22/07/2015

La bataille des grandes surfaces à Carcassonne depuis 1972 (Épilogue)

Les petits commerces en 1980

La ville possède 66 magasins d'alimentation générales occupant près de 11 millions de m2 de surface. Parmi eux : 4 supermarchés, 8 supérettes, 5 magasins en libre service, Cité 2 avec une surface d'alimentation de 2000 m2, Monoprix (250 m2). Il n'y a donc pas de besoin car le secteur est hypertrophié. 86,54 % sont des commerçants indépendants qui les gèrent eux-mêmes. 27,83% sont situés en centre-ville et 30% sur la ceinture des boulevards.

Les hypermarchés en 1982

À la fin de l'année 1982, Carcassonne compte quatre hypermarchés : Cité 2 (Berriac), Leclerc (Félines), Mammouth (Bourriette) et Champion (Grazailles). Ce dernier appartenait à la SOLADI et avait été construit en mars 1980 en bordure de la route de Villemoustaussou, sur le plateau de Grazailles. On peut évaluer le nombre d'emplois directs générés par ces activités commerciales entre 250 et 300.

Les objections négatives

La crainte de la Chambre des métiers de l'Aude et de la Chambre de commerce résultait dans l'effondrement du petit commerce non seulement à Carcassonne, mais également dans tous les villages des alentours. Le chiffre d'affaire de "Mammouth" estimé en 1982 à 19 milliards de francs annuels laissait augurer une perte sèche d'autant, pour l'ensemble des petits commerces du secteur. Par voie de conséquences, le manque à gagner conduirait inexorablement au licenciement d'employés et à la fermeture des magasins. Les chambres consulaires estimaient que 1200 personnes seraient touchées à des degrés divers. La balance entre le gain des créations d'emplois et des licenciements est négative. Leurs prévisions tablaient à terme sur la mort du centre-ville, dans un département en tête déjà à cette époque pour l'équipement en grandes surfaces : 8134 m2 pour 100.000 habitants. Ces chiffres plaçaient l'Aude devant la région parisienne.

Au nouveau économique, citons M. Leroy (Président de la Chambre des métiers de l'Aude) dans un article du Midi-Libre du 23 mai 1982 :

"Une grande partie du chiffre d'affaire réalisé par le commerce local est immédiatement injecté dans l'économie du département. Au contraire, celui d'une grande surface n'est pas réinjecté localement : ses fournisseurs ne sont qu'exceptionnellement des entreprises volontaires, et les bénéfices sont rapatriés au siège de la société exploitante et non dépensée sur place."

Les objections positives

Du côté des défenseurs de la grande distribution, on rejette la responsabilité des licenciements en évoquant la création de nouveaux emplois. Ils bénéficieront d'abord aux entreprises et sous-traitants du BTP, puis à l'activité elle-même à l'intérieur des hypermarchés. Les promoteurs et les élus mettent en avant la taxe professionnelle dont tirera partie la ville de Carcassonne ; ville ne vivant que du secteur tertiaire. 

Quel bilan depuis 35 ans ?

Il suffit de regarder autour de soi pour s'apercevoir que tous les commerces indépendants de type magasin de Bricolage (Marty Bricolage), Droguerie (Cazaniol, Bugnard...), supérettes (Carbasse), primeur (Mayol, Labécède), Quincaillerie (Cuin, Rey), matériaux (Geynes)... ont totalement disparu du paysage Carcassonnais. Ces commerces implantés au centre-ville concourraient à son animation, contrairement aux hypermarchés qui ne participent que faiblement au sponsoring des clubs sportifs. Ces indépendants finançaient le carnaval, la publicité des associations culturelles et sportives. L'argent des grandes surfaces - mis à part peut-être Leclerc qui n'est que sous franchise - n'est pas réinvesti dans l'économie locale ; il part comme l'avait annoncé M. Leroy en 1982 sûrement dans des fonds de pension ou à l'actionnariat boursier. 

Aujourd'hui si nous faisions le détail des supermarchés sur Carcassonne, nous nous rendrions compte qu'il en pousse presque un de nouveau chaque jour. Le dernier se construit à côté de Géant Casino Salvaza, c'est Lidl. Quant à Auchan avec Rocadest, il va s'implanter bientôt à l'ancien domaine de Moureau ; à deux pas de Cité 2. Une nouvelle friche commerciale est à venir à cet endroit...

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

00:00 Publié dans Commerces | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Excellente analyse...
juste une précision : il y avait dans les supérettes celle d'Ozanam (la fourmi), qui a longtemps tenu le coup face à Cité 2.
et en opposition à tous ces centres commerciaux qui ont ouvert ou se sont agrandis, il y a la fermeture puis la destruction de Champion à Grazailles.
merci pour ce superbe travail de recherche et d'analyse.
A compléter peut-être par le marché de la coiffure. J'avais entendu dire à une époque que Carcassonne avait 96 salons, un ratio par habitant supérieur à Toulouse. A vérifier...

Écrit par : Stéphane | 22/07/2015

Répondre à ce commentaire

oui il y trop de grandes surfaces et pas assez de petites les personnes âgées du centre ville en pâtissent...elles ne peuvent se déplacer comme elles le voudrais

Écrit par : constance pressoirs | 22/07/2015

Répondre à ce commentaire

totalement d'accord - les petits commerces ont disparu et que sont devenus ces familles de commerçants?? des caissières de supermarché ?
que sont devenus les producteurs de fruits et légumes locaux ? ruinés ! puisqu'on se sert en espagne ! et tant d'autres métiers qui participaient à la vie du centre ville , à la convivialité --
ça ne peut pas etre ça , que l'on appelle le progrès ?? dites-moi ??
ou est l'humain ??

Écrit par : marcelle | 08/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire