06/02/2016

Le 25 octobre 1891, la crue du siècle fait 20 morts à Limoux et Carcassonne

Le 25 octobre 1891, le département de l'Aude a été entièrement dévasté par de terribles inondations semant la destruction, la ruine et la mort. Les quantités les plus abondantes de pluie sont tombées dans le massif des Corbières en suivant la ligne de faite qui sépare le bassin de l'Orbieu à celui de l'Aude et de ses affluents situés en amont de Carcassonne. Le vent très modéré de Nord-Ouest a poussé les nuages au-dessus des massifs ; leur séjour a été très long, ce qui explique les forts cumuls de pluie en ces endroits.

Capture d’écran 2016-02-05 à 19.08.50.png

Carcassonne

L'orage a grondé dès le 24 octobre à 8 heures et demi du matin avec une pluie dense et régulière, coïncidant avec une rapide dépression barométrique atteignant son maximum de 732mm8, le 25 octobre. Elle ne tarda pas à transformer les rues de la ville en torrent dans lesquelles 45mm d'eau étaient déjà relevés. Après une accalmie à 12h45, le vent se remit à souffler. A 15h20, il tomba une averse d'une extrême violence accompagnée des éclairs et du tonnerre. Vers 17h, on mesurait dix millimètres d'eau supplémentaire dans les rues. La pluie ne cessa qu'à 4 heures du matin ; on mesurait 180mm de sorte qu'en moins de 20 heures, il était tombé 281 millimètres.

L'Aude débordait à 2 heures du matin, s'élevant à 8 mètres au-dessu de l'étiage. Elle avait envahi tous les quartiers de la ville semant le désordre et la panique parmi les habitants.

"C'est entre onze heures et deux heures de la nuit que l'Aude, extraordinairement grossie par la pluie tombant sans interruption, a commencé à se répandre largement hors de son lit. Les faubourgs sont envahis : tous les quartiers qui longent le fleuve sont, en peu de temps, transformés en ilots ceinturés de canaux profonds, formés par l'eau rousse et limoneuse de l'Aude. L'eau se précipite dans les caves, dans les corridors, dans les appartements, voire même dans les lits, éveillant brutalement ceux qui s'étaient paisiblement endormis quelques heures auparavant. Beaucoup se hâtent de quitter leur demeure, emportant quelques effets de linge, qu'ils revêtent dans leur fuite éperdue. D'autres, cernés dans leurs appartements par un courant violent et incessant, pousser des cris désespérés pour appeler à l'aide, et pendant ce temps, le fleuve continue ses ravages, en vagissant les champs cultivés, rompant les arbres et les clôtures, démolissant les murailles et entraînant tout sur son passage. Et il pleut...

133.jpg

©ADA 11

La crue de l'Aude a atteint et dépassé toutes les crues précédentes marquées à l'étiage. Les eaux se sont avancées à l'intérieur de la ville, jusqu'à la rue de la préfecture. C'est-à-dire à près de 500 mètres au moins en dehors de son lit. Les quartiers les plus éprouvés ont été, d'abord, ceux des jardins potagers, puis ceux du Palais, du Pont-Neuf et du Pont-Vieux, de la Digue, ainsi que les faubourgs avoisinant la rive du fleuve, en remontant au-delà de Montplaisir et Patte-d'oie. Les jardins potagers ont été submergés ; des maisons qu'ils contenaient se sont écroulées ou sont endommagées, les habitants ont été obligés de monter sur les toits en attendant les secours. 

Tout au long du fleuve, depuis le Pont-Vieux, jusqu'au-delà de l'abattoir, on ne voit que des murs démolis, effondrement de terrains, grilles enfoncées ; le chalet de Montplaisir a été enlevé et balayé par le flot ; l'atelier d'électricité de la Société Méridionale, le moulin de l'île, les manufactures avoisinantes, l'usine à gaz, l'usine Sainte-Marie, l'usine Guilhem, la propriété Poitevin, la propriété St-jean, etc... Tout cela a reçu la visite des eaux causant des dégâts considérables.

