11/09/2015

À la recherche des commerces disparus de la Bastide (3)...

Le grand café Not

Café Not.jpg

Le grand café Not, place Carnot. De mémoire de Carcassonnais c'était le plus beau de la ville ; le rendez-vous des négociants en vins et autres notables. À l'étage se trouvait une salle de billard français. Peu avouable, pendant la guerre c'était aussi le café des miliciens... C'est maintenant, une banque.

Capture d’écran 2015-09-10 à 20.17.44.png

La quincaillerie Cuin

Cuin copie.jpg

Fondée en 1793 par Paul Cuin, cette quincaillerie ferma ses portes en 1995 après six générations se succédant aux affaires. 

Capture d’écran 2015-09-10 à 20.24.44.png

Chaussures Alary

Chaussures Cendrillon copie.jpg

Les chaussures Cendrillon, commerce fondé par la famille Alary à l'angle de la rue de la liberté. Jean Alary fut nommé à la tête du théâtre municipal et du Festival de la Cité. C'est aujourd'hui un magasin de vêtements.

Capture d’écran 2015-09-10 à 20.28.43.png

Le grand café glacier

Café glacier.jpg

On a du mal à imaginer le café Mialhe aujourd'hui... Pourtant, il resta pendant de nombreuses années l'établissement des réfugiés espagnols ayant fui le Franquisme. Il a été détruit dans les années 80 afin de construire l'actuelle maison de retraite Montmorency, boulevard du commandant Roumens.

Capture d’écran 2015-09-10 à 20.37.18.png

La chapellerie Blain

commerces

Initialement place Carnot, numéro 29, la chapellerie Blain reprend au XIXe siècle l'affaire de la maison Saint-Lézin. Elle s'installe en 1928 dans la rue de Verdun et vend les feutres et autres chapeaux de la manufacture d'Espéraza. Les vieux Carcassonnais se souviennent encore de l'immense haut de forme au-dessus du magasin. Celui-ci est englobé désormais dans la librairie Majuscule.

commerces

La cordonnerie Audouy

commerces

Tout commence avec Jean Auguste Audouy qui s'installe comme cordonnier au 75 de la rue de la mairie en 1890. A la même adresse son fils, Adrien, prendra sa succession comme cordonnier et bottier (il confectionnait des chaussures sur mesures). Ses enfants ne poursuivront pas la même voie. En revanche sa soeur, Marguerite Augustine épousera... Je vous le donne en mille! Un cordonnier nommé Octave Galy qui s'installera dans un petit magasin à côté de l'actuelle crêperie de la rue Courtejaire. Leur enfant, Georges Galy, bien connu des carcassonnais vendait des chaussures dans la même rue (magasin fermé à côté de France Loisirs). Désormais, c'est William qui assure la relève d'une histoire familiale de chausseurs carcassonnais, dans la rue Victor Hugo.

Le café des Américains

commerces

Ancien café Durand depuis 1896, il devient ensuite Café des Américains sous la direction de M. Puissant. Dans les années 50, cet établissement jouit d'une mauvaise réputation en raison des bagarres entre militaires du régiment Indochinois en garnison à la caserne Laperrine. Il était situé au 33, boulevard Barbès.

commerces

Épicerie L. Canavy

commerces

L'épicerie Louis Canavy, rue de Verdun. Sa construction dans les années 30 fut un sujet de polémique. En effet, la municipalité Tomey donna l'autorisation de bâtir légèrement en retrait de l'alignement de la rue. Ce fut perçu comme un passe-droit... C'est l'un des rares bâtiments Art-déco de la Bastide, occupé aujourd'hui par une boulangerie.

commerces

La boucherie Rigaudis

commerces

Chez Rigaudis, on était boucher depuis des générations. Émile et Henriette (ci-dessus) devant leur boucherie, à l'angle des rues Victor Hugo et Tomey. Après la guerre, ils ont acheté le domaine d'Auriac et transformé en hôtellerie de luxe.

commerces

Mayol, primeurs

commerces

Barthélemy Mayol créa ce commence de vente de fruits et légumes, 31 rue Chartran. Georges, son petit-fils reprit l'affaire jusqu'au milieu des années 90. Ce magasin est aujourd'hui à l'abandon et l'ensemble du bâtiment menace de s'écrouler.

commerces

La patisserie Gau

commerces

Célestin Gau, ancien chef pâtissier de l'hôtel de Paris à Monaco, installe son commerce dans la rue Clémenceau en 1928. Neuf ans plus tard, il trouve la mort dans un accident de voiture avec son épouse du côté d'Alet-les-bains. Ils sont inhumés au cimetière Saint-Vincent. Son beau-frère, Émile Galinier reprendra l'affaire jusqu'en 1975, puis Jacques Galinier. L'activité cessa en 2003. L'ensemble de la façade avait été conçue en marbre rose d'Italie. Rien n'a été conservé par l'acquéreur qui a suivi, avant qu'aujourd'hui la somptueuse pâtisserie ne devienne une belle friche... La boutique ci-dessous a fermé depuis plus d'un an.

commerces

La bijouterie Mary

commerces

La bijouterie Mary, 40 rue de la gare. 

commerces

Vous pouvez retrouver bien d'autres photographies d'anciens commerces dans mes deux ouvrages

Carcassonne, mémoire en images / Tome 2

Carcassonne, mémoire en images / Tome 3

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015 

Commentaires

Que de vieux souvenirs vous nous ramenez là, Martial ! Mais il me semble que s'agissant de la place Carnot, il y avait aussi l'épicerie Amiel... mais allant très peu dans le centre ville maintenant à cause des difficultés de stationnement, je ne sais pas quel commerce l'a remplacée.

Écrit par : Christian Viguié | 11/09/2015

Répondre à ce commentaire

Puis-je mon cher Martial ye signaler "un oubli" parmi tant d'autres ... La Boucherie MIQUEL 58 rue de Verdun , face à l'horloge. uu changement de locataire a permis de découvrir sur la facade le nom de cette ancienne boucherie de Luois MIQUEL dont le fils Jacques est devenu Directeur du Théatre Municipal au départ de Jean ALARY ?

Écrit par : laffarfgue Thythy | 11/09/2015

Répondre à ce commentaire

Le choc des photos.
Ville vivante, ville morte

Écrit par : MARIE | 12/09/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire