01/2014

Carcassonne, capitale régionale de la Pelote basque depuis 1934!

Si je vous dis qu'à Carcassonne, on pratique la pelote basque à main nue et la Pala depuis 1934, vous me croyez ? L'ASC Pelote Basque est même le seul club du Languedoc-Roussillon qui, pour exister, a dû s'affilier à la ligue de Midi-Pÿrénées. Le fronton "Place libre" fut construit en 1934 à côté du stade la Pépinière comme on l'appelait à cette époque. Aujourd'hui, c'est Albert Domec dont il a pris le nom.

inauguration fronton  1934-2.jpg

Depuis 1965, ce club participe à des tournois et organise le sien "Le trophée de la ciutad". Pourquoi donc la Pelote Basque au pays du cassoulet? Si je suis un peu ma logique historico-sportive, je remarque que de très nombreux joueurs euskadi sont venus grossir les rangs des clubs de rugby de Carcassonne. Devons-nous trouver un début d'explication chez ces immigrants ?

domec mai65.jpg

Jean-Jacques Castel (Président), Édouard Ponsinet, René Benausse et Robert Fanjeaux.

Ces trois là, remportèrent la coupe Jacques Castel en 1965 en finale du tournoi contre Rives, Sicre et Delmas sur le score de 40 à 31.

domec juin 69.jpg

Les pélotaris carcassonnais en juin 1969

pelote basque10001.jpg

La cancha (sol du fronton) est remise à neuf à la fin de 1969. L'année suivante, un nouveau fronton est inauguré c'est "Le mur gauche". L'équipe dirigeante est composée de: MM. Gastou (adjoint au maire), Castel (Vice-président), Pierre Lahitète et Édouard Ponsinet (trésoriers), Carasco (secrétaire), Robert Fanjeaux.

club pelote.jpg

Le fronton "Place libre" de l'ASC Pelote Basque

La place libre est le fronton le plus courant et ses dimensions ne sont pas règlementées. Une ligne tracée à 80 cemtimètres du sol délimite l'endroit, au dessus duquel doit venir frapper la pelote. Le terrain de jeu est matérialisé par des lignes au sol. La variante espagnole possède un mur à gauche. A Carcassonne, on pratique la pelote à main nue avec deux équipes de deux ou trois joueurs en 30 points.  La Pala se pratique comme la pelote à main nue mais avec une grosse palette; la partie se joue en 40 ou 50 points.

finaliste.jpg

Le club carcassonnais a remporté par équipes, 23 titres de champions de ligue Midi-Pyrénées.

Vous voulez les voir s'entraîner au fronton de Domec?

Mercredis de 18h30 à 22h

Dimanches de 9h à 12h 

Vous voulez contacter le club?

04 68 79 60 22

______________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014 

10:07 Publié dans Sport | Tags : pelote basque | Lien permanent | Commentaires (1)

30/01/2014

Les secrets de l'église du hameau de Villalbe

L'église du hameau de Villalbe a été construite en seulement quatre ans par l'entrepreneur François Dardenne pour la somme de 17525 livres.

P1000828.jpg

Consacrée par le curé Germain Fabre le 13 septembre 1784, elle est placée sous le vocable de l'Assomption de la vierge et au fil des années s'est richement parée et enrichie. Suivez le guide...

Fronton.jpg

Au dessus du poche d'entrée

1626128428.jpg

Sa conception est des plus simple: une nef, un choeur et deux chapelles. Il est intéressant de souligner que la majeure partie des matériaux servant à son édification proviennent deux anciennnes églises du XIe et XIIe siècles. La première: L'église St-Pierre de Villalbe-basse, aujourd'hui rasée, se trouvait en bordure de la route de Limoux. La seconde: L'église d'al loup ou de St-Geniès, se trouvait sur un terrain bordant la route de Lavalette.

1716225755.jpg

En entrant à droite: Une croix du XVIe siècle, trouvée dans l'ancienne maison presbytérale en 1976 lors de travaux et offerte à la paroisse par la famille Vialade. Il est fort probable qu'elle provienne de l'église de St-Genies. Elle est remarquable en raison de sa double face. L'une représentant le christ en croix et l'autre, la vierge à l'enfant. Elle est classée à l'inventaire des monuments historiques.

024.JPG

Il y a trois ans le bras gauche de la croix s'est retrouvé au sol. Il a été récupéré par une personne qui entretient l'église et mis à l'abri chez elle. On attend encore sa restauration...