131.jpg

© ADA 11

On voit par intervalles, passer, dans le remous des flots, vagues objets qui sont des meubles, des tronçons d'habitation, des cadavres de chevaux morts... A l'Hôpital général, les sous-sols et la chapelle ont été brusquement envahis par l'eau qui s'élevait au niveau des arches du Pont-Vieux, et a occasionné à cet endroit un effondrement de 7 à 8 mètres carrés. Aussitôt, on fait évacuer les enfants logés à cet hôpital, ainsi que les autres hôtes ; M. Delsol, avocat, membre de la Commission des hospices, Mme Delsol et M. Sauzède organisent les secours et cherchent à préserver les habitants de cet établissement de charité. La maternité est évacuée à l'Hôtel-Dieu où l'eau n'atteint pas les chambres.

130.jpg

© ADA 11

Dans la rue Bellevue, c'est M. Lhuilier, professeur de gymnastique, qui est éveillé par l'arrivée de l'eau ; il saute par la fenêtre et se sauve à la nage. Près de l'abattoir, c'est la famille Arbiade qui est sauvé par un pêcheur. Dans la rue de la Digue, un capitaine de cavalerie, réfugié sur le toit avec sa femme, est tiré du danger par des cavaliers du 17e dragons. Entre le Pont-Neuf et le Pont-Vieux, c'est le sauvetage dramatique de toute la famille Lasserre de d'autres personnes, secourues par des barques montées par des gendarmes.

Dans le prolongement de la rue Basse, deux femmes sont mortes : Marie Rigaud (née Andrieu) de 51 ans ; Adeline Andrieu épouse de Jean Rigaud, 17 ans, de Montréal. Les époux ont pu se sauver mes leurs épouses ont été étouffées par le flot.

Toutes les rues sont bloquées par des pompes qui vident les caves remplies d'eau. La perte des habitants est considérables ; plusieurs familles sont sans abri. Il n'y a plus de communications télégraphiques. La boulangerie Maymou a énormément souffert ; des chevaux de prix, des charrettes et des véhicules divers, des sacs de blé, des monceaux de pains ont été emportés. Tout le matériel de la Brasserie Lauer est sous les eaux. Dans la Société Méridionale d'électricité, les machines neuves sont cassées et une partie du béal construite pour la conduite des eaux, s'est éboulé. Dans les quartiers de la Trivalle et de la Barbacane, les petites maisons abritant des  familles d'ouvriers laborieux ont été détruites.

Selon des expertises menées par la ville, le montant du préjudice s'élève à 1.100.000 francs.

Limoux

Toute la journée du 24 a été pluvieuse ; les ruisseaux collecteurs sont infranchissables. Dans la nuit, l'orage redouble et la foudre tombe sur le séchoir de la Brasserie. Il met le feu à une poutre. Pendant ce temps l'eau monte et envahit tous les quartiers.

"A 2 heures, les vagues houleuses submergeant le Pont-Vieux ; les rues Blanquerie, Gourg d'En Gasc, du Palais et Saint-Victor sont déjà ravinées. Une demi-heure plus tard, ce sont les rues Paussifile, Pont-Vieux, Saint-Martin et Carrasserie. A trois heures, les 3/4 de Limoux sont sous les eaux.

Presque tout le quartier de l'Aragou et des rues Goutine, de la Brèche, de l'Officialité, Fusterie, Grammatique, Toulzane, de l'Orme, la Place au Bois, l'Esplanade... Ce sont des maisons qui s'écroulent et qui ensevelissent des malheureux, ce sont des familles qui se sauvent par les toits et ces cris partent de partout. Impossible de porter secours à ces martyrs ; la pluie tombe par torrents et l'Aude grossit toujours. Enfin, le jour apparaît... 

Capture d’écran 2016-02-05 à 19.06.41.png

Le pont vieux de Limoux après l'inondation

Ce n'est plus Limoux, c'est une ville bombardée. Les rues inondées sont remplies de vase gluante et encombrées d'épaves. La maison dite l'Arche du Pont-Vieux, est complètement effondrée. Deux vieilles femmes sont enfouies sous les décombres. Un arc-boutant artificiel les a protégées. Des hommes déboutés les sauvent.

