31/12/2015

La visite du peintre Edgar Degas à Carcassonne en 1890

Le célèbre peintre impressionniste Edgar Degas (1834-1917) se trouve dans la station thermale de Cauterets à la fin du mois d'août 1890.

46.jpg

Comme beaucoup de personnes de la "bonne société", il est d'usage de prendre les eaux à cette période de l'année. Le mercredi 3 septembre, il prend le train à Pau pour se rendre à Genève en Suisse et envisage de s'arrêter à Carcassonne dans le but de visiter la Cité médiévale. Ce sont surtout les restaurations de Viollet-le-duc qui attirent la curiosité du peintre. Le voyage ne se déroulera pas selon son plan initial, puisque Degas pris par la faim, fera halte à Toulouse à 6 heures et demi du soir. Ceci l'obligera à attendre jusqu'à 11 heures, un nouveau train en direction de Carcassonne qu'il atteindra seulement deux heures plus tard.

201203041190.jpg

© Martial Andrieu

L'hôtel Bernard en 1914

Il se couche à l'hôtel Bernard (actuelle Résidence de l'officialité) situé dans la Grand-rue (rue de Verdun), vers 1 heure du matin et se lève une heure plus tard que l'horaire prévu. De sorte qu'il n'a pas pu se rendre par le service de voiture de l'hôtel Bernard, à la Cité et repartir de Carcassonne par le train de 9 heures et demi.

1054657258.jpg

Degas s'installe à la terrasse du futur café Not (aujourd'hui, agence bancaire) sur la place Carnot. Il sirote une anisette tout en écrivant une lettre à son ami, le peintre Albert Bartholomé :

"Je tiens à vous écrire dans ce lieu et devant le marché ombragé par de beaux platanes."

degas

La place aux herbes en 1890

Il est 10 heures et demi du matin. Degas repartira vers Cette en direction de Genève à 1 heure de l'après-midi, après avoir déjeuné à l'hôtel Bernard. De ses impressions sur Carcassonne, il indique :

"Je repartirai de ce lieu qui ne me déplaît pas"

Il n'a malheureusement pas posé son chevalet à Carcassonne. Qui sait s'il n'a pas pris un cliché de la Cité, car Degas comme beaucoup de ses collègues s'était pris de passion pour la photographie. Cette visite serait passée inaperçue sans le courrier envoyé à Bartholomé. La bibliothèque municipale de Carcassonne en conserve l'original dans ses archives. Nous espérons qu'après le déménagement à Montquiers et l'épisode malheureux du désherbage de 2010, elle s'y trouve encore.

Capture d’écran 2015-12-31 à 09.00.51.png

Ce courrier se trouve dans l'ouvrage édité chez Grasset en 1931

"Lettres à Degas"

Remerciements 

À madame M-C Ferriol pour son aide

Livre

Edgar Degas / Natalia Brodskaya

____________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

30/12/2015

Histoire de l'achat de la maison du poète Joë Bousquet

bousquet

Pourquoi cette plaque depuis 2011 n'est-elle pas fixée sur la façade ?

bousquet3.jpg

Je vous propose de vous expliquer l'histoire de l'acquisition de la maison de Joë Bousquet - ce que personne ne vous a jamais raconté. Vous allez de suite comprendre à la lumière de ce récit, comment fonctionne depuis plus de 30 ans la vie politique Carcassonnaise pour ce concerne la culture.

12374822_1490154057958844_2964480808016829156_o.jpg

© Archives départementales de l'Aude

La chambre de J. Bousquet dans laquelle il reçut Aragon, Benda, Paulhan, Gide, Gallimard, Magritte... Là, où la barde de l'occupant, fut organisée la résistance intellectuelle au fascisme. Sur la cheminée se trouvaient deux anges de pierre gothique ; ils furent offert par Bousquet à René Nelli en cadeau de mariage.

