02/02/2016

Louis-Napoléon Bonaparte à Carcassonne, le 2 octobre 1852

C'est un Louis-Napoléon Bonaparte conquérant, tout auréolé d'avoir réussi à prendre le pouvoir par la force militaire d'un coup d'état le 2 décembre 1851, qui arrive dans Carcassonne en ce début d'octobre 1852. Arrivé à la fin de son mandat de Président de la République, la constitution ne lui permettait plus de se représenter. La répression contre les opposants au futur monarque sera féroce : 27 000 arrestations, des centaines de tués et une presse aux ordres. Après avoir rétabli le suffrage universel masculin, Louis Napoléon Bonaparte provoque une élection les 20 et 21 décembre 1851 afin que le peuple se prononce sur les réformes du Prince-président - seule la presse favorable au régime est autorisée. Les civils se prononcent à bulletin secret... Le Oui est imprimé, le Non doit être écrit à la main ; le bulletin est ensuite donné à la main à président du bureau de vote pour qu'il le mettre lui-même dans l'urne. Les militaires, eux, votent à bulletin ouvert. Les résultats publiés par décret en janvier 1852, donnent près de 80% de Oui. A ce sujet, Vladimir Poutine n'a pas fait mieux... Se considérant de fait plébiscité par le vote populaire, plus rien n'empêche le couronnement du futur Empereur qui interviendra le 2 décembre 1852, jour d'anniversaire du sacre de Napoléon 1er et de la bataille d'Austerlitz.

Capture d’écran 2016-02-02 à 12.28.35.png

Auparavant, le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte entreprend une tournée à travers la France dès le 1er septembre 1852. Persigny, ministre le plus favorable au rétablissement de l'Empire veille à museler toute tentative d'opposition sur le parcours. Partout où passe le futur Napoléon III - d'Orléans à Marseille - ce n'est que liesse populaire et distribution d'argent et de cadeaux aux autorités locales.

Nous avons retrouvé dans un vieux livre le récit du passage de Louis-Napoléon Bonaparte à Carcassonne, le 3 octobre 1852. 

"À dix heures, le prince quitte Narbonne et tous les coeurs, tous les bras se lèvent vers lui. Dans toutes les localités que traverse le Prince, à Cruscades, à Moux, à Barbaira, il trouve des arcs de triomphe, des guirlandes de verdure, des estrades drapées avec élégance et richesse. Les maisons sont pavoisées, les rues sont ornées de faisceaux de l'aigle, portant des écussons où l'ont lit :

A Louis-Napoléon ! A Napoléon III ! Vive l'Empereur !

Carcassonne a reçu le Prince avec cet éclat de fêtes et cette chaleur d'enthousiasme, que nous avons trouvé dans tout le Midi. Aux portes de la ville S.A.I est attendue par M. Edouard Bosc, maire de la ville, entouré du conseil municipal et du Conseil général de l'Aude, du conseil d'arrondissement, de la magistrature, du clergé et de tous les fonctionnaires. Sa voiture s'étant arrêté M. Bosc, maire, lui a adressé les paroles suivantes :

La ville de Carcassonne est heureuse de vous recevoir dans ses murs. Chef du corps municipal, je suis fier d'un titre qui naguère me permettait d'être auprès de vous l'interprète de ses sentiments, et me donnent aujourd'hui le droit d'offrir à Son Altesse Impériale les clefs de notre Cité.

Entrez, Prince, les voeux de nos concitoyens vous appellent  ; continuez, au milieu de nous, cette marche triomphale qui, sur votre passage, fait éclater les transports les plus vifs, résumés dans ce cri, symbole de l'ordre et de la gloire :

Vive Napoléon ! Vice l'Empereur !

Ces paroles et la réponse du Prince ont été suivies d'une vive acclamation

Vive L'Empereur !

À deux heures, le Prince a fait son entrée à cheval, au bruit de l'artillerie, au son des cloches, au milieu des cris d'enthousiasme de toute la population. À la Préfecture, il avait été attendu par cent jeunes filles qui lui ont offert des fleurs ; l'une d'elle lui a adressé un compliment auquel il a répondu par les paroles les plus gracieuses. Après quelques instants de repos, le Prince est sorti par la porte du jardin, il parcouru les boulevards du Palais et du Cours, où il a trouvé rangés les délégués des communes et les anciens militaires de l'Empire, ces dignes descendants des braves que César signalait comme les "hommes forts et vaillants de Carcassonne, qui vinrent lui prêter l'appui de leurs bras."

