15/04/2014

Quel avenir pour le domaine de Cazaban?

Doit-on ranger le domaine de Cazaban situé à la sortie de Cazilhac, dans la longue et douloureuse liste des métairies du XVIIIe siècle à l'état d'abandon et de ruine? Si l'on en juge par les photographies que nous publions, il semblerait qu'il soit ouvert au quatre courants d'air. Va t-il devenir une décharge sauvage, un squat ou pire, est-il voué à périr dans un incendie? Ce site fut la propriété du Ministère de l'agriculture jusqu'en janvier 2013, date à laquelle par vente publique il fut vendu à la société immobilière Hectare S.A. Le projet du promoteur était alors d'y réaliser un lieu de réceptions, séminaires, salle pour mariages...

cazaban 2.jpg

Le portail d'entrée du domaine de Cazaban

L'ambition d'Hectare S.A est tout à fait louable car ce type de structure fait vraiment défaut dans le carcassonnais; surtout si l'ensemble de patrimoine historique est bien conservé.

cazaban.jpg

Là, où nous sommes perplexes, c'est qu'une fois encore, plus d'une année s'est écoulée sans que les moindres travaux n'aient débutés sur place. Notre crainte c'est que Cazaban subisse au final le même sort que le domaine de Moureau, situé à la sortie de Carcassonne.

cazaban 3.jpg

Une bonne affaire?

cazaban

570€ pour 2849 m2!!!

Délibération du Conseil municipal de Palaja (Nov 2013)

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

Commentaires

tout jeune j allais vendange avec ma mère et le régisseur était les grand parents a mon cousin .
IL serait dommage de laisse encore plus ce dégrade ce magnifiques domaine , comme d habitude ont vas le laisser tombe en ruine et puis un bon jour ont verra sortir de terre un super lotissement type cavayere,vu que les commune de palaja et cazilhac limitrophes de Carcassonne commencent a manquer de terrains constructibles

Écrit par : marcel | 15/04/2014

Ras-le-bol des "champignons beton et briques" qui "poussent" au gré des ventes : au final, des résultats qui n'aboutissent jamais!

Il faut à tout prix préserver ce patrimoine!

Si chacun apporte une pierre à l'édifice, il y aura bien une "idée cohérente" pour que ce lieu soit restauré à bon escient.

MERCI!

Écrit par : LE GOASTELLER Marie-Thérèse | 15/04/2014

Les batiments ont été abandonnés depuis bien longtemps, plus de toiture, plus de menuiseries, à l'intérieur tout a été arraché... Le ministère de l'agriculture avait racheté la propriété uniquement pour les vignes, semble-t-il. Quant à la société Hectare...mis à part une vingtaine de maisons supplémentaires dans un nouveau lotissement palajanais, à un jet de pierre justement de Cazaban.

Écrit par : Catherine | 15/04/2014

qui va s'en occuper ? a qui incombe la charge de le faire?,autant de questions sans réponses .......

Écrit par : constance pressoirsl | 15/04/2014

Le parc de Cazaban était également très beau, avec un grand bassin, une petite fontaine en rocaille , de beaux arbres variés, maintenant , il a plutôt l'air d'un dépotoir. Navrant de voir tout un patrimoine ignoré, saccagé ...

Écrit par : berman | 16/04/2014

L'état de ce domaine est à l'image de notre connaissance sur la culture viticole qui a formé notre département du XVIIIe au XIXe s. en friche.
Alors que nous avons de magnifiques domaines en périphérie de Carcassonne et qui pourrait constituer une couronne autour de Carcassonne, non on démembre, on saucissonne terres et bâtiments qui sont à jamais défigurés.
Est-ce que cela serait arrivé en bordelais?
E après on veut vendre le vin! Mais avec quelle Image?

Écrit par : Marie | 17/04/2014

En 1903, le domaine de Cazaban appartenait à Cazanove qui habitait l'actuelle rue de Verdun et pouvait vendre 3 500 hectolitres d'un vin fruité et d'un jolie rouge mais peu coloré et de peu de degrés. Il était issus de vignes d'aramon, de carignan et d'un peu de bouschet, mélangé à la cuve.Le domaine de Cazaban était éloigné de 4km de la gare et la mise en gare à Carcassonne coutait 40 centimes par hectolitre.Le village de Palaja qui avait 262 habitant avait 220 hectares plantées en vignes et produisait 15 000 hectolitres provenant de 10 propriétaires récoltants en domaines et 10 petits propriétaires.
(Indicateur Gervais)

Écrit par : Marie-Chantal | 17/04/2014

Splendeur et décadence, tout un pan du patrimoine fout le camp. Je passe devant ce domaine pratiquement tous les jours et j'ai mal au cœur, ayant assisté, impuissante, à sa dégradation année après année. Sa conception en plusieurs bâtiments, dont un pigeonnier, est des plus remarquable....

Écrit par : Marieh Melendez | 17/04/2014

Quelques informations concernant "la métairie de Cazaban".Un acte notarié de l'an 1779, nous informe que : "la métairie ditte de Cazaban située dans le terroir de Palaja, avec les terres cultes, incultes prés, paissieux, vignes et générallement tout ce qui en depend et fait parties sans en rien recevoir ny retenir", est vendue par demoiselle Catherine DAVID, héritière de feu M. Jean DAVID, son père, bourgeois de cette ville (Carcassonne) à Mr M°e Raymond DAT avocat en parlement.
Il est écrit dans cet acte : "que les bâtiments de la ditte métairie particulièrement ceux qui servent au logement du propriétaire sont en très mauvais état et ont besoin de réparation considérables pour en éviter la cheutte".
L'acte précise que la ditte terre située pour la plus grande partie dans le terroir de Cazilhac et l'autre partie dans celui de Palaja est sujette à la taille au roy et aux droits seigneuriaux de Cazilhac et Palaja.

Écrit par : viguier | 25/04/2014

Les commentaires sont fermés.