25/07/2015

Un peu de repos...

Après une année bien remplie, le blog part en vacances jusqu'au 15 août.

Je vous remercie pour votre fidélité en espérant vous retrouver très bientôt

Amicalement à tous

Martial Andrieu

24/07/2015

Le Cinoch" : la fin d'un cinéma militant

Au début des années 80, le projet d'ouvrir une nouvelle salle de cinéma à Carcassonne prend corps poussé par le regain d'intérêt en France pour le 7e art jusque-là moribond. Ce pari va tout de même à contresens de la fermeture progressive des cinémas de quartier dans Carcassonne : Le Rex, Le Paris, Le Boléro, Les Capucines... Quand Le Cinoch' ouvre ses portes le 10 octobre 1984, avenue Pierre-Charles Lespinasse, il ne reste plus que Le Lido, Le Colisée, l'Odéum et le Chapeau-rouge ; ce dernier diffuse des films à caractère pornographique. Peu importe, les fondateurs ont la certitude qu'il existe à Carcassonne une place pour le cinéma d'Art et d'essai à l'attrait culturel et militant. Force est de constater que malgré les efforts du repreneur M. Picard, pour modifier l'heure des séances et animer son cinéma, le Cinoch' ne vendit pas assez de tickets. Malgré des films de qualité comme "Contes de la lune vague (Érice Rohmer), "Lettres d'un homme mort" (Leouchansky) ou "Les ailes du désir (Wenders), cette programmation n'aura jamais rempli que la moitié de la salle.

Capture d’écran 2015-07-21 à 10.44.39.png

Le Cinoch' a déposé le bilan en 1988, mais l'association "Les amis du Cinoch " est née. Elle continue sa mission militante au sein du cinéma Le Colisée.

Pour combien de temps encore ?...

______________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

 

00:00 Publié dans Cinéma | Tags : le cinoch' | Lien permanent | Commentaires (1)

23/07/2015

C'est beau le Square de Carcassonne en juillet

Quelques messages d'espoir pour la patrimoine Carcassonnais qui redonnent vie au Square Gambetta et à ses statues d'autrefois. Nous avons pu observer que les touristes ont pris possession de cet endroit qui donne une belle image (enfin) de cette entrée de ville. Au petit matin, quand tout est propre et que la rosée a déposé sa fraîcheur sur les roses de Ronsard...

20150723_091912.jpg

Tout d'abord le Mercure qui se trouvait avant la guerre dans le square. Après avoir été il y a deux ans déposé dans le jardin du Musée, il vient d'être nettoyé de la verdure qui le recouvrait.

20150723_092144.jpg

Le square Gambetta au petit matin tout inondé de couleurs

20150723_092129.jpg

Le kiosque où déjà on boit l'expresso pour démarrer sa journée

20150723_092029.jpg

Une liseuse nous invite au rêve

20150723_092046.jpg

La statue d'Héléna sculptée par Sudre

Des félicitations à tous ceux qui ont rendu cet endroit, jadis triste et froid, aux Carcassonnais et leurs invités. Une mention spéciale au service du patrimoine piloté par M. Barthès et au service culture. Si ce blog a parfois la dent un peu dure, il se veut juste et quand il oublie de l'être... Il est en tort.

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

La construction de la caserne des pompiers

La ville de Carcassonne possédait jusqu'en 1978 une caserne des pompiers que le temps et les équipements avaient rendue obsolète. Ce centre de secours se trouvait au Square Gambetta ; il donnait également sur la rue du Pont vieux. Depuis 1986, un immeuble HLM construit par le groupe Marcou a remplacé l'ancienne caserne.