À la fin des années 1980, la maison de l'illustre poète - située 53 rue de Verdun - était restée fermée depuis des années et en indivision dans la famille de J. Bousquet. Depuis 1950 - date de son décès - la chambre était restée dans son jus ; pas un seul objet n'avait été déplacé, ni remplacé. La nièce de Bousquet souhaitait vendre l'imposant immeuble qu'elle n'avait plus les moyens d'entretenir. Considérant la richesse patrimoniale du lieu, elle fit intervenir son cousin l'abbé Cazaux pour proposer à la ville de Carcassonne de l'acquérir. C'est à Pierre Sarcos - pharmacien de son état et adjoint au maire - que le prêtre s'adressa afin d'avoir un rendez-vous avec Raymond Chésa. La réponse de ce dernier fut - selon l'abbé - la suivante :

"100 millions pour une chambre, c'est bien cher"

La ville rejetant la proposition d'achat, la famille Bousquet se tourna vers le Conseil général. L'abbé Cazaux intervint alors auprès de Roger Bertrand - conseiller général et futur candidat socialiste à la mairie de Carcassonne en 1989. Emballé par l'idée, ce dernier réussit à convaincre le président Raymond Courrière de ne pas laisser partir à un bailleur privé, ce trésor historique de Carcassonne. Ainsi fut sauvée la chambre de Joë Bouquet et l'immeuble pour 125 millions d'anciens francs.

Remerciements

Abbé Jean Cazaux

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

29/12/2015

Le poète Louis Aragon et son épouse ont habité à Carcassonne

 

Louis Aragon.jpg

Louis Aragon

(1897-1982)

Le poète surréaliste Louis Aragon et son épouse Elsa Triolet s'installeront à Carcassonne durant trois mois, à partir du mois d'août 1940. Comme de très nombreux écrivains et artistes fuyant la capitale occupée par l'armée allemande, ils trouveront refuge en zone libre. Nous allons voir comment et dans quelles conditions, leur périple les a amené dans la capitale audoise.

Le communiste

Aragon est d'abord un intellectuel sympathisant du Parti communiste qui se félicite de la signature du pacte Germano-soviétique de 1939. Il suit la ligne du camarade Staline comme tous les communistes français et invite son gouvernement à se lier avec l'URSS. L'article qu'il écrit le 29 août 1939 dans "Ce soir" - journal dont il a la direction - provoque l'arrestation des communistes et l'interdiction du PC. Aragon se réfugie à l'ambassade du Chili sous la protection de son ami Pablo Neruda.

"Le pacte de non-agression avec l'Allemagne, imposé à Hitler qui n'avait pas d'autre possibilité que de capituler ainsi ou de faire la guerre, c'est le triomphe de cette volonté de paix soviétique. (…) Et que ne vienne pas ici comparer le pacte de non-agression germano-soviétique qui ne suppose aucun abandon de la part de l'URSS aux pactes « d'amitié » qu'ont signés les gouvernements toujours en exercice en France et en Angleterre avec Hitler : ces pactes d'amitié avaient pour base la capitulation de Munich… L'URSS n'a jamais admis et n'admettra jamais de semblables crimes internationaux. Silence à la meute antisoviétique ! Nous sommes au jour de l'effondrement de ses espérances. Nous sommes au jour où l'on devra reconnaître qu'il y a quelque chose de changé dans le monde et que, parce qu'il y a l'URSS, on ne fait pas la guerre comme on veut."

La débâcle de l'armée française

Après la déclaration de guerre de la France à l'Allemagne, suite à l'attaque de la Pologne, Louis Aragon est incorporé comme médecin-auxiliaire. Il se trouve à la frontière belge et dirige une unité sanitaire composée d'étudiants. Le 26 mai 1940, Louis Aragon obtient une citation à l'ordre de la brigade. Pris dans la poche de Dunkerque avec une grande partie de l'armée française, il réussit à joindre l'Angleterre vers Plymouth. Le 2 juin 1940, il revient en France avec son unité et débarque à Brest. Après avoir été fait prisonnier à Angoulême, il s'évade avec six automobiles et trente hommes. On lui décerne une citation à l'ordre de l'armée pour avoir sous le feu de l'ennemi et au péril de sa vie, ramassé de très nombreux blessés. 

L'armistice de juin 1940

Louis Aragon tente de se rapprocher de son épouse Elsa, réfugiée à Bordeaux. Lui, se trouve à Ribérac en Dordogne. Le 28 juin 1940, ils se retrouvent enfin à Javerlhac où ils restent quelques jours. Il écrit "le lilas et les roses" et est démobilisé le 31 juillet 1940.

Ô mois des floraisons, mois des métamorphoses

Mai qui fut sans nuage et juin poignardé

Je n'oublierai jamais les lilas ni les roses

Ni ceux que le printemps dans les plis a gardés

À Carcassonne...

