26/03/2016

Une bien triste visite à l'intérieur de la bastide Saint-Louis.

J'ai eu la "chance" de pouvoir visiter un hôtel particulier du XVIIIe siècle situé dans la rue de Verdun. L'aspect extérieur du bâtiment ne laissait rien présager de ce que je pourrais rencontrer, une fois à l'intérieur.

Un vaste portail en bois de couleur verte s'ouvre sur une cour avec un escalier monumental en pierre déservant des appartements et ceci, sur cinq étages. L'ensemble des logis est inoccupé depuis bien une cinquantaine d'année et se trouve dans un état déplorable de conservation. À certains endroits le plafond risque de s'affaisser à cause des infiltrations d'un toit trop longtemps soumis à l'épreuve des goutières. L'électricité est encore en porcelaine et les fils pendent sur le mur. Les fenêtres donnant sur la rue de Verdun sont dans un état qui dépasse l'entendement - très souvent obstruées par des cartons ou du contre plaqué. Des pigeons nichent dans ces pièces ou l'odeur des fientes se mêle au pourrissement. Si le toit a été mis récemment hors d'eau, pour des raisons d'économie, on n'a pas remplacé les voliges. Une couverture en fibre compactée a ici, en secteur préservé sous la bienveillance des bâtiments de France, été posée comme sur un hangar de garage. Je ne sais pas ce que cela donne du ciel, mais vu de dessous...

Capture d’écran 2016-03-26 à 09.55.47.png

La rue de Verdun

A défaut d'importants travaux coûteux mais indispensables, cet ensemble historique sera dans une vingtaine d'année ou moins, menacé de ruine. Combien d'autres bâtiments analogues à celui-ci, sont actuellement dans cet état en Bastide St-Louis ? Ce centre ville que l'on nous vend comme remarquable, a t-il un nom marketing pour attirer le touriste ? À titre personnel, je pense même si quelques bâtiments ont été remarquablement restaurés, que la globalité de l'hâbitat est en ruine. Là, où l'on parle de construire des logements sociaux, il faut contraindre les propriétaires - dont beaucoup ont les moyens - à rénover leur immobilier. Il est absolument insensé de voir autant de logements vacants dans cet état, sans compter ceux que l'on ose louer malgré des conditions d'une insalubrité telle, que les rats en ont fait leur siège. À Carcassonne, les marchands de sommeil sont notaires, médecins ou encore rentiers... Sont-ils intouchables ces notables ?

 Franchement, cette ville mérite mieux que ça ! Si vous n'avez pas d'idée d'une ville ayant pu tirer vers le haut son patrimoine, allez donc visiter Albi.

______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

quel dommage de laisser pourrir notre patrimoine ancestral mais les réparations doivent avoir un coût énorme car laisses trop longtemps a l'abandon ....

Écrit par : constance Pressoirs | 26/03/2016

Tristesse...Un patrimoine quel qu'il soit ça s'entretient...mais lorsque ce patrimoine est un patrimoine historique nous avons des "devoirs" envers lui...nous n'habitons pas seuls une ville...nous faisons parti d'un ensemble qui a pour nom "les CARCASSONNAIS" qui profitent de la venue du tourisme...sans le respecter...et ce patrimoine n'appartient pas toujours à des personnes qui n'ont pas les moyens de l'entretenir...

Écrit par : Arthozoul -Joseph Monique | 26/03/2016

Tout à fait d'accord avec vous et les commentaires précédents. Malheureusement ce n'est pas le seul immeuble en décrépitude. L'image donnée par la Bastide est très négative avec tous ses immeubles vétustes, gris, sales. Y a-t'il un ou des remèdes?

Écrit par : Sophie | 26/03/2016

Effectivement de nombreux bâtiments sont pas réhabilités , mais les propriétaires ne sont pas forcement les seuls responsables nombreux sont ceux qui ont voulu rénover leurs immeubles , mais face aux tracasseries et aux exigences souvent non justifiés de la Mairie ( qui se défausse sur les ABF , beaucoup abandonnent ,
Il convient de poser aux élus locaux quelques questions :
pourquoi ont-ils supprimés les aides aux rénovations des façades dans l'axe de liaison touristique entre la Cité et la ville basse rue Trivalle et Barbacane? ,
pourquoi ne prennent-ils pas exemple sur certaines initiatives municipales pour favoriser l'accessibilité des handicapés dans les commerce ?( rampe d'accès rétractable )
pourquoi les règles ne sont pas les mêmes pour tous : autorisation de terrasse accordées à certains et refusées à d'autres ? , pourquoi à certain pour exploiter un commerce on exige un refuge en prévention des risques d'inondation et à d'autre non ?
Pourquoi les élus ne se fixent pas pour la ville des choix durable en matière de mobilier urbain ( combien de styles différents existent en ville (au moins 7 c'est inoui!!

Pour Carcassonne , il est grand temps que les élus et les administrations concernées définissent un cadre cohérent , permanent durable dans le temps mobilier urbain , cohérence dans le choix des couleurs ( on impose la suppression des chéneaux jusqu'au jour où un élu doit rénover sa façade en secteur sauvegardé pour que cette exigence disparaisse )... pour permettre aux propriétaires de savoir où ils vont quand ils envisagent une rénovation .il est grand temps que l'on agisse concrètement

Écrit par : berlan gérard | 26/03/2016

Architecte, vivant depuis 2 années rue Voltaire, je suis en plein accord à vos propos.

Écrit par : Ledieu jean-pierre | 27/03/2016

ça ne ressemble déjà plus à une ville -l'entretien se fait tout au long d'une vie -on n'attend pas que tout soit en ruine -je crains qu'il soit un peu tard car celà demanderait des moyens énormes -- peut etre qu'il ne fallait pas laisser s'implanter autant de grandes surfaces , pour que l'activité reste au centre ville et apporte des revenus aux commerçants, qui auraient pu entretenir leurs magasins ---etc -- tout est cyclique -- très mauvaise gestion à l'image de la gestion financière nationale --

Écrit par : arino-marcelle | 27/03/2016

oui, je suis d'accord avec les trois derniers avis; et quand des appartements ont été rénovés correctement, très difficile de trouver des locataires; certains ont peur des rues mal fréquentées; de la difficulté de pouvoir se garer ne serais-ce que pour décharger les courses; de la peur des incivilités dès que leurs jeunes sortent du domicile; tout cela n'encourage pas à travailler pour rénover en ville; car cela est un travail et demande beaucoup d'énergie pour organiser un chantier en ville quand certaines entreprises refusent d'y intervenir et que mille embûches se dressent devant vous.
Espérons que cette ambiance changera dans un proche avenir pour le bien de tous

Écrit par : plessis marthe | 27/03/2016

Les commentaires sont fermés.