01/02/2016

Janvier 1914 : le département de l'Aude est coupé du monde par le gel et la neige.

L'hiver de 1913 avait été particulièrement doux avec une moyenne de 10° pour le mois de janvier enregistrée à Carcassonne. La population commençait à commenter ce radoucissement général en des termes que personne ne renierait aujourd'hui :

"Quel sale temps ! Nous n'avons plus d'hiver, il y a quelque chose de détraqué"

On se souvenait alors - faisant appel à la mémoire des anciens - des épisodes hivernaux les plus marquants ; ceux des Grands hivers de 1709, 1830 et 1870. L'espoir de retrouver le gel et la neige si nécessaires à l'équilibre du cycle des saisons, allait dépasser de loin tous les scénarios en ce mois de janvier 1914. L'année d'une nouvelle guerre, comme si le début de l'année d'une météo catastrophique en était le mauvais présage... 27 jours de gel consécutifs à Toulouse sous une température minimale de -27°

Situation météorologique

Une dépression couvre le sud de l'Europe et de la méditerranée ; son centre se trouve à Livourne (Italie). Une autre passe au nord de la Russie. En France, le vent souffle fort sur les côtes nord-est de la Manche et du golfe du lion. Des chutes de neige se produisent dans toutes les régions. La station de Toulouse indique -2,5° dans la nuit et -6,5 en journée.

14 Janvier 

Capture d’écran 2016-01-31 à 18.42.09.png

Dans la nuit du 15 au 16 janvier, la température s'est abaissée à 6° en dessous de zéro. À Narbonne, une tempête de neige a déposé un manteau de plus d'un mètre dans les rues de la ville. La circulation est interrompue ; les trains sont à l'arrêt et le vent continue à souffler. La ligne de chemin de fer de Puichéric  est ensevelie sous la neige et deux locomotives équipées de chasse-neige sont réquisitionnées pour dégager les voies.

15 janvier

 À Sallèles d'Aude, depuis 18 heures la neige n'arrête pas de tomber et le vent du nord est glacial. Plus de 70 centimètres de poudreuse dans les rues et par endroit, les congères atteignent les quatre mètres de hauteur. Pas de courrier, de communications, de journaux, de tramways...

16 Janvier

La station d'essai agricoles de Carcassonne signale qu'il est tombé jusqu'à 2m80 de neige dans le Narbonnais dans la nuit de jeudi à vendredi et que la moyenne générale dans le département est d'un mètre. La circulation des trains est toujours interrompue entre Moux et Sète et entre Quinlan et Rivesaltes. En ville, plusieurs équipes d'ouvriers s'occupent activement de déblayer le milieu des rues pour permettre tout du moins la circulation des piétons.

3534231111.jpg

Le Canal du Midi est gelé à Carcassonne

À Bram, le froid est très vif, le vent du nord-ouest souffle toujours et rien en dégèle. Les courriers entre Villasavary et Villepinte ont repris du service. Dans la Montagne noire, les tramways sont à l'arrêt à cause d'une couche de neige atteignant un mètre par endroits. Le canal du midi est glacé.

À Narbonne, une couche uniforme d'un mètre couvre le sol. Dans certaines rues, accumulée par le vent, la neige atteint presque le premier étage. Les gens sortent par les lucarnes des toits et les cheminées pour tenter de se ravitailler. Plus de 800 voyageurs sont pris au piège ; ceux ne trouvant pas de place dans les hôtels sont logés chez l'habitant. Depuis vendredi, le rapide de Perpignan est arrêté à trois kilomètres de Narbonne. On ravitaille les voyageurs restés dans le train. La température ne dépasse -4° en journée. La Canal de la Robine est complètement glacé.

17 janvier

À Lézignan, la hauteur de neige en ville est d'un mètre et atteint le premier étage avec les cumuls poussés par le vent. Des équipes d'ouvriers déblayent les rues, mais toute communication avec l'extérieur est interrompue. Le train de messagerie 187 et une machine de secours sont bloqués en gare. Pas de trains entre Carcassonne et Sète.

Dans la tranchée de Montredon des Corbières, la hauteur dépasse quatre mètres sur une distance de 500 mètres. Le train 119 qui porte les journaux est en panne en gare de Moux. 

18 janvier

À Carcassonne la situation s'est radoucie et l'épaisse couche commence à fondre. Les trains vers le Narbonnais sont toujours à l'arrêt ; on forme des convois vers Toulouse. À Narbonne, c'est le statu-quo. Les températures sont de -8° et des boulangers ont fermé leurs fours. On manque de vivre et la situation fait craindre la famine. Le bois de chauffage commence à manquer et la ville est privée d'eau. À Gruissan, on n'a pas vu une telle neige depuis 1876 : soixante centimètres dans les rues.