La maison Cadenat, cordonnier, et Constans, propriétaire, rue St-Antoine, Petite-Ville, sont totalement écroulées. La maison de M. Lamouroux, rue Saint-Martin, louée à M. Denat Cadet (boucher) a toute la partie donnant sur la rue Paussifile effondrée. Le côté de la rue St-Martin menace de s'effondrer. Les maisons de MM. Bouchère et Estève sont emportées. Les moulins de Maynard et de Sournies sont détruits. Le Pont-Vieux est presque en ruine. Les jardins de la Sous-préfecture, de l'Hospice et du Presbytère sont emportés. L'usine à soufre est démolie en partie. Chez M. Peyre, l'eau a emporté 500 muids de vin. Les cafés Castéra et Moula sont détruits.

La maison de M. Numa Trauque et une partie de celle de M. Clercy, rue Blanquerie, ne forment qu'une montagne de ruines et sous ce bouleversement se trouvent 12 victimes. Cette maison était habitée par M. Trauque, sa dame, M. Ducasse, sa admet leur fillette, par la famille Raynaud (métayer) composée de cinq personnes, par M. Cabanes (plâtrier) et sa fille, par Mme veuve Saint-Loup et son fils. En entendant les craquements de la maison et ne pouvant se sauver par la rue, ils montent sur le toit de M. Clercy, leur voisin. M. Ducasse monte le premier, M. Renier dit Tillet (maçon), leur voisin, est à ses côtés et au moment où ils vont opérer le sauvetage, un craquement épouvantable, accompagné de grands cris de détresse, retentit ; M. Ducasse se penche dans le vide pour saisir au vol ceux qui lui sont chers ; il va disparaître à son tour ; Renier le retient et l'éloigne du lieu de l'horrible sinistre.

M. Ducasse allait sauver sa femme, il lui tendait la main; la maison s'écroule, Mlle et Mme Ducasse sont brisées par l'éboulement. M. Ducasse était fou de douleur. Dans la matinée, on a procédé à l'enlèvement des victimes : M. Trauque (50 ans) et sa femme (29 ans) ; Mme Raynaud tient enlacés les cadavres de son fils et de sa petite fille, âgée de 9 ans.

Les désastres furent si grands à Limoux que l'autorité militaire vient au secours de la ville. La garnison de Carcassonne fournit deux pelotons de dragons et celle de Montpellier, une forte équipe de soldats du génie.

Quelques exemples dans le département

La voie ferrée est détruite à hauteur de la gare de Madame sur une longueur de 160 mètres, sur l'axe Carcassonne-Quillan. A Puichéric, la moitié du village est inondée ; plusieurs pont sont détruits et 300 personnes sont à la rue. Certaines d'entre-elles ont trouvé refuge dans l'église.

A Lagrasse, deux hommes sont portés disparus. La caserne et les maisons sont démolies. Pertes énormes.

A Lastours, les bâtiments d'exploitation des mines de plomb-argentifère ont été rasés.

A Conques, l'Orbieu et le Rieussec ont débordé. Les maison de la partie basse du village sont sous 1,50 mètres d'eau. Le pont de Villalier est en partie détruit.

A Trèbes, l'Orbiel s'est jeté dans le Canal du Midi, en renversant les parapets du pont-canal

A Luc, le pont s'est affaissé et le remblai du pont de Fabrezan s'est effondré.

Sources

- Bulletin météorologique 

Imprimerie Polère à Carcassonne (1892)

- L'express du Midi 

_____________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

Comme c'est important tous ces rappels historiques! Mon grand-père,habitant de la Trivalle, en passant sur le Pont-Vieux, dans les années 70 (1970),me montrait régulièrement la jauge qui mesure le niveau le plus haut du lit du fleuve au pied de la chapelle de La Santé. Maintenant, il y a sur les murs de la ville de nombreux témoins de la hauteur d'eau de 1891. Pour ne pas oublier, parce qu'on n'est pas à l'abri d'un tel scénario. Merci Martial pour cet important rappel à nos mémoires.

Écrit par : marieh melendez | 07/02/2016

Les commentaires sont fermés.