06/09/2015

Le parvis de la cathédrale St-Michel révèle un épisode méconnu de l'histoire

Nous avons appris cette semaine que d'ici à l'été 2016, la ville de Carcassonne va restaurer en profondeur le jardin attenant au parvis de la cathédrale Saint-Michel. Il est évident qu'à la suite des travaux menés par l'état sur l'édifice religieux, on ne pouvait difficilement faire l'économie de ce chantier. Le square de l'armistice de 1918 et de la capitulation nazie - nom peu poétique s'il en est - va donc se transformer. Très certainement, on prendra soin des vestiges de la maison Grassialo et de la statue de Jeanne d'arc, dont la fonte est attaquée en surface par la rouille. 

1636515959.jpg

Selon les recherches entreprises par Jacques Blanco et communiquées dans le bulletin de la SESA en 2011, cette statue de Jeanne d'arc se trouvait dans un enfeu situé sur le boulevard Barbès à partir de 1914.

chapelle.jpg

© Collection J. Blanco

Elle se tenait sur un socle à l'arrière de la chapelle des Frères des écoles chrétiennes, comprise entre la rue neuve du mail (rue Marceau Perrutel) et le numéro 53 du boulevard.

1847272024.jpg

C'est en 1972 que la statue a été déposée et placée dans le jardin attenant à la cathédrale, suite à l'installation du lycée Saint-François dans les anciens locaux des Frères des écoles chrétiennes. Elle a été sauvée grâce à l'intervention de M. Antoine Labarre, historien amateur dont nous sommes fiers d'être les héritiers. La chapelle a été désacralisée et transformée en gymnase.

3012924639.jpg

Nous apercevons encore aujourd'hui l'enfeu, sans la statue

 Le 9 mai 1945

C'est en trouvant une vieille photographie dans une brocante que j'ai pu dérouler le fil d'une pelote constituant un épisode oublié de l'histoire. Je ne disposais que peu d'indices, sinon une mention manuscrite au dos : Fête de Jeanne d'arc - 9 mai 45 - Carcassonne. Grâce à un peu de perspicacité et à l'aide de J. Blanco, nous avons pu conclure qu'il s'agissait bien du même endroit. Le numéro 53 à droite du cliché correspond à une maison qui s'est écroulée dans les années 90 et à droite, on aperçoit une partie du socle de la statue. Restait à savoir pour quelle occasion précise, cet évènement s'est produit.

img145 copie.jpg

Sur cette photographie prise sur le boulevard Barbès le 9 mai 45, on distingue les musiciens de la Société lyrique Sainte-Cécile et - en bas, à droite - Louis Amiel, le maire provisoire de Carcassonne à la Libération. Ce qui a attiré mon oeil, c'est la plaque en dessous du socle, car sur la photo de la statue dans l'enfeu elle n'apparaît pas. Bingo ! C'est précisément à cette occasion que la plaque a été dévoilée. Quel texte contenait t-elle ? Il suffit pour cela d'aller au pied de la statue située désormais dans le jardin du parvis de la cathédrale.

22287816.jpg

1940 - 1945

Témoignage de reconnaissance

au département de l'Aude des

Lorrains et des Alsaciens

expulsés de leurs foyers

en raison

de leur attachement à la 

FRANCE

Renseignement pris auprès de l'abbé Didier Escoupérié, les habitants de Carcassonne ont accueilli chez eux de nombreux réfugiés d'Alsace-Lorraine à partir de 1940. C'était surtout des Lorrains de Metz et des villages alentours. Ils avaient fait le choix d'être Français et avaient fui l'annexion de l'Alsace-Lorraine par les Allemands. Certains de ces réfugiés logeaient dans la rue Chartran et entretiennent encore des relations avec certaines familles Carcassonnaises. En remerciement, une souscription a été levée par eux pour édifier une plaque en la mémoire de cet évènement tragique de leur histoire.

3340280860.jpg

La plaque ne pouvait alors qu'être placée sous Jeanne d'arc - la Lorraine - symbolisant la résistance et le combat face à l'envahisseur. Chose étrange, le 8 mai 45 coïncide avec l'entrée de Jeanne d'arc dans Orléans libérée des Anglais en 1429. Par contre, la fête de Sainte Jeanne d'arc (canonisée en 1920) n'est pas le 1er mai... mais le 30 mai, jour de son martyre sur le bûcher de Rouen, en 1431.

Espérons que lors des travaux dans ce jardin, on prendra soin de cette plaque maintenant que nous en connaissons l'histoire. On pourrait même envisager d'inviter les famille des réfugiés Lorrains ; une bonne occasion pour resserrer des liens. Il faudrait alors refaire une plaque et protéger celle-ci qui est en bien mauvais état.

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

Encore une fois Martial vous nous faites profiter des événements tombés dans l'oubli , ou presque . je me souviens très bien de cette statue sur le boulevard mais je viens d'en découvrir l'histoire. Espérons que le réaménagement de ce jardin mettra en valeur cette " pucelle " ! J'ai de très bons souvenirs de cet endroit .....photos de communions et de mon mariage !

Écrit par : Chantal | 06/09/2015

Je suis passée près de ce jardin il n'y a pas longtemps effectivement il a besoin de réfection et de rétablir l'histoire merci Martial pour ces belles photos merci aussi a Jacques Blanco....Je trouve admirables ces Alsaciens et ces Lorrains qui ont voulu rester Français pendant la guerre de 40 et qui ont été accueillis par des Carcassonnais......

Écrit par : constance pressoirs | 07/09/2015

Monsieur,

Quelle surprise! et je remercie Jean Ormières, de me faire découvrir par son courrier, l'histoire de la plaque fixée sur le socle de Jeanne d'Arc.
Oui, cette plaque mérite d'être rénovée.
Je vais donc, en parler au président du comité du Souvenir Français de Carcassonne,qui se fera un devoir de vous apporter son soutien dans votre entreprise de rénovation.

Avec mes sentiments les meilleurs.
Gérard COLLIN

Écrit par : collin | 22/09/2015

Les commentaires sont fermés.