13/10/2014

Le Ciné-club carcassonnais

Le Ciné-club carcassonnais est fondé en 1948 par une poignée d'amoureux du 7e art parmi lesquels, l'avocat Clément Cartier. L'esprit qui animait ces passionnés était de projeter des films ignorés, les tendances modernes du cinéma, la revue des classiques de l'écran...

54656370.jpg

L'adhésion à l'association en 1963 se fait par l'achat d'un carte annuelle (27 francs pour 18 séances) dont le coût de revient est à 1,50 francs par film, ou semestrielle (20 francs). Il existe également une carte scolaire semestrielle de 9 francs pour l'accès du Ciné-club au jeunes. On peut se les procurer dans les librairies Breithaup, Gally, Lauer ou Rouquette.

297916916.jpg

Les séances ont lieu tous les quinze jours, les vendredis à partir de 21 heures, au cinéma le Boléro sur le boulevard Jean Jaurès. La soirée débute par la projection d'un court métrage. Puis, une présentation orale précède le film principal. A la fin de ce dernier, il y a une discussion sur l'oeuvre visionnée et dirigée par deux animateurs. Au cours de la séance, point entr'acte ou de films publicitaires.

748810308.jpg

Les programmes sont annoncés dans la presse locale. Pour l'année 1963, voici les films du 1er semestre:

Comme un torrent (Vincente Minelli)

A travers le monde (Ingmar Bergman)

Elmer Gantry le charlatan (Richard Brooks)

El Pisito (Marco Ferreri)

Le pigeon (Mario Monicelli)

Le grand couteau (Robert Aldrich)

Le Ciné-club était affilié à la Fédération française des Ciné-clubs, agréée par le Ministère de la culture

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

 

10:29 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

en 63 dommage je n'étais plus a carcassonne et en ce temps la je ne descendais qu'une fois par an mais j'ai vu ces films ailleurs

Écrit par : constance pressoirs | 13/10/2014

A travers le miroir et non
A travers le monde est le titre du film
programmé en 1963
mais je suis sûre que les cinéphiles auront
corrigé d'eux mêmes.
Les normaliennes de Carcassonne descendaient
à pieds depuis la route de Narbonne pour assister régulièrement aux séances du cine-cliub et écouter Me Cartier. Une initiation inoubliable qui avait débutée au Chapeau Rouge avec le "Huit et
demi" de Fellini. De grands moments oh combien formateurs et responsables de souvenirs toujours présents.

Écrit par : ourliac | 13/10/2014

Les commentaires sont fermés.