23/02/2016

La dernière séance du cinéma le REX, rue de la liberté

De tant de salles de cinéma que comptait encore le centre-ville de Carcassonne il y a 30 ans, il ne reste que le Colisée, actuellement exploité en salle d'art et d'essai sur le boulevard Omer Sarraut. Nous avons connu l'Odéum, le Lido, le Paris, le Boléro, les Capucines, le chapeau-rouge...

Le REX

REX.jpg

© Ministère de la culture

Après l'expulsion des religieux du Couvent des Carmes en 1880, un pensionnat s'installa dans l'actuel Évêché. L'incendie survenu dans la première décennie du XXe siècle à cet endroit fut d'une violence inouie. Les flammes pénétrèrent dans l'église des Carmes par la porte de la sacristie. Le bâtiment du pensionnat revint à la paroisse St-Vincent. Il abrita une société de gymnastique, le catéchisme mais surtout une vesta salle de concert. C'est là qu'on entendit les oeuvres jouées par la Société des concerts symphoniques dirigée par Michel Mir. Ensuite, le cinéma muet remplaça le cinématographe; la salle servit au cinéma catholique jusqu'au mois d'août 1914. Pendant la guerre, on y entreposa des sacs de grains. En 1918, une association d'éducation populaire fit modifier la salle; le cinéma catholique devint L'idéal cinéma. La fin du cinéma muet tua l'Idéal cinéma, remplacé par le Rex. Le parlant arriva à Carcassonne et deux grandes firmes se partagèrent le gâteau: La Western Electric et La Gaumont. L'Odéum opta pour la première et le Rex, pour la Tobis. Les premiers films parlant à Carcassonne furent La chanson de Paris, Le collier de la reine et Le chanteur de jazz avec Al Johnson. 

3325238485.jpg

Marcel-Yves Toulzet et Jean Marais

Le REX fut administré par par M. Toulzet. Dans un article de 2009, Claude Marquié rappelle cette anecdote de Me Clément Cartier - ancien président du Ciné-Club - au sujet des projections au Rex.

"Tous les films étaient préalablement visionnés par un prêtre censeur. Les scènes jugées scabreuses (baisers langoureux ou prêtres louchant sur des jeunes filles) étaient systématiquement coupées."

Le projectionniste enlevait au ciseau les scènes censurées et conservait les bouts de pellicules dans une boite, prévue à cet effet. Si on devait procéder de la sorte aujourd'hui, la durée de certains films n'exercerait pas 10 minutes... Cela révèle au moins certaines pratiques d'un autre âge.

Rex2.jpg

En 1983, l'Association diocésaine audoise qui était propriétaire des locaux ne souhaita pas renouveler le bail du cinéma Rex. On détruisit à l'intérieur de la salle plus de cinquante années de souvenirs cinématographiques, afin de réaliser trois étages de bureaux pour l'évêché. Le balcon fut arraché ainsi que l'écran, les insonorisateurs, etc... Les ferrailleurs emportèrent tout. L'arrière-cour sera quelques temps après; aménagée en un parking et un jardin. Ainsi se termina la belle aventure d'un cinéma mythique de Carcassonne... un de plus sur la longue liste.

Capture d’écran 2016-02-23 à 10.41.17.png

L'ancien REX, rue de la liberté

Sources

La dépêche du midi / août 1983

La dépêche / 2009

Musique et patrimoine

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

10:45 Publié dans Cinéma | Tags : rex | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

j'ai vu des film au rex dans mon temps qui commence a s'éloigner de plus en plus il n'en reste plus beaucoup a Carcassonne hélas tous ces changements me déroutent ....il est vrai que quand nous étions enfants la télé n'existait pas et les pires films que j'ai vu a Carcassonne ce sont les camps de concentration ou toutes les écoles y étaient amenées....et le film de dracula ......

Écrit par : constance pressoirs | 23/02/2016

je me souviens très bien d'avoir vu mes premiers Walt Disney dans cette salle où ma mère nous emmenait. Ainsi, dès notre plus jeune âge nous découvrions les joies de la grande toile. Longtemps après, le souvenir de cette salle est encore présent quand je passe dans cette rue.
La photo de l'intérieur avec la banderole FIN est lugubre.
Dommage qu'un pan de culture, un de plus s'en soit allé dans ces conditions.
Fat

Écrit par : fatdarzens | 03/03/2016

Cette salle du Rex appartenait au père de Marcel-Yves Toulzet que j'ai connu, il l'avait cédé à monsieur Gouze. A cette époque il n'y avait pas d'abbé-censeur mais le projectionniste un Certain René coupait les bouts de pellicule jugée trop .... peut-être pour respecter un cahier des charges écrit dans le bail puisque le bâtiment était propriété du diocèse? J'avais un copain, passionné de cinéma qui donnait un coup de main au projectionniste et le remplaçait parfois, il récupérait les pellicules tendancieuses et au moyen d'un appareil qu'il avait confectionné lui-même avec une grosse loupe et un projecteur nous nous passions ces images interdites avec une certaine délectation. Je me souviens encore d'une danseuse nue dans une cage, cela hélas ne durait que quelques secondes.

Écrit par : Authier | 04/03/2016

Les commentaires sont fermés.