Venus à Carcassonne pour rejoindre l'éditeur Gallimard qui possédait une propriété à Azille, le couple Aragon retrouve Julien Benda, Jean Paulien, Pierre Seghers et René Magritte chez Joë Bousquet - 53, rue de Verdun. Ce dernier avait ouvert sa porte à tous ses compagnons de littérature. 

468544066.jpg

Chez Mlle Bayle - 24, route minervoise - Louis et Elsa demeurent d'août à décembre 1940 à l'étage d'un restaurant appelé "La grillade". Ils n'ont plus aucun revenu ; ils paient leur logeuse avec leurs droits d'auteur. Aragon rencontre Jean Paulhan dans un café de la ville ; il lui lit "Les lilas et les roses". Avec ce dernier, il va organiser la résistance intellectuelle au nazisme en montant une stratégie pour déjouer la censure de Vichy. Le 10 octobre 1940, Aragon et Paulhan mettent au point un code contre la censure.

"Dès Carcassonne, écrit Saoul. Aragon avait établi un plan de résistance littéraire légale. Son difficile combat durant la drôle de guerre lui avait prouvé qu'il pouvait continuer d'exprimer ses sentiments profonds par ses vers. Dans les nouvelles conditions créées par la défaite, l'occupation hitlérienne, le gouvernement Pétain, les censures de la Gestapo et de Vichy, il fallait organiser légalement, par le moyen de la poésie, un mouvement de résistance littéraire qui utiliserait avec la fiction et les contradictions de la Zone libre toutes les publications les plus diverses."

 Dans la cuisine de l'appartement où Pierre Seghers et Aragon se retrouvent régulièrement, le poète remet à son ami plus de la moitié des poèmes du "Crève-coeur".

"Les douleurs ne ressemblent pas, varient à l'infini. Ainsi le sombre malheur que nous éprouvâmes à Carcassonne, aux derniers mois de 1940 ne ressemblait-il à aucune des peines jusque-là connues. Une mélancolie comme l'immobile eau noire du canal, noire comme les cyprès de cette ville.

La citadelle croulante et factice...

Le vent. Et notre seul havre, la chambre obscure de Joë Bousquet, seule lumière, seule âme de cette ville aux portes closes, inhumaine. Non, il y avait notre logeuse, une vieille demoiselle qui s'était prise d'affection pour nous, et de nous voir si démunis, ne sachant qu'entreprendre, qui était prête à acheter une épicerie pour nous en confier la gérance." (Elsa Triolet)

Le 2 septembre 1940, le général Weygand décerne à Aragon la médaille militaire et la Croix de guerre avec palme. À Carcassonne, un dîner est organisé par J. Bousquet en l'honneur de cette distinction. Les écrivains Pierre et Maria Sire sont chargés de la besogne. Ainsi, autour d'une table dressée chez les Sire (18, rue porte d'Aude) dans la Cité médiévale, se trouvent Joë Bousquet, Louis Aragon, Elsa Triolet, René Nelli et son épouse. Bousquet épingle sa propre décoration de 1918 sur la veste d'Aragon.

3081703213.jpg

La maison Pierre et Maria Sire à la Cité

Durant la seconde moitié de décembre 1940, le couple Aragon quitte Carcassonne. Il se rend avec Pierre Seghers à Villeneuve-les-avignon. L'éditeur installa le couple aux Angles, dans une maison de curé.

Seghers, Aragon_&_Triolet_1941. Villeneuve les avignon.jpg

Louis Aragon, Elsa Triolet et Pierre Seghers en 1941 à Villeneuve-les-avignon

© Wikipedia

Que reste t-il du séjour de Carcassonne à Louis Aragon ?

Plusieurs poèmes dont "Ombres", "Richard II Quarante", "Zone libre", "Les croisés"...

Que reste t-il de Louis Aragon à Carcassonne ?

Pas même une plaque sur la façade du 24, route minervoise...

