04/12/2015

Le café de la comédie, c'est bien Baux

Depuis 1970, la famille Baux détient les clés du café de la comédie qui a allègrement dépassé les cent ans de règne.  

Café de la comédie.jpg

Ce bistrot situé en face du théâtre municipal, en a vu passer des artistes autour de son comptoir les soirs de spectacle. Au temps du vieux théâtre aménagé dans l'église de l'ancien couvent des jacobins, il était déjà là... C'est à dire avant sa destruction en 1933.

img429.jpg

Quand Gérard Baux - le petit serveur du Bristol - succéda à l'âge de 24 ans à Madame Panisse derrière le zinc de cet établissement, il attira grâce à son sourire charmeur et son élégance naturelle tout ce que Carcassonne comptait de respectable. Tout le monde sait qu'il y a deux types de cafés : celui des poivrots et celui des philosophes, même de comptoir. Dans la seconde catégorie, le père Gérard fit à l'intérieur de son bar des rencontres littéraires et musicales. Le swing s'invita déjà en ces lieux en 1970 avec Claude Luther, puis avec d'une manière hebdomadaire avec les Jazz Landers composés de Sauret, Alonso et Laffargue. À cette époque, le petit noir se payait en salle 6 francs (80 centimes d'euros) et le demi, 13 francs (1,70 euros).

Machine à café. 1904.jpg

La machine à café de 1904

C'était le rendez-vous de la jeunesse dorée de Carcassonne ; les uns s'émoustillaient derrière le Juke-box pendant que d'autres, passaient leurs nerfs au flipper les mercredis après-midi. Quelques bécots au fond du fauteuil et les premiers amours naissaient à l'abri du regard des parents. Eh ! oui, à cette époque on se cachait...

img442.jpg

Le bar a changé plusieurs fois de place : de 1970 à 1985 et de 1993 à aujourd'hui, en bas ; de 1985 à 1993, en haut. Rappelons-nous des après-midi mémorables autour du baby-foot, dans une toute petite pièce au fond. La partie était à 2 francs et les meilleurs y restaient des heures sans débourser un centime, car tout le monde voulait les battre.

Georgette Lemaire au café de la comédie.jpg

Georgette Lemaire à la Comédie

Grâce à Jeannot Alary, son grand ami et directeur du théâtre municipal, Gérard Baux a vu dîner de grandes vedettes dans son café. Comme par exemple, Gilbert Bécaud qui se cuisina une omelette dans les fourneaux de la Comédie, Jacques Brel ou encore Moustaki. La patron garde précieusement le livre d'or sur lequel ils ont presque tous laissé leurs empreintes.

034.jpg

Le comédien SIM

img421.jpg

Bernard Laporte et Gérard Baux

Le patron a passé la main en 2010 à son fils Stéphane. Avec son épouse Josiane, ils n'ont gardé que la pizzéria La divine comédie, fondée en 1985.

Luis Fernandez.jpg

Stéphane que l'on voit ici avec sa mère et Luis Fernandez, c'est une nouvelle génération de cafetiers. Un métier qui a changé et qui a dû s'adapter aux modes de consommation d'aujourd'hui.

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

12:29 Publié dans Commerces | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

C'était au temps du renouveau de Carnaval (les années 80) et en quelque sorte le QG des carnavaliers ; nous y avons imaginé des "jugements" mémorables... et laissé des notes aussi mémorables !

Écrit par : Mirelha | 04/12/2015

Les commentaires sont fermés.