04/06/2015

Le monument à la Résistance Audoise rejoint Gambetta

Ce matin, une société de levage a procédé à l'extraction du

Monument à la Résistance

situé place Davila  sculpté par René Iché juste après la libération. Selon la volonté de la municipalité de M. Larrat, il va retourner sur son emplacement initial, à l'entrée du Square Gambetta côté avenue Arthur Mulot.

11312661_845759942184748_4957059854203419419_o.jpg

En 2003, lors de la construction du parking souterrain, il avait été remisé. Peu de temps avant l'inauguration de l'esplanade à caractère soviétique qui a remplacé le joli square en 2008, ce monument a été déplacé pensait-on d'une manière définitive place Davila, toujours sous la mandature de M. Larrat. Selon un article de l'Indépendant de 2007, les frais de manutention et de scellement ont coûté la somme de 35 000 euros à la ville.

3533418555.jpg

Au pied du monument à la Résistance, dans l'ancien Square Gambetta se trouvait une urne. Selon une étude de Léon Riba publiée en 1953, elle avait été déposée lors de l'inauguration du monument en 1948 par des résistants déportés et contenait de la terre du camp de concentration de Buchenwald. Il y a deux ans, je demandais à la ville qu'elle veuille bien dire où avait été remisée cette urne. Les recherches menées dans les services concernés sont demeurées infructueuses. À l'évidence, ce symbole a été perdu voire jeté aux ordures. Cela fait des années que je réclame la constitution d'un commission extra-municipale afin de recenser le petit patrimoine de Carcassonne. C'est comme si je pissais dans un violon, selon l'expression triviale et populaire dans le midi.

img252.jpg

L'Indépendant avait repris ma demande

_____________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

Martial,

Cette commune de Carcassonne ne fait que deplacer maintes et maintes fois les statues de la ville, c'est a croire que l'on veut les detruire a force de les transporter, pour une bonne fois pour toute laissons les en place et recherchons ce qui est perdu, pauvres deportes,!!!!!
Quelle misere cette ville! SI ON POUVAIT REVENIR EN ARRIERE DANS LES ANNEES 1980

Écrit par : Ourliac | 04/06/2015

Dans l'armée on disait : Trois déménagements valent un incendie!

Écrit par : Authier | 05/06/2015

Les commentaires sont fermés.