Remerciements

Madame Sylvie David

Abbé Jean Cazaux

Sources

Le temps des Bohèmes / Dan Franck

Aragon, un destin français / Pierre Juquin

Minuit / Dan Franck

__________________________

Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

13/12/2015

Le voyage de Gustave Flaubert à Carcassonne en 1840

L'auteur de Madame Bovary et de Salambô, s'est arrêté à Carcassonne en 1840. Il nous livre un récit très précis de ce qu'il a pu observer dans notre ville durant son passage, dans un carnet de voyage qui ne sera publié qu'en 1885.

flaubert

Gustave Flaubert 

À l'âge de dix-neuf ans, une fois son baccalauréat en poche, ces parents lui offrent un voyage dans le sud de la France. Parti de sa Normandie natale pour rejoindre la Corse, via Bordeaux, Bayonne, Irun, Bagnères-de-Luchon, Toulouse, le Languedoc, la Provence maritime avec Marseille et Toulon. La Bibliothèque historique de Paris possède depuis 1931, les 36 carnets manuscrits des notes de voyages de Gustave Flaubert.

Capture d’écran 2015-12-13 à 09.32.42.png

© pmg éditions

"C'est à Toulouse qu'on s'aperçoit vraiment que l'on a quitté la montagne et qu'on entre en plein midi. On se gorge de fruits rouge, de figues à la chair grasse. Le Languedoc est un pays de soulâs, de vie douce et facile ; à Carcassonne, à Narbonne sur tout la ligne de Toulouse à Marseille, ce sont de grandes prairies couvertes de raisins qui jonchent la terre. Ça et là des masses grises d'oliviers, comme des pompons de soie ; au fond, les montagnes de l'Hérault. L'air est chaud et le vent du sud fait sourire de bien-être. Les gens sont doux et polis. Pays ouvert et qui reçoit grassement l'étranger, le languedoc n'offre point de saillies bien tranchées ni dans les types, ni dans le costume, ni dans l'idiome. Tout le mid en effet y a passé et y a laissé quelque chose : Romains, Goths, Francs du nord aussi, dans la guerre des Albigeois, Espagnols à leur tour, tous y sont venus et y ont chassé tout élément national et primitif ; la nationalité s'est retirée plus haute et plus sombre dans les montagnes, ou plus acariâtre et violente dans la Provence. Quoique je n'aie rien retrouvé du Midi du Moyen-âge (à l'exception de quelques sculptures albigeoises à en juger par leur ressemblance avec les monuments persans à cause de la reproduction du cheval ailé et d'autres symboles ultra-caucasiques que n'a point employé le Nord), la différence n'en reste pas moins sensible entre les deux provinces. En arrivante Nîmes, par exemple, qui est pourtant encore du Languedoc, tout est changé et la population y est criarde et avide ; elle ressemble, je crois, à ce que devait être le bas peuple de Rome, les affranchis, les barbiers, les souteneurs, tous les valets de Plaute. Cela tient sans doute à ce que je les vus à l'ombre des arènes et dans un pays tout romain."

place carnot.jpg

"Le lendemain de mon arrivée à Carcassonne, j'ai été sur la grande place. C'est là une vraie place du Midi, où il fait bon dormir à l'ombre pour faire la sieste. Elle est plantée de platanes qui y jettent de l'ombre, et la grande fontaine, au milieu ornée de Naïades tenant entre leurs cuisses des dauphins, répand tout alentour cette suave fraîcheur des eaux que les pores hument si bien."On y tenait le marché: dans des corbeilles de jonc étaient dressées des pyramides de fruits, raisins, figues, poires; le ciel était bleu, tout souriait, je sortais de table, j'étais heureux."

enceinte-carcassone-f.jpg

"En face de la ville moderne il y a la vieille, dont les pans de murs s'étendent en grandes lignes grises de l'autre côté du fleuve, comme une rue romaine. On y monte par une rampe qui suit la colline ; on passe les tours d'entrée et l'on se trouve dans les rues. Elles sont droites et petites, pleines de tas de fumier, resserrées entre de vieilles maisons la plupart abandonnées ; de temps en temps un petit jardin avec une vigne et un olivier s'élève entre des toits plats. Sur une place, il y a un grand puits roman dont le dedans est tout tapissé d'herbes ; personne n'y puise plus de l'eau, les plantes poussent au fond dans la source à moitié comblée. La ville est entourée d'un réseau de murs romains par la base, gothiques par la tête, on les répare, on les soutient du moins. Les portes aux mâchicoulis sont encore debout, mais je n'y ai trouvé ni soldat romain, ni archer latin, disparus également sous l'herbes des fossés. Si on regarde du côté de la campagne tout est radieux et illuminé de soleil et flambe de vie. La vieille ville est là, assise sur la colline, et regarde les champs étendus à ses pieds depuis longtemps, comme un vieux terme dans un jardin."