Capture d’écran 2016-01-31 à 18.39.37.png

Les voies à hauteur de Narbonne

Le ministre des Travaux publics, M. Fernand David, s'est entretenu de la situation avec le directeur de la Compagnie des chemins de fer du Midi. Les préfets de l'Aude, de l'Hérault, du Tarn et des Pyrénées-Orientales ont été appelés à requérir la main d'oeuvre militaire pour les travaux de déblaiement. Ce n'était pas le cas jusqu'à présent...

Dans la nuit du 18 au 19 janvier, il fera -10,4° à Toulouse.

La polémique

Les journaux se déchaînent contre l'incurie lamentable de la Compagnie des chemins de fer du Midi, responsable du retard des trains. On se moque de la compagnie incapable de se prémunir contre l'obstruction des voies par la neige. Aussitôt qu'il tombe 50 centimètres, c'est la paralysie totale de la vie économique. Comment fait le nord de la France, là où il en tombe fréquemment plusieurs mètres ?

31118876.jpg

"Depuis mercredi, tous les courriers venant de Toulouse sont entassés en gare de Carcassonne : lettres, valeurs, journaux de Paris, de Bordeaux, de Bayonne et de Toulouse empilés, forment d'immense ballots au dépôt de Carcassonne attendant qu'un mauvais plaisant guise par-dessus une allumette. Les voyageurs bloqués aussi manquent leurs rendez-vous d'affaires, perdent non pas seulement leur temps, mais aussi, quelques-uns, de grosses sommes, et s'ils ont le malheur de réclamer ou simplement de demander la date où leur détention prendra fin, ils sont obligés d'encaisser les sourires gouailleurs du chef de gare de Carcassonne ou de subir la description des beautés roussillonnaises exposées par le chef de gare de Perpignan.

Nous voulons relater ici, parmi cent autres, un exemple du je m'en foutisme de la compagnie.

Hier au soir, dimanche, trois de nos amis sont venus dans nos bureaux nous raconter leurs aventures. Elles valent d'être publiées. A Quillan où ils se trouvaient bloqués depuis trois jours, on voulut bien leur faire savoir avant-hier samedi, que le lendemain un train serait formé pour Carcassonne à 7h du matin. A 7 heures, nos camarades étaient en gare. Mais le train n'y était pas. Il n'y était pas non plus à 8 h : pas davantage à 9 heures. Mais à 9 heures et demi, il appareilla et partit à une allure que vous devinez. A chaque station arrêts interminables. Nos amis qui sont du nord, protestaient énergiquement au grand ahurissement des autres voyageurs qui trouvaient cette lenteur normale.

Arrivés en gare de Pomas, station qui compte parmi les moins importantes, on vit la locomotive se détacher du train et faire la manoeuvre pendant 20 minutes ! Finalement le train atteignit Carcassonne à 3 heures de l'après-midi ! On était parti à 9 h du matin. Six heures pour 55 kilomètres. Et où déjeunèrent les voyageurs ???

 A Carcassonne, une trentaine de victimes allèrent protester et signer le registre des villes. Mais cela ne leur donna pas à manger et le chef de gare ne leur en donna pas davantage. C'est là que nos amis virent un pitoyable spectacle...

Une foule d'ouvriers espagnols venant de Cerdane, appelés en France pour des travaux de terrassement pour de grandes entreprises ont été arrêtés dans la vieille Cité et se sont trouvés dans l'impossibilité absolue d'avancer ni de reculer. Voilà quatre jours que ces miséreux encombrent les trottoirs de Carcassonne, sans provisions, sans argent, sans crédit. Là, un de nos trois amis - de qui nous tenons ces détails - navré de tant d'insouciance - se rendit à la Préfecture pour savoir les mesures qu"on prenait pour mettre fin à cette situation. Il ne put joindre le préfet, qui sans doute solutionnait la question au coin du feu. Mais il trouva le chef de cabinet.

- Eh ! quoi, lui dit-il, vous êtes isolé depuis trois jours et vous ne faites rien ?

- Ne pourriez-vous pas télégraphier ou téléphoner au ministère pour lui demanderl'autorisation de réquisitionner la troupe afin de déblayer ? La troupe reste dans les casernements. Elle ne peut pas manœuvrer. En l'utilisant vous n'interrompez pas son instruction.

- Qu'attendez-vous donc ?

- Bah ! répondit enfin le chef de cabinet du préfet, la population ne dit rien. Déjà, il ne neige plus. Bientôt le soleil brillera ou la pluie tombera et la neige finira bien par fondre toute seule. Et vous même de quoi vous plaignez-vous ? Carcassonne est une agréable cité ; on y vit bien. Que vous importe d'y passer trois jours de plus que vous ne l'aviez prévu ?

