19/11/2015

L'histoire de la SOMECA (Société Méridionale de Caoutchouc)

Tout commence en 1925 quand Michel Talmier fait l'acquisition d'un terrain sur la rive gauche du Canal du midi, exactement à l'angle des rues Crozals et Pierre Sémard. C'est là qu'il fonde une usine de caoutchouc spécialisée dans le rechapage des pneus.

Capture d’écran 2015-11-19 à 08.54.32.png

Vue sur l'ancienne usine Talmier

À cette époque, les usines sont au coeur de la ville et indisposent sérieusement les riverains. L'allée d'Iéna est à deux pas de là, l'artère industrielle de la ville. C'est à cause d'un incendie dans ses entrepôts, que Michel Talmier est contraint - dix ans plus tard - de rechercher un nouvel emplacement pour son usine. Le choix va se porter en 1936 sur d'anciennes terres viticoles appartenant autrefois au domaine de St-Jean de Brucafel. À la sortie de la ville, en contrebas du Canal du midi et de la route Minervoise, les futurs bâtiments industriels seront bâtis à proximité du fleuve. Ceci pour plusieurs raisons : la première étant la grandeur de terrains s'étendant sur 9 hectares ; la seconde, la proximité avec le fleuve dont on pourra tirer une force hydraulique capable d'alimenter l'usine en l'électricité.

P1050587 copie.jpg

La SOMECA en 1955

Les bâtiments s'étendent sur une superficie de 12000 m2. En bordure du fleuve, Michel Talmier utilise et agrandit le béal qui, au XIXe siècle, acheminait l'eau vers la minoterie de St-Jean.

12235472_983293681732560_1862108284_o.jpg

© Jacques Blanco

Le béal vers la centrale

Il le coupe à la hauteur d'une petite centrale électrique qu'il fait bâtir au-dessus de celui-ci.

12235711_983290945066167_1672945082_o.jpg

© Jacques Blanco

La centrale électrique ci-dessus possédait une turbine installée en 1939. 

12227496_983287465066515_1543979781_o.jpg

À son niveau, le coursier de fuite rejetait l'eau dans l'Aude. L'électricité produite par cette centrale n'étant pas suffisante pour faire tourner l'ensemble de l'usine, un contrat fut conclu avec la SMTF (Société Méridionale de Transport de Force).

La production

En 1964, ce sont près de 500 employés qui travaillent à la SOMECA. Elle tournait de jour et de nuit grâce au système d'organisation du travail des trois-huit. Comme me l'a indiqué M. Jacques Talmier, l'usine recyclait du caoutchouc provenant de pneus usagers. Des "ramasseurs" comme les "pellarots" pour les chiffons, étaient rémunérés pour cela. Ces vieux pneus réduits en poudrette se retrouvaient ensuite à nouveau traités par vulcanisation à 200°, afin d'être transformés pour divers équipements automobiles : pédales de frein, tapis, déflecteurs, joints, butoirs pour pare-chocs, etc.

Le déclin

Au temps fort de l'activité industrielle, la SOMECA fournissait comme sous-traitant l'ensemble des marques automobiles françaises (Peugeot, Simca, Citroën et Renault) ; à étranger, notons Fiat et Volkswagen. Concurrencé par le PVC, le regroupement et la disparition de plusieurs marques dans un secteur mondialisé, la SOMECA vit ses effectifs fondre durant les années 70. En 1981, l'usine jusque-là familiale passe sous contrôle du groupe Hutchinson, avant d'être mise en redressement judiciaire en 1997. C'est alors que les société Stankiewitcz, filiale du groupe allemand Phoenix, se propose de reprendre l'usine avec 80 des 93 salariés. Finalement, le projet n'est pas accepté par le conseil de surveillance du groupe. La SOMECA est rachetée en 1999 par ELASTISOL de Montauban, spécialisée dans les équipements sportifs et aires de jeux et conserve 25 emplois.

Les hangars de l'ancienne usine ont été achetés par M. Yves Feres et loués comme entrepôts. En 2011, le propriétaire annonce dans la presse la mutation de la SOMECA en un ensemble ludique et économique. Il a pour projet la construction d'un centre de congrès, une salle de spectacle, une zone commerciale, etc. Le tout financé entièrement par des fonds privés. Il semblerait que l'aire de grand passage réalisée par la Communauté d'agglomération un peu plus loin, ait enterrée définitivement un projet porteur pour la ville.

P1040040.JPG

La cheminée de l'usine

Crédit photos

Collection Martial Andrieu

Un grand merci à J. Blanco qui a pu obtenir les autorisations permettant d'accéder à la centrale électrique.

Sources

M. Jacques Talmier que je remercie

La dépêche / C. Marquié / 2014

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

12:38 Publié dans Usines | Tags : someca | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bonjour,
Je suis Quentin Xaillé, l auteur de la photo noir et blanc de la Soméca.
Je suis heureux que vous l utilisiez pour votre blog et que sois cité dans les remerciements.
En revanche vous auriez pu m'en demander l'autorisation. Mes images ne sont pas libres de droits. Je ne suis pas procedurier mais d'autre ne se géneront pas a demander des dommages pour une utilisation non accordée.

Bien cordialement.

Écrit par : Xaillé quentin | 27/11/2015

Monsieur,
Je suis tout à fait d'accord avec vous, mais je n'avais pas de moyen de vous contacter.
Ce blog est tout à fait bénévole et ne vit pas de publicité. Merci de l'avoir compris.
Je comprendrais que vous me demandiez de supprimer cette photo, même si j'ai pris soin de citer son auteur.
Cordialement
Martial Andrieu

Écrit par : Martial Andrieu | 27/11/2015

Les commentaires sont fermés.