20/10/2015

Philippe Soum (1888- 1968), un maire oublié des Carcassonnais.

Avez-vous vu une rue, une avenue ou encore un bâtiment municipal dans Carcassonne portant le nom de Philippe Soum ? À ma connaissance, il n'y en a pas et pas davantage pour Marcel Itard-Longueville et Gaston Faucilhon qui furent comme lui, maire de Carcassonne. Voilà donc trois anciens maires de la ville durant le XXe siècle, passés aux oubliettes de la reconnaissance publique, quand d'autres en ont été largement gratifiés : Henri Gout, Albert Tomey, Jules Fil, Antoine Gayraud et Raymond Chésa. Pourquoi donc cet oubli ? Notons que Philippe Soum et Marcel Itard-Longueville ont été des Résistants avec même pour le second, une déportation au camp de Neuengamme en juin 1944. Étrange donc que ces deux hommes aient été jetés dans les mêmes oubliettes de la renommée que Jules Jourdanne, maire nommé par le gouvernement de Vichy en 1941....

1299981443.jpg

Philippe Soum par Paul Manaut

Philippe Soum naît le 26 mai 1888 à Perpignan, d'Isidore et de Joséphine Jambert, originaire d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Il effectue ses études secondaires au collège de Perpignan et en sort bachelier le 19 juillet 1904 à l'âge de 16 ans. Tout naturellement s'en suit une brillante carrière universitaire et professionnelle : études de médecine à la faculté de médecine de Bordeaux, puis interne en psychiatrie à Château Picon où il est l'élève du Professeur Régis. Après avoir présenté sa thèse, il prête serment le 6 juin 1912 et devient médecin.

 C'est au cours de son service militaire à Carcassonne qu'il rencontre sa future épouse Marguerite Durand, chez des amis communs. Il termine son service militaire le 21 mai 1914 avec le grade de médecin auxiliaire décerné le 3 juin 1913 et épouse Marguerite Durand née le 21 janvier 1889 à Carcassonne, fille de Joseph Durand officier de marine originaire de Cherbourg et de Marguerite Milles née à Carcassonne. Elle habite 12 rue d'Isly , sur l'emplacement de l'ancienne ferme Cailhau. Philippe Soum est mobilisé pour la première guerre mondiale et rentre à Carcassonne en 1919, après son affectation dans l'armée d'Orient. Il reçoit la Croix de guerre et s'installe à Carcassonne en 1919 comme médecin généraliste. 

Maire de Carcassonne

image.jpg

Philippe Soum est élu maire de Carcassonne d'octobre 1947 à Mars 1950 sous la bannière Radical Socialiste. Son premier adjoint est Jules Fil, membre de la S.F.I.O. Les élections municipales du 19 octobre 1947 donnèrent les scores suivants : Parti communiste 32%, Radicaux 24%, S.F.I.O 16%, M.R.P 15% et R.P.F 13%. Les radicaux gérèrent la ville avec la S.F.I.O et le M.R.P  pour seulement deux ans et demi... Une discorde sur le budget de la ville en proie avec les difficultés financières de l'hôpital dont le maire était le médecin-chef le força à démissionner. Il fut mis en minorité au conseil municipal en raison du ralliement du M.R.P avec le P.C et le R.P.F .

Son mandat et son oeuvre     

Parmi les réalisations à mettre au crédit de la municipalité Soum, il faut compter le monument à la Résistance en 1948 ; oeuvre de René Iché dans le square Gambetta. Une urne contenant de la terre provenant du camp de Buchenwald avait été fixé à son pied.

en-1948-le-monument-dedie-a-la-resistance-est-inaugure_571704_516x332.jpg

Le square Gambetta en 1950

L'inauguration de la station des eaux de Maquens en décembre 1949, à côté de l'Auberge des Chênes sur la route de Limoux. Les lettres accrochées sur des plaques de marbre ont disparu.

Capture d’écran 2015-10-20 à 14.07.03.png

La station des eaux de Maquens

Travaux de déblaiement des fossés de la cathédrale Saint-Michel avec mise à jour de vestiges des anciens remparts de la Bastide Saint-Louis.