3894592929.jpg

"L'église est gothique d'extérieur, romane à l'intérieur."Quand nous y sommes entrés, on moulait une vieille sculpture illisible où l'on ne voyait que confusément des cavaliers, une tour, un assaut. Qu'est devenu maintenant le déblaiment de la chapelle latérale ?

Dans la cathédrale de la ville neuve, chapelle très remarquable par deux statues, l'une de saint Benoist et l'autre de saint Jean. C'était vendanges tout le long de la route jusqu'à Nîmes, aussi avons-nous vu des charrettes couvertes de baquets rougis, partout on cueillait la vigne dans les champs. Il était environ midi quand nous entrâmes à Narbonne."

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

12/12/2015

Quatre jeunes Carcassonnais se tuent dans un terrible accident

Carcassonne, ce dimanche 24 juillet 1938 à 12h30, une camionnette de l'entreprise Bezombes conduite par Julien Fernandez, transportant treize jeunes gens, suivait la route Minervoise depuis le Pont rouge en direction de la ville. Ces jeunes , tous membres du Comité des fêtes de la Cité, venaient de chercher du buis pour décorer le bal. Ils avaient, au passage, pris quelques consommations au café. En arrivant à l'écluse de St-Jean, le conducteur, à la suite d'un dérapage, ne put s'engager dans le tournant. Le lourd véhicule arracha le parapet du pont et tomba sur la porte de l'écluse. Dans le choc, plusieurs jeunes furent précipités dans le canal. Ce sont les jeunes Aromi, Barrabès, Berger et Garrida, tous âgés de 17 à 18 ans.

Les pompiers de Carcassonne, avertis aussitôt, arrivèrent immédiatement avec leur matériel et ramenèrent les quatre corps sur la berge. Malgré tous les soins qui leur furent prodigués, les jeunes gens ne purent être ranimés. Ils avaient séjourné trente minutes dans l'eau et portaient de nombreuses blessures. Les neuf survivants, presque tous blessés ou contusionnés, ont été ramenés en ville par des automobilistes de passage. Ils sont soignés à l'hôpital et dans une clinique.

Le docteur Mourgues a procédé aux constatations. M. Morelli, procureur de la République ; le commandant de gendarmerie, M. Goldefy ; MM. Royer, secrétaire général du commissariat de police ; Lespinasse, ingénieur des ponts et chaussées, se sont rendus sur les lieux de l'accident, qui a produit dans toute la ville une très pénible impression. M. le secrétaire de la préfecture de l'Aude, M. Ricard, s'est transporté sur les lieux et auprès des familles pour présenter ses condoléances.

(La dépêche du midi / 25 juillet 1938)

Capture d’écran 2015-12-12 à 08.55.45.jpg

C'est au niveau du pont de l'écluse de Saint-Jean, sur l'ancienne route Minervoise que l'accident s'est produit. Précisément entre l'écluse du Pont rouge et l'actuel rond point de la rocade est, vers la ville. Ce évènement tragique eut pour conséquence d'annuler des festivités de la Cité en 1938. Elles ne reprirent qu'après la Libération.

 

img019.jpg

Noël Gaillagot qui faisait partie de l'expédition dans la camionnette, se jeta dans l'écluse afin de tenter de secourir ses camarades. Grâce son acte de bravoure, trois d'entre eux furent sauvés. Cet homme que l'on voit ci-dessus en 1990 à l'âge de 72 ans était né le 24 novembre 1917 ; il habitait le quartier de la Pierre blanche. 

accident

Noël Gaillagot est inhumé au cimetière de la Cité

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

09:18 Publié dans La Cité | Tags : gaillagot | Lien permanent | Commentaires (2)

11/12/2015

J-P Cros-Mayrevieille sauva la Cité de Carcassonne de la ruine

Jean-Pierre Cros-Mayrevieille naît le 31 août 1810 dans la quartier de la Trivalle. Sa famille fait partie d'une illustre lignée de Consuls carcassonnais qui se sont succédés du XVe au XVIIIe siècle. À 6 ans, il va habiter avec sa famille dans la rue du marché (A. Tomey).

1996850541.jpg

© Chroniques de Carcassonne

C'est à peu près à cette époque qu'il assiste à la destruction de la grande barbacane (place St-Gimer) et l'on prétend que ce cruel évènement a été le déclencheur de son action future. A ce propos, il écrira plus tard:

"J'ignore si la postérité élèvera une statue au vandale qui a vendu la tour de la barbacane; mais que cette statue ne soit pas placée à l'intérieur de nos vieux remparts: les ombres des anciens chevaliers en seraient outragées."


