27/08/2015

Quand Jöe Bousquet tenta de sauver la Cité de la destruction

Une folle rumeur circula après la Libération de Carcassonne selon laquelle les Allemands auraient miné la Cité en 1944 dans le but de la faire exploser au moment de leur départ. Depuis novembre 1942, la vieille dame de pierre servait de Quartier général à l'État-major allemand. Nous n'avons jamais pu vérifier encore dans les archives si Carcassonne était en passe de brûler comme Paris, en revanche plusieurs démarches ont été menées par divers érudits pour éviter cette possible destruction. L'article ci-dessous vous renseignera davantage.

juin-1944-un-homme-sauve-la-cite-de-la-destruction-186527...

La Wehrmacht n'avait-elle pas rasé Varsovie, Lidice et tant d'autres villes à l'est de l'Europe sans aucun respect pour l'histoire des civilisations ? En cela, voyez que le nouveau nazisme nommé "Daesh" n'a rien inventé. De l'idéologie fanatique du nazisme du XXe siècle, nous passons aux fanatismes religieux en ce début du XXIe siècle.

bousquet.jpg

© Maison des mémoires / Centre J. Bousquet

Le poète Jöe Bousquet écrit un lettre, adressée au préfet de l'Aude le 3 avril 1944, dans laquelle il lui demande de sauver la Cité médiévale. Ce courrier, je l'ai découvert dans un dossier aux Archives départementales de l'Aude.

Au nom de mes compatriotes et amis je sollicite, Monsieur le Préfet, de votre haute bienveillance des démarches immédiates en vue d'obtenir que Carcassonne soit déclarée ville ouverte.

La ville la plus ancienne de France et la seule dont la restauration ait constitué un fait mondial est le patrimoine commun de tous les grands pays belligérants. les archéologues et historiens allemands n'ont que l'exemple de notre Cité pour étayer leurs thèmes sur la construction wisigothe et leurs études sur ce point ont devancé et éclairé les nôtres. Les Anglais ont porté un grand intérêt à toutes les commémorations dont la Cité a été l'objet. Les Américains ont pris eux mêmes des initiatives dans ce sens et leur presse a célébré le bi-millénaire de Carcassonne.

Toutes ces grandes nations se sont montrées déjà accessibles à des demandes comme la nôtre et il nous appartient de solliciter sans hésitation la grâce d'une ville si digne de l'obtenir. Elle est la seule qu'il suffise de nommer pour que la requête paraisse naturelle - et opportune, quand l'occupant, qui n'a à connaître que son devoir militaire, s'apprête à restituer à son rôle historique la ville qui était entrée vivante dans l'histoire. Mais comme tous les belligérants qui savent notre cas hors de pair, ils n'attendent peut-être que notre initiative pour laisser à Carcassonne son caractère éternel et respecter en elle un trésor européen.

Joë Bousquet

Commandeur de la Légion d'honneur

Médaillé militaire

Croix de guerre.

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

Il serait sans doute judicieux de nommer les choses par leur nom. Tourner autour du pot sans nommer l'Islamisme et donc les méfaits d'une branche de l'islam n'est ni courageux, ni vraiment honnête.
Il est facile de faire le bilan triste du nazisme mais plus difficile de vivre et de nommer l'actualité fanatique des "nouveaux nazi" et de leur méthode très proche de la technique des SA (avant les SS) : intimidation, pression politique, sociale, culturelle etc....

Écrit par : jo | 25/01/2018

Répondre à ce commentaire

Cher Jo,
Je ne vois pas en quoi ce blog tourne autour du pot quand il s'agit d'évoquer la barbarie, idéologique, religieuse ou politique. A dire vrai, je ne comprends pas ce que votre réflexion vient faire en dessous de cet article consacré à Joë Bousquet. Certes, on pourrait également parler des méthodes de purification éthnique de Milosevic, de Staline de celles de la conquête coloniale sous Charles X, de l'inquisition catholique sur les Cathares. Bref, voyez-vous, les fanatiques de l'Islam n'ont pas le monopole de la barbarie. Mettre en parallèle les méthodes nazies avec celles des groupes terroristes ou salafistes n'est pas sot. Mais quel rapport avec Carcassonne et son histoire ? Ne trouvez-vous pas qu'il y a assez de sites sur la toile qui relaient ces informations, avec très souvent une idée politique derrière la tête ? Quant à la pression exercée par cet Islam là sur la culture, la société, la presse, etc... Elle est au moins égale à celles des anarchistes de l'extrême gauche, des fascistes de l'extrême droite, de l'église traditionaliste fondée par Mgr Lefèvre, des mouvements sectaires et autres.

Écrit par : Martial Andrieu | 25/01/2018

Répondre à ce commentaire

juste pour faire cesser ces amalgames douteux ou l 'on croit bon de désiçgner des "extremes" et de les mettre dans un même panier.
Enlevons de celui-ci les anarchistes et souvenons nous qu'ils furent persécutés par les nazis et les franquistes de sinistre mémoire.
Les républicains espagnols ont payé un lourd tribu pour que nous soyons libres aujourd'hui. ne les assimiklons pas à leurs bourreaux. pour le reste je suis assez d'accord pour dire que les régismes totalitaires ont besoin pour exister de combattre des boucs émissaires et d'anéantir les autres cultures.
En tous cas respect à Joë Bousquet et à ses amis.

Écrit par : JLGasc | 27/01/2018

Répondre à ce commentaire

Cher Martial, loin de moi l'idée d'amalgamer ce qui ne doit pas l'être, je fais juste remarqué que vous écrivez ceci :"En cela, voyez que le nouveau nazisme nommé "Daesh" n'a rien inventé..." pour dire que ce nouveau nazisme est fait référence à l'Islam et qu'il s'agit non pas d'histoire mais de Présent (comme vous le dites vous-même). La frilosité du vocabulaire alimente les extrêmes continuellement. "Daesh" ne veut rien dire en soi.

Sinon effectivement nous ne mettrons pas les gens du POUM dans le même sac que les staliniens de l'époque.....

Écrit par : jo | 27/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire