16/01/2016

La caserne de gendarmerie s'effondre : trois morts !

Au mois de juillet 1899, l'adjudication pour les travaux de la future caserne de gendarmerie de Carcassonne est attribuée à plusieurs entreprises : Lucien Bonnet (plomberie et zingueriez), Joseph Baptiste (Menuiserie), Baby (peinture, vitrerie, tentures), Rouzaud (plâtrerie), Targuat (ferronnerie), Laffon (Charpente) et Blavet (terrassement et pavage). Le coût du devis s'élève à 247 000 francs, plus 2000 francs de travaux divers.

caserne.jpg

© Martial Andrieu

Le chantier de la caserne 

Le 27 octobre 1900, un évènement tragique sur le chantier va endeuiller Carcassonne. Vers trois heures de l'après-midi, tandis que les ouvriers étaient occupés au garnissage de la tuile mouillée eau faite des murs de la nouvelle caserne, route de Narbonne, un craquement s'est fait entendre à l'angle nord-est de l'aile droite du bâtiment. Il s'écroule alors avec fracas. Les murailles hautes de neuf mètres ont cédé sur une hauteur de trois mètres au-dessus du sol. 

Aidés par les ouvriers, les pompiers et les soldats du 15e de ligne et du 17e dragons ont commencé à déblayer les gravats pour retrouver des victimes. Ils ont été rejoints sur place par MM. Marraud (préfet de l'Aude), Vézinhet (président du tribunal civil), Cros-Mayrevieille (président du tribunal civil de Narbonne), Leroy (juge d'instruction), Sauzède (Maire), Faucilhon (premier adjoint au maire), etc... On installe des lampes pour permettre d'éclairer le site. À cinq heures, on dégageait le corps mutilé de M. Rigaud. Les recherches durèrent toute la nuit pour sortir celui de MM. Bissard - espagnol demeurant rue des Rames. Le cadavre de Gaston Longratte, ouvrier Agenais, ne sera relevé que le lendemain à huit heures du matin.

L'enquête a été confiée à M. Delorme ; elle devra déterminer les causes du sinistre. C'est M. Desmarets -architecte départemental - qui avait dressé les plan et surveillé les travaux. 

gendarmerie.jpg

La caserne de gendarmerie sera rasée en 1985

Voilà un évènement tragique que nous avons exhumé grâce à une photographie et des recherches sur les journaux locaux de cette époque.

Sources

L'express du midi

11 juillet 1899 et 27 octobre 1900

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016

Commentaires

Surtout continuez à nous faire découvrir toutes ces petites histoires qui font l'Histoire de Carcassonne : merci !

Écrit par : Noé Armelle | 16/01/2016

On ne finit jamais d'apprendre grâce à votre blog.
Merci.

Écrit par : Brigitte | 16/01/2016

oui et j'espère qu'il en sera toujours ainsi ce blog est vital pour ceux qui veulent connaître l'histoire de Carcassonne son administrateur trouve toujours de quoi nous passionner ...merci

Écrit par : constance pressoirs | 16/01/2016

Les entrepreneurs de cette construction:
Charpentier: Laffon et Courtesolle, Route de Limoux.
Plomberie: Lucien Bonnet,ferblantier, 47 rue du Marché.
Peintures: Paul Baby, vitrier, 23 rue de la Mairie.
Plâtrier: Rouzaud, 23 rue des Rames.
l'architecte: Desmarais, 6 place du Palais.
Sauzéde, Maire, 30 rue Victor Hugo, Faucilhon,1° Adjoint au Maire, 16 rue Pierre Germain.
Selon le Guide de l'Aude de 1898.

Écrit par : Miquelet | 17/01/2016

C'est super d'apprendre l'histoire de notre ville par le biais de votre blog, encore merci Martial !! en 1985 je n'habitais plus Carca, je ne me souviens plus à quel niveau était la caserne de gendarmerie.... Qui peux me dire ?

Écrit par : Lilou | 17/01/2016

La caserne de gendarmerie se trouvait sur l'avenue Leclerc à côté de la prison. Rasée en 1985, une nouvelle caserne moderne (sans âme) l'a remplacé depuis au même endroit.

Écrit par : Martial Andrieu | 17/01/2016

J'ai honte de ce gros trou de mémoire, sachant que j'habitais au Moulin d'autan.

Écrit par : Lilou | 17/01/2016

Les commentaires sont fermés.