1570516446.jpg

Au centre de la nef: Le lustre que l'Impératrice Eugénie a offert à la paroisse lors de la visite de Napoléon III à Carcassonne en 1851.

319571714.jpg

De part et d'autre des murs de la nef: deux tableaux attribués à Gamelin (à vérifier). Leur restauration est plus qu'urgente et il serait interessant que madame la conservatrice du musée des beaux-arts en soit avertie.

665880144.jpg

Le second tableau

2052904772.jpg

Les vitraux d'origine (XVIIIe)

1863399202.jpg

La chapelle de la vierge: Le mur est fissuré depuis l'explosion du dépot d'armes de Baudrigues en 1944. On constate au plafond, une voie d'eau qu'il serait bien de vérifier.

801416724.jpg

La statue Domina rosa, don de M. Boyer en 1840 du domaine de Montquier.

1118612289.jpg

La chapelle St-Roch: Dans le même état que sa jumelle.

2048607833.jpg

Au sol deux types de tomettes gravées d'époque renaissance: Une dame à la coiffe. Leur origine reste inconnue, même si le casier archéologique de Hyvert établi en 1948 (consultable aux archives) indique qu'elles pourrait venir de l'église de St-Geniès.

185473464_2.jpg

Un homme au chapeau.

155627210.jpg

L'Assomption peinte par Roumens (1825-1901). Oeuvre postérieure à la construction de l'église

204685370.jpg

St-Roch, signature en latin de 1764. Oeuvre antérieure à la construction, dont on ignore la provenance. Sa restauration est l'oeuvre de Mme Beaubois.

2140066125.jpg

Le choeur: Il est entièrement en marbre de Caunes. Le tableau est signé Jalabert (1815-1900), peintre carcassonnais et élève de Gamelin.

1098967176.jpg

Au plafond: Les quatre évangélistes (Mathieu, Luc, Marc et Jean). Pareille peinture peut-être observée sous l'ancienne chapelle de l'Hôtel Dieu (Dôme) à Carcassonne.

1617608228.jpg

Les vitraux du choeur ont été détruits par l'explosion de Baudrigues en 1944. L'un de couleur rouge et l'autre d'un bleu que n'aurait pas renié Marc Chagall, sont l'oeuvre des moines d'Encalcat (Tarn). Ils ont été inaugurés en 1958 à l'occasion de l'anniversaire des apparitions de la vierge à Bernadette Soubirous.

P1020374.JPG

Cloche de l'église: I H S. I H S. MA. S . BEOATA - ORA PRO NOBIS (Jésus, Marie, Priez pour nous) - L'AN MVXXXVIII-XX (1538). La cloche pourrait être signée Pailhaud. Note: UT

(L'histoire des cloches du département en 4 volumes/ Claude Seyte)

Grâce à l'excellent travail de M. Seyte, nous savons désormais que cette cloche n'est pas contemporaine de la construction de l'église Notre-Dame de Villalbe.

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

28/01/2014

L'Athénée: compagnie théâtrale carcassonnaise

Il est fondé le 22 janvier 1901 à Carcassonne une Société lyrique et dramatique portant le nom de L'Athénée, ayant pour but de "développer les aptitudes lyriques et dramatiques de la jeunesse par l'interprétation du chant et de la déclamation". Cette association est composée par: Maître Darzens (président), MM. Fourcade et Barral (vice-présidents), E. Abrial (trésorier), MM. Arletaz et Tarbouriech (directeurs) et J. Laurent (secrétaire et archiviste). Les autres membres sont: MM. Auguste Bès (employé à la préfecture), Achille Abrial (rue du port), Joseph Bonnafous (rue de la mairie), Gaillardon (place aux herbes), Labrousse (Villalbe), Rey (jardinier, rte de Limoux), Joseph Costeplane (place Carnot), Bedel (rue des châlets), Corbière (rue des jardins), Peyre (rue des études), Marius Bourgès (jardinier à la Prade), Jacques Guilhem (allée d'Iéna), Charles Cambriel (rue Rancoulet) et Jean Lannes (63 bis rue du marché).

