09/03/2015

La blanchisserie Roumens

1040577559.JPG

A l'angle de la rue Andrieu et de la rue du Manège situées dans la quartier du Paîcherou, se trouvait

la blanchisserie Roumens.

Là, une quinzaine d'employés sur une superficie de 430 m2 lavaient et repassaient le linge des industriels et des particuliers. Il était ensuite mis à sécher sur de grands étendoirs, de l'autre côté de la rue. A cet endroit aujourd'hui, il y a de grosses plaques d'égout. Fondée par Jacques Roumens (1871-1955), cette affaire passa entre les mains de Georges Reiss (1898-1973), son neveu, puis de Michel Fuséro jusqu'à la fermeture en 1975. 

Je ne dispose pas hélas de photographies valables de cette entreprise et je fais appel pour cela à ceux qui y ont travaillé. Lors d'une exposition dans la salle Joë Bousquet, sur le passé industriel de Carcassonne il y a maintenant dix ans, des photos prêtées par Michel Fuséro avaient été exposées. Ayant contacté ce monsieur, il me déclara que rien de ce qu'il avait mis à disposition ne lui a été restitué. Pas perdu pour tout le monde, sans doute... Je vous fais partager quand même ce qu'il y avait inscrit sur le panneau de l'exposition :

Le linge sale à l'arrivée de l'usine, était réparti selon sa catégorie (draps, serviettes, torchons, mouchoirs), puis marqué à l'encre sur l'ourlet à l'envers du tissu, avec un code client. Le linge était envoyé dans de grandes lessiveuses rotatives, puis séché sur des cintres dans une immense chaufferie alimentée par des chaudières. Ce travail, qui exigeait une grande force physique était exercé par deux ou trois hommes.  Le linge propre et sec était ensuite amené dans l'atelier ou les femmes assuraient le repassage en le glissant dans les "calandres". De l'autre côté de la machine, le linge ressortait entre les mains d'autres ouvrières qui dans un geste constamment reproduit procédaient au pliage ; le coin supportant le marquage à l'encre replié pour que l'ouvrière de l'atelier suivant puisse repérer la quantité de linge d'un même client et en effectuer l'emballage précis qui conditionnait l'établissement de la facture correspondante par la secrétaire-comptable. Un chauffeur-livreur effectuait ensuite au domicile de chaque client la livraison de son linge. Quinze à vingt ouvrières entetenaient ainsi le linge de la presque totalité des hôtels, restaurants et autres particuliers de Carcassonne.

Merci à Isabelle Alay et Claude Marquié

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

Il y avait aussi à la Cité dans la rue qui va de l 'eglise au Plô une blanchisserie reservée à l 'hôtel de la Cité , c 'est actuellment un "parking privé" et un peu plus haut ou se trouve le "BAR A vins le logement du personnel de l 'hotel .

Écrit par : loupia | 10/03/2015

Les commentaires sont fermés.