15/05/2015

La Cité médiévale de Carqueyrolles

Dans la cité médiévale, le Centre des Monuments Nationaux a entrepris un certain nombre de travaux afin d'améliorer et de moderniser l'accueil des visiteurs. Ceci sans bien des contraintes liées à l'histoire du site, qu'il faut épouser harmonieusement avec les nécessités imposées par la vie d'aujourd'hui. Les choix retenus ne sont pas sans conséquences sur les opinions des uns et autres quant aux résultas obtenus. Ainsi, après l'épisode des dalles en pierre de roquetaillade donnant des teintes ocres ou grisées sur le rempart, ce sont les travaux à l'intérieur de la barbacane qui semblent susciter les passions.

11167722_835342506559825_5274407717511475013_n.jpg

Le Centre des Monuments Nationaux nous fournit sur son site, l'aspect que prendra bientôt la barbacane. Les guichets dans un couloir de bois s'appuient sur le rempart et les visiteurs seront obligés de passer à l'intérieur pour accéder à la visite. Autrefois, cet accès était libre. Le touriste ne prenait ses billets qu'à l'entrée du château et pouvait photographier la barbacane sans dépenser une sesterce romaine. Aujourd'hui, si vous souhaitez voir cette partie de la Cité, deux solutions s'impose à vous : Payer votre billet d'entrée ou passer dans les fossés du château et grimper par la muraille. Attention, la cité a été conçue pour être imprenable ! La photo ci-dessus communiquée par le CMN est vraiment retouchée, pas comme celle de Madame Calvayrac accusée par les employés du CMN de photoshopmania, sur celle présentant l'effet "salle de bains" des nouvelles dalles sur le rempart. C'est quand même bizarre cette propension qu'ont les notables a tenter de dénigrer les amoureux du patrimoine, quand ce qu'ils dénoncent les touche directement. J'avais connu cela lors de la pétition sur la Cité en 2013. Nous allons en reparler...

P1030690.JPG

Ce cliché a été pris hier après-midi par l'honorable Jacques Blanco, plus habile sur une bicyclette qu'avec un logiciel de retouche photo ; on ne peut donc pas l'accuser de faussaire. Il s'est placé dans la barbacane, à cinq bon mètres des nouveaux guichets. L'effet est assez saisissant... On n'aperçoit plus le rempart, ni les créneaux quand on ne se positionne pas en hauteur.

11063625_10204169900076219_9186201891995535443_n.jpg

À l'intérieur de la structure composée de bois et de métal, les travaux vont bon train pour aménager les nouveaux guichets. Le cliché a été pris par un employé du CMN, qui ne s'est pas accusé d'avoir retouché la photo. Il semble que la toiture ait été posée le sur petit chemin de ronde du rempart, sans l'affecter. Une interrogation tout de même : Comment la structure est-elle ancrée au sol ? Il faut bien qu'elle tienne d'une manière ou d'une autre ; c'est donc peut-être les coups de marteau-piqueur qu'on entendu certaines personnes...

Nous voyons distinctement que sur le sol, ont été posés des pavés. Comme ceux sur les remparts, ils semblent donner des tons différents. Peut-être une fin de stock de pierre de Roquetaillade ? Notons que jusqu'à présent le sol de la Barbacane n'était fait que de terre et de graviers. Il le restera, mais uniquement à l'extérieur de la structure.

Cette structure est conçue dans un bois non verni qui, selon la communication du CMN, va se patiner et vieillir naturellement dans le temps. Or, le bois est un matériau vivant et qui travaille ; gageons qu'il conserve sa superbe longtemps. Attendons que les intempéries le mettent à l'épreuve.

boutique.jpg

Après les guichets et les sanitaires, la boutique et la librairie viennent de subir un lifting. C'est vrai qu'elles rapportent chaque année quelques milliers d'euros dans les caisses du CMN, comme la billetterie. En revanche, aucun crédit n'est prévu pour l'amélioration du musée lapidaire fondé par l'Association des Amis de la Ville et de la Cité. Ce musée appartient aux Carcassonnais, je le précise.

L'an passé j'ai pris un billet aux guichets pour faire la visite. L'employé m'a indiqué ce à quoi je pourrais accéder durant le parcours, mais sans jamais me citer le musée Pierre Embry. D'ailleurs, il ne figure même pas dans les brochures, dans lesquelles la boutique de souvenirs est indiquée en bonne place.

Il y a deux ou trois ans, le ministre Polonais des Affaires étrangères est venu visiter la Cité. Il a trouvé anormal que personne ne parle l'Anglais parmi les employés chargés de vendre les billets. Pour ma part, un sourire accroché aux visages serait un plus...

081.JPG

Afin de ne pas paraître partial, je vous présente ci-dessus une photographie que j'avais prise en février 2013 au moment où je lançais la pétition contre le mauvais entretien de la Cité. Un algéco blanc immonde et deux guichets rouge avec des ventilateurs fixaient l'horizon. Le CMN a engagé des crédits pour améliorer l'accueil des visiteurs, tant mieux, peut-être que la pétition a eu un petit effet... Tirons la cité vers le haut ! Je ne vois pas dans l'aménagement du CMN quelque chose de nature à la tirer vers le bas. Malgré mes objections, nous devons nous adapter aux maux ne notre temps si c'est réalisé en bonne intelligence, sans mauvais goûts. Un modus-vivendi vaut mieux qu'un mauvais procès...

030.JPG

___________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine / 2015

Commentaires

Ah! Les amoureux du patrimoine! Heureusement que Viollet le Duc n'a pas connu les "réseaux sociaux" il aurait eu à faire à des spécialistes de tous bords lui donnant la leçon..
Une ex guide devenue grande savante lui aurait certainement donné des cours d'architecture...

