07/11/2014

Désherbage sauvage au lycée Paul Sabatier ?

Je porte à votre connaissance la photo et le texte postés hier soir sur facebook, par un lycéen de Paul Sabatier à Carcassonne. Inutile de vous dire que ce genre d'opération doit normalement être effectuée par les services des archives départementales de l'Aude afin de trier ce qui doit être conservé. Quel spectacle affligeant de voir ainsi livré au regard de futurs universitaires, les dossiers et livres de notre passé scolaire. Sans parler de la confidentialité de ces archives. J'ai aussitôt contacté les historiens locaux et présidents d'associations scientifiques afin de les alerter sur ce sujet. Je ne vous cache pas leur étonnement. Déjà en 2010, le désherbage de la bibliothèque municipale avec le même procédé avait fait scandale. Le proviseur du lycée n'était-il pas à cette époque l'élu en charge de la culture à la Communauté d'agglomération du Carcassonnais ?

lycée.jpg

"Le Lycée Paul Sabatier à Carcassonne à entreposé dans une grande benne à ordure des centaines de livres, cahiers et autres archives de son établissement comme des listes d'appels, ou encore des fiches de passage à l'infirmerie ou des billets d'absences ! Le tout datant de 1890 à 2007. Avec l'accord du proviseur de l'établissement, je me suis permis de piocher dans le "tas" qui est "exposé" dans un coin de la cour du lycée, à ciel ouvert. Des centaines d'archives qui seront d'ici quelques jours sans doutes brûlées."

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

Commentaires

Triste....

Écrit par : lobabel | 07/11/2014

J'en profite pour signaler l'état de la superbe statue abandonnée au milieu d'un "no man's land". Quel exemple du respect de la culture donne-t'on aux jeunes !

Écrit par : Pujol | 08/11/2014

Révoltant de tels procédés!!!!

Tellement plus pratique que de "trier" ce qui doit l'être et détruire avec respect ce qui est de l'ordre de la "confidentialité".

Merci à la personne d'avoir dénoncé cet "acte inqualifiable".

Écrit par : LE GOASTELLER Marie-Thérèse | 08/11/2014

Les commentaires sont fermés.