Capture d’écran 2015-07-21 à 09.52.46.png

Sous ce porche subsiste encore l'entrée de l'ancienne caserne

P1050157.jpg

La ville fait l'acquisition de 26.000 m2 terrains en bordure de la route de Limoux dans le but d'y construire le nouveau Centre de secours. Le financement est assuré par un emprunt contracté par la ville et complété par le Conseil général ; l'état apporte 10% de la somme totale s'élevant à 3 millions de francs. On doit cette réalisation à l'architecte Michel-Claude Catanèse, rue de la Liberté à Carcassonne.

caserne.jpg

L'ensemble de la caserne sera constituée par deux unités : Les bâtiments techniques dont le maître d'oeuvre est la mairie et l'habitat des familles de sapeurs pompiers, confié à l'Office départemental d'HLM. Au rez-de-chaussée : le poste de garde et le poste de commandement, la chambre radio, la pièce du planton, les garages et les ateliers. À l'étage : l'administration, la salle de conférence, l'infirmerie et les chambres. La pose de la première pierre par le député-maire de Carcassonne, M. Antoine Gayraud, eut lieu le 14 janvier 1977 ; L'inauguration, un an plus tard, en janvier 1978.

Capture d’écran 2015-07-21 à 10.32.16.jpg

La caserne des pompiers en 2015

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015 

22/07/2015

La bataille des grandes surfaces à Carcassonne depuis 1972 (Épilogue)

Les petits commerces en 1980

La ville possède 66 magasins d'alimentation générales occupant près de 11 millions de m2 de surface. Parmi eux : 4 supermarchés, 8 supérettes, 5 magasins en libre service, Cité 2 avec une surface d'alimentation de 2000 m2, Monoprix (250 m2). Il n'y a donc pas de besoin car le secteur est hypertrophié. 86,54 % sont des commerçants indépendants qui les gèrent eux-mêmes. 27,83% sont situés en centre-ville et 30% sur la ceinture des boulevards.

Les hypermarchés en 1982

À la fin de l'année 1982, Carcassonne compte quatre hypermarchés : Cité 2 (Berriac), Leclerc (Félines), Mammouth (Bourriette) et Champion (Grazailles). Ce dernier appartenait à la SOLADI et avait été construit en mars 1980 en bordure de la route de Villemoustaussou, sur le plateau de Grazailles. On peut évaluer le nombre d'emplois directs générés par ces activités commerciales entre 250 et 300.

Les objections négatives

La crainte de la Chambre des métiers de l'Aude et de la Chambre de commerce résultait dans l'effondrement du petit commerce non seulement à Carcassonne, mais également dans tous les villages des alentours. Le chiffre d'affaire de "Mammouth" estimé en 1982 à 19 milliards de francs annuels laissait augurer une perte sèche d'autant, pour l'ensemble des petits commerces du secteur. Par voie de conséquences, le manque à gagner conduirait inexorablement au licenciement d'employés et à la fermeture des magasins. Les chambres consulaires estimaient que 1200 personnes seraient touchées à des degrés divers. La balance entre le gain des créations d'emplois et des licenciements est négative. Leurs prévisions tablaient à terme sur la mort du centre-ville, dans un département en tête déjà à cette époque pour l'équipement en grandes surfaces : 8134 m2 pour 100.000 habitants. Ces chiffres plaçaient l'Aude devant la région parisienne.

Au nouveau économique, citons M. Leroy (Président de la Chambre des métiers de l'Aude) dans un article du Midi-Libre du 23 mai 1982 :

"Une grande partie du chiffre d'affaire réalisé par le commerce local est immédiatement injecté dans l'économie du département. Au contraire, celui d'une grande surface n'est pas réinjecté localement : ses fournisseurs ne sont qu'exceptionnellement des entreprises volontaires, et les bénéfices sont rapatriés au siège de la société exploitante et non dépensée sur place."

Les objections positives

Du côté des défenseurs de la grande distribution, on rejette la responsabilité des licenciements en évoquant la création de nouveaux emplois. Ils bénéficieront d'abord aux entreprises et sous-traitants du BTP, puis à l'activité elle-même à l'intérieur des hypermarchés. Les promoteurs et les élus mettent en avant la taxe professionnelle dont tirera partie la ville de Carcassonne ; ville ne vivant que du secteur tertiaire. 

Quel bilan depuis 35 ans ?

