16/12/2014

Artozoul : chasse, pêche et traditions

artozoul.jpg

Le magasin d'articles de pêche et de chasse 

Jean-Baptiste Artozoul

fut fondé en 1866 à Carcassonne

361_001.jpg

Grandes fabrique de filets en tous genres. Verveux. Spécialité de roseaux et bambous. Filets de cailles. Balances et écrevisses. Lignes et hameçons Milward. Cordonnets et bouchons. Mouches. Racines Anglaises...etc.

Rue de la gare. Yves Rocher.jpg

L'immeuble qui abritait le commerce Artozoul est actuellement occupé par Yves Rocher, 66 rue Clémenceau. Le changement de numérotation des rues explique sans doute qu'il soit passé du 14 au 66 au cours du XXe siècle. Au dessus d'une niche qui devait accueillir sans doute une statue, on peut lire le millésime de l'année 1895.

103.jpg

Dans les souvenirs de Carcassonnais, les chasseurs venaient se ravitailler chez Artozoul en plomb et en poudre pour les fusils. Dans un dépôt mitoyen à sa boutique, situé dans la rue de la liberté, M. Artouzol avait de quoi faire sauter tout le quartier avec ses barils de poudre. À cette époque, on ne se soucait semble t-il pas de la sécurité comme de nos jours où parfois, cela en devient ridicule. Les articles vendus au détail étaient soigneusement fermés avec le document ci-dessus attestant de l'origine du produit et la quantité délivrée. Notez que Jean-Baptiste Artozoul conservait le titre d'arquebusier, un métier fort ancien avec les arbéalétriers, les archers, les artilliers. L'arquebuse se développa en Europe à partir de 1515 et vient du nom allemand Hakenbüchse.

Dans un passé moins lointain, d'autres Carcassonnais vous diront que sur la vitrine d'Artozoul on pouvait lire la programmation des séances de cinéma. Quand le magasin cessa son activité, une vitrine donnant les sorties aux cinémas Odéum, Colisée, Boléro, Rex fut installée sur le mur d'en-face, de l'autre côté de la rue.

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

Commentaires

je me rappelle bien "Artozoul" mon père et mon beau frêre allait acheter les cannes a pêche chez eux ainsi que tout le matériel qui allait avec oui tout disparait petit a petit ....c'est dommage .....

Écrit par : constance pressoirs | 16/12/2014

Répondre à ce commentaire

Magasin repris par Mr Barrière me semble-t-il?

Écrit par : Marieh Melendez | 18/12/2014

Répondre à ce commentaire

Il me semble que dans une vitrine qui donnait rue de la Liberté il y avait des petits jouets, des voitures, des petits soldats...
Des photos des films aux programmes dans les cinémas étaient au bas des autres vitrines et changeaient souvent.
En 1963 j'avais 13 ans et je m'étais acheté une carabine 22 LR à la vente sans problème en ce temps là...
Cette boutique aux odeurs de cordes et de poudre était merveileuse et Madame et Monsieur Artozoul des gens charmants.

Écrit par : Charles Camberoque | 28/01/2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour
La fabrique de filets était rue des chalets. Elle était dirigée par Justin Artozoul,ingénieur des arts et métiers.Je pense que c'était le frère de Jean Baptiste ou son neveu.
Justin avait 3 enfants. TOTO,prof aux beaux arts à Paris et artiste peintre lui même.MIMI qui tenait l’hôtel restaurant le Central avec son mari Pierrot Joye,et Mireille actrice et scénariste notamment de Louis Male .C'est l’avènement des filets en nylon,beaucoup plus solides plus grands et moins chers qui a fait arrêter cette production.Je crois que Justin Artozoul voulait rester dans cette tradition,c'était un Gadsar .

Écrit par : Jean Bonnafil | 28/01/2018

Répondre à ce commentaire

Le magasin Artozoul etait une institution avec sa caisse enregistreuse et l'emplacement pour regler. il y avait eu un repreneur, la famille Barriere. De bons souvenirs d'un magasin ou on trouvait tout pour la chasse et la peche. Encore une diversité de la rue de la Gare qui a disparue...

Écrit par : BLUCHE | 28/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire