05/05/2015

L'insidieux bétonnage du poumon vert de Carcassonne...

Ah! Quelle était belle ma Cité lorsque je l'apercevais depuis le béal longeant le quartier de la Barbacane, s'écriait tristement une riveraine en 1991. La municipalité faisant fi sûrement de la prescription de la DREAL concernant l'inconstructibilité du périmètre protégé autour de la Cité, venait de délivrer un permis de construire pour l'édification sur deux étages d'une résidence pour personne âgées.

1634607997.jpg

La zone en rouge délimite le périmètre inconstructible autour de la Cité.

(Source: DIREN)

L'ancien terrain maraîcher, situé en zone inondable, allait bientôt accueillir engins de terrassement, pelleteuse et bétonnières. Cette transformation d'un paysage bucolique en zone constructible avait déjà débuté lors des travaux de mise en sens unique de la rue Barbacane en 1986, par le percement et le goudronnage de la rue Dujardin-Beaumetz. La résidence en question se trouve comprise entre les deux voies...

P1050076.jpg

5280 m2 de terrain, 3300 m2 au plancher, 7,5 m de hauteur au sol. Ce sont les dimension de la résidence de 73 chambres pour personnes âgées, livrée en juin 1991. Le bâtiment dessiné en L, s'étend sur 46 mètres dans la rue Barbacane et sur 68 mètres, rue Dujardin-Beaumetz. Le chantier a été confié à une énorme entreprise de travaux publics : La SPIE

L'architecte de Montpellier indique :

"Nous avons fait attention à ce que toitures (tuiles vieillies) , crépis extérieurs (couleur étudiée) et tout le reste soit dans le ton. Même philosophie au niveau de la façade qui sera rythmée par de petits éléments faisant sallie."

L'avis d'un riverain en 1991 :

"De la route, on voyait bien la Cité. Le 14 juillet, les Carcassonnais s'y pressaient nombreux. Magnifique ! De la Cité, on ne verra plus que la girouette. Et encore..."

carma.jpg

Voici la résidence aujourd'hui

Une nouvelle polémique sur la construction d'un parking sur les terrains de l'île agite le landerneau Carcassonnais. Situé sur l'emplacement des 220 millions d'euros d'un Centre de congrés qui ne vit jamais le jour et que les Carcassonnais durent rembourser pendant 20 ans, ce nouveau bétonnage s'attaque à un des derniers poumons verts de la ville.

barbacane

Le jardin extraordinaire présenté à la presse

Ce projet de M. Larrat a été abandonné par la municipalité Pérez, qui promit d'y faire un jardin extraordinaire en 2009. Faute de crédits ou de volonté, l'idée écologique de Tamara Rivel se perdit peu à peu dans les couloirs sombres du service de l'urbanisme comme Trencavel dans les oubliettes de la Cité. Tant et si bien que M. Larrat, revenu aux affaires de la ville, décide de mettre à exécution son projet de 2008. Moralité ? Verdure contre béton, c'est toujours le dernier nommé qui avance dans Carcassonne depuis plus de 30 ans.

11066079_421371714701895_7566501641204419265_n.jpg

© Julien Roche

Dès cet été, les gaz d'échappement viendront polluer l'air de l'île. C'est paraît-il le prix à payer pour supprimer les véhicules de la place Saint-Gimer. Une meilleure idée aurait été peut-être de créer un parking de délestage hors de la ville, avec des navettes gratuites pour amener les touristes à la Cité. Au Mont Saint-Michel, ils n'en sont pas morts. Et puis, il est impossible là-bas de bâtir sur le sable...

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

La Cité a été classée UNESCO par sa qualité de citadelle.
L'Etat a fait, dans le passé, toutes les restaurations, en supportant la charge financière pour en fait ce joyau que tout le monde entier connait.
Il est certain que les politiques municipales n'ont pas eu à coeur de poursuivre la restauration et l'esprit de la restauration.
Une certaine municipalité a réussi à faire éliminer la zone de protection non aédificandi qui reprennait en partie les servitudes militaires pour le transformer en site classé.
Donc tout le monde peut construire et faire comme bon lui semble, en particulier les promoteurs et particuliers soutenus par la municipalitée.
Il ne reste plus à espérer que les maires perdent leur compétence d'urbanisme sinon la Citée va continuer à être grignotée par des constructions et aménagements informes et perdre tout sens.
Il y a longtemps que la gestion des flux touristique est un grand problème mais les municipalitées faute de ( comment dire) vision? et trop attachées aux compromis n'ont jamais pris les bonnes décisions jusqu'à nous ressortir un vieux projet complètement obsolète qui va un peu plus défigurer la perception de la Cité et de son environnement.
Il faut demander son déclassement.
Autre conséquence immédiate , si la Cité continue à être aussi défigurée elle sera beaucoup moins attractive ce qui entraine beaucoup moins de touristes et de retombées économiques. Dans cette baisse touristique qui est palpable, il faut s'interroger sur ce qu'on donne à voir.

Au secours bonnes gens, protégez votre Cité.

Écrit par : Marie | 07/05/2015

Il ne faut pas toucher à l’île ! lien entre la Citè et la Bastide, elle doit rester un "poumon vert" pour les Carcassonnais et les touristes...pique niquer, se promener, revenir à l’essentiel tout simplement. Merci à tous ceux qui se battent inlassablement...

Écrit par : joseph | 10/05/2015

Les commentaires sont fermés.