21/12/2016

Michel Mir (1882-1958) où symbole d'une culture musicale Carcassonnaise jetée aux oubliettes

Ne cherchez pas un nom de rue ou d'établissement portant le nom de cet illustre musicien dans Carcassonne. Et pourtant la culture musicale de cette ville doit énormément à Michel Mir... La faute n'incombe pas seulement aux élus, mais aux musiciens Carcassonnais actuels qui se fichent de cet héritage. Que fait-on de tout cela à la Fabrique des Arts de Carcassonne, à l'Harmonie municipale ? Ces directeurs, croient-ils que le siège sur lequel ils posent leurs fesses, n'a pas été bâti grâce aux efforts de leurs prédécesseurs ? Y a t-il seulement un département de musique régionale au Conservatoire de Carcassonne ? Que fait-on du millier de partitions cartonnées qui étaient conservées précieusement dans la salle Michel Mir de l'Harmonie municipale ? Les a t-on archivées ou numérisées ? Si vous n'en faites rien M. Jean-Marc Miquel, donnez-les aux archives départementales avant qu'un incendie ne les ravage !

michel mir

 Michel Mir est né à Lodève (Gard) le 27 mars 1882. Il débute sa carrière comme violon solo à Paris dans l'Orchestre des concerts Charles Lamoureux - cet orchestre existe encore à Paris. C'est là qu'il fait la connaissance de son ami et maître Paul Lacombe dont il transcrira les oeuvres pour orchestre d'harmonie. Il prend ensuite en 1906 à Carcassonne, la direction des Concerts symphoniques, de la Société lyrique Sainte-Cécile qui deviendra ensuite Harmonie municipale.

michel mir

Il se retrouvera à la tête de tous les concerts au kiosque du Square Gambetta, mais aussi des revues et opérettes jouées par l'orchestre du théâtre municipal entre les deux guerres. Oui ! Carcassonne possédait sa propre formation musicale ; elle accompagnait Mistinguet, Fernandel, lorsqu'ils se produisaient dans notre ville. Afin de sédentariser les musiciens, nombreux firent carrière dans l'administration municipale. C'est le cas par exemple de Gustave Bocquet - 1er prix de trompette du conservatoire de Toulouse - qui finira comme Secrétaire général de mairie. Cet homme dont nous reparlerons bientôt, fut le professeur et le mentor de René Cadrès.

michel mir

L'harmonie municipale dirigée par Michel Mir en 1954

Bien entendu nous n'avons pas pu retrouver les noms de tous les éléments continuant cette harmonie. Parmi elle : Gustave Bocquet (Trompette), Martial Andrieu (Baryton), Lécina (Bugle), Ernest Daniel (Trompette), Edouard Gorry (Trombone) - 1er prix du conservatoire de Versailles-, Rouzié (Hautbois), Serra (Saxophone), Sauvage (Saxophone basse), Murat (Saxophone ténor), Gazel (Flûte), Pierre Rajol (Clarinette), Solano (Soubassophone), Anicet (Clarinette), Clayton (Trompette), Mattéo (Trompette), Reverdy, Rivière, Ouliac (Percussions et violon), etc...

michel mir

© Bibliothèque municipale de Carcassonne

Dédicace de Paul Lacombe à Michel Mir 

Il enseigna également à l'école de musique de la ville et au lycée St-Stanislas et forma bon nombre d'élèves comme Jacques Miquel. Michel Mir a composé de nombreuses oeuvres qui ont été "conservées" à la bibliothèque municipale, sous forme de manuscrits.

Le témoignage de Pierre Mir, son petit-fils

"On lui avait proposé plusieurs emplois de niveau national, voire international (orchestre symphonique de Genève) mais sa famille très attachée à Carcassonne et à notre maison familiale ne fut pas favorable à ces projets. Mon grand père qui était un homme peu contrariant et d'une grande gentillesse resta donc à Carcassonne où son amour de la musique et son désir de la faire connaitre à un maximum de gens fit qu'il s'impliqua fortement dans la vie carcassonnaise par de nombreux concerts et aussi par son enseignement qui lui valut d'être décoré de la Légion d'Honneur."

Le témoignage de Pierre-Baptiste Rey, ancien élève.

"J'ai bénéficié d'un long enseignement musical de Mr. Michel MIR, Directeur de l'Ecole Municipale de musique, qui m'a formé avec patience en me conseillant de suivre les cours de solfège donnés par Mr. Rancoule, et ensuite passer au cours de Mr. Anicet pour savoir jouer d'un instrument la clarinette.
Et surtout aimer la "bonne" musique en comprenant qu'elle n'est pas réservée à l'élite.....ce qui m'a permis d'apprécier les nuances dans mes écoutes musicales.
Tout ses conseils dans une simplicité, que j'admire encore, merci Mr. Michel MIR.
Carcassonne, et certain Carcassonnais, dans le milieu dit "culturel" oublient...qu'ils sont redevables envers lui. Il a oeuvré, avec simplicité dans l'ombre, pour la culture musicale dans notre ville."


Capture d’écran 2015-09-29 à 10.41.30.png"

Michel Mir habitait dans cette maison du boulevard de Varsovie à côté de l'ancien bar "Le rugby". Il est décédé le 18 janvier 1958 à Carcassonne. 

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016

Commentaires

monsieur Mir tout le monde l'a oublié sauf vous qui etes un fidèle de la musique et plusieurs autres qui ne l'oublierons jamais aussi. pourtant ils ont bien existes aussi...

Écrit par : constance pressoirs | 21/12/2016

Juste pour signaler que Lodève (où naquit Michel MIR) n'est pas dans le Gard mais dans l'Hérault ;-)

Écrit par : Denis | 21/12/2016

Mon père jouait du violon avec Michel Mir et Ouliac. Il avait une grande estime pour ce musicien qu'il considérait comme un maître.

Écrit par : Authier | 21/12/2016

Très intéressant, comme à l'accoutumée.
Les artistes de la région et leurs oeuvres font tout autant partie de notre patrimoine, merci de les exhumer.
Michel est-t-il apparenté au félibrige Achille dont une de nos avenues porte le nom ?
Merci
JD

Écrit par : Jacques DEVÈZE | 21/12/2016

Il y avait aussi un carcassonnais du nom de Raynaud qui habitait dans la rue Trivalle juste après le bâtiment de la DDA qui était premier violon de Camille Saint Saëns.

Écrit par : Authier | 22/12/2016

Les commentaires sont fermés.