23/10/2014

Les évènements de Mai 68 à Carcassonne

1228099482.jpg

 Lundi 13 mai 1968,

près de 3000 manifestants sont dans la rue. Après un meeting sous les halles, les militants syndicalistes et politiques, les ouvriers et surtout un grand nombre de jeunes étudiants font face aux CRS.

1797893737.jpg

Le texte d'une résolution condamnant la répression au quartier latin à Paris, est lu et approuvé par l'assistance.

2619146363.jpg

Un mouvement de grève sans précédent paralyse alors la ville dans tous les secteurs publics. Plus d'électricté, de trains, d'école, de poste... Dans le privé, les ouvriers ont cessé le travail chez Huard, Someca, jean de Bru. Bientôt on va manquer de pain et d'essence! Les stocks de l'étoile du midi sont épuisés, car on se rue sur les denrées de base.

607010977.jpg

Dans la rue Jean Bringer devant la droguerie Garric, ça chauffe! Les étudiants sont aux prises avec les CRS qui défendent la Préfecture. Les lycéens vont s'organiser et tiendront des réunions au théâtre municipal. leurs revendications sont d'ordre sclaire mais aussi en soutien au monde ouvrier contre le diktat du patronat. A la tribune se trouvent: Pierre-Yves Boisboissel, A. Tarrius, A. Mortès, J. Durand, J. Vaquer, Yves Tarlier, Yves Lamarin, René Piniès et bien d'autres...

653173797.jpg

Les CRS tiennent la rue J. Bringer et malgré la tension, on ne comptera qu'un petit incident. Au moment de la dislocation de la manifestation sur la place Davilla, à 19h20 un fourgon de police arriva. Une dizaine de policier interpellèrent alors le représentant de l'UNEF, Roger Petit. Une fois dans le panier à salade, les forces de l'ordre consentirent à le libérer pourvu qu'on libère la place. Ainsi, tout le monde rentra chez lui et l'incident fut clos.

3205457362.jpg

Les viticulteurs audois soutiennent le mouvement le révolte de mai 68. Sur le boulevard Barbès, ils sont des milliers à brandir des pancartes hostiles au pouvoir. On connaît l'apprêté du combat chez les vignerons depuis 1907 et certains slogans sont de retour comme "Vaincre ou mourir". Le leader vigneron André Castéra sera t-il nouveau Marcellin Albert?

319095716.jpg

Une contre manifestation favorable au Général de Gaulle s'organise sur la place Davilla. Les anciens combattants de la France libre vont déposer une gerbe au monument aux morts et chanter la marseillaise. Ils veulent s'opposer au désordre causé par les manifestants et tenter de retourner l'opinion en faveur du pouvoir. Le Général de Gaulle a quitté l'Elysée en hélicoptère avec toute sa famille pour Baden Baden en Allemagne. Il va s'assurer auprès du Général Massu (Compagnon de la libération et commandant des forces françaises en Allemagne) du soutien de l'armée. De Gaulle est fatigué, il a quitté Paris comme Louis XVI avait quitté Varennes. Lors d'une réusion qui fera date, Massu expose ses conditions: "Libérez les prisonniers!". De Gaulle consent à amnistier les responsables du coup d'état d'Alger: Salan, Challe et Jouhaud. De Gaulle inquiet dit à Massu: "il va falloir recommencer Juin 1940". Massu répond alors: "Allez vous reposer mon général. Tout va rentrer dans l'ordre". Voilà comment s'est déroulé l'entretien de Baden Baden entre Massu et De Gaulle, selon un officier qui se trouvait là et qui me l'a rapporté. Massu et De Gaulle entretenaient des relations tendues: "Alors Massu, toujours aussi con?", "Toujours Gaulliste, mon général"

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

Commentaires

Bonsoir Martial,
Le magasin de mon père, René Garric, a eu la vitrine d'angle défoncée; une bombe lacrimogène a explosé à l'intérieur. Pendant quelques jours, c'était irrespirable.
Merci pour cette photo de la droguerie

Écrit par : plessis | 24/10/2014

Les commentaires sont fermés.