05/02/2015

Reims bien mieux que Carcassonne

Actuellement en déplacement pour raisons professionnelles à Reims, je suis passé par la rue Jeanne d'Arc...

10359385_10205658972901287_1697220709033680499_n.jpg

Le square des victimes de la Gestapo

plaque.jpg

Français,

N'oublie jamais que pendant quatre années d'occupation (1940-1944), la Gestapo a torturé dans cet immeuble des centaines de patriotes. Ils ont souffert, ils sont morts pour la défense de ta liberté.

maison.jpg

À cet emplacement s'élevait l'hôtel particulier de l'entrepreneur de béton armé Demay qui fut résuisitionné par l'occupant durant la Seconde Guerre mondiale. Ici même, de nombreux résistants et patriotes ont souffert sous la torture des agents de la Gestapo pour la liberté de leur pays. L'édifice démoli en 1986, laisse place à un square du souvenir où subsiste une portion du mur de façade. La stèle commémorative a été réalisée avec des pierres provenant du bâtiment.

10505274_10205658974741333_4639817087334962358_n.jpg

Panneau historique devant le square

551510_10205658975421350_572997130338565361_n.jpg

Les plaques en l'honneur des patriotes

10957490_10205658976181369_644091088572439643_n.jpg

On entretien la mémoire...

1797553_10205658976981389_6386520298787946667_n.jpg

La sculpture réalisée avec les pierres de l'immeuble

Pendant ce temps à Carcassonne...

10425063_10205657276698883_5698660199768236763_n.jpg

L'ancienne maison de la Gestapo est entièrement rasée. Rien ne va en rester ; pas même un mur, ni le portail d'entrée. Les arbres centenaires du magnifique parc situé à l'arrière du bâtiment sont abattus.

maison gestapo.jpg

Habitat Audois, le bailleur social, va réaliser 40 logements et édifier cet immeuble dont je ne commenterai pas l'architecture. Dans lequel, je crois voir encore un symbole idéologique de l'horreur passée. Ce n'est peut-être après tout que mon imagination...

J'invite Habitat Audois et la municipalité actuelle à aller visiter Reims. Ainsi, qui sait s'ils ne pourraient pas y trouver un exemple. À moins que leurs yeux ne soient trop embués par les bilans compatables, pour qu'une larme ne vienne glisser sur leurs joues d'implacables gestionnaires...

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

Heureusement que la cité de Carcassonne a été déjà sauvée... Aujourd'hui qu'en serait-il ?
C'est bien de rappeler que le passé n'est pas du folklore et qu'une mémoire peut disparaitre à jamais...
La mémoire numérique n'aurait que sept ans d'espérance de vie...

Écrit par : Jean-Louis Gasc | 05/02/2015

Reims à la mémoire de ces morts, il ne faut pas oublier que Verdun est tout proche, à Carcassonne, on a pas les mêmes ambitions dommage .....................

Écrit par : ourliac | 05/02/2015

Reims et Carcassonne ne sont pas comparables par la population et surtout par les souffrances et bombardements endurés, occupation depuis 1940....................
J"aurais préféré que les HLM ne s'agrandissent pas à cet endroit, non pour le souvenir des malheurs passés, mais pour les vivants et habitants de ce quartier, toute concentration dite sociale produisant des tensions qui s'aggravent au fil des ans en raison de l'assimilation ratée des nouvelles populations.
Enfin, le devoir de mémoire du passé a ses limites ; pensons plutôt à l'avenir et à l'espérance fragile d'une vie paisible et fraternelle.

Écrit par : gibert | 05/02/2015

J'entends bien vos arguments, mais doit-on mesurer l'utilité de conserver les lieux témoins des horreurs passées, à la hauteur de la souffrance endurée et de l'origine des martyrs ?
Si cétait le cas, alors il n'y aurait pas toutes les stèles élevées en mémoires des maquisards tombés ça-et-là dans nos campagnes. Stèles que l'on ne fleurit déjà plus ; c'était bien là le sens de la conservation de ce bâtiment qu'aucune stèle si belle soit-elle ne remplacera.
Quant à votre conclusion... Un penseur dont j'ai oublié le nom a écrit ceci :
Oublier le passé, c'est être condamné à le revivre.
Je ne souhaite pas cela à mes enfants.
Or, l'idéologie qui a vu naître ces supplices n'est pas vaincue, hélas. Il en est qui d'ailleurs aimeraient bien que ses funestes conséquences fussent oubliées pour se faire une virginité sur l'autel de propos jugés comme passéistes.
Je ne dis pas cela pour vous que je n'ai pas l'honneur de connaître, mais sachez que c'est un argument récurrent actuellement car construit à dessein.

Écrit par : Martial Andrieu | 05/02/2015

Je ne sais si cet argument est récurrent, mais il est vrai et c'est cela qui compte;
Enfin j'apprécie depuis longtemps votre dévouement au patrimoine et vous en remercie. Mais parfois en vous lisant, chargeant tel ou tel , on a l'impression de lire St Just et Robespierre exerçants la justice, et vous savez comment cela a fini.
La mémoire ne doit pas étre sélective, sinon elle devient un simple instrument de vengeance, une caricature de justice.

Écrit par : gibert | 09/02/2015

Les commentaires sont fermés.