24/03/2015

La parabole politique carcassonnaise

Deux équipes de rugby étaient depuis des décennies habituées à jouer la finale du championnat. Comptant uniquement sur leurs valeurs et leurs titres passés, elles ne savaient plus faire évoluer leur jeu de passe, la force de leur paquet d'avants et leur recrutement.

ovale.jpg

- A quoi bon, disaient-elles ! Nous sommes certaines d'atteindre la finale, tout devrait continuer en ce sens.

Pendant ce temps une équipe outsider, habituée jusque-là à perdre en demi-finale, avait fortement étudié la tactique des deux leaders, pointé leurs défaillances dans le jeu et débauché certains de leurs cadres. Cette équipe pratiquait un jeu très viril et son entraîneur cumulait les cartons jaunes, handicapant ses chances de réussite à chaque fois. Alors, elle engagea un coach féminin dont la blondeur et le sourire n'avaient pas leur pareille pour éblouir les supporters et adoucir le discours rugueux sur le jeu à développer. Alors, sans abandonner son jeu viril, l'équipe le pratiqua sur le terrain dans le dos des arbitres afin de ne pas être pénalisée. 

Lors de la dernière journée de championnat, les deux équipes au plus gros palmarès passèrent leur temps comme à l'accoutumée à communiquer en présumant de leurs forces, à s'insulter et à se renvoyer la responsabilité du piètre jeu qu'elles pratiquaient sur le terrain ; chacune accusant l'autre de pourrir le jeu. Abonnés au stade depuis des générations, les supporters des deux équipes commençaient à ne plus s'y rendre. Ils avaient même pour certains déchiré leurs cartes par dépit et commencé à encourager l'équipe outsider, agissants comme des amoureux éconduits désireux de vengeance.

 Les équipes leader ne voulant rien entendre de ce qui les menaçait et se réfugiant uniquement derrière leurs valeurs du passé, crurent que le soutien de leur supporters leur était éternellement acquis. Ce n'était en fait que la prétention qui les aveuglait. Ceci sans vouloir admettre que c'était à cause d'un mauvais entraînement, de joueurs trop bien payés mais peu productifs, d'un staff technique dépassé et de quelques dirigeants ayant été pris la main dans la caisse à la Fédération.

Quand vint le jour de la demi-finale, l'équipe outsider parvint à se hisser contre toute attente en finale, grâce à son jeu filou à la limite des règles du rugby. Mais surtout, profitant de la méforme des autres équipes leader qui avaient laissé toute leur énergie à se battre en dehors du terrain. Les journalistes attirés par l'aubaine médiatique et la vente de leurs journaux firent dans leurs articles monter la pression et les enchères sur la possible victoire de l'outsider. L'emballement fut tel que l'on oublia que la réussite de cette équipe n'était dû en fait qu'à son talent pour faire déjouer l'adversaire : intimidation, provocation, grattage du ballon dans les zones de rucks...

L'équipe outsider perdit en finale grâce à une coalition des meilleurs joueurs des équipes leader pour lui barrer la route du titre, mais elle leur donna rendez-vous l'année suivante pour l'accession en division supérieure. Si elle y arrive, elle sait qu'elle aura le droit de changer toutes les règles de ce sport vers davantage de virilité et qui sait, exclure définitivement du championnat toute équipe ne pratiquant pas son style de jeu.

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

L'histoire rugbystique locale est forte d'enseignements trop souvent volontairement oubliés.

Écrit par : Marie | 24/03/2015

une bien belle histoire de sport , qui reflète bien la vie politique .. bravo MARTIAL

Écrit par : LHEZ jp | 24/03/2015

Un petit conte en forme de parabole...?

Écrit par : Jn | 24/03/2015

Très bonne métaphore. Bravo !!

Écrit par : Brigitte | 24/03/2015

conte ? que nenni!

bravo Martial pour cette approche finement exposée de la situation actuelle....

Écrit par : gougaud m.a | 25/03/2015

Si les "leaders" pouvaient lire votre histoire !
Ils seraient capable de dire "c'est un accident" !

Écrit par : ricou | 25/03/2015

Les commentaires sont fermés.