Il suffit de regarder autour de soi pour s'apercevoir que tous les commerces indépendants de type magasin de Bricolage (Marty Bricolage), Droguerie (Cazaniol, Bugnard...), supérettes (Carbasse), primeur (Mayol, Labécède), Quincaillerie (Cuin, Rey), matériaux (Geynes)... ont totalement disparu du paysage Carcassonnais. Ces commerces implantés au centre-ville concourraient à son animation, contrairement aux hypermarchés qui ne participent que faiblement au sponsoring des clubs sportifs. Ces indépendants finançaient le carnaval, la publicité des associations culturelles et sportives. L'argent des grandes surfaces - mis à part peut-être Leclerc qui n'est que sous franchise - n'est pas réinvesti dans l'économie locale ; il part comme l'avait annoncé M. Leroy en 1982 sûrement dans des fonds de pension ou à l'actionnariat boursier. 

Aujourd'hui si nous faisions le détail des supermarchés sur Carcassonne, nous nous rendrions compte qu'il en pousse presque un de nouveau chaque jour. Le dernier se construit à côté de Géant Casino Salvaza, c'est Lidl. Quant à Auchan avec Rocadest, il va s'implanter bientôt à l'ancien domaine de Moureau ; à deux pas de Cité 2. Une nouvelle friche commerciale est à venir à cet endroit...

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

00:00 Publié dans Commerces | Lien permanent | Commentaires (4)

21/07/2015

La bataille des grandes surfaces à Carcassonne depuis 1972 (Épisode 3)

Cité 2

Nous allons voir comment le G.I.E Puech Mary (Groupement d'intérêt Économique) a développé à Carcassonne le tout premier centre commercial de la ville.

cité 2 copie.jpg

Ce projet est d'abord né d'une rencontre entre M. Jean Richardis, commerçant Lézignanais en électroménager, et M. Robert Briaut, propriétaire d'un commerce alimentaire nommé SOLADI. La Société Languedocienne de Distribution avait à sa tête trois épiciers de Limoux, Carcassonne et Bram ; respectivement MM. Henri Falcou, Robert Briaut, Marcel Riu. Le siège se trouve 66, rue Antoine Marty à Carcassonne.

À la fin des années 60, le modèle américain des grandes surfaces émerge en France et fait trembler les petits épiciers. Jean Richardis raconte à Robert Briaut son séjour aux États-Unis durant lequel il a visité les collectifs indépendants ; regroupement de plusieurs commerçants.  Il s'agit de vendre avec beaucoup de stocks sur des marges moins importantes. C'est cette idée qui va germer dans la tête de ces deux hommes entre 1969 et 1970, afin de réaliser une affaire de ce type à Carcassonne.

Le triumvirat à la tête du futur Conseil d'administration du G.I.E Puech Mary est ainsi constitué : Maurice Gally (Président), Robert Briaut (Vice-président) et Jean Richardis (Trésorier). Ce dernier est chargé de monter le financement de l'opération grâce aux aides de la Caisse des marchés d'état, sise rue du 4 septembre à Paris. Le but était de préserver le commerce de Carcassonne pendant 7 ans. Le G.I.E est enregistré le 24 avril 1971 au registre du commerce pour une durée de 20 ans, avec un capital de 5200 francs. Son siège est dans les locaux de la SOLADI.

La construction

Le permis de construire est délivré le 7 juin 1971, après l'achat de plusieurs terres agricoles en dehors de la ville appartenant à différents propriétaires. À cette époque, les fondateurs ont été jugés comme irresponsables d'aller bâtir un commerce si éloigné de la ville. L'avenir leur a donné raison, puisque l'autoroute A61 (construite en 1979) et la rocade sud (en 1980) renforceront cette zone dans l'axe de la RN 113. Le chantier de 12 000 m2 est confié à l'entreprise Escourrou. La première est posée le 13 octobre 1971 en présence du préfet de l'Aude, du maire, du président de la Chambre de Commerce et du directeur de la CNME. L'investissement collectif aura coûté au total près de 13 millions de nouveaux francs. L'inauguration a lieu le 2 mai 1972.

P1050165.jpg

Le magasin

À l'intérieur, ce sont 33 commerçants indépendants qui occupent l'ensemble de la surface de vente. Parmi eux, on peut citer : Gally (libraire), Noubel (Meubles), SOLADI (Alimentation), Laffargue (Sport), Cazaniol (Droguerie), Montsarrat (Luminaires), Guilhem (Téléviseurs et radio), une banque, un auto-center, coiffeur, tabac, fleurs... Une cafétéria (Le maillon) dirigée par M. Fraisse est exploitée par la Société hôtelière Cité 2 créée en mai 1972. Elle distribue également 1500 repas aux collectivités.