P1040033.JPG

Le siège est établi au Café Raynaud, rue Tourtel. Cette société se produit lors des fêtes et des concerts de la ville; les répétitions sont confiées au directeur général et à son adjoint, le directeur de chant.

img486.jpg

Programme de 1938

La Grande guerre a semble t-il mis un terme aux activités de l'Athénée. Celle-ci renaît de ses cendres le 18 juin 1923 (JO du 8 juillet 1923) et est placée sous le patronage de la ville de Carcassonne. Les buts de la nouvelle Athénée ne sont guerre différents de la société primitive: "Pour le développement de l'Art théâtral amateur et de la participation aux oeuvres de bienfaisance." On remarquera toutefois, la disparition de l'art vocal dans les statuts. La compagnie est affiliée à la Confédération Internationale des Sociétés Théâtrales d'Amateurs à Paris, qui compte parmi ses rangs Tristan Bernard, Jean Richepin...etc.

La veuve joyeuse 1.jpg

Le Comité d'honneur est ainsi composé: Pierre Voizard (Préfet de l'Aude), Dr Tomey (Maire), François-Paul Alibert (Auteur dramatique), Osmin Nogué (Avocat), Georges Soum (Avocat), Guillaume Almayrac (Compositeur) et Jacques Ourtal (Artsite peintre).

Le Comité actif est représenté par: Henri Rousset (Président et Officier d'académie), MM. André-Francis Rajol et Paul Bonnafil (Directeurs artistiques), René Goujon (trésorier), Michel Mir (Directeur de l'école de musique) et Édouard Lacombe (compositeur et professeur de musique).

Les membres bienfaiteurs: Auguste Bès, J. Bouichou (négociant), Paul Alphonse Cambriel (négociant), Félix Cathala (Pâtissier), Georges Cotte (Négociant), J. Ferrand (industriel), Rougé (photographe), Mlle Mestre Jeanne, Noël Lassalle (huissier), Marty (retraité), Eugène Millet (bijoutier) Salès (boulanger), Alfred Ramond (négociant), Louis Raynaud (assureur) et Eugène Arnaudy (propriétaire à St-Hilaire)

img487.jpg

Les répétitions de la troupe avaient lieu à l'Eden-théâtre, boulevard Roumens. Quant aux représentations, c'est au théâtre municipal dirigé par André Valette qu'elles se tenaient.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

 

27/01/2014

L'usine de constructions agricoles Elbé-Piquemal

J'ignorais totalement la présence dans une période comprise entre 1930 et 1960 d'une usine de machines agricoles dans le quartier des quatre chemins. Tout est parti d'une vieille facture acquise pour ma collection et du fil que j'ai pu tirer pour rédiger cet article.

elbé.jpg

L'usine dont il est question fabriquait des pulvérisateurs, échaudeuses, étuveuses de la marque Elbé pour le travail de la vigne, à l'angle de la route de Limoux et de la route de Montréal. M. Piquemal était le directeur de cette production dans un quartier autrefois très industriel et artisanal. Nous avons déjà évoqué la présence d'une fonderie, par exemple.

553545380.jpg

Je me suis mis en quête de retrouver sur internet, la trace d'un alambic fabriqué dans cette usine spécialisé dans la chaudronnerie. René Laffont (ci-dessus) est l'un des derniers bouilleurs de cru de l'ariège (Photo: La dépêche). Nous le voyons ici devant son alambic ambulant portant sur la plaque l'inscription du constructeur: Elbé-Carcassonne. "On verse les fruits dans deux chaudières en cuivre reposant sur des foyers chauffés au feu de bois. Un double serpentin transporte les vapeurs dans un rectificateur où elles sont triées. L'éthanol est rejeté tandis que les vapeurs d'alcool sont condensées dans un refroidisseur à eau avant de couler dans un chaudron en cuivre. Le premier alcool fait 80 à 85 degrès, le dernier 15 à 20 degrès et le distillateur qui surveille pèse le liquide pour qu'il ait la bonne teneur pour être mis en bouteille."

3345755806.jpg

Echaudeuse pour éliminer les chenilles (pyrale). On épandait l'eau bouillante sur les souches de vigne avec une "cafetière" comportant un foyer rempli de braises.

2014-01-27_10h17_28.jpg

L'usine Elbé se trouvait exactement dans les murs de l'actuel supermarché des quatre chemins. Nous voyons d'ailleurs la toiture caractéristique d'anciens bâtiments industriels; elle correspond même au dessin sur la facture.

