31/08/2015

Hommage à Alain Clinard, artiste-peintre et sculpteur Carcassonnais

François Valéry chantait il y a quelques années

"Aimons-nous vivants, n'attendons pas que la mort nous trouve du talent".

La mort n'a pas attendu de trouver du talent à Alain Clinard. Dans ce Carcassonne où les artistes locaux d'envergure sont souvent ignorés, voire mal considérés beaucoup d'entre-eux ont choisi la voie de l'exil. Clinard, lui, contre vents et marées s'était attaché à demeurer dans cette ville qui sûrement, ne le méritait pas. Bien sûr, il va rejoindre au panthéon des artistes plasticiens de Carcassonne le caravansérail des illustres : Gamelin, Jean Augé, Jean Camberoque, Jacques Ourtal, Cécile et Anthony Rives, Manau, Yvonne Gisclard-Cau, Beaubois...etc. Tout ceci ne sera que de belles phrases comme autant de poncifs donnant l'illusion qu'à Carcassonne, les élus quels qu'ils furent ou qu'ils soient, se sont souciés un jour de leurs talentueux artistes. Ces derniers n'ont eu finalement qu'un malheur dans la mort, c'est d'avoir été des Carcassonnais...

J'avais consacré en 2011 un article à Alain Clinard sur mon ancien blog "Histoires de Carcassonne" après m'être longuement entretenu avec lui par téléphone.

2719351229.jpg

Alain Clinard est un artiste carcassonnais aux talents multiples: peintre, sculpteur et même créateur de vitraux. Né en 1958 dans la région parisienne, il arrive à Carcassonne au début des années 1980 et participe activement à la vie associative de la ville. Il s'agit là d'un véritable autodidacte dont les oeuvres sont aujourd'hui côtées chez Akoun et vendues à travers le monde. Elles sont toutes réalisées dans son atelier de la rue Trivalle et étaient exposées dernièrement dans sa galerie de la rue Aimé Ramond. Le peu d'attractivité du centre ville l'a amené à devoir renoncer à utiliser désormais ce local.

226709331.jpg

Le premier à apprécier son talent est le maire Raymond Chésa. La mairie qui souhaite parrainer les artistes locaux lui achète sa première lithographie. Celle-ci sera reproduite et offerte aux invités de marque de la ville. La toile ci-dessus a été réalisée en direct lors d'une soirée caritative, le 18 décembre 1991, au cours de laquelle elle fut mise aux enchères et acquise par la ville. Elle se trouve au premier étage de l'hôtel de Rolland (Mairie), dans le couloir du cabinet des adjoints. Alain Clinard, a également réalisé trois aquarelles pour le Conseil général, trois toiles pour la médecine du travail et la CAF.

301127071.jpg

Outre de nombreuses sculptures comme celle-ci, Alain Clinard est moins connu pour ses conceptions de vitraux. Suite à une commande de l'état pour la cathédrale St-Etienne de Toulouse, il crée les 3 vitraux de la sacristie de paroisse. Cette dernière se trouve dans la partie la plus ancienne de la cathédrale. Si vous passez par Toulouse, demandez le sacristain M. Mazas, qui est présent du mercredi au dimanche. Ces vitraux de quatre mètres de haut, fabriqués et posés en 2006, 2007 et 2008 représentent la nativité, les rois mages, la vie et le temps. Alain Clinard a été secondé dans sa tache par Elisabeth Brenas-Pech, maître verrier à Trèbes.

Alain Clinard a décidé de mettre fin à ses jours hier, à l'âge de 57 ans. A sa famille, je présente toutes mes condoléances et je m'incline devant la mémoire de l'artiste.

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

Dramatique nouvelle ! Il méritait vraiment plus de succès et d'être reconnu à sa grande valeur. Triste.

(quant à l'article, rester vague ou être prcis, il y manque le peintre Bernard Alaux, artiste carcassonnais et reconnu à Paris et outre-atlantique. Oui, aimons-nous vivants !)

Écrit par : ARACIL | 31/08/2015

J'ignorais que Bernard Alaux était décédé... car dans ma liste forcément incomplète, il n'y a que des artistes ayant passé l'arme à gauche.
Ah ! non, il me semble bien qu'il est encore de ce monde.

Écrit par : Martial Andrieu | 31/08/2015

Quel dommage avec un talent pareil d'avoir fait un tel choix de départ..... et si jeune en + !

Écrit par : Rivière Blanchard | 31/08/2015

mea culpa...autant pour moi...et longue vie à Bernard ALAUX.

Écrit par : ARACIL | 31/08/2015

"Gervais Bataillé"...un hommage lui sera peut -être rendu à titre posthume! parcours atypique sincère et humble!
Proposition faite il y a plusieurs années à la Maison des Mémoires! aucune suite à ce jour et pourtant!!

Écrit par : Martinez | 31/08/2015

Si vous avez de la documentation sur cet artiste, envoyez la moi et je ferai un article.

Écrit par : Martial Andrieu | 31/08/2015

Qu'il repose en paix... Merci pour les photographies de ses oeuvres , quel talent ...

Écrit par : sylvie | 01/09/2015

Il y a quelque temps je suis passée le voir rue A.Ramond et j'aurais bien aimé acquérir une sculpture, un cheval magnifique . aujourd'hui je regrette de ne pas avoir pu l'acheter. J'ai également une reproduction de "l'andalouse" . j'ai toujours apprécié le talent de cet artiste si simple, humble, prenant le temps d'expliquer son travail. Il va beaucoup manquer à tous ceux qui savaient l'apprécier.

Écrit par : PLEZ | 01/09/2015

Les commentaires sont fermés.