Les délégués des communes étaient conduits par les maires, adjoints et conseillers municipaux. Les quatre cent trente-cinq communes du département avaient répondu à l'appel pour se rendre au chef-lieu ; on en cite plusieurs où tout le a marché, et où on a dû tirer au sort le nom des deux ou trois hommes valides qui resteraient pour avoir soin des troupeaux.

Napoléon.jpg

© ADA 11

Louis-Napoléon Bonaparte devant la caserne de Carcassonne

Après la revue des communes, le Prince a passé celle de l'armée. Le 2e hussards, une batterie du 3e d'artillerie, un autre bataillon du 67e et du 20e léger, rangés en bataille ont offert un superbe spectacle, et ont défilé aux cris de : Vive l'Empereur ! Un arc de triomphe élégant, élevé devant la porte d'une caserne, portait ces mots : Fiat Imperium.

En rentrant, le Prince a reçu les différents corps, toutes les autorités et tous les fonctionnaires du département. Il a remis la croix de la légion d'honneur à M. Bosc, maire de Carcassonne, et Champeaux, sous-préfet de Limoux. 

Le général comte d'Hautpoul, grand référendaire du Sénat et président du Conseil général, a présenté les membres du conseil à S.A.I. Le Prince s'est entretenu avec eux et leur a dit : " Je sais que les intérêts du Midi ont été depuis longtemps sacrifiés : il ne tiendra pas à moi que cet oubli-là ne soit réparé."

Mgr de Bonnechose qui était allé au-devant à du Prince jusqu'à Narbonne, était revenu à Carcassonne pour présenter son chapitre et le clergé de la ville épiscopale. Il a rappelé au Prince que la cathédrale de Narbonne est inachevée et qu'on lit sur les murs de la façade ce distique latin, qui ne manquait certainement pas d'à-propos pour la visite du Prince-Président :

Interrupta utinam tandem haec sacra maenia surgant imperio fiat quod cogitate pietas !

(Plaise à Dieu que ces saintes murailles inachevées s'élèvent, que cette oeuvre s'accomplisse par un ordre que la piété réclame.)

Le soir, la ville est toute entière illuminée. Spectacles gratis, danses publiques, feu d'artifice. Le Prince se rend à un bal qui lui est offert par la ville.

La journée avait commencée par un acte de bienfaisance de la municipalité, qui avait décidé qu'une distribution de pain et de viande serait faite aux pauvres de la ville. Le Prince voulut qu'elle se terminât de la même manière, et il a laissé une somme pour être distribuée aux moins heureux des vieux soldats de l'Empire.  

En quittant Carcassonne, le Prince a chargé M. E. Fugué, préfet de l'Aude, de remercier les habitants de ce département de l'accueil  qu'ils lui avaient fait.

(Voyage de S.M Napoléon III, empereur des Français / F. Laurent / 1853)

Franz_Xaver_Winterhalter_Napoleon_III.jpg

Napoléon III

La tradition orale locale raconte que la future impératrice -Eugénie de Montijo"- a laissé de nombreux cadeaux aux églises de Carcassonne.

528172806.jpg

À Saint-Vincent, elle aurait offert la parure et les habits pour la statue Notre-Dame de la parade. À l'église paroissiale de Villalbe, c'est le superbe lustre qui orne le centre de la nef.

Lustre Eugénie.JPG

Lustre de l'église de Villalbe

Le plus beau des cadeaux de Napoléon III à la ville de Carcassonne est sans aucune contestation la restauration de la Cité médiévale. 

002.JPG

"Il examina les dessins de Carcassonne qui accompagnaient un rapport de Viollet-le-duc pendant une heure, raconta Mérimée, et parla avec lui de la cathédrale de Laon." 

(Prosper Mérimée / Correspondance générale Vol.8)

Capture d’écran 2016-02-02 à 12.25.39.png

© Ministère de la culture

Ce rapport, daté du 15 mars 1853, sur les restes de l'ancienne Cité de Carcassonne, a été adressé à son excellence Monsieur le ministre d'état. Il était accompagné d'un atlas de 29 feuillets et fut imprimé.

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Écrire un commentaire