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

25/01/2014

La route minervoise, la belle ombragée (5)

En 1911, le gouvernement américain créé la Standard Oil Company of New-York ou SOCONY. Cette dernière dépose en 1920 la marque Mobiloil. La SOCONY-VACUUM nait en 1931 de la fusion avec VACCUM OIL, puis devient le 10 octobre 1955 Socony Mobil Oil Corporation. C'est à ce moment là que Mobil décide d'implanter dans Carcassonne trois Stations services. La première sur l'avenue du général Leclerc, en face de la Roseraie, dont les gérants furent MM. Sautrai, Gironis et Gorlin (Carcassonne-Cité). La seconde, après le pont de la paix sur la route de Toulouse, gérée successivement par MM. Gay, Saez, Triay et Gorlin (Carcassonne-Pont de la paix). Enfin, la troisième fut celle de M. Jean Dousse (Carcassonne-Midi).

2014-01-25_09h15_49.png

La Station Mobil de la route Minervoise est créée en 1956 sur les anciens chais des vins Pidoux-Vidal. A ces débuts seul un bureau et quelques pompes, concurrencées par M. Malacamp qui tenait juste derrière une Etoile du midi qui distribuait de l'essence sous la marque BP. Sur cette photo, on reconnaît de gauche à droite: Georges Garcia, Louis Lloret, Mme Dousse, Jean Dousse et Yves Storaï.

dousse.jpg

Madame Dousse au milieu des pompes dont la cuve contenait près de 70.000 litres de carburants. On servait uniquement dans cette station de l'essence et du Super, pas de gasoil. Le prix du litre était aux environ de 0,50 centimes de francs (anciens francs).

dousse2.jpg

Chaque semaine les camions livraient le carburant produit par la raffinerie de Frontignan(Hérault). Elle produisait des gaz liquéfiés, du Kérosène, du fuel, de l'essence et du pétrole. La plus ancienne raffinerie de France (fondée le 19 juillet 1878) qui produisait jusqu'à 6 millions de tonnes par an, fermait le 12 décembre 1985. C'est maintenant un dépôt pétrolier.

velo.jpg

Jean Dousse, cheville ouvrière de l'ASC cycliste, recevait en 1967 lors du Grand prix du Midi-Libre l'équipe BIC. On reconnaît de gauche à droite: Jean Dousse, Theillière, Milési, Campagnaro, Lemaileyer, Bolley, Grain et Guiot.

dousse3.jpg

Dans les années 1960, la station service s'est agrandie avec un garage pour l'entretien des véhicules: vidanges, pneumatiques...etc. Le quartier était très fréquenté par les ouvriers des mines de Salsigne et de la Someca, des villages du Minervois, des touristes. Que de belles voitures s'arrêtèrent à la pompe: Cadillac, Caravelle, Frégate...etc. Les services de la préfecture étaient aussi clients de M. Dousse.

dousse4.png

Une des plus belles: La Simca Chambord

dousse6.jpg

Qui n'a pas connu ses bidons d'huile? Indispensables car les voitures faisaient de l'huile plus que maintenant et les moteurs chauffaient bien davantage. On vidangeait également tous les 2000 ou 5000 km. Ah! l'odeur de ces bidons, véritables fléaux écologiques.

dousse7.jpg

L'entreprise Mobil distribuait des cadeaux aux clients les plus fidèles, mais c'était le gérant qui devait les payer. Au tout début, on donnait des bas puis des verres, des assiettes, des fauteuils, des montres, des chaises longues... Ci-dessus, un verre Mobil des années 1960 illustré par de vieux tacots. La station service vendait aussi des glaces qui venaient de chez Gelso, rue Antoine Marty.

dousse8.jpg

En 1970, M. Dousse laissera la gérance à M. Conquet. Le premier choc pétrolier en 1974 réduira les marges de l'entreprise et sa rentabilité. Jean Dousse reprendra la station à partir de 1987: "Nous ouvrions la matin à 6 heures jusqu'au soir 22 heures." Puis tout s'arrêta définitivement en 1992; la station fut détruite, les pompes enlevées, la cuve remplie de sable. Un page de l'histoire de la route Minervoise venait de se tourner, laissant un grand vide sur un axe qui n'a plus que des souvenirs à offrir.

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

23/01/2014

L'orchestre SISAMY

Albert Authier, Oscar Teisseire; Beaute, ernest philoctete (chef),colomiès et Oussin.png

Orchestre SISAMY qui animait les fêtes de quartier dans les années 40-50.
En haut: Ernest Philoctete (chef au saxo), Colomiès (batterie) et Oussin (trombonne, habitant la Trivalle)
En bas: Albert Authier, Oscar Teisseire, Beaute, ?

______________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014