Ces propos candides et les sombres tableaux qui le précèdent ne sont pas inventés. Ils sont authentiques. Et on n'aura pas de peine à croire qu'ils ne sont pas exagérés lorsque nous aurons dit que nous les tenons des citoyens Durre, député du Nord et Laudier, délégué permanent du Parti. Ils sont venus hier au soir dimanche dans nos bureaux en débarquant du train nous conter leur mésaventure. Ils s'étonnèrent de me voir sourire. Je leur expliquai que la compagnie est coutumière du fait. Je leur racontai comment il y a quelques jours, le froid ayant empêché les disques de tourner, des trains s'arrêtaient en pleine campagne. Je leur dit que lorsque les trains n'avaient pas plus de 50 minutes de retard, on s'estimait ici très heureux.

- Ah ! m'affirma Durre, ce n'est pas dans le Nord qu'on supporterait pareille inconscience. D'abord, ajouta Laudier, si on s'avisait chez nous de détacher une locomotive du train comme on l'a fait aujourd'hui à Pomas, tout le monde serait descendu pour l'empêcher de manoeuvrer. Et si des voyageurs bloqués avaient constaté qu'on ne faisait rien pour les débloquer ; que ni la troupe, ni les cantonniers n'étaient appelés, on saccagerait la gare.

(L'express du Midi)

20 janvier

Capture d’écran 2016-01-31 à 18.42.18.png

À Carcassonne, Après une journée de répit, le froid a redoublé d'intensité ; le thermomètre est descendu hier matin, à -12°8. Il y avait du givre sur tous les arbres ; le soleil en s'est pas montré de la journée. En ville, de rares véhicules se hasardent dans les rues et sur les boulevards, où une épaisse couche de glace recouvre le sol. On transporte les vivres et le charbon sur des charretons à bras. Le bois de chauffage est complètement épuisé chez les marchands de combustible depuis plusieurs jours. La circulation des trains est rétablie depuis hier entre Carcassonne et Moux.

Capture d’écran 2016-01-31 à 18.38.45.png

À Narbonne, -10° la nuit dernière. Cet après-midi sous le soleil, le dégel s'est produit légèrement. Le maire a fait appel aux marchands pour ne point augmenter le prix des denrées de première nécessité. Il a convoqué le comité permanent des fêtes pour lui demander de renoncer aux fêtes de carnaval et de provoquer des souscriptions destinées à parer à la misère présente.

22 janvier

À la Livinière, qui compte 1200 habitants, les boulangers n'ont plus de farine. Le village est coupé du monde depuis huit jours. Laure, Rieux-Minervois et Peyriac-Minervois sont isolées depuis vendredi. Le chasse-neige a dégagé une voie dans le sens Carcassonne-Narbonne. Dans le Lauragais, le charbon, le coke et le bois de chauffage commencent à manquer. Les boulangers sont obligés de demander du bois aux usines de poterie pour pouvoir chauffer leurs fours. Les villages de montagne sont isolés ; Verdun-en-Lauragais est le plus touché par le manque de bois.

23 janvier

Capture d’écran 2016-01-31 à 20.09.28.png

La situation du ravitaillement à Narbonne est à son point critique. La neige tombe encore, mais les trains circulent à la vitesse de 40km à l'heure. Il fait -10° et le rapide de Perpignan vient de dérailler, sans faire de victimes.

25 Janvier

4070344128.jpg

Place Carnot, les soldats déblayent la neige

La neige fond grâce au radoucissement des températures. Des équipes d'ouvriers sont à l'oeuvre à Carcassonne et l'autorité militaire a réquisitionné certaines quantités de charbon dans les divers entrepôts de la ville pour approvisionner la manutention. À Narbonne, la situation s'améliore mais il faudra plusieurs jours pour faire disparaître les traces de cet épisode hivernal. Les températures maximales enregistrées à Toulouse sont de +3,5°

Sources

L'express du Midi

Le Midi Socialiste

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

c'est démentiel ce que provoqua cet hiver là tout s'arrêta et les autorités prennent cela comme une fatalité, après, tout le déblaiement ce met en route que de retards et petit a petit la vie reprends le dessus ....mais je n'aurais pas aimé vivre a Carcassonne cette année là...merci pour cette belle anecdote ...

Écrit par : constance pressoirs | 01/02/2016

Ne sourions pas trop à l'évocation de tels souvenirs... Dame Nature est toujours la plus forte. Et si ça recommençait !

Écrit par : Christian Viguié | 01/02/2016

Mais ou sont passé les tramway de la montagne noire ?

Écrit par : LARRETTA MC | 02/02/2016

Les commentaires sont fermés.