04/09/2014

Communiqué

Suite à la décision de la ville de Carcassonne de raser la villa de la Gestapo (à lire demain dans la presse), revenant ainsi sur sa transformation en maison des droits de l'homme que j'avais réussi à obtenir de haute lutte du maire précèdent ; compte tenu de l'état du patrimoine de cette ville (mausolée romain, maison Paul Lacombe, cité médiévale, couvent sous Gambetta, domaine de Moureau ..) pou...r lequel je me suis battu, j'ai décidé de renoncer à ma participation bénévole pour les journees du patrimoine 2014 avec la visite historique de Villalbe et de réfléchir à la poursuite de mon investissement personnel pour cette ville. Cette décision de protestation symbolique fait également suite à la suppression de mon nom de la liste des invités protocolaires de la ville depuis avril dernier.

Tout ceci est bien loin de l'idée que je fais de Carcassonne et de sa grandeur, qui est finalement loin de celle acceptée par une majorité de Carcassonnais, qui a préféré donner 450 000 euros à M. David Guetta plutôt que d'améliorer notre héritage patrimonial. Ou d'une autre, plus modeste, pour des arènes et des toros ensanglantés.
400 000 euros c'est le prix pour sauver ce bâtiment dans lequel tant de résistants se sont battus pour que nous soyons aujourd'hui, libres. L'héritage gaulliste issu de la France Libre fiche le camp et ceux qui s'en réclament politiquement ne sont plus que des camelots, agitant la poupée du général au moment des élections. Inutile de dépenser l'argent des contribuables pour des sondages, sur le désintérêt des électeurs pour les urnes! Inutile de verser des larmes de crocodiles dans les studios TV, parce que les électeurs se tournent vers les politiques radicales. Continuez à spéculer sur la valeur de l'argent par des politiques d'animation plutôt que culturelles et vous vous plaidrez ensuite, que les valeurs humaines se perdent!

La politique c'est faire des choix et je ne suis plus qu'un Carcassonnais de sang pour les discuter. Je suis sur ce point désavoué et ce n'est pas l'indignation d'une poignée qui sera de nature à résoudre cela. Si tous les responsables d'associations du patrimoine faisaient comme moi, nous aurions une chance peut-être de faire avancer nos valeurs, ainsi remises en cause. Pour ce qui me concerne mon sens de l'honneur et ma conscience, me dictent d'agir de sorte.

Commentaires

Vous ne jouez pas dans la même cour.

Eux, ils sont brillants, depuis quelques décennies, pour faire de Carcassonne une ville où il fait de moins en moins "bon vivre".
A chacunes de mes visites à Carcassonne, je trouve la ville toujours plus défigurée et j'entends la désespérance des carcassonnais que j'y rencontre devant une ville qui s'éteint.
"Carcassonne est une ville morte", voilà la phrase récurrente.

Écrit par : brigitte | 04/09/2014

voila Martial a tout dit et il a raison pourquoi n'y a-t-il pas plus d'hommes de sa trempe????? c'est important la maison de la gestapo pour le devoir de mémoire surtout que certains de la municipalité sont nait pendant la guerre meme s'ils étaient jeunes ils doivent s'en souvenir vu que moi je me rappelle des sirènes hurlantes ou nous courions aux abris square gambetta mais voila la vérité dérange et on préfère supprimer ceux qui ont le sens du devoir.....dommage pour Carcassonne,pour son histoire .......

Écrit par : constance pressoirs | 04/09/2014

C est triste de constater que dans notre belle région l histoire ne soit respectée que lorsque elle engendre une culture commerciale. La tout est bon dans le cochon.
La résistance....en ces temps d islamophobie on oublie la belle chanson d Aragon chantée par Ferré, "L'affiche rouge", on oublie les morts musulmans pour la France et les républicains espagnols les premiers à libérer Paris.
On préfère la corrida et la mythologie catholique qui va avec Louis Ix (saint)... Pendant ce temps, dans l ombre, d obscurs arrivistes ambitionnent une gloire patrimoniale guettant,inquiètes et inquiets, les trompettes de leur renommée. Bon courage ..

Écrit par : JlGasc | 05/09/2014

Martial,

Il ne faut pas baisser les bras, des personnes se sont battues pendant la guerre, gardons cette maison de la Gestapo, souvenir precieux des anciens, il est exact de constater que la ville se meurt, je regrette les annees 1960, ses jardins fleuris, son jardin des plantes, son kiosque a musique. Merci Martial de ton combat pour Carcassonne

Écrit par : ourliac | 06/09/2014

Puisque le devenir de cette maison n'échappera pas à la démolition et que des HLM y prendront place, je propose de baptiser ce futur lieu, la "résidence du malheur".

Écrit par : Brigitte | 09/09/2014

Les commentaires sont fermés.