Écrit par : jlGasc | 16/05/2015

Vous vous questionnez sur la façon dont a été fixé cette structure au sol et je me demande également comment est fixée sa couverture sur le mur d'enceinte ?

Écrit par : Brigitte | 16/05/2015

Sauf que là, justement, il ne s'agit pas des restaurations de Villet-Le-Duc, contrairement à ce que raconte un vrai faux conférencier....

Écrit par : lobabel | 17/05/2015

Selon Joseph Poux, dans son précis sur la Cité de Carcassonne dit que l'ouvrage de cette barbacane paraît dater de la fin du règne Saint Louis.

Rien à voir avec Violet Le Duc, donc.

A moins que Joseph Poux ne soit pas une référence !

Écrit par : Brigitte | 17/05/2015

La barbacane a été reconstruite...sauf le châtelet.. L'ensemble pourrait effectivement dater de la fin XIIIe ou début XIVe.
Quant à l'expression de "vrai faut conférencier" laissons là à l 'aigreur d une vraie "ex employée" du CMN...

Écrit par : jlGasc | 17/05/2015

Un accueil amélioré
Espace d’accueil
Les nouveaux espaces d’accueil des visiteurs sont implantés dans la barbacane. Celle-ci est le deuxième ouvrage de défense du monument (après la double enceinte de la cité), et précède immédiatement le château comtal.
Reconstruite entre 1890 et 1910 d’après un
projet de restitution par Viollet-le-Duc, la
barbacane se compose d’un mur de rempart
semi-circulaire et d’une tour-porte dans l’axe
de la rue lui faisant face. Le mur du rempart est
surmonté de créneaux et d’un chemin de ronde. Des trous de hourds, traversant l’épaisseur du mur au sommet du chemin de ronde, avaient été façonnés pour soutenir la structure en bois des mâchicoulis et assurer une meilleure défense. Cependant, aucune pièce de bois n’a été restituée par Viollet-le-Duc, à l’exception de la charpente de la tour-porte.
Des travaux préalables de réparation des murs de la barbacane ont été achevés en mars. L’aménagement de l’espace d’accueil comprend une structure suspendue en bois adaptée à la profondeur de la tour-porte. Elle prend appui dans les trous de hourds existants pour se développer sur tout le linéaire des murs cintrés de la barbacane.
Le langage architectural de la structure est délibérément contemporain afin d’éviter toute confusion avec l’architecture militaire de l’époque médiévale : la façade est vitrée et habillée de panneaux de façade en bois. Les panneaux se prolongent en toiture pour conférer une unité à l’ensemble. Cet habillage permet une bonne insertion de l’installation dans son environnement.
Une signalétique adaptée permet aux visiteurs de s’orienter facilement depuis l’entrée principale.
Ce nouvel espace comprend, d’un côté de la barbacane, trois postes de billetterie, un poste de distribution des audio-guides et un poste de contrôle des tickets.
L’accès des personnes à mobilité réduite à la billetterie est assuré. Un système de chauffage et de stores est mis en place afin de garantir un meilleur confort et une température satisfaisante en hiver comme en été.
L’autre partie de la barbacane est dédiée au point information, au vestiaire, à la consigne et au retour des audio-guides.
Pour parfaire cette opération de mise en valeur de la barbacane, des travaux de réfection des sols auront lieu à l’automne 2015. Le sol actuel, provisoirement constitué de graviers, sera revêtu de calade et les cheminements des visiteurs seront traités.

Écrit par : JLGasc | 02/06/2015

A partir de la mi juillet ce circuit ouest sera ouvert au public.
Je serais heureux de vous y accueillir pour les visites conférences.
Voici un extrait du dossier de presse concernant le rempart. En espérant que déstresse les "amoureux du patrimoine"
Le nouveau de circuit de visite suit le rempart médiéval ouest. S’étendant de la cour du midi du château comtal jusqu’à la tour Saint-Nazaire, en passant par les tours de la justice, de l’inquisition, la tour carrée de l’évêque et la tour Mipadre., il permet de mieux apprécier l’histoire médiévale du château et les interventions de Viollet-le-Duc.
Le circuit de visite offre des vues spectaculaires sur la ville, la basilique Saint-Nazaire, le théâtre, les Pyrénées.
La durée de visite est d’environ 30 minutes.
La sortie se fait par la tour Saint-Nazaire.
Les travaux effectués sur le circuit permettent à tous les visiteurs de découvrir librement ces espaces, auparavant exclusivement ouverts en visite guidée. Ils concernent également les espaces intérieurs des tours (dédiées aux visites conférences) et le pied du rempart intérieur entre la Porte d’Aude et le théâtre (correspondant à l’ancien logis de l’Evêque).
Les travaux consistent à mettre en valeur et aux normes de sécurité les circulations sur les courtines. Ils comprennent une série d’interventions : aménagement d’issues de secours, adaptation des garde-corps, installation d’éclairages dans les tours, mise en place de protections des baies géminées de l’ancien palais des Evêques, ·restitution des volets de la tour Mipadre réalisés par Viollet-le-Duc, réparation voire restauration de certaines maçonneries et dalles de sol... Le pavement du chemin de ronde est constitué de pierres épaisses en grès sont issues de la même carrière que les autres pierres de la Cité. Le contraste entre les grès neufs et anciens s’atténuera très rapidement avec les passages des visiteurs.

Écrit par : JLGasc | 02/06/2015

Les commentaires sont fermés.