Il entre au collège et à 20 ans, il fait des études de droit qui lui vaudront une licence, puis un doctorat en droit romain et un en droit français. Il publie en 1830, une étude sur le cours de philosophie deM. Gatien-Arnault. Quatre ans après, dans le Journal des connaissances utiles, un plan d'association pour l'éducation primaire populaire. Dans le journal politique et littéraire de Toulouse, 5 articles politiques, économiques et statistiques sur l'Aude. Enfin, un mémoire sur l'amélioration du sort des ouvriers.
1837, est l'année où il fonde le journal L'Aude avec Théophile Marcou pour rédacteur en chef et où il publie "La vie de Félix Armand", curé de St-Martin, initiateur de l'ouverture de la voie de la Pierre Lys communément appelée "Trou du curé" près de Quillan.
Pendant onze ans de 1837 à 1848, il est Conseiller municipal de la ville et entre à la Société des arts et sciences. Toujours soucieux de la condition ouvrière et de son éducation, il fait voter la création de la première salle d'asile à Carcassonne.

703198739.jpg

Le 18 juillet 1839, au cours de fouilles menées dans la basilique St-Nazaire, il découvre le tombeau de Guillaume Radulph, évêque de carcassonne au XIIIe siècle. La même année, il est nommé Correspondant du ministère de l'instruction publique pour les travaux historiques. Viollet le duc écrira ceci à propos de lui en 1844:

"M. Cros a déjà sauvé bien des parties de cette cathédrale et, grâce à son zèle et à sa persévérance, il est à croire que St-Nazaire sera garanti de la ruine qui le menace."

536606354.jpg

Classée encore comme place de guerre en 1791, la cité est déclassée le 26 brumaire an XIII (17 novembre 1804) et livrée à la vente. Les domaines de l'état se désaisissent alors des fossés, glacis et les remparts cédés à la commune pour percevoir l'octroi. C'est dans ces conditions que disparut la barbacane du château en 1816. La tour du Trésaut faillit subir le même sort, mais l'intervention de Guiraud de St-Marsal et du prefet St-Hillaire Angelliers, permit de classer à nouveau la cité dans le cadre des places de guerre le 1er août 1821.
Nommé Inspecteur des monuments historiques pour l'Aude, Cros-Mayrevieielle attira l'attention des autorités sur le sort de la cité. On lui promit un architecte "sous peu" pour dresser un état des lieux en vue d'une complète restauration, mais on ne le vit point. Au contraire, le décret du 8 juillet 1850 déclasse à nouveau la cité et la transforme en future carrière. Cros-Mayrevieille provoque dans l'urgence une réunion du conseil municipal et de la Société des arts et sciences qui se prononceront pour le maintien du classement. Le ministre abonda dans ce sens et les travaux de restauration purent débuter en 1852. Voilà pourquoi nous pouvons affirmer que nous devons à Cros-Mayrevieille, une fière chandelle...

1300232834.jpg

J-P Cros-Mayrevieille est décédé le 16 octobre 1876. Fidèle à ses convictions, il a légué par testament la somme de 10000 francs aux hospices de Carcassonne et la même somme à ceux de Narbonne. Il a également ordonné à son fils Antonin de faire construite au domaine de Mayrevieille, une chapelle identique à celle de l'évêque Radulphe.

1260971522.jpg

La chapelle dans le domaine de Mayrevieille à Carcassonne.

1469047373.jpg

Le 31 juillet 1910, pour le centième anniversaire de sa naissance, un buste fut sculpté par Jean Rivière et exposé dans la maison natale au 70 de la rue Trivalle. Ensuite un monument fut érigé dans la cité et le buste placé à son sommet. Pendant l'occupation allemande le buste fut fondu, de sorte qu'aujourd'hui celui qui trône aujourd'hui, a été inauguré le 1er février 1989 par la municipalité Chésa. Après quarante années d'absence! On doit ce renouveau à l'activisme de l'Association des Amis de la Ville et de la Cité.

img018.jpg

© Garcia / L'Indépendant

Ce nouveau buste identique à l'original, a été réalisé par le sculpteur Jean Augé d'après le moulage qui avait été conservé.

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015