Pour la première année, le loyer moyen au m2 est d'environ 150,00 francs H.T. 

Alligator. Groupe Jobino en 1980. Jean-Paul Cals, Georges Vasse, Stéphane Tutin, Philippe Abizanda.jpg

Le groupe Jobino à l'Alligator en 1980

Une salle de décompression accueillait les expositions et les soldes, mais afin de la rentabiliser elle fut transformée et exploitée en discothèque. D'abord, ce fut "Le carignan" puis "l'Alligator", géré par Louis Gleizes qui aujourd'hui veille sur le restaurant L'escalier, boulevard Omer Sarraut.

La direction

Le Conseil de surveillance engagea d'abord comme directeur M. Xavier Verley. Puis... un homme du Béarn fit le voyage jusqu'à Carcassonne pour répondre à l'annonce. C'était Bernard Péré-Lahaille qui n'est jamais reparti et a remplacé le directeur nommé.

3623898752.jpg

© Christophe Barreau

Bernard Péré-Lahaille (1948-2011) fut aussi le fondateur d'UCCOAR

La crise

"Cité 2" fête du 29 avril au 7 mai l'anniversaire de ses cinq ans. C'est l'occasion de dresser dans la presse un bilan de cette période ; elle a permis faire quadrupler le chiffre d'affaire. Tout les voyants sont au vert et le magasin emploie près de 100 personnes. Il n'a aucune concurrence, mais la donne va bientôt changer avec la construction de l'hypermarché "Leclerc" à Félines en 1978 et de "Mammouth" à la Bourrette en 1981. À cela il faut ajouter, la crise économique qui n'épargne pas Carcassonne.

Cité 2 a besoin à la fin des années 70 de se restructurer d'urgence pour faire face à de nouveaux enjeux mettant en péril sa survie ; quitte à renoncer à quelques principes. Le G.I.E dépose un nouveau permis de construire en 1980 afin de s'agrandir. La demande porte sur la modification des façades et de leurs coloris ; une suppression d'exploitation de la mezzanine laquelle sera démolie alors que 500 m2 de locaux techniques seront construits à l'arrière du bâtiment.

On fait valoir l'exiguïté de la surface de vente consacrée à l'alimentation (2500 m2) par rapport à la surface totale (12.000 m2) qu'il souhaite élargir ; la trop grande importance donnée aux indépendants qui occupent 50% de la surface de vente ; l'entente de non concurrence entre les commerçants qui interdit à l'alimentaire de pratiquer une politique de prix agressive. Autre argument de poids, la direction indique qu'elle se séparera de 40 employés si elle ne peut obtenir d'autorisation d'agrandissement, à cause de charges trop élevées. En revanche, elle embauchera 50 employés supplémentaires dans le cas inverse.

La Chambre des métiers de l'Aude vote dans un premier temps en défaveur de l'extension, le 29 avril 1980. Elle considère qu'elle ne sera qu'au seul bénéfice de la SOLADI qui triplerait ainsi sa surface consacrée à l'alimentaire. Cité 2 finira par obtenir son permis de construire en 1982 ; "Mammouth" lui intente un procès pour le faire annuler en octobre 1982 estimant que la SOLADI n'a pas le doit d'étendre sa surface de libre service dans la mesure où la commission d'urbanisme n'a pas été consultée.

La fin de Cité 2

Rallye-2 copie.jpg

Au milieu des années 80, la G.I.E dépose les armes et vend Cité 2 à l'enseigne Euromarché. En 1989, la société Rallye rachète Disque bleu (5 milliards de Francs de C.A) qui détient 7 Euromarché en France dont celui de Carcassonne. En 1995, c'est le groupe Casino qui gobe Rallye et qui s'installe désormais à Géant Casino Cité 2. Après 43 ans, le nom de Cité 2 règne encore à Carcassonne.

Sources

Merci à MM. Richardis et Gally pour leurs souvenirs

Merci à Jacques Blanco pour son concours

ADA 1539W82

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

00:00 Publié dans Commerces | Tags : cité 2 | Lien permanent | Commentaires (2)