Carcassonne - Bastide St Louis - Ruines de tour pres de la Cathedrale St Michel.jpg

© medieval.mrugala.net

Tour médiévale dans les fossés de la cathédrale

 

Visites de personnalités 

Au cours de son mandat le Dr Philippe Soum rendit hommage le 9 décembre 1947 au général Leclerc de Hauteclocque, chef de la 2e DB ; libérateur de la France. La route de Narbonne (RN 113) prit à cette occasion le nom d'avenue du général Leclerc. Le 19 juin 1948, c'est le ministre de l'agriculture Pierre Pflimin qui est reçu à l'occasion de la foire exposition agricole. Le jeudi 24 juin 1948, le romancier américain Charles Morgan est à l'hôtel de ville. 

image.jpg

Le 9 janvier 1948, son excellence l'honorable Jefferson Caffery, Ambassadeur des États-Unis d'Amérique est reçu à la mairie à l'occasion de l'inauguration de l'avenue Franklin Delano-Roosevelt. En bas, à droite, le général Revers, chef d'État-Major Général, représentant le gouvernement Français. 

image.jpeg

Messe solennelle en hommage au lieutenant Paul A. Swank (1921-1944) tué au combat près d'alet-les-bains, le 17 août 1944. En présence de Georges Guille (député), Philippe Soum (Maire), Jefferson Caffery (Ambassadeur).

m7517p.jpg

La tombe de Paul A.Swank en bordure de la route d'Alet-les-bains.

img167.jpg

Le livre d'or de la ville de Carcassonne

D'autres personnalités ont été reçues par Philippe Soum : Norman Reader, chef des relations publicitaires des USA avec la France, le 5 mars 1949 ; le docteur Charles Paul, médecin légiste des tribunaux de la Seine, le 9 juillet 1949 ; Edgar Faure, ministre secrétaire d'état aux finances, le 11 décembre 1949 à l'occasion de l'inauguration de la station de pompage d'eau brute de Maquens.

Distinctions 

Officier d'Académie (21 janvier 1931)

Croix de légion d'honneur (28 novembre 1936)

Chevalier de l'ordre de santé publique (23 juillet 1947)

Officier de la légion d'honneur (19 août 1952)

Officier de l'ordre de santé publique (21 janvier 1956)

Qualités

Président de la Société des arts et sciences

Juge au tribunal des pensions

Médecin légiste

Expert près des tribunaux

Médecin-chef de l'hôpital de Carcassonne

353 allée 9.jpg

© chroniques de Carcassonne

 Philippe Soum prend sa retraite le 31 décembre 1967 et meurt à son domicile, 15 rue Aimé Ramond à Carcassonne, le 21 Novembre 1968. Il a des obsèques très officielles. Le cortège se dirige à pied de son domicile à Saint-Michel, avec un arrêt devant la mairie où un jeune homme présente ses décorations sur un coussin de velours ; puis de l'église au cimetière Saint-Vincent. Sa tombe n°353 se trouve allée 09.

Il a eu deux fils, Pierre et Robert qui furent médecins généralistes à Carcassonne et élus municipaux. Un de ses petits fils, Philippe Soum, est lui-même médecin à Carcassonne.

Un grand merci à Madame Anne-Marie Picarel-Soum

______________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

Commentaires

Merci d'avoir porté a connaissance ce pan de l'histoire de Carcassonne.
Mais cet article permet de révéler dans le dit et le non -dit actuel des réseaux sociaux,
d'ordinaire si enflammés ,l' état actuel de la ville de Carcassonne .

Écrit par : Marie | 21/10/2015

Je suis un neveu d'une de ses petit fille , qui d'ailleurs à repris la maison familiale .

Écrit par : Loic | 21/10/2015

nous avons eu son fils Pierre comme docteur merci Martial pour tout ce que vous portez a notre connaissance

Écrit par : constance pressoirs | 21/10/2015

Son fils Pierre ,m'a baucoup soignée pendant mon enfance.je lui doit beaucoup.mon nom de jeune fille est Sylvestre.

Écrit par : Loupia elisabeth | 21/10/2015

J'ai aussi été soigné par son fils Pierre qui était un ami d'enfance de mon père, durant toute ma jeunesse.

Écrit par : Pierre MIR | 21/10/2015

merci pour le rappel mérité de Marcel Itard Longueville dont je suis la nièce .Une plaque commémorative a été mise sur sa maison ,rue du Palais il y a seulement quelques temps , grâce à son fils ainé,Claude.

Écrit par : bénédicte Lauer- costechareyre | 21/10/2015

Quel Loic?parent avec Laurette?

Écrit par : Anne Marie Soum picarel | 27/10/2015

Les commentaires sont fermés.