13/01/2016

Quand on apprenait les chansons occitanes dans les écoles de Carcassonne

Quel contraste! Au début du XXe siècle, le ministère de l'Instruction publique encourageait l'apprentissage du chant et de la musique à l'école :

"C'est une chose grave de faire apprendre à un enfant une chanson ou un poème. La mémoire d'un adulte est infidèle ; c'est une plage de sable sec où notre travail ne peut laisser qu'une trace incertaine, vite effacée au moindre vent. Mais la mémoire d'un enfant ressemble à ces vieux coffrets d'autrefois où nos grand-mères seraient les plus humbles choses et leurs bijoux les plus précieux. On n'y touche pas pendant des années ; puis, un jour de mélancolie, on ouvre les vieux coffrets, et les pendentifs démodés, les mèches de cheveux, les rubans fanés provoquent l'explosion des souvenirs."

(Maurice David, Inspecteur de l'Académie de l'Aude)

Aujourd'hui, seuls nos enfants inscrits à la Calendreta (école occitane) sont susceptibles de connaître ces chants languedociens. Pourquoi ? Tout simplement, l'école de la République a tiré un trait sur l'occitan. Cela ne les gênerait absolument pas qu'il devienne une langue morte, rayant ainsi plusieurs siècles de l'histoire sociologique et ethnologique de notre belle région.

16886474.2.jpg

L'Europe avait créé la Charte sur les langues régionales en 1992 pour protéger et promouvoir les langues en tant qu'aspect menacé du patrimoine culturel. L'Espagne malgré ses autonomies souvent indépendantistes a ratifié ce traité. La France dans sa tradition jacobine a signé, mais a encore refusé d'inscrire la charte dans la constitution française. Le sénat s'y est opposé en octobre 2015. Toujours cette peur que la République ne soit menacée dans son unité ! Il est vrai que l'apprentissage de l'Anglais dès la maternelle, c'est plus "cool" pour faire plus tard de nos enfants de bon consommateurs rompus à l'économie de ce marché libéral et financier. Nous voyons que la culture a moins de valeur dès lors qu'elle ne peut pas être un acteur de l'économie. Tant pis si c'est au détriment de nos traditions, usages et origines culturelles.

1013023610.jpg

Quant à la pratique musicale à l'école... je finirais par être méchant!

___________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016

09:32 Publié dans Carton rouge | Tags : occitan | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

tous mes arrières petits neveux ont fait l'école de la "calendretta"et connaissent l'occitan c'est un juste retour aux sources les vraies, mes grands parents ne parlaient que l'occitan moi je l'avais oublié mais grâce a vous je m'y suis replongée et mon dieu que c'est bon de retrouver ses racines ...merci pour tout ce que vous m'apprenez par vos écrits......

Écrit par : constance pressoirs | 13/01/2016

"Quant à la pratique musicale à l'école... je finirais par être méchant!"
Mais allez-y, continuez donc, Martial ! j'en aurais tant à dire sur celle que j'ai connue au Lycée (Paul Sabatier, pour ne rien cacher).

Écrit par : Christian Viguié | 13/01/2016

J'avais "zappé" ce billet : pardon, Martial. En effet la pratique musicale est en baisse, quant aux chants occitans... Il arrive même que l'on fasse apprendre le "Se Canta" en... français ! S'il chante qu'il chante, il ne chante pas pour moi... Merci aux CalAndretas de continuer cette transmission, mais ce n'est pas facile et on peut les aider de diverses façons ; allez leur rendre visite, à la Cité par exemple !

Écrit par : Mirelha | 04/02/2016

Les commentaires sont fermés.