28/09/2015

Une secte a t-elle investi dans la cité médiévale?

Depuis près de vingt ans c'est l'omerta à la cité sur l'homme tout de blanc vêtu comme Raël, qui a peu à peu, aurait acheté des maisons pour les transformer en musées, commerces de vêtements et auberges. Ses employés seraient des adeptes au service de ce mouvement. Selon les services des RG, il pourrait s'agir d'anciens adeptes de Georges Roux, fondateur en 1952 de l'Alliance Universelle. Georges Roux était persuadé d'être lui-même la réincarnation du Christ et prétendait pouvoir guérir par l'imposition des mains.

Cliquer ci-dessous

399302-sectes-pres-de-500-adeptes-recenses.html

secte.jpg

Ce mouvement spirituel est classé comme secte, dans le rapport n°2468 de la commission parlementaire du 22 décembre 1995.

cite_de_carcassonne.jpg

Ces gens se seraient lancés dans l'activité touristique et la restauration dans la cité médiévale. L'histoire aurait commencé le 26 juin 1992 à travers une association "Les enfants de la muse" en lien avec la fondation Azazel Institute Inc (Boston, Etats-Unis) avec l'inauguration d'un musée médiéval à connotation ésotérique.

Cliquer ci-dessous

lilim.htm

Source

 Dictionnaire des groupes religieux aujourd'hui

Vernette et Monelon)

Editions  PUF / 1995

Azazel, épinglé dans le rapport parlementaire sur les sectes, s'était aussi implanté au château de Pauligne en 1992, toujours selon cette source. Au delà de la pratique religieuse et de la liberté de conscience que la loi de 1905 sur la laïcité protège, se pose bien d'autres questions. Si ce que nous révélons est ici fondé, que financent ces mouvements religieux sous couvert de fondations ou de mécénats ? Existe t-il un risque de voir des demandeurs d'emploi ou des stagiaires envoyés dans ces commerces et finalement enrôlés comme nouveaux adeptes ? Les agents de l'URSSAF ont a plusieurs reprises constaté dans plusieurs de ces mouvements tenant commerce en France, que le travail dissimulé était bien souvent la règle puisque les adeptes travaillent pour la communauté. Il semblerait enfin qu'à l'instar de "l'Église de Scientologie", ces associations bénéficient de soutiens au sein de l'administration. Sinon, comment alors expliquer qu'elles aient encore pignon sur rue et que leurs richesses croissent sans cesse ?

Soulignons que ces personnes sont parfaitement intégrées dans la Cité médiévale et n'ont jamais créé de problèmes autour d'elles. Nous souhaitons simplement informer sur l'opacité des sources d'investissement dans ce haut lieu touristique.

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

10:37 Publié dans La Cité | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

passionnant et intéressant la secte de la scientologie existe bien et dangereuse je souhaite une suite sur votre blog qui est de plus en plus riche .....de sujets merci de nous tenir en haleine....

Écrit par : constance pressoirs | 28/09/2015

une manière romancée d'en parler : http://www.amazon.fr/Vous-reprendrez-bien-cassoulet-Cathare-ebook/dp/B014D5AJIA
et un peu d'auto promotion aussi ;-)

Écrit par : nicolas gouzy | 28/09/2015

C'est très très courageux!!. Bravo

Écrit par : Cecile | 28/09/2015

Il y a plus longtemps que ça , ils avaient acheté dans la rue StJean , à gauche en descendant une maison dont les fenetres sont à meneaux pour creer le musee de la monnaie , qu'en est il aujourd'hui ???

Écrit par : Loupia jeanclaude | 28/09/2015

Voir aussi La fraternité blanche universelle, qui a sévi longtemps à Trassoulas, près de Belcaire, et dont un groupe (plus ou moins dissident paraît-il ?) avait migré dans la proche banlieue carcassonnaise dans les années 1990, groupe qui avait tenté alors de pénétrer dans Amnesty International - bien des gens se souviennent encore de leur arrivée lors d'une soirée dans le foyer de Palaja, tout de blanc vêtus, le sautoir doré au cou -, et qu'on avait alors vus se baguenauder dans la Cité.

Écrit par : Pierre Olivier Audemas | 28/09/2015

